Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Open d’Espagne de golf 2015 : Viva Espana !

Open d’Espagne de golf 2015 : Viva Espana !

Certes, elle était facile, mais comment ne pas saluer la deuxième place d’Edouard Espana sur l’Open d’Espagne disputé sur le parcours d’El Prat, près de Barcelone. Performance qui sanctionne une progression stratosphérique au plus haut niveau.

Sommaire de l'article consacré à l'Open d'Espagne 2015

  1. Les enjeux de l’Open d’Espagne 2015
  2. L’économie du golf en Espagne
  3. Un parcours à jouer : El Prat
  4. La Race To Dubai 2015
  5. La victoire de James Morrison
  6. Les français chantent VIva Espana

Les enjeux de l’Open d’Espagne 2015

Premier véritable rendez-vous de la saison sur le vieux-continent pour l’European Tour de golf 2015, l’Open d’Espagne qui ses dernières années a souvent été menacée pour raisons économiques a bien lieu El Prat, près de Barcelone.

Et pour l’occasion, les espagnols ont mis les petits plats dans les grands, faisant la promotion de l’épreuve avec Sergio Garcia, Rafael Nadal et Johann Cruyiff démontrant une nouvelle fois, la réussite de l’insertion du golf dans la société espagnole.

Quatrième sport pratiqué en Espagne avec 300 000 licenciés, l’Open d’Espagne est le grand rendez-vous des Ibériques, d’autant que le pays compte beaucoup de grands joueurs en activité.

A commencer par Sergio Garcia, El Nino, qui vient tout juste de faire une très belle performance au Players Championship 2015, s’inclinant en play-off contre Rickie Fowler.

Membre régulier du top-10 mondial, il est la star du tournoi qu’il n’a remporté qu’une fois en 2002.

Digne successeur de Ballesteros et Olazabal, il  ne lui manque plus qu’une victoire en Majeur pour être considéré au même niveau que ses glorieux ainés.

Le deuxième meilleur golfeur ibérique au classement mondial n’est autre que Miguel Angel Jimenez qui du haut de ses 51 ans est la véritable attraction du tournoi.

Connu aussi bien pour son golf que pour son attitude joviale sur et en-dehors du parcours, Jimenez s’est imposé l’an passé pour la première fois de sa carrière. Il avait déjà plus de 50 ans ce qui en fait l’un des vainqueurs les plus âgés sur le tour.

Miguel Angel Jimenez : la star !

Le secret de son éternelle jeunesse tient sans doute dans sa gymnastique bien à lui…

Vainqueur sur le PGA de Catalunya, il rêvait de pouvoir défendre victorieusement son titre.

Troisième golfeur espagnol dans le top-100 mondial, Pablo Larrazabal était ce week-end le local de l’étape.

Heureux de jouer devant ses amis et sa famille, il a savouré le fait de jouer à domicile.

Enfin, Rafa Cabrera-Bello, Alejandro Canizares, Gonzalo Fernandez-Castano,  et Alvaro Quiros (vainqueur de cet Open à Seville en 2010) représentaient les autres chances ibériques bien qu’ils aient été dans des formes diverses avant ce tournoi.

L’économie du golf en Espagne

Longtemps considéré comme la première puissance golfique du continent, le golf espagnol est la traîne sur le tour, ce qui contraste avec l’économie du tourisme golfique en plein renouveau.

En 10 ans, le golf espagnol a connu une croissance spectaculaire pour atteindre 330 000 licenciés, et 40% d’augmentation du nombre de parcours.

La part des golfeurs licenciés en Espagne est comparable à celle observée en France, à savoir 0,7% de la population.

Un chiffre très loin des 10% observés dans les pays anglo-saxons. On peut nuancer ce chiffre par le fait que la crise en Espagne a été beaucoup plus traumatisante qu’en France, avec près d’un quart de la population active au chômage, et le fait que le PIB espagnole soit en-dessous du niveau de richesse globale de la France.

L’économie du golf espagnol est estimée 2,6 milliards d’euros par an sur un chiffre total tourisme estimé à 60 milliards par an.

Sur ce point, alors que l’on pourrait croire que la France serait en pointe, c’est tout le contraire comme le confiait Jean-Pierre Nadir, pdg d’Easyvoyage : « la France est le seul pays, avec les USA, où le tourisme contribue moins à la création de richesse que la moyenne de l’économie nationale. »

Ce dernier pointait dès 2013 le fait que l’économie espagnole estimé à 1400 milliards d’euros (PIB) dont 60 milliards pour le tourisme était largement devant la France et ses 2000 milliards d’euros de PIB et seulement 50 milliards pour le tourisme.

Si effectivement 83 millions de personnes passent en France chaque année, 14% sont de simples voyageurs en transit, et 15 millions viennent seulement à Disney !

A contrario, avec 25% de touristes en moins, l’Espagne réalise un chiffre d’affaires tourisme de 20% supérieur !

Un parcours à jouer : El Prat 

Situé au nord-ouest de Barcelone,  le Parc Naturel de Sant Llorenç del Munt i l’Obac s'étend sur près de 13 000 hectares. Le tracé de Greg Norman est réputé pour la difficulté de ses greens. 

