Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Open de France 2016: Rory McIlroy prêt pour Paris!

Open de France 2016: Rory McIlroy prêt pour Paris!

Présent pour le premier open national de golf disputé pour la centième fois sur le continent européen, le nord-irlandais Rory McIlroy est bien plus qu’une tête d’affiche. A lui seul, il électrise le parcours de sa seule présence, et cette semaine, pourvu qu’il passe le cut, il devrait attirer tous les regards sur lui, et ce pour le plus grand bonheur des spectateurs franciliens attendus en nombre pour l’occasion.

Découvrez nos formules d'abonnements

Mercredi, veille de tournoi, de la conférence de presse à ses premiers pas sur le parcours, nous avons pu suivre le champion qui va sans aucun doute marquer de son empreinte le tournoi du centenaire.

Arrivé à 12h30 en salle de conférence de presse, comble pour l’occasion, Rory est apparu détendu, et même un soupçon blagueur au moment de faire référence à l’éventuelle présence d’un moustique dans la pièce, ce qui n’a pas manqué de provoquer l’hilarité de la salle.

McIlroy a ainsi fait référence non sans autodérision à sa récente décision de passer les Jeux Olympiques de Rio par crainte du virus Zika.

Bien que l’Open de France soit sur le point de débuter, les JO sont dans toutes les têtes, et beaucoup de questions ont été posées à ce sujet, signe que le golf vit réellement à l’heure des jeux, la plus belle des reconnaissances pour ce sport.

Pourtant, Rory McIlroy n’a pas affiché à ce sujet une farouche détermination à participer, mettant en exergue le fait que pour le golf, il s’agit d’un très bon vecteur de promotion dans des régions qui jouent peu au golf. On aurait pu s’attendre à ce qu’il soit plus enthousiaste à cette idée.

Pour lui, disputer chaque année quatre tournois majeurs, c’est déjà quatre tournois olympiques, considérant que c’est sur ces tournois qu’il sera jugé, et qu’il sera attendu pour laisser une trace dans l’histoire. McIlroy avoue en toute franchise plus rêver de Claret Jug, et de veste verte que de médailles.

Une affirmation qui révèle à quelle point le jeune McIlroy s’est construit non pas dans le rêve Olympique mais bien dans le rêve Majeur.

Zika n’est peut-être pas la seule raison de son forfait. Il faut croire que pour certains golfeurs, les jeux ne représentent tout simplement pas un « big deal ».

Difficile de ne pas penser néanmoins que Zika ait effrayé beaucoup de joueurs, et notamment un Rory qui s’apprête à se marier et à fonder une famille.

Sur ce point, McIlroy a eu une position un peu étrange. Alors qu’aucune golfeuse professionnelle n’a pour l’instant déclaré forfait, interrogé sur cet écart par rapport aux garçons, le jeune sportif a expliqué que l’on ne pouvait pas comparer « des pommes avec des pommes », une drôle de formule…

A savoir, les joueuses pros n’ont visiblement pas selon lui, l’intention de fonder une famille dans les six mois à un an derrière les jeux. Ajoutant, 90% des athlètes sont des célibataires qui ne sentent pas concernés par Zika, et ces conséquences à court terme.

Plus sûrement, sur ce point, il concède ne vouloir prendre aucun risque alors qu’un Padraig Harrington, lui ne prévoyant plus d’avoir d’enfants serait prêt à faire le voyage, toujours selon McIlroy.

Ce dernier préférant tenter sa chance pour les prochains jeux de Tokyo en 2020.

Amusé après sa blague sur le moustique !

Au-delà de la plaisanterie sur le moustique, McIlroy n’est pas à Paris pour faire le show ou de la figuration, mais bien pour entamer son opération reconquête, et ce à quelques jours du troisième majeur de l’année, et après sa relative déception de l’US Open où il a manqué le cut.

Du rêve à la réalité, Rory est bien présent à Paris pour un tournoi doté de 3,5 millions d’euros alors qu’il aurait pu être de l’autre côté de l’Atlantique pour disputer un championnat du monde de golf contre ses adversaires naturels, Jason Day, et Jordan Spieth.

Ceci étant, il n’est pas le seul vainqueur de majeur présent sur le parcours du golf National qui a déjà vu une vingtaine de champions en majeurs s’imposer sur ses terres, signe que le tournoi fait bien partie des plus grands en Europe.

