Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Perrine Delacour: Ambition numéro un mondiale !

Perrine Delacour: Ambition numéro un mondiale ! @Perrine Delacour

La jeune golfeuse Picarde pourrait bien commencer à se faire un nom dans le monde du golf féminin professionnel. 4ème du Kingsmill Championship alors qu’elle était classée 321ème mondiale, Perrine Delacour ne manque pas d’ambition…A la découverte d’une jeune golfeuse française sur le LPGA Tour...

Karine Icher a dû se sentir bien seule toutes ces années à porter haut les couleurs du golf français aux Etats-Unis. Alors que Glwadys Nocera trustait les performances en Europe, Karine Icher a longtemps été la seule française sur le grand tour américain.

Souvent bien placée, elle a longtemps fait face à un champ de joueuses américaines et surtout sud-coréennes alors qu’aucune autre française n’avait eu l’opportunité ou l’audace de venir concurrencer les meilleures golfeuses de la planète.

Depuis le début de la saison 2015, une jeune rookie de 21 ans, Perrine Delacour s’est mise en tête de venir bousculer les idées reçues sur le fait de jouer aux Etat-Unis.

Pour accéder au grand tour, il lui aura finalement suffit de sept années entre le moment où elle a considéré le golf comme quelque chose de sérieux, et la performance de ce week-end en Virginie.

Golfeuse depuis l’âge de 8 ans, elle a réellement commencé à penser une carrière professionnelle en 2008 au moment d’intégrer le circuit fédéral.

Pas forcément à son aise dans le système Sport-Etudes, elle s’accroche et réussit en 2009 son premier grand fait d’armes avec une victoire au British Girls, ce qui la pousse à reprendre le chemin du Pôle France.

Deux ans plus tard, elle remporte avec brio l’Irish Girl, ce qui finit de la propulser vers les championnats du monde de sa catégorie.

En 2013, dans la logique de ses excellents résultats chez les amateurs, elle passe pro, et tente immédiatement sa chance aux Etats-Unis.

Elle fait d’abord ses classes dans l’antichambre du grand tour : le Symetra…un circuit de seconde division, et sur lequel, elle complète une dizaine de top-10.

Des résultats qui lui permettent de rejoindre enfin le LPGA Tour en 2014 où elle dispute onze tournois pour cinq cuts passés.

Jusqu’à cette 4ème place en VIrginie, Perrine n’avait pas encore eu l’occasion de se faire remarquer outre-mesure.

Depuis, le début de la saison, elle n’avait tout simplement pas passé le moindre cut sur six tournois disputés !

De quoi la pousser à faire encore quelques piges sur le Symetra, histoire de maintenir le moral au plus haut niveau.

delacour2.jpg

Coaché par Adrien Mork, un golfeur professionnel qui s’est rendu célèbre en jouant une carte de 59 à Agadir en 2006 lors du Morocco Classic à l’occasion de l’une de ses deux victoires sur le Challenge Tour.

Perrine n’a pas hésité à s’entourer pour réussir ses débuts chez les pros, consciente que c’est dans cette phase de sa carrière qu’elle doit mettre le maximum de chances de son côté.

Et bien sûr, cela n’est pas aisé, car comme tous les pros débutants, les revenus ne sont pas encore ceux des championnes expérimentées.

A ce jour, elle a remporté 124 000 dollars chez les pros dont 66 000 ce week-end.

Perrine n’a jamais semblé se décourager ! Une ambition : Devenir numéro un mondiale, et remporter un tournoi en 2015.

Un objectif qu’elle a commencé à toucher du doigt ce week-end après avoir mené le champ de joueuses composé de l’ancienne numéro un amateur, Minjee Lee, l’actuelle numéro un mondiale pro, Lydia Ko, mais aussi Paula Creamer et Suzann Pettersen.

Sur le Kingsmill Championship, un tournoi disputé sur un parcours dessiné par Pete Dye, architecte du célèbre Sawgrass, long de 6300 yards, Perrine Delacour a fait parler sa puissance au drive.

Pour une joueuse débutante à ce niveau, il est difficile de se distinguer dans une catégorie statistique.

Pourtant, Perrine est déjà 58ème pour la moyenne de distance au drive sur le LPGA Tour.

Avec 232 mètres de moyenne, la picarde a de quoi construire son ambition.

Appliquée, elle a rapidement apprise de son aînée, Karine Icher, passé pro dix ans avant Delacour, et qui sort rarement des clous sur le LPGA Tour.

Pour preuve, le cut manqué d’Icher au Kingsmill est tout simplement le premier de la saison !

De son côté, Delacour affiche une certaine insouciance.

Pas une confiance en soi extrême mais bien une forme de « No pressure » qui lui permet de jouer son jeu sans se soucier de savoir si elle a les armes pour rivaliser avec les meilleures, se contentant de prendre les difficultés, les unes après les autres.

Ambitieuse, ce premier bon résultat dans sa carrière qui ne compte que vingt tournois disputés, pourrait bien lui servir de point de repère pour la suite de son parcours américain.

Après sa 16ème place aux Bahamas, il ne s’agit que de son deuxième cut passé en 2015, et donc de son deuxième tournoi joué sur quatre tours.

Consciente que son premier tiers de saison est insatisfaisant, elle ne renonce pas à connaître une meilleure suite.

Ce week-end, elle a trouvé le bon tempo pendant au moins trois tours. Le dernier aura été de trop pour espérer une première victoire, mais jamais, elle ne s’en était autant approchée.

Désormais, 143ème au Rolex Ranking, l’ex-joueuse de Chatenay-Malabry a avancé de près de 200 places au Classement mondial, soit plus de la moitié du chemin fait par rapport à son objectif affiché : devenir la numéro 1 !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1891
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeuse, je joue au golf en tant que loisir. J'apporte ma contribution en faveur des lectrices du site jeudegolf.org sur des sujets autour de la mode, des relations sociales, et de tout ce qui peut concerner les filles au golf !!!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.