Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

NH Collection Open: La chance de Gregory Havret?

Crédit photo : Gregory Havret

Enfin de retour en Europe, la Race To Dubaï qui a visité les Amériques, l’Asie, le Moyen Orient et l’Afrique du Sud devrait permettre aux tricolores, et notamment Gregory Havret de bien figurer sur un tournoi de l’European Tour.

Nouveau tournoi au calendrier européen, le NH Collection lance la campagne « continentale » de la saison 2014 avec un retour en Espagne sur le célèbre club de golf de La Reserva de Sotogrande, tournoi qui va attiser les convoitises des très nombreux ibériques engagés sur le tour, communauté qui a déjà à son actif, quatre victoires depuis le début de l’année.

Habituellement, en début de saison, vue la configuration du calendrier, il est usuel de retrouver une majorité de vainqueurs sud-africains.

Les victoires de Sergio Garcia, de Pablo Larrazabal, de Miguel Angel Jimenez, et d’Alejandro Canizares sont donc éloquentes du niveau du golf Espagnol par rapport aux autres contingents, et notamment sud-africain avec leurs cinq victoires à domiciles.

A titre de comparaison, les britanniques n’ont pour l’instant accumulé que deux victoires avec l’Ecossais Stephan Gallacher à Dubaï, et l’anglais Ross Fisher au Tshawne Open, mais c’est toujours plus que le score français, qui en dehors des exploits de Victor Dubuisson, parti aux USA, ne compte pas encore de succès en 2014.

Et ce week-end, le français le mieux placé pour ouvrir le compteur de la France est un Gregory Havret qui espère se relancer après un début de saison mitigé, et une saison 2013 marquée par un changement d’entraineur.

Les premiers mois de collaboration avec Jamie Gough seraient-ils en train de porter leurs fruits ?

20ème après deux tours déjà joués à Sotogrande, jeudi et vendredi, Havret démarre en début d’après-midi, un troisième tour qui pourrait s’avérer décisif pour la suite de son week-end.

Dans le bon tempo du tournoi avec deux cartes de 74 et 70, le français ne se trouve qu’à cinq longueurs des leaders, Bradley Dredge, Marc Warren, et David Horsey, un des favoris pour la victoire finale.

Et un élément non-négligeable au golf pourrait aider le français à encore mieux jouer sur ce week-end, la météo !

Alors que la journée de Jeudi, le temps était couvert et le vent soufflait à près de 16kmh.

Les conditions vont s’améliorer ce week-end avec un soleil plus présent qui va réchauffer l’atmosphère pour gagner jusqu’à 8 degrés, couplé à une baisse du vent à 13kmh ce samedi, et même 8kmh dimanche, ce qui devraient offrir plus d’opportunités de birdies.

Sur les deux premiers tours de bonnes factures, Gregory a été à chaque fois pénalisé par un double-bogey.

Au premier tour,  il a compensé son double du trou numéro trois par un birdie immédiat au quatre, puis au neuf.

A nouveau, le vendredi, il a dû concéder un double sur le trou numéro trois, mais cette fois, il avait déjà réussi son premier birdie de la journée au deux, avant d’enchaîner plusieurs birdies au sept, onze, quatorze et dix-sept pour signer sa meilleure carte de la semaine.

Meilleur français du leaderboard, Havret mène le clan français qui a perdu de nombreux joueurs après le cut, sachant que ce tournoi a la particularité d’accueillir ensemble, les golfeurs du grand circuit européen, mais aussi les membres de la seconde division, le Challenge Tour.

Ainsi, Thomas Linard, Julien Guerrier, Edouard Espana, Alexandre Kaleka et Adrien Saddier n’ont pas réussi à rejoindre les 68 qualifiés, dont Thomas Levet, dernier golfeur à avoir justement réussi à passer in-extremis, ou Alain Bernardet, Cyril Bouniol, Victor Riu, Gary Stal, et encore Edouard Dubois, plus ou moins bien placés parmi les membres du cut, et aux objectifs forcément différents.

Un tournoi qui a le mérite d’exister

Le NH Collection Open est un tournoi faiblement doté, seulement 600 000 euros par rapport aux tournois de taille moyenne généralement doté d’1,5 millions d’euros ou les tournois principaux comme l’Alstom Open de France avec ses 3 millions d’euros.

