Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Mike Lorenzo-Vera : « Si, je continue comme ça… ça va forcément tomber »

Mike Lorenzo-Vera : « Si, je continue comme ça… ça va forcément tomber »

Le HNA Open de France 2017 s’est achevé depuis quelques jours. Côté bilan français, il y a eu du très bon, du bon et du un peu moins bon. Si l’anglais Tommy Fleetwood s’est imposé avec beaucoup de maîtrise, le premier français, Mike Lorenzo-Vera, a réussi une performance très solide, pas très éloignée de celle du vainqueur, ce qui le relance dans la Race, et surtout lui offre une qualification pour The Open à Birkdale. Après une semaine bien remplie pour le pro français, nous avons recueilli ses premiers commentaires à froid sur sa troisième place. 

Découvrez nos formules d'abonnements

Mike Lorenzo-Vera : 3eme du HNA Open de France 2017 

« Cette semaine… tout s’est mis dans le bon sens pour être performant. » A chaud, Mike Lorenzo-Vera, sortant du 18 avec une dernière carte de 66, ne savait pas encore quel serait son classement final, mais cela ne pouvait être que du très bon. 

Finalement 3eme ex-aequo, il a signé à 32 ans, sa meilleure prestation à domicile et empoché plus de 322 000 points à la race. Désormais dans le top-25 européen, et surtout qualifié pour la première fois pour un British, il savoure la perspective d’un premier majeur. 

« 10 ans que je bosse pour vivre ces moments-là. » 

Cette semaine, son jeu a été très complet avec une bonne gestion des émotions, selon ses propres termes. 

Sans doute que sa préparation en montagne à Font-Romeu plus tôt dans la saison a contribué à cette performance. MLV voulait absolument être frais sur les grosses échéances de l’été dont l’Open de France, ainsi que travailler ses points faibles : Mission déjà accomplie ? 

Sur les 21 français engagés sur ce 101eme Open, 10 ont passé le cut mais seulement quatre pouvaient faire un « truc » dimanche. 

Jamais au-dessus du par pendant 4 jours (71, 69, 70 et surtout 66 le dernier jour), Mike récolte les fruits d’une profonde remise en question entamée deux ans plus tôt. Fini le désir de rock star du golf, MLV a appris à se connaître, et à travailler les à-côtés qui font un champion. 

Quand on dit des joueurs français qu’ils ont du talent mais n’en veulent pas assez, le basque démontre qu’il a du talent, personne n’en doutait, et de la volonté. 

Déjà assuré de sauver sa carte sur le tour européen, il peut se concentrer sur son premier majeur, et peut-être en toile de fond… rêver à un retour au Golf National, mais cette fois dans la peau d’un joueur de Ryder Cup… 

Bonjour Mike, vous venez d’accomplir une solide performance à l’Open de France (3ème à seulement 4 coups du vainqueur), qu’est-ce qui vous a permis d’être aussi performant toute la semaine (aucun score au-dessus du par) ? 

Mike Lorenzo-Vera marche sur le green du 18

Le travail !!! Cela fait maintenant une bonne grosse année que j'ai un staff compétitif autour de moi. Tout le monde travaille fort et s'investit un maximum. On essaye maintenant de régler encore quelques paramètres, mais ça prend la bonne direction. 

Que s’est-il passé sur le trou 6 lors du deuxième tour, votre seul double de la semaine ? 

Au départ, j'égare mon hybride à droite dans le rough. La balle n’est pas trop mal liée, mais à l'impact la face est partie n'importe où. 

Du coup, la bonne « socket » des familles, dans le champ en face… out. 

Derrière, je droppe, et je me mets entrée de green, pour ensuite faire un bon chip/putt. 

Sur les deux derniers tours, vous avez fait plus que jeu égal avec le futur vainqueur, qu’est-ce que vous regrettez sur le premier tour où finalement l’écart s’est fait avec le vainqueur ? 

Mike plante le drapeau au 18

Sur ce parcours, c'est toujours délicat de regretter quoi que ce soit.

Je reste très satisfait de cette semaine, mais conscient que le très très haut niveau nécessite de gommer encore des détails pour jouer la gagne. 

Vous attendiez-vous à une aussi bonne semaine à Paris ? Vous travaillez intensément pour gagner. Ce n’est pas passé très loin cette fois. Est-ce que vous avez tiré un enseignement de cette semaine pour vous rapprocher de votre but ? 

Je sortais de deux cuts manqués, donc la confiance n'était pas maximale, surtout quand on arrive à l'open, mais j’ai maintenu durant cette période du bon boulot avec mon staff, et surtout gardé de la sérénité !!! 

Pas d'enseignement particulier, si ce n'est de continuer dans ce sens. Si, je continue comme ça… ça va forcément tomber. 

Avec 68% de fairways pris en régulation, vous avez fait partie des joueurs ayant les meilleures mises en jeu, est-ce la clé incontournable pour faire une performance au National ? 

Mike au départ du 15

Clairement !!! Le rough à l'open est toujours compliqué, donc c'est sûr que je me suis facilité la tâche. 

Après le golf, c'est mise en jeu-wedging-putting !!! 

