Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Open de France 2018: Qui sont les favoris ?

Qui pour succéder à Tommy Fleetwood ? L’anglais, aujourd’hui dixième joueur mondial, s’était imposé l’an passé sur les greens du golf National, une victoire qui avait été capitale pour l’acquisition de son titre de meilleur golfeur européen aux termes de la Race.

Qui pour succéder à Tommy Fleetwood ? L’anglais, aujourd’hui dixième joueur mondial, s’était imposé sur les greens du golf National, à l'occasion de la 101eme édition. Une victoire qui avait été capitale pour l’acquisition de son titre de meilleur golfeur européen aux termes de la Race. Désormais élevé au rang des superstars du circuit, deuxième du dernier US Open, le golfeur de 27 ans est peut-être le premier à pouvoir être considéré comme favori, pour cette nouvelle édition du HNA Open de France. L’américain Justin Thomas découvrira le tournoi, alors que les espagnols Jon Rahm et Sergio Garcia voudront faire bien plus que le spectacle…Quid des français ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Le tenant du titre : Tommy Fleetwood

L’an passé, tous les yeux étaient tournés vers l’espagnol Jon Rahm, nouveau prodige du golf mondial, récent vice-champion du monde de match-play, vainqueur du Farmer’s à Torrey Pines.

Rahm était le joueur le plus coté au départ de l’Open français.

Aligné avec Alexander Levy et Tommy Fleetwood pendant les deux premières journées, Rahm suscitait alors la plus grande curiosité.

Pourtant, dès les premiers trous, l’anglais a mis en place patiemment la bonne formule pour finalement remporter l’Open.

Déjà très en vu sur l’US Open qu’il avait bouclé à une étonnante quatrième place, Fleetwood moins long que ses partenaires, assurait surtout d’être au centre du fairway, à chacun de ses engagements.

Systématiquement plus court, mais systématiquement plus près des drapeaux, il rendait une dernière carte de 66 sans aucun bogey lors du dernier tour, pour s’imposer en -12.

Dans la dernière ligne droite, il avait finalement déposé l’américain Peter Ulhein d’un coup, leader au soir du troisième tour aux côtés de la surprise suédoise, Alexander Bjork.

Après cette victoire, alors qu’il était déjà très en vue depuis le début de la saison sur le circuit européen (une victoire à Abu Dhabi l’avait parfaitement mis en orbite), Fleetwood avait intégré le top-20 mondial.

Il devait être enfin pris au sérieux.

Après cette victoire, alors qu’il était déjà très en vue depuis le début de la saison sur le circuit européen (une victoire à Abu Dhabi l’avait parfaitement mis en orbite), Fleetwood avait intégré le top-20 mondial.

Depuis sa victoire à Paris, il s’est installé au sommet du golf mondial. Jaidee et Wiesberger, les précédents vainqueurs n’en avaient pas fait autant.

Un plateau relevé, sans toutes les grosses stars mondiales, mais au moins un américain

Bien que la même semaine aux Etats-Unis, Tiger Woods organise et joue le Quicken Loans dans la région de Washington (TPC Potomac), le champ de joueurs sera relevé à Paris avec 12 membres du top-50.

On pourra regretter encore un manque de joueurs du top-10 mondial, bien que cette année, pour la première fois en trente ans, trois seront à Paris (Rahm, Fleetwood et Thomas).

Rory McIlroy, présent en 2016  fait l’impasse pour sauter directement sur l’Open d’Irlande et enchaîner sa préparation en vue de The Open à Carnoustie.

Ce n’est pas anodin, mais les Rolex Series vont se poursuivre sur 3 semaines, avec dans la foulée de l’Open de France, l’Open d’Irlande puis l’Open d’Ecosse, et ce juste avant The Open, qui aura lieu lui aussi en Ecosse, sur le parcours de Carnoustie.

Si McIlroy a fait le choix de manquer le rendez-vous français, d’autres comme Justin Rose, numéro 3 mondial, deuxième de la dernière Race to Dubaï peuvent avoir fait le même choix, tandis que Francesco Molinari, déjà assuré de faire partie de l’équipe européenne de Ryder Cup assume sa préférence pour le PGA Tour cette semaine.

C’est donc Justin Thomas, actuel numéro deux mondial, qui assumera le statut de star du tournoi.

Un temps numéro un mondial avant que Dustin Johnson ne finisse par lui reprendre la place, le vainqueur du dernier US PGA s’apprête à découvrir le Golf National.

Long frappeur, en fait excellent dans tous les domaines, sans repères sur ce parcours, il est difficile d’en faire le favori absolu, tant l’expérience peut s’avérer décisive sur les greens de l’Albatros.

En 2016, McIlroy, dans la même position, avait dû rendre les armes contre Jaidee.

En 2016, McIlroy, dans la même position, avait dû rendre les armes contre Jaidee. L’an passé, Jon Rahm n’avait pas réellement pesé sur les débats pour la victoire finale.

La météo va jouer un rôle considérable.

En 2016 et 2017, la pluie avait assoupli le parcours, et permis à des golfeurs plus précis que longs de s’imposer. Cette année, c’est un intense soleil et de fortes chaleurs qui sont attendues pour cette dernière grande répétition avant la Ryder Cup en Septembre.

Cela pourrait avantager l’américain Justin Thomas qui vient clairement en repérage.

C’est d’ailleurs étonnant d’entendre de sa bouche qu’il est capital de venir repérer un parcours avant la Ryder Cup, et de constater qu’il sera le seul membre de l’équipe américaine à faire le déplacement !

Pas de Dustin Johnson, Jordan Spieth, Patrick Reed, Brooks Koepka ou Rickie Fowler… c’était pourtant l’occasion ou jamais.

A contrario, l’Europe fait un petit mieux malgré l’absence de McIlroy et Rose.