L’explication de cette faible dotation venant du fait que malgré les très bons résultats des golfeurs espagnols, le contexte économique dans la péninsule ne permettait plus le maintien de tournois, et même, d’un certain point de vue, ce nouveau tournoi est d’une certaine façon inespéré pour la fédération du pays de Cervantes, signe d’une timide reprise.

Pour les golfeurs européens, ce tournoi reste une opportunité à ne pas manquer, car le calendrier ne laisse pas beaucoup d’opportunités de marquer des points sur le sol européen,  en prévision de la fin de saison, et les play-offs de la Race To Dubaï.

En l’absence des ténors du circuit, à commencer par les français Raphael Jacquelin et Gregory Bourdy, c’est justement le bon moment pour certains de nos joueurs, de se refaire une santé.

Pour Havret, tombé à la 326ème place mondiale, vainqueur par le passé de trois tournois sur le tour, ce tournoi doit être l’occasion d’engranger son meilleur résultat de 2014.

En six tournois, il n’a pour l’instant passé le cut qu’à trois reprises, et son meilleur résultat est une 18ème place au Hong-Kong Open, son épreuve de reprise.

Même si le tournoi espagnol est faiblement doté, un top-10 pourrait faire du bien au compte du touring pro du Golf du Médoc qui est pour l’instant bloqué à 22 000 euros de gains en 2014.

Et parmi les raisons d’y croire, on trouve une nette progression dans le domaine de la précision au drive qui est de 73%, alors que pendant les saisons précédentes, Greg touchait entre 65 et 68% de fairways en régulation.

Statistiques de Gregory Havret depuis 2007 sur le tour Européen

Cependant, à la lecture des autres statistiques de jeu, c’est plutôt la stabilité. Pourtant, il est peut-être un peu tôt pour émettre une prédiction concernant les performances d’Havret en 2014.

Justement le fait de démarrer le calendrier européen devrait permettre au français d’exprimer son savoir-faire sur des parcours qui lui ont plus souvent réussi.

Une éclaircie dans une situation ombragée

De l’aveu de ses propres mots sur son blog, son début de saison ne lui convient pas, car son jeu tarde à se mettre en place.

Du coup, depuis le Trophée Hassan II, Havret a de nouveau changé de putter pour reprendre son ancien belly, car c’est encore dans ce secteur de jeu, qu’il éprouve les moins bonnes sensations.

Greg Havret plus à l'aise avec son belly-putter

Pas assez à l’aise avec un « petit putter », Havret sait qu’il a encore du temps pour abandonner son long putter avec lequel, il se sent plus en confiance.

L’interdiction des longs putters sur le tour n’interviendra qu’à partir de 2016.

D’un point de vue statistique, ce n’est pas très flagrant, sa moyenne 2014 étant de 30 putts par tour en moyenne (+0,48 par rapport à 2013), mais de son propre aveu, il lui arrive de scorer jusqu’à 35 putts par tour, ce qui est très pénalisant au niveau de l’European Tour.

Pourtant, même si l’an passé, son début de saison n’avait pas été très convaincant, il arrivait à passer plus de cuts.

Mais là aussi, lucide, Greg sait que d’un cut passé de justesse à une performance le dimanche soir, la frontière est parfois très mince.

Son très bon début de tournoi en Espagne coïncide aussi avec le fait que les parcours de début de saison ne lui convenaient pas vraiment, comme par exemple, le Tshwane Open où il faut porter la balle à plus de 260 mètres au drive pour espérer avoir un second coup abordable.

En moyenne, il faut savoir que Gregory porte la balle 256 mètres de moyenne, ce qui ne fait pas de lui le plus long frappeur du tour, son talent était ailleurs, et plus dans la créativité, qui trouve sur le parcours de Sotogrande, un terrain d’expression plus à sa mesure.

Et dire qu’il n’avait pas prévu de venir en Espagne, surtout à une semaine du Grand Prix PGA Schweppes au Golf du Médoc, qui lui tient forcément à cœur.

A suivre…

Crédit photo : Gregory Havret

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1763
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.