Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Accessoires Golf

Modification des règles du golf pour maintenir les belly-putters

Le belly-putter reste autorisé mais pas la posture de Carl Petterson avec !

Très habilement, l'USGA et le Royal And Ancient, les législateurs qui régissent les règles du golf dans le monde, ont formulé une proposition, qui devrait contenter toutes les parties : fabricants, golfeurs professionnels et amateurs.

Les belly-putters échappent à l’interdiction mais les règles du golf évoluent !

Au lieu de purement et simplement interdire les belly-putters, comme demandé par certains PRO mais redouté par les fabricants, déjà mis à mal par la crise économique, les patrons du golf mondial ont plutôt décidé d’intervenir sur les règles du golf, et en particulier l’article 14 1-b qui définit ce qu’est un coup ou un swing de golf.

Pour Mike Davis (membre de l’USGA), il s’agit plus de faire évoluer les règles dans le sens du jeu, sans pénaliser les amateurs, pour qui les belly-putters ont été initialement pensés.

Pour rappel, un fort débat est apparu en 2012, suite au fait que de plus en plus de golfeurs professionnels se sont mis à utiliser ces putters (15% du champ de joueurs), et d’ailleurs trois des cinq derniers vainqueurs en majeur ont utilisé ces clubs qui font aujourd’hui débat.

Pour trancher ce vif débat au plus haut niveau, l’USGA et le R&A ont donc décidé de bannir certaines utilisations des belly-putters plutôt que le produit lui-même.

Ainsi, il ne sera plus autorisé d’utiliser un belly-putter en se servant du corps comme point d’ancrage supplémentaire. Pour donner un exemple, la façon de faire d’un Keegan Bradley sera donc proscrite.

Ce dernier utilise le belly-putter avec un point d’ancrage au niveau de l’abdomen, tout comme Webb Simpson et Ernie Els, et tous trois ont justement remporté un majeur en jouant ainsi !

De la même façon, il ne sera plus autorisé d’utiliser un belly-putter comme Adam Scott en calant le manche avec sa main sur sa poitrine.

En revanche, on pourra continuer à se servir d’un belly-putter à la façon de Matt Kuchar (vainqueur du Players 2012) en reposant le club sur son avant-bras.

En clair, les règles de golf n’autorisent plus les joueurs à utiliser le corps comme point d’ancrage, ce qui va atténuer grandement l’intérêt de ce type de putters, mais conserve l’intérêt de ce produit pour les amateurs séniors, qui l’utilisent justement pour ne pas avoir à trop se pencher au-dessus de la balle.

Car à l’origine, le belly-putter avait été pensé pour les golfeurs séniors qui avaient des problèmes de dos.

Ceci étant édicté, les rédacteurs des règles ont laissé trois mois entre l’annonce faite aujourd’hui et la date d’application pour laisser tous les intervenants faire part de leurs commentaires ou remarques, avant application définitive au printemps 2013.

Ce sujet pourra donc revenir sur le tapis, car les règles de golf subiront un prochain grand lifting le 1er janvier 2016.

Des changements en prévision sur le jeu des pros plutôt qu'une interdiction pour les amateurs !

Cependant, il faut saluer l’action conjointe de l’USGA et le R&A qui a enfin statuer sur ce sujet, qui a profondément irrité des golfeurs comme Lee Westwood, qui dénonçaient le fait que les belly-putters ont faussé les résultats de tous les tournois de golf depuis au moins 2 ans.

En effet, rien ne nous empêche de penser que des golfeurs « Old style » comme Tiger Woods, Rory McIlroy ou Phil Mickelson auraient pu gagner plus de tournois contre des golfeurs comme Keegan Bradley ou Webb Simpson qui à l’aide de ces nouveaux putters, se sont subitement mis à gagner sur le PGA Tour !

Ce point de vue vous surprend ?

Les observateurs sont pourtant unanimes pour affirmer que remporter un MAJEUR demande des compétences mentales, et de maitrise nerveuse hors normes, or les belly-putters offraient aux golfeurs PRO, plus de sérénité sous pression, car un putter ancré permettait justement de diminuer l’importance des mains dans l’élan.

Alors soit tout le monde devaient les utiliser, soit il fallait interdire cette zone de confort lié à l’ancrage du belly-putter dans l’abdomen ou sur la poitrine.

Les législateurs ont assurément pris la décision la plus juste, sans toutefois insister sur cet argument d’un avantage pendant les gros tournois, mais tout simplement en redéfinissant ce qu’est le swing ou le coup de golf.

Pour mémoire, l’USGA a constaté que l’utilisation de ces putters n’a rien de si nouveau, en revanche, c’est la proportion de PROS les utilisant qui a soudainement évolué depuis 24 mois.

Dans les années 80 à 90, seulement 2% des golfeurs Pros utilisaient ces belly-putters, puis 6% au début des années 2000 avant de bondir à 11% en 2011 et 15% en 2012.

En conclusion, on retiendra le fait qu’un coup de golf est défini par un élan traditionnel du club vers la balle, impulsé par les épaules et le haut du corps,  et non pas un élan ancrée dans un point du corps comme l’abdomen ou la poitrine.

Sûre que cette interprétation du swing satisfait pleinement les fabricants, dont Odissey et son patron Chris Koske, qui peuvent souffler après plusieurs mois d’inquiétudes concernant une éventuelle interdiction d’un produit dans lequel ils croient pour proposer toujours plus de nouvelles façons de jouer au golf.

A ce propos, Odissey par la voie de Chris Koske admet avoir anticipé la décision prise par l’USGA et le R&A pour adapter ses belly-putters à une utilisation plus conforme aux nouvelles règles qui entreront en application en 2013.

L’enjeu n’étant pas vraiment de savoir si les belly-putters avantagent plus ou moins les pros, mais plus de permettre de nouvelles solutions de putting aux amateurs et clients de la marque, auxquels Odissey promet très prochainement de nouveaux produits pour la prochaine saison.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3949
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.