Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Faut-il restreindre les performances du matériel de golf ?

Faut-il restreindre les performances du matériel de golf ?

Depuis plusieurs saisons, l’USGA tourne autour de l’idée de réduire les distances réalisées par les golfeurs professionnels ou amateurs, notamment pour prévenir le besoin de parcours plus longs, et afficher une louable intention de réduire l’empreinte environnementale du golf. Le rapport 2019 sur la distance, fruit de mesures et d’études sur la distance au drive devrait paraître en février prochain, et relancer à nouveau un débat dans lequel le législateur cherche à sortir de l’isolement, par rapport à l’industrie et les consommateurs.

Découvrez nos formules d'abonnements

Depuis trois ans, c’est un peu le serpent de mer dans l’univers du golf : Faut-il réduire les distances potentielles au golf ?

Le législateur (l’USGA pour le golf en Amérique du Nord, et le Royal et Ancient pour l’Europe) s’inquiète d’un accroissement des distances, notamment au drive, et du fait de la balle de golf.

Accroissement de distance qui pourrait en fait peser sur l’économie fragile des parcours de golf, contraints selon eux, de reculer les tees de départs.

Un problème qui n’est absolument pas concret pour 99,9% des golfeurs et golfeuses en France, en Belgique ou en Suisse…

Même aux Etats-Unis, ce discours ne semble pas faire écho avec une quelconque réalité. Les problématiques des parcours de golf américains sont beaucoup plus liées aux fluctuations du nombre de joueurs, ou par exemple pour la Californie, les politiques liées à la consommation d’eau.

Pour chercher l’appui des golfeurs, le Royal et Ancient a notamment lancé en Europe une consultation en ligne, entre septembre et octobre 2018, pour poser au moins quatre questions :

Qu’est-ce qui peut rendre le golf intéressant à regarder à la télévision ?

Pensez-vous que les golfeurs amateurs tapent un peu plus loin que cinq ans plus tôt ?

Pensez-vous que les golfeurs professionnels tapent plus loin que cinq ans auparavant ?

Qu’est-ce qui devrait être le premier critère de succès pour le jeu de golf ?

Le législateur veut se donner les moyens de mieux comprendre les golfeurs, et les impacts de la distance sur la pratique du golf.

Des deux côtés de l’Atlantique, ces questions seront diversement appréciées.

Pour avoir récemment joué les parcours de Torrey Pines et de La Costa en Californie du Sud, je peux témoigner du fait que les parcours sont déjà bien assez longs, et pourtant, au cours de ces cinq dernières années, j’ai sans doute gagné en distance moyenne au drive.

Cependant, la moyenne d’âge des golfeurs est repassée largement au-dessus des 50 ans au cours de ces cinq dernières années. Difficile de croire que les golfeurs acceptent l’idée de réduire la distance au drive, bien au contraire…

Le législateur se préoccupe en fait d’un argument.

En 2018, la distance moyenne des drives mesurés sur le PGA Tour aurait augmenté de 3 mètres !

Après des années de stagnations, ce qui était en opposition complète avec le discours marketing des marques sur des gains supposés de distance au drive, en effet, les distances ont légèrement augmenté.

Cependant, personne n’est réellement capable d’affirmer que cette progression est le résultat du seul matériel, balle ou driver.

En 2018, la distance moyenne des drives mesurés sur le PGA Tour aurait augmenté de 3 mètres !

Les golfeurs professionnels sont de mieux en mieux préparés physiquement, et surtout, ils utilisent de plus en plus des outils technologiques, pour optimiser chaque détail de leur swing.

Avec le trackman, ils peuvent travailler sur l’amélioration du centrage de balle, réduire le taux de spin, et augmenter les conditions de lancements, dans des proportions significatives.

L’usage d’un tel outil au quotidien n’est pas à la portée des golfeurs amateurs.

Le problème de l’accroissement des distances est donc potentiellement un problème qui concerne une poignée de golfeurs dans le monde, et seulement quelques parcours qui accueillent des tournois professionnels.

Pourtant, chaque année, le législateur agite le spectre d’une nouvelle législation contraignante, qui pourrait cette fois attiser la colère des amateurs, qui bien au contraire, sont relativement peu concernés par le problème, ce serait même l’inverse.

Colère qui pourrait être légitime dans la mesure où même les fabricants argumentent sur le peu d’intérêt de revenir en arrière sur la performance des produits.

Et c’est justement ce qui est intéressant pour comprendre les principes qui régissent actuellement la conception du matériel de golf.

Pour Tom Olsavsky, en charge de la recherche et développement chez Cobra Puma Golf, redescendre le coefficient de restitution des faces de driver de 0.82 à 0.80 n’aurait qu’un effet limité sur la distance.

Pour Tom Olsavsky, en charge de la recherche et développement chez Cobra Puma Golf, redescendre le coefficient de restitution des faces de driver de 0.82 à 0.80 n’aurait qu’un effet limité sur la distance.

Les pros pourraient perdre 5 mètres de distance en moyenne, tandis que les amateurs pourraient perdre 3 mètres.

Autres mesures avancées, réduire la taille maximum des têtes de drivers de 460 cc à 350 cc ou réduire la longueur des manches. Là encore, l’ingénieur rétorque avec un cas concret et actuel : Henrik Stenson arrive régulièrement à taper des bois 3 à 270 mètres de moyenne !

En réalité, les meilleurs joueurs pourraient arriver à contourner une nouvelle législation plus contraignante, en adaptant leurs techniques et les conditions de lancements.

