Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Open d'Irlande 2016: McIlroy reprend la main avec autorité

rory_20160522-173511_1.jpg

En l’absence de Jordan Spieth, engagé sur le Byron Nelson aux Etats-Unis, et Jason Day, au repos suite à sa victoire sur le Player’s Championship, Rory McIlroy a enfin lancé sa saison, et mis un terme à une longue période sans victoire en remportant ce dimanche, l’Open d’Irlande, disputé au K Club, un tournoi dont sa fondation est le sponsor titre.

Découvrez nos formules d'abonnements

McIlroy gagne presque à domicile !

Solide leader après trois tours, Rory McIlroy n’a pas nécessairement joué le meilleur golf de sa vie ce dimanche dans des conditions météos pas franchement très clémentes, mais il a assuré l’essentiel en se montrant patient.

Parti avec trois coups d’avances, il lui a fallu attendre seize trous pour finalement faire la différence ayant jusque-là annulé deux birdies par deux bogeys.

Pendant tout ce temps, Russel Knox, son principal adversaire du jour avait eu le temps de le rattraper, puis même le dépasser un temps en tête du tournoi.

A trois trous de l’arrivée, McIlroy a repris son destin en mains en signant un birdie et un eagle sur le dernier trou.

Le scénario du tournoi a donc basculé au seize où justement McIlroy a signé un birdie quand Knox était pénalisé par un bogey fatal. Derrière, il ne reviendra jamais sur le maître des lieux.

La fin d'une disette de 7 mois

Première victoire pour McIlroy depuis le mois de novembre, et son dernier succès au DP World Tour, une victoire qui vient à point nommé au moment d’attaquer la période charnière de la saison avec l’US open en point de mire, et plusieurs gros tournois comme le PGA Championship et l’Open de France où McIlroy sera plus que jamais le grand favori.

Loin de gagner alors qu’il était plutôt coutumier des bons débuts de saisons, McIlroy était pourtant sur la bonne voie depuis quelques semaines.

Quatrième du Wells Fargo Championship, douzième au Player ‘s où il s’était temporairement mis en avant, McIlroy sentait que le K Club allait lui sourire.

Après plusieurs semaines à enchaîner des bonnes et des moins bonnes cartes, sur ce week-end irlandais, il a trouvé une certaine forme de régularité avec quatre cartes sous le par.

Plus important, il a su sortir le coup décisif au moment crucial.

Qualité qui agace passablement Jordan Spieth, et qui fait actuellement la force de Jason Day, cette capacité à se mettre dans la zone sous pression au moment le plus important.

McIlroy provisoirement débarrassé de ses principaux rivaux n’a pas laissé passer sa chance de s’imposer en tapant un magnifique coup de bois 3 de 247 mètres sur ce fameux trou seize. Coup qui a trouvé le green alors que son drive l’avait déjà idéalement placé au centre du fairway.

Soit deux coups parfaits pour se laisser derrière deux putts pour birdie.

Tel un boxeur, McIlroy a placé un uppercut gagnant pour gagner par K-O sur Russel Knox et Bradley Dredge, l'autre animateur de la journée en tête du leaderboard.

Au 18, McIlroy a récidivé mais la messe était dite.

Et cette fois, son coup de bois tapé à 231 mètres trouva le chemin du green, et surtout celui du drapeau.

Un seul putt pour terminer victorieux, McIlroy pouvait enfin souffler, et égaliser la seule victoire de Jordan Spieth en 2016, étant toujours derrière Jason Day pour le nombre de victoires sur le tour cette saison.

Il lui restera à gagner un grand tournoi en présence de ses deux grands rivaux pour rappeler qu'il peut être le meilleur golfeur du monde.

En route pour gagner la Race ?

Il pourra toujours se réjouir d’avoir nettement battu Danny Willett, leader du premier tour, et même second au matin du dernier tour.

L'anglais a finalement lâché l’affaire avec un score final de 77 sur les 18 derniers trous.

Pour McIlroy, il y a fort à parier qu’il prenne fortement en considération le circuit européen dans son calendrier global 2016.

Non seulement pour y trouver un terrain propice à une domination, n’ayant pas Spieth et Day a surveillé, et aussi pour reprendre son siège de patron du golf européen, contesté par Danny Willett, qui depuis sa victoire au Masters a pris une autre dimension.

A la Race, McIlroy qui est habitué à dominer le classement depuis plusieurs saisons n’occupe justement que la quatrième place avec un retard  assez prononcé sur Willett (1,4 millions € entre les deux hommes sachant que Willett a joué trois tournois de plus).

rory2_20160522-173512_1.jpg

Après avoir manqué trois cuts consécutifs en Irlande, McIlroy a déjoué les pièges du parcours et de la météo pour démarrer son opération reconquête du circuit européen.

Et d’un point de vue statistiques, les chiffres plaident en sa faveur.

McIlroy domine deux classements très révélateurs : la moyenne de coups joués soit 69,2 et la moyenne de greens pris en régulation, soit 80%.

Ces chiffres et sa situation comptable contribuent à expliquer pourquoi il sera présent à Paris pour l’Open de France plutôt qu’au championnat du monde Bridgestone.

Les objectifs de McIlroy pour 2016 pourraient tourner autour de sécuriser sa place de numéro un européen, tenter de gagner un majeur, et en particulier le British Open, et assurer sa place de leader de l’équipe européenne de Ryder Cup, tout du moins, le temps de trouver une parade à la domination de Jason Day sur le PGA Tour.

L’Open d’Irlande n’aura pas servi les intérêts d’un seul joueur...

Sébastien Gros en leader du clan tricolore sur le Tour

Le clan français peut se féliciter de la dixième place de Sébastien Gros, parti pour conserver sa carte sur le circuit pour sa première saison dans l’élite.

Le lyonnais a globalement joué toujours sous le par pendant toute la semaine, à l’exception d’un troisième tour en seulement plus un.

Gros est la bonne surprise du clan français.

Sur ce week-end, il s’est mis au niveau de joueurs tels que Lee Westwood, Jamie Donaldson, ou James Morrison, des cadors du circuit alors qu'il ne bénéficie pas de la même expérience.

En revanche, sa puissance au drive l'a parfaitement servi, soit le même atout que le vainqueur du jour (Gros est quatrième du tour européen pour cette statistique avec une moyenne de 287 mètres).

Sébastien Gros n'est pas le seul à s'être illustré au K Club. Gregory Bourdy, plus souvent habitué aux joutes des grands tournois européens, a lui aussi su tirer son épingle du jeu pour terminer dans le top-10.

A noter, la très belle carte de 66 rendue dimanche par un autre lyonnais, Raphael Jacquelin, soit la deuxième meilleure performance du jour derrière l’allemand Martin Kaymer, lui –aussi de retour à son meilleur niveau, ce qui n’est pas encore le cas de son ami, Victor Dubuisson.

Le cannois a manqué le cut après un deuxième tour en 81 qui laisse imaginer que le travail de remise en forme sera encore long… 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1610
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.