Selon un golfeur pro y ayant ses habitudes « Les greens sont certainement la plus grande difficulté de ce parcours où il faut savoir maîtriser les mises en jeux ! » 

Avant d’ajouter « Ces trous 16 et 17 sont exceptionnels mais pour être honnête tout le parcours est fantastique. Ce n'est pas le genre de parcours où quelques trous laissent à désirer. Non, les 18 trous sont superbes et il faut être très affuté pour sortir avec un carte sous le par. » 

Le Golf en Catalogne date de 1912 quand le Barcelona Golf Club fut construit. (il a par la suite été appelé Real Club de Golf Pedralbes). L’expansion de Barcelone dans les années 50 a obligé le club a déménagé en 1955. 

Le golf d'El Prat

Il trouve un port d'attache à côté de l'aéroport El Prat et le nombre de membres passe rapidement de 100 à 1000. 

Le golf est rebaptisé le Real Club EL Prat et il a été l'hôte de huit Open de España dont le premier a été joué en 1956. 

L'aéroport s'est étendu en 2003 et le club et ses parrains ont dû de nouveau déplacer le parcours mais cette fois à Terrassa.

Le légendaire Greg Norman a distillé sa vision et sa créativité sur tout le tracé idyllique d'El Prat. 

Le parcours a ouvert en juin 2004 sous le parrainage de Sergio Garcia. Ce dernier avait fait ses débuts en tant que professionnel à El Prat alors que le parcours était encore près de l'aéroport.

La Race To Dubai 2015

Etape européenne de la Race, l’Open d’Espagne n’a pas été gratifié de la présence de son numéro un, Rory McIlroy, déjà engagé sur le Wells Fargo Championship, tournoi du PGA Tour.

En l'absence de McIlroy et des quatre autres leaders du classement de la Race !!!! c'est l’anglais Ross Fisher actuel sixième qui pouvait espérer reprendre quelques points.(Il a pris la 33ème place du tournoi).

Avec trois anglais et trois sud-africains dans le top-10 de la Race, le classement provisoire est surtout le reflet du calendrier de début de saison, essentiellement joué ailleurs qu’en Europe, et notamment en Afrique du  Sud, l’épreuve espagnole est justement l’occasion de voir d’autres golfeurs d’autres horizons émergés, et notamment des français.

Classement de la Race To Dubai

Gary Stal est à ce stade de la compétition, le numéro un tricolore en quinzième place.

Pour rappel, les 60 premiers sont qualifiés pour les play-offs de fin de saison.

Dubuisson est actuellement en danger puisque seulement 55ème !

La victoire de James Morrison

Auteur d’une dernière carte en 69, soit trois coups sous le par, l’anglais James Morrison a remporté le tournoi sans laisser de place à un éventuel retour d’un autre golfeur.

Le matin, il était pourtant ex-aequo avec David Howell qu’il a nettement dominé avec trois birdies et aucun bogey sur le terrible golf d’El Prat, connu pour ses greens tortueux.

En moins dix total à 278 coups, Morrison a remporté sa deuxième victoire en carrière sur l’European Tour, et son plus gros chèque (284 000 dollars) après l’Open de Madère en 2010.

Il devance Miguel Angel JImenez qui malgré un eagle sur le quatrième trou et un 67 total termine à quatre coups à la deuxième place, et échoue dans sa quête de doublé.

Néanmoins, il a régalé le public pas tant que cela habitué à des victoires d’espagnols sur ce tournoi, qui au contraire a souri par le passé Christian Cevaer et Raphael Jacquelin.

Les français chantent Viva Espana !

Edouard Espana, le plus espagnol des français engagés sur ce tournoi réussit sa plus belle performance en carrière sur l’European Tour à l’occasion de ce tournoi.

Deuxième, il a mené le tournoi après deux tours joués devant sa famille originaire justement de Barcelone.

Sur le terrible parcours d’El Prat, cette solide prestation en dit long sur les progrès rapides du golfeur déjà vainqueur, un mois plus tôt du PGA Schweppes au Médoc.

Encore quelques mois en arrière, Espana se faisait brillamment remarqué au Masters 13 sur l’Alps Tour.

En l’espace de seulement quelques mois, le voilà aux portes du top-60 européen alors qu’il dispute sa première saison sur l’European Tour.

Passé pro en 2013, il ne lui aura fallu que deux ans pour se distinguer ! Chapeau !

A l’inverse, le « Messi » du golf français, Victor Dubuisson est de nouveau passé à côté de son sujet, manquant le cutt d’un tournoi dont on ne savait même pas s’il serait présent après son forfait surprise au Players.

Pour Victor, la cote d’alerte est largement dépassée. En seulement quatre tournois sur le circuit européen, il n’a cessé de rétrograder !

En dehors d’Espana, l’autre bonne nouvelle du tournoi pour les bleus, est venu de Gregory Bourdy, 15ème qui a terminé son tournoi par une bonne note (69).

Gregory Havret a pris la 22ème place ex-aequo avec Sergio Garcia.

Gregory Havret a pris la 22ème place ex-aequo avec Sergio Garcia.

Benjamin Hebert finit 41ème avec Mike Lorenzo-Vera.

Romain Wattel boucle à la 49ème place pour les tricolores ayant passé le cut.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1748
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.