La plupart des challengers seront européens en vue de la Ryder Cup

Rahm, Fleetwood, Garcia, Noren, Hatton, Cabrera-Bello, Poulter, Fitzpatrick et Fisher seront bien à Paris. Ils sont de sérieux candidats pour une place en Ryder Cup.

L'espagnol Jon Rahm, déjà titré à Madrid plus tôt dans la saison, fait même office de véritable favori.

Particulièrement à son aise sur les Rolex Series (l'an passé, il en avait remporté deux), il avait su être performant sur les greens du Golf National (dans le top-16 au putting). Il avait manqué d'expérience pour jouer la gagne, et écarté trop de coups depuis le tee.

Cette année, les choses pourraient être différentes. Il ne découvre plus le parcours !

Particulièrement à son aise sur les Rolex Series (l'an passé, il en avait remporté deux), il avait su être performant sur les greens du Golf National (dans le top-16 au putting).

Tyrell Hatton, auteur d’une très bonne performance sur l’US Open, aura à cœur de remporter son premier Rolex Series de la saison.

Il aime le parcours et le tournoi.

Récemment séparé de son ami et cadet Jonathan Bell, il forme désormais un excellent duo avec « Punk » Mark Crane, ex-cadet de Chris Wood.

Crane l’a justement très bien aidé sur la gestion du parcours à Shinnecock Hills, alors qu’Hatton a la réputation d’être plus agressif.

Avec plus de patience, ce qui pourrait aussi être utile à Saint-Quentin-En-Yvelines, Hatton peut être considéré comme un favori.

Il explique aussi sa présence par le fait qu’il veut absolument faire partie de l’équipe européenne de Ryder Cup. Il ne veut pas manquer de faire le plein de points.

Tout comme Sergio Garcia, qui déçoit depuis le début de la saison, et se trouve en délicatesse au classement pour intégrer l’équipe européenne.

Longtemps membre du classement mondial, qui qualifie directement quatre joueurs, Sergio Garcia descend lentement. Il n’est plus que douzième.

Depuis son fiasco au Masters, il peine à retrouver confiance. Ce sera donc sa toute première apparition au National, et tout comme Justin Thomas, il vante l’importance de repérer le parcours.

Le public devrait en faire un de ses chouchous. On avait plus vu Garcia près de Paris depuis le regretté Trophée Lancôme à Saint-Nom-La-Bretèche.

A 21 ans, il avait remporté le tournoi 2001 devant Retief Goosen.

A la liste des joueurs à surveiller, il faudra ajouter le récent vainqueur du BMW International, l’anglais Matt Wallace qui compte en fait déjà deux victoires sur le circuit européen cette année. Il s’était déjà imposé en Inde courant Mars.

L’espagnol Jorge Campillo n’est pas le plus connu. Il compte pourtant le plus grand nombre de top-10 depuis le début de l’année.

Avec le danois, à Paris, ça passe où ça casse !

Enfin, il faudra garder un œil sur Thorbjorn Olesen qui a déjà remporté un Rolex Series à l’occasion de l’Open d’Italie plus tôt cette année.

Avec le danois, à Paris, ça passe où ça casse ! Deuxième pour sa première participation en 2011 quand justement Thomas Levet s’était imposé. Par la suite, il a souvent manqué le cut avant de terminer à nouveau troisième l’an passé.

Et les français ?

Pour Alexander Levy, la victoire serait presque impérative pour se donner une chance d’intégrer lui-aussi l’équipe européenne de Ryder Cup. Il restera encore d’autres chances après Paris, mais disons qu’il pourrait se mettre dans les meilleures dispositions sur son Open national.

Pour Alexander Levy, la victoire serait presque impérative pour se donner une chance d’intégrer lui-aussi l’équipe européenne de Ryder Cup.

Pour cette année, conscient de l’enjeu et de la pression qui va avec, il a déjà annoncé vouloir se préparer de manière différente. Par exemple, il n’arrivera sur le tournoi qu’au dernier moment, et ne logera pas sur place, afin de chasser la pression.

Il sait que la difficulté du tournoi se rapproche des Majeurs, et qu’une bonne performance ici pourrait valider le travail actuellement réalisé avec son coach Pete Cowen.

Jusqu’à présent, il n’a pas encore performé dans les grands rendez-vous, et encore récemment à l’US Open où il était malade.

Au pied du mur, il sera encore plus scruté par le public, qui voit en lui la principale chance d’un français en Ryder Cup.

Dernier tricolore à avoir goûté à la victoire (Trophée Hassan II), proche du top-50 mondial, il est celui qui présente le plus de garanties.

Matthieu Pavon arrive à Paris avec un statut différent ! Performant à Shinnecock Hills, il devrait beaucoup plus accrocher l’attention du public français.

25eme en majeur pour une première participation, cette performance a de quoi retenir l’attention sur vous.

25eme en majeur pour une première participation, cette performance a de quoi retenir l’attention sur vous. Pendant l’US Open, c’est son attitude qui avait été mise en avant pour expliquer sa performance.

Déjà présent à Paris depuis le début de la semaine, il a été un des premiers à reconnaître le parcours.

Il sait sans doute qu’il va susciter plus d’attentes et d’intérêts.

La liste des français engagés devrait être comme chaque année relativement importante avec notamment Mike Lorenzo-Vera, troisième l’an passé, ce qui lui avait ouvert les portes de The Open, Julien Guerrier, Romain Wattel, Raphael Jacquelin, ou encore Gregory Havret seront aussi de la partie.

En espérant qu’ils feront mieux que leurs homologues masculins à Roland-Garros, et que l’un d’entre eux pourra intégrer une des dernières parties, dimanche…

Posté par le dans European Golf Tour
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 274
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.