Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Mizuno Golf ouvre un nouveau studio de fitting européen pour les amateurs

mizuno-bearwood.JPG

Le marché des équipements et matériel pour le golf se scindent de plus en plus entre des achats sur Internet, en magasins et en pro-shops par rapport à des actes d’investissements réalisés au cours de fitting, qui peuvent désormais être directement organisés par les marques. A mesure que les ventes de lames diminuent un peu partout en Europe, les clients toujours sensibles à ce type de produits d’excellences sont de plus en plus chouchoutés, et notamment par les marques qui ont fait de ces clubs, leur cheval de bataille à l’image de Titleist ou de Mizuno. Quand les relations parfois compliquées entre fabricants et distributeurs se transforment en réponse directe vers le consommateur final, les studios de fitting ouvrent leurs portes…

Découvrez nos formules d'abonnements

Les marques de lames affinent leur stratégie commerciale

Lames, fers Muscleback, peu importe le nom, les clubs les plus exigeants ont du mal à convaincre de plus en plus de golfeurs, qui au contraire, sont plus sensibles aux clubs à cavités et larges semelles, quand ils ne cherchent tout simplement pas des prix moins élevés.

Est-ce la fin pour autant de ce type de clubs, et des marques qui en ont fait une spécialité ?

Pas vraiment !

Au contraire, et c’est notable du côté de Mizuno et Titleist, si les « serious golfer » ne sont pas plus nombreux, ces marques travaillent de plus en plus sur les valeurs plaisirs, et expériences d’achats très qualitatives.

En France, début 2018, Titleist a ouvert son studio de performance du côté du Golf de Chantilly, un lieu qui ne doit rien au hasard, pour permettre à Benoit Delcambre, responsable fitting de la marque, de recevoir ses clients les plus passionnés dans les meilleures conditions.

Au cours de ces séances personnalisées, les conseils pour l’achat se transforment en prescription de commandes directement auprès du fabricant, sur la base de données objectives collectées avec un radar de mesure tel que le Trackman, sachant qu’en plus, le clubfitter a tous les outils et toutes les variantes de manches à sa portée, pour garantir aux golfeurs, le meilleur choix possible.

Eté 2018, Mizuno lui emboîte le pas avec un nouveau centre européen de fitting dédié exclusivement à la marque.

Ce nouveau centre situé à Bearwood Lakes au sud-ouest de Londres marque une tendance notable des marques de clubs le plus souvent forgés ou de lames, de proposer une expérience supérieure pour des clients prêt à payer plus.

Cette réponse de Mizuno  ou Titleist  correspond bien à un phénomène que nous pouvons observer de segmentation de plus en plus forte du marché entre golfeurs qui cherchent absolument du prix, et des golfeurs qui cherchent à comprendre tous les détails liés à leurs clubs.

mizuno-dna.JPG

Confrontées à une baisse inévitable du volume des ventes, ces marques répondent par une augmentation de la valeur.

Si elles acceptent de renoncer ponctuellement ou partiellement au « Mass market », elles veulent vraiment offrir la meilleure expérience possible à des golfeurs ou des golfeuses qui ne se posent pas de questions de budgets, mais veulent vivre une expérience.

Que ce soit à Chantilly en France pour Titleist ou à Bearwood Lakes pour Mizuno, dans les deux cas, les studios présentent tous les meilleurs équipements technologiques pour conforter les golfeurs, et le clubfitter.

Luke Donald, ancien numéro un mondial, et toujours staff-player pour Mizuno a inauguré ce nouveau studio fin mai.

Les amateurs, mais aussi les meilleurs joueurs, y compris les professionnels pourront bénéficier du lieu, et de ses équipements.

Pour Alex Thorne, responsable du Tour pour Mizuno « Par rapport à nos derniers échanges avec les professionnels sur le circuit au cours de ces 18 derniers mois, le studio était devenu une nécessité impérieuse, et même une priorité. Notre atelier mobile sur le circuit présente un intérêt et un rôle différent sur les tournois, pour par exemple regripper des clubs, vérifier des lofts, et des lies, et tout ce qui peut être fait rapidement sur place… mais nous avions besoin d’un endroit où le travail hors-saison peut se faire dans les meilleures conditions, et où nous pouvons accueillir tous les joueurs. C’est le bon endroit pour travailler tous les clubs du driver aux wedges, notamment pour vérifier les écarts de distances entre les clubs. »

Il ajoute « Pouvoir enfin disposer d’un tel outil de travail représente une opportunité incroyable pour les joueurs comme pour nous. »

Du putting green au driving range, Bearwood Lakes va proposer toutes les situations d’entraînements.

mpc.JPG

Avec ce nouveau studio, Mizuno continue le développement de sa stratégie de proximité initiée au Royaume-Uni, avec déjà 13 centres ouverts au public.

Si ce type de structure n’a pas encore ouvert en France, Mizuno a déjà ouvert des studios semblables en Finlande, au Danemark, et en Afrique du Sud.

Le phénomène pourrait bien s’étendre à d’autres pays où la marque cible des niches de clientèles sensibles à sa cause.

C’est aussi un tournant dans la manière de commercialiser son offre.

Une relation marque-client plus directe

A défaut d’avoir trouvé des accords avec tous les distributeurs du marché, parfois même échaudée par certains, Mizuno se tourne en réalité de plus en plus vers la vente directe, sans intermédiaire.

En France, Mizuno a choisi Piguy Sport pour assurer la distribution de ses clubs, textiles et balles.

La société a d’ailleurs repris des commerciaux de la marque dans ses effectifs, à l’image de Morgan Provot, qui continue son travail de démonstration en lien direct avec les golfeurs.

Le marché français reste peut-être pour l’instant encore trop petit pour imaginer à court terme un centre d’essai du type de Bearwood Lakes, mais il ne serait pas étonnant que cela finisse par voir le jour, ce qui acterait en partie le dos tourné à la distribution.

Il faut dire que Mizuno ou Titleist font de moins en moins confiance aux distributeurs classiques pour défendre leurs marques.

En jeu, des questions de marges laissées sur les produits, car, au moins pour les américains, ces derniers sont connus dans la profession pour ne pas nécessairement donner beaucoup de liberté aux distributeurs, qui en réponse, poussent d’autres marques mieux commissionnées.

Dans cette relation, le consommateur final n’est pas réellement pris en compte.

Ce n’est donc pas si surprenant quand Mizuno et Titleist vont jusqu’au bout de leur démarche, considérant que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Si les ventes de clubs de ces deux marques avoisinaient les 20 ou 30% du marché, jamais, elles ne pourraient trouver le modèle économique pour faire face à autant de demandes à traiter en direct.

Confrontées à un rétrécissement de la clientèle, le fait de créer une expérience « plus plus » en même temps que directe est finalement une bonne solution pour valoriser et fidéliser sa clientèle, et recréer un écart de valeur ajoutée.

titleistperf-mini.jpg

Exemple, à l’occasion du dernier Open de France, Titleist avait réservé une partie du practice des pros pendant le tournoi, pour accueillir quelques-uns de ses meilleurs clients, et ce, toujours dans le but de leur faire vivre une expérience exceptionnelle.

Moins nombreux, les clients Mizuno et Titleist pourraient bien être les plus chouchoutés à l’avenir, histoire de recréer du désir sur une part plus importante de la pyramide, qui pourrait voir le fait de faire un fitting dans un tel studio comme une forme de Graal de l’achat de clubs de golf.

Pour Titleist comme pour Mizuno, c’est toujours une façon de miser sur le sommet de la pyramide d’influence…   

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 381
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.