Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Interviews

Olivier Assa: Son attachement au Golf de Seraincourt

Olivier Assa: Son attachement au Golf de Seraincourt

Dirigeant d’un certain nombre de sociétés et ayant baigné dans le golf depuis son plus jeune âge, Olivier ASSA a récemment pris, par passion, la responsabilité de reprendre et de diriger le Golf de Seraincourt. 

Découvrez nos formules d'abonnements

Le Golf de Seraincourt est un parcours de 18 trous dessiné en 1964 par Fred Hawtree qui a été l’architecte de nombreux golfs renommés.

Situé dans la vallée du Vexin Français, en plein paysage champêtre, c’est un parcours légèrement vallonné accessible à tous et à tous les niveaux de jeu.

En tant que représentant de la société propriétaire, Olivier ASSA a déjà réalisé de nombreux travaux que ce soit dans les bâtiments en créant un nouveau restaurant dont la terrasse donne sur l’arrivée du 18ème trou ou que ce soit sur le terrain en automatisant l’arrosage.

Aujourd’hui, se rappelant qu’il a longtemps joué par le passé au Golf de Seraincourt, attaché à son paysage, à son ambiance, à son image, à ce patrimoine familial, Olivier ASSA a eu l’envie d’aller plus loin et de se consacrer à ce nouveau projet entrepreneurial qui consiste à diriger ce golf.

Lors de notre entretien, il nous a dévoilé sa volonté très forte d’améliorer et de la développer le Golf de Seraincourt et ainsi d’accroître, au travers d’une offre de qualité, la satisfaction et la fidélisation des clients du golf.

Olivier ASSA a donc déjà beaucoup investi. Il continue d’investir et à s’investir énormément lui-même pour améliorer son parcours et son club, en améliorant le terrain et le jeu de golf ainsi que le clubhouse.

Toutefois, au cours de notre entretien, il nous a rappelé que si le golf est un loisir et un plaisir pour la satisfaction des joueurs, c’est d’abord et avant tout une véritable entreprise avec de vraies contraintes et des enjeux économiques importants.

Nous lui avons posé un certain nombre de question.

Monsieur Assa, quel a été votre parcours pour devenir directeur de golf ?

Je ne suis pas issu des métiers du golf. J’ai parallèlement une importante activité dans la promotion et la gestion immobilières.

Cela étant, membre historique du Golf de Seraincourt plus jeune, j’ai toujours eu un attachement très fort avec ce club, avec des souvenirs amicaux et familiaux que je garde en moi.

C’est donc la passion que j’ai pour ce golf qui m’a amené à me lancer ce défi.

Comme toute entreprise, la direction d’un golf allie de très nombreuses compétences en management et en gestion, mais également en technique dans la mesure du possible : nous utilisons des machines très chères par leur besoin de précision, des engrais, des produits phytosanitaires, ….

Cela étant, comme c’est également un métier de service, il implique un travail de communication important au niveau de la satisfaction des clients et pour essayer de se démarquer de la concurrence.

Je me trouve en effet dans un marché excessivement concurrentiel avec une offre pléthorique et en pleine mutation sociologique et technologique auquel tout golf doit absolument s’adapter.

J’ai donc décidé de prendre la direction de ce Club pour le faire évoluer qualitativement et commercialement tout en lui conservant son caractère de golf sympathique et convivial et en respectant un équilibre économique raisonnable…

seraincourt2.jpg

Quelles sont vos principales missions et objectifs ?

Mon principal objectif est de replacer nos clients au centre de nos préoccupations.

De là découle tout le reste : l’environnement, la qualité du terrain, la qualité de l’accueil, la qualité de l’offre pour nous adapter à leurs demandes.

Je veux en effet d’abord garder la qualité de notre environnement. Nous avons la chance d’être situés dans le magnifique Parc Naturel du Vexin Français qui est une très belle région.

Notre golf est en hauteur, ce qui permet d’avoir constamment une vue sur les champs et les forêts qui nous entourent.

Le parcours lui-même est très joliment planté avec de multiples essences d’arbres et j’ai l’intention de continuer à en planter.

Par ailleurs, nous avons depuis le début de cette année fortement investi et amélioré la qualité d’entretien du terrain avec l’acquisition de nombreuses nouvelles machines, et mettant des milliers de mètres cubes de sable dans les bunkers, mais surtout en l’adaptant aux attentes de nos clients.

S’agissant du Club-House, nous avons déjà engagé de nombreux travaux et nous allons continuer en améliorant l’accueil, en refaisant les vestiaires, etc.

Je veux un club dont je puisse être fier, et offrir à mes clients toute la satisfaction qu’ils recherchent, sans pour autant sacrifier mes équilibres économiques.

Quelles sont vos principales contraintes ?

Notre principale contrainte reste et demeure la baisse régulière depuis quelques années du nombre de pratiquants et surtout de nouveaux pratiquants.

Compte tenu du nombre de structures (plus de 700 en France et plus de 120 en Ile de France), la concurrence est dure et nous nous partageons un marché de plus en plus restreint dont je regrette que la variable d’ajustement soit toujours une baisser des tarifs.

Pourtant, si on ramène le prix d’un parcours au coût horaire, il n’y a pas un sport qui soit plus abordable - 50 euros pour jouer 4 heures, c’est plus intéressant que la location d’un court de tennis par exemple.

Il faut très rapidement que nous inversion collectivement cette tendance, notamment en développant notre communication et un enseignement de qualité.

Ensuite, la typologie même du golfeur est en pleine mutation : il est plus nomade, plus exigeant, … profitant d’un développement exponentiel de la digitalisation des offres.

