Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

PGA Championship 2012 : McIlroy s'impose en patron avec 8 coups d'avance

A seulement 23 ans, Rory McIlroy remporte son second majeur de golf en l’espace de 14 mois, et confirme qu’il est bien le nouveau phénomène du golf mondial. Victorieux Kiawah Island du terrible Ocean Course, parcours de golf le plus long de la saison avec plus de 7000 mètres de distance, le jeune nord-irlandais s’impose avec la manière et 8 coups d’avance sur le 2ème, l'anglais David Lynn.

Soit le plus gros écart jamais enregistré pour remporter un PGA Championship, le précédent record était l'oeuvre d'un certain Jack Nicklaus en 1980 à Oak Hill avec 7 coups d'avance sur le deuxième.

Une victoire construite par le golfeur nord-irlandais sur le week-end dans des conditions météos difficiles avec en permanence un vent latéral en provenance de l’océan.

Le 3ème tour de samedi de ce PGA Championship 2012 avait dû être interrompu, et poursuivi sur la journée de dimanche, entrainant un véritable marathon golfique de six à sept heures sur le parcours pour le dernier tour.

McIlroy a retenu les leçons du passé

A seulement 23 ans, Rory McIlroy a l’assurance et la maturité d’un grand champion. A cela s’ajoute l’expérience "des grandes défaites" qui forge un caractère et le mental.

En 2011, McIlroy, largement favori du Masters d’Augusta craquait dans le dernier tour pour laisser filer une première victoire en majeur qui lui tendait pourtant les bras. Quelques semaines plus tard, il remportait brillamment l’US Open, son 1er tournoi majeur de golf.

MciLroy-us-pga-champion-2012.png

Être leader d’un gros tournoi de golf au matin du dimanche n’est pas toujours l’assurance de gagner. Jim Furyk et Adam Scott en ont fait l’amère expérience respectivement au WGC-Bridgestone Invitational, et au British Open, plus tôt dans la saison.

Dans ce contexte, McIlroy a donc non seulement su conserver son avance, mais aussi la renforcer. Avec deux cartes de 67 et 66, il a été le meilleur golfeur du week-end.

Il a notamment construit son succès sur les PAR-5 qu’il a su "prendre en deux coups", à la différence d’un Adam Scott, qui aurait pu rivaliser avec le nord-irlandais, à condition de justement mieux jouer les PAR-5.

L’australien qui semble s’être très bien remis de son échec britannique avait le jeu nécessaire pour bien jouer Kiawah Island.  Il termine 11ème avec une dernière journée assez moyenne en 73.

Problème que n’a donc pas eu à gérer, Rory McIlroy qui a rendu la meilleure carte du dernier tour (66).

Il aura sans doute mis à profit les conseils de Jack Nicklaus ou plus récemment, ceux de Dave Stockton Senior sur son putting, véritable gourou américain de ce secteur du jeu de golf, tout comme Bob Rotella, adepte de l'alignement derrière la ligne de putting.

En fin de parcours, le jeune homme aura mis à profit son expérience et les conseils reçus, pour ne pas paniquer dans les moments délicats d’un dernier tour en tête d’un majeur.

Prendre les centres des greens plutôt que d’aller chercher les drapeaux, prendre son temps sur les coups sous pressions…bref la panoplie du champion sur le US PGA Championship 2012.

McIlroy très au-dessus des autres pour une victoire sans suspense

Les deux grands perdants de ce "week-end en un jour" resteront sans doute le suédois Carl Petterson, leader du 1er tour et l’américain, Tiger Woods, un des meilleurs, dans les conditions de vents extrêmes du vendredi.

Petterson allait se voir pénaliser de deux coups dès le début de sa quatrième partie, ce qui allait lui ôter toute chance de défendre ses chances pour la victoire finale.

Il termine 3ème ex-aequo à -4. Cependant, il n’aura pas de regrets car il n’a joué vraiment bien que sur le 1er tour en 66, car les autres tours sont tous joués très moyennement entre 72 et 74.

Tiger Woods termine à la 11ème place avec un week-end qui s’achève comme à chaque fois cette année en majeur, c’est-à-dire dans la moyenne après un très bon départ.

Le tigre ne semble pas encore en mesure d’enchainer quatre tours de très haut niveau.

Cependant, c’est très encourageant pour la suite, et notamment les majeurs de la saison 2013 ou la reconquête du titre de numéro 1 mondial d’ici à la fin de cette saison.

Il ne manque plus grand-chose pour que Tiger Woods ne remporte son 15ème majeur en carrière sur les traces du record de Jack Nicklaus à 18.

Le tigre tourne le dos à une saison 2012 sans victoire en majeur ! 2013 pourrait être son année !

Les outsiders européens ont fait bonne figure !

Pour concurrencer le futur vainqueur, Rory McIlroy, on a longtemps cru que l’anglais, Ian Poulter allait faire un gros truc ! Auteur de 5 birdies sur les 5 premiers trous du dernier tour, l’anglais s’est rapproché à 2 coups de la tête à mi-parcours.

Quatre bogeys à six trous de la fin du dernier tour vont lui ôter toute chance de revenir sur le train infernal mené par McIlroy. Cela restera un très bon tournoi pour Ian Poulter et sa meilleure performance en majeur.

Un mot sur Vijay Singh, auteur d'une carte exceptionnelle en 69 le vendredi qui a littéralement explosé ce week-end, perdant 30 places au général sur le dernier tour avec 2 cartes de 74 et 77...

Les européens reviennent en force et en forme à un mois de la Ryder Cup

McIlroy, Poulter mais aussi le surprenant David Lynn (2ème du classement final), Justin Rose (3ème) ou encore le gallois, Jamie Donaldson (7ème) réalisent de belles performances à un mois de la Ryder Cup.

Alors qu’on ne cesse de vanter les qualités de l’équipe américaine de Ryder Cup dirigé par Davis Love III, les européens capturent 7 des 10 premières places du leaderboard final de ce dernier majeur de la saison disputé aux USA.

US-PGA-CHAMPIONSHIP.png

On ne retrouve que 3 américains dans le top 10 : Keegan Bradley, Steve Stricker, et Blake Adams.

Keegan Bradley qui confirme ses excellentes dispositions en fin de saison sur le PGA Tour, et qui sera sans nul doute un des piliers de la sélection américaine de Ryder Cup.

Dans une saison, où presque tous les grands tournois ont été remportés par des golfeurs américains : Masters – Bubba Watson,  US Open  - Webb Simpson,  The Players – Matt Kuchar, WGC Bridgestone-Invitational - Keegan Bradley, Bay Hill – Tiger Woods, et WGC Accenture match-play - Hunter Mahan .

L’anglais Justin Rose avait réussi à briser cette domination en remportant le WGC-Cadillac tout comme le sud-africain Ernie Els vainqueur surprise du British Open.

Le succès de McIlroy, accompagné par de belles performances des golfeurs britanniques, pourrait sérieusement faire remonter la cote des européens chez les bookmakers, et pourquoi ne pas créer la surprise à Medinah avec des golfeurs du vieux-continent en forme au bon moment.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2076
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.