Danny Willett, le vainqueur d’Augusta est présent, et sera sans doute le plus grand rival de Rory.

Tous, à commencer par Willett se disent enchantés par la perspective de jouer un tournoi aussi relevé cette année.

Le fait que le tournoi rapporte double de points exceptionnellement cette semaine n’y est pas totalement étranger, et en plus des jeux, les joueurs européens dont McIlroy ont bien la Ryder Cup dans un coin de la tête.

McIlroy plutôt dans son élément au Golf National

Sincère ou habile communiquant, McIlroy a confessé être heureux d’être présent sur ce tournoi du centenaire qu’il n’avait plus joué depuis 2010.

Prévu pour jouer en 2011, il avait finalement renoncé tout juste après avoir remporté son premier US Open ! Comme quoi, une victoire en majeur, cela vous change un homme…

En réalité, Rory souhaitait revenir depuis un certain temps, en particulier dans la perspective de jouer le parcours de la Ryder Cup 2018, mais aussi pour apporter son soutien au circuit européen, dont il est tout de même le principal porte-drapeau depuis plusieurs saisons.

Ces dernières années, McIlroy est un des joueurs qui a le plus assumé le fait de jouer aussi bien aux USA qu’en Europe. C’est d’ailleurs peut-être quelque chose qui le dessert dans sa quête de la place de numéro un mondial, quand Spieth et Day limitent les déplacements au seul PGA Tour.

Concernant l’Albatros, McIlroy ne semble pas particulièrement impressionné par le parcours. Au contraire, pour sa dernière participation, il se souvient avoir manqué d’un putt la participation à un play-off.

Lucide sur ce qui l’attend à partir de jeudi matin, McIlroy concède que la mise en jeu est ici plus qu’ailleurs un élément clé d’une éventuelle bonne carte de score.

Bien placer la balle depuis le tee est donc essentiel à ses yeux, en particulier à cause de l’épaisseur des roughs.

A l’heure de la conférence de presse, Rory n’avait pas encore repéré le parcours. Il ne faisait que supposer par rapport à la pluie tombée pendant les semaines précédentes.

Concernant la stratégie, McIlroy n’a pas oublié que sur ce parcours, il fallait savoir jouer de prudence sur quelques trous, et accepter de seulement faire des pars conservateurs, citant en exemple le trou numéro sept, où un quatre est un bon score.

Au contraire, les pars 5 lui paraissent tout à fait abordable et attaquables, souvent même en deux coups.

Depuis la déception de l’US Open de Oakmont qu’il assure avoir digéré plus facilement que le cut manqué à Muirfield en 2013, moment qu’il considère toujours comme le point le plus bas de sa carrière, Rory a admis avoir beaucoup travaillé la semaine passée pour lutter contre de mauvaises habitudes qu’il a pris le soin de ne pas nommer, nous laissant dans le flou sur la réalité de ce qui peut encore le gêner en tournoi.

Sur ce point, il a enchaîné des phrases vides de précisions, de sorte que nous avons juste compris qu’il avait travaillé, que c’était en cours, et progressif !

McIlroy au putting sur le 18

Sur ce point, la conférence de presse étant menée d’une main de fer par les officiels de l’European Tour, habitués à distribuer les questions à leurs copains journalistes anglais, il n’a pas été possible d’obtenir plus de précisions, notamment sur le putting du joueur, sujet sur lequel il a pourtant semblé opéré plusieurs changements depuis le début de la saison.

McIlroy à Paris ! Nous sommes contraints d’accepter le côté très formaté de la conférence de presse type European tour.

Malgré cet aspect rigide, Rory McIlroy s’est montré particulièrement disponible un peu plus tard dans l’après-midi, en particulier pour les spectateurs qui l’attendaient à la sortie de son 18 trous de reconnaissance, théâtre du Pro-Am du jour.

McIlroy disponible pour les fans parisiens

Jeudi, il démarrera sa nouvelle histoire avec l’Open de France en compagnie de Victor Dubuisson à 8h20, une partie qui sera sans doute la plus suivie du jour pour les lèves-tôt…

Cette première partie devrait donner une bonne indication sur sa capacité à s’illustrer sur ce parcours, et se placer dans la perspective d’une victoire dimanche, ce que les organisateurs se prêtent certainement à rêver pour l’histoire de l’épreuve.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1271
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.