Pour Tom Olsavsky, quelles que soient les contraintes imaginées, l’industrie aurait les moyens de proposer des produits performants, ce qui finalement, contournerait une limitation ou en diminuerait les effets.

Les pros perdraient un peu, alors que les amateurs seraient nettement plus pénalisés.

S’agissant de la balle, la question est encore plus intéressante, car cela permet de mettre en lumière les limitations déjà en cours.

En effet, à l’heure actuelle, une balle de golf moderne tapée par un robot réglé sur 120 mph ne doit pas dépasser les 317 yards (289 mètres) de portée, selon la réglementation en vigueur.

Une diminution de la distance entraînerait un changement du dessin des alvéoles et du noyau.

Le fait d’augmenter le taux de spin de balle pourrait aussi être contré par les meilleurs joueurs du monde, qui n’auraient qu’à modifier des paramètres de leurs swings, comme le fait de monter la balle plus haut sur le tee, pour jouer sur l’angle d’attaque et un angle de lancement plus haut…

Etonnamment avec ce débat qui pointe systématiquement le matériel et les marques, passent toujours au second plan des solutions simples, et même de bon sens pour traiter le problème là où il se trouve.

En ne coupant pas aussi souvent la hauteur des roughs, les golfs pourraient faire des économies de carburants, donc un effet positif sur l’empreinte environnementale et considérablement traiter le problème posé par les Brooks Koepka and Co.

Ce dernier déclarait récemment préférer taper le plus fort possible sans se soucier de la dispersion, arguant qu’il était préférable de taper un wedge en second coup plutôt qu’un fer 9, même depuis le rough !

En ne coupant pas aussi souvent la hauteur des roughs, les golfs pourraient faire des économies de carburants, donc un effet positif sur l’empreinte environnementale et considérablement traiter le problème posé par les Brooks Koepka and Co.

On a récemment vu que cette logique se heurtait à la question des roughs, et notamment au Golf National à Saint-Quentin-En-Yvelines, où justement le numéro un mondial a pu voir que sa logique de taper fort et n’importe comment ne pouvait pas toujours payer.

Les amateurs n’aiment néanmoins pas trop cette idée, et par effet secondaire, cela pourrait allonger encore le temps de jeu.

Autre élément qui pourrait limiter simplement la distance sur le PGA Tour : Monter la hauteur de la tonte de gazon des fairways, pour faire baisser la roule.

Là-encore, l’empreinte environnementale pourrait être réduite.

Ces deux simples mesures pourraient avoir un effet dans le sens de la réduction des distances pour les professionnels, sans toucher au matériel des amateurs.

Tout le monde s’accorde au passage sur la position de Titleist !

Ne pas créer des règles pour les pros différentes des règles pour les amateurs. Là encore, la préparation du parcours n’entraverait pas cette logique de traitement.

A l’heure actuelle, la préparation des grands prix amateurs engendre déjà des différences avec un parcours pour Monsieur Tout le Monde, sans que cela choque les golfeurs, et les golfeuses.

Ce débat illustre deux choses : Il existe des solutions simples pour traiter la question de la distance (durcir techniquement les parcours). Le matériel est déjà fortement bridé, ce qui ne laisse pas de place à de réelles améliorations notables, quoi qu’en disent les marques.

Pour avoir joué en France, et aux Etats-Unis (en Californie et en Floride), je note au moins une différence récurrente sur la difficulté des parcours.

Aux USA, la distance est justement considérée comme la mère des difficultés. En conséquence, les parcours présentent peu souvent des roughs terribles, y compris Torrey Pines.

Aux USA, la distance est justement considérée comme la mère des difficultés. En conséquence, les parcours présentent peu souvent des roughs terribles, y compris Torrey Pines.

Sans dire qu’il est facile de taper un coup de fer depuis un rough à Torrey Pines, mais déjà à la différence du Golf National, on trouve la balle !

Surtout, en France, j’ai déjà joué de nombreux parcours où la largeur des fairways est beaucoup plus étroite, sans parler du fait que bien souvent, nous avons plus d’arbres autour.

En conclusion, il paraît beaucoup plus pertinent de durcir les parcours, plutôt que de chercher à les allonger, et surtout modifier le matériel, ce qui serait majoritairement injuste pour la majorité des amateurs.

Pour répondre à l’une des questions posées par le législateur, taper le plus loin possible, le gain de distance est l’une des clés qui font que le golf est un sport excitant.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 604
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Commentaires   

Avec
 
HKELLER0709@GMAIL.COM
+1 #2 Modifier le parcours plutôt que le matérielHKELLER0709@GMAIL.COM 30-12-2018 10:55
Ce débat répond également à notre difficulté à démocratiser ce sport que nous aimons tant. Un parcours plus petit et de l’herbe plus haute sera moins coûteux à entretenir, on peut alors imaginer un droit de jeu plus faible et donc plus de joueurs potentiels. Réduire la distance en agissant sur le terrain ne me pose aucun soucis car tous les joueurs seront égaux face à cela. Si demain, tout le monde se met à taper à 300metres, la réponse risque d’etre des parcours plus long
et donc plus coûteux ! Intéressant débat en tous les cas!
 
 
Oliverdalton40@gmail.com
+1 #1 Faut il restreindre les performances du matériel ?Oliverdalton40@gmail.com 27-12-2018 10:10
Tout à fait d’accord avec votre analyse. Laissons les amateurs rêver en les faisant jouer avec le « même » matériel que les pros. Mais que la préparation des parcours de championnat soit « pénalisante » pour les mauvais coups...cf les US Open ou le Golf National.
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.