Les golfs doivent constamment s’adapter à cette évolution.

Enfin, nous sommes, particulièrement en Ile de France, confrontés au phénomène croissant des associations sans terrain qui, s’il est légitime qu’elles existent, doivent respecter un sain équilibre avec les golfs qui les accueillent, d’autant qu’elles n’ont pas du tout les mêmes contraintes financières que les golfs.

assa-seraincourt.JPG

Combien de membres sont inscrits dans votre golf ? Quel est votre budget annuel ?

Par le passé, le golf de Seraincourt a été géré par une société japonaise qui ne souhaitait pas avoir d’abonnés, et privilégiait les green-fees, ce qui fait que nous n’avions qu’un peu plus d’une centaine d’abonnés.

Cela étant, depuis le début de cette année, une quarantaine de nouveaux membres nous ont déjà rejoint !

Je reste très attaché aux abonnés ! Ce sont eux qui font l’ambiance dans un club. Ils participent aux diners, aux événements, et aux compétitions….

S’agissant de nos tarifs, nous avons décidé de maintenir nos tarifs 2016 pour 2017.

En complément, nous créons des offres découvertes pour nos nouveaux clients comme des offres fidélité pour nos clients historiques.

De plus, et pour répondre aux problématiques de concurrence accrue comme aux nouvelles demandes de nos clients nous nous sommes regroupés avec une dizaine d’autres golf indépendants (Mont-Griffon, Mariveaux, La Vaucouleurs…) pour élargir nos offres.

Nous allons d’ailleurs commencer à étendre ce groupement à des golfs de Province.

Je tiens énormément à cette notion d’indépendance qui est un gage de qualité.

Quel est le principal attrait du parcours selon vous ?

Comme je vous l’ai déjà dit, le parcours est un 18 trous dessiné en 1964 par Fred Hawtree qui a été l’architecte de nombreux golfs renommés.

Situé dans la très belle vallée du Vexin, en plein paysage champêtre, c’est un parcours légèrement vallonné accessible à tous, et tous les niveaux de jeux.

Quelques trous signature et un peu d’eau viennent le rendent d’autant plus intéressant.

Depuis que nous avons repris l’exploitation du golf, nous avons de très bons retours sur son entretien.

La qualité de notre équipe terrain ajoutée aux importants investissements que nous faisons progressivement n’y sont pas étrangers.

Justement quelles sont les attentes de vos clients ?

Personnellement, j’ai été marqué par la gestion à l’américaine où on vous enseigne que 60% de votre activité, c’est l’accueil, 30% la qualité de votre produit, et 10% votre prix.

Chaque client est différent et doit être considéré particulièrement, ce que s’attache à faire notre remarquable équipe d’accueil.

Nous avons des clients férus de compétitions pour lesquels notre Association Sportive propose de nombreuses épreuves de tous types et gère des équipes sportives qui affrontent régulièrement d’autres clubs avec des résultats prometteurs.

Et nous avons des clients qui viennent juste partager un bon moment entre amis, sur le parcours comme au bar ou au restaurant qui complète par sa qualité nos installations.

Vue-arienne.jpg

Quelles sont vos perspectives pour l’année à venir ?

Nous avons déjà beaucoup œuvré cette année au travers d’importantes actions de communication, en étant présents au Salon du Golf, à l’Open de France et petit à petit, le Golf de Seraincourt attire de plus en plus de golfeurs et de golfeuses, ce qui est très positif.

Pour l’avenir, nous avons beaucoup de projet à court, moyen et long terme.

En 2017 par exemple, nous allons inaugurer des Journées Portes Ouvertes, attirer de nouveaux clients.

Nous mettons également en place un certain nombre d’actions vers la clientèle pour se différencier de nos concurrents, mais pour les connaître, il faudra venir !...

Parallèlement, nous continuons d’investir pour améliorer l’ensemble de installations que ce soit sur les bâtiments et sur le parcours, toujours en cherchant à créer un club sympathique et convivial.

Il nous faut surtout développer une offre d’enseignement qui est une demande forte de nos clients et dont nous ne disposons pas actuellement malgré la présence d’équipements tout à fait adaptés comme un practice, un pitching green, un putting-green, …

Vous m’évoquiez le problème des associations sans terrains en début d’entretien, que voulez-vous exprimer ?

Je n’ai pas de problème avec les associations sans terrain à partir du moment où elles respectent les équilibres financiers des golfs qui les accueillent.

Si, en début d’année, pour certains golfs, cela peut être salvateur d’encaisser d’un coup une grosse somme d’argent, surtout au moment où la trésorerie peut-être au plus bas, les associations sans terrains doivent absolument prendre en compte les contraintes et les difficultés des golfs et ne doivent pas systématiquement essayer d’obtenir un prix de passage toujours plus bas, car au final, cela ne fait qu’accroître ces difficultés et mettre en péril nos exploitation.

A trop baisser les prix, on brade nos terrains et on déprécie notre valeur ajoutée - Ce n’est pas ma conception du golf.

Que diriez-vous de l’évolution de la filière golf dans son ensemble ?

Plutôt et toujours confiant pour les années à venir, Même s’il faut reconnaître que le premier semestre 2016 a été particulièrement difficile avec les grèves, les inondations, la pénurie d’essence…

On ne peut néanmoins qu’être persuadés que la filière golf doit évoluer rapidement face aux nouveaux enjeux technologiques et sociologiques lorsque on observe la réussite des golfs qui ont déjà opéré cette mutation.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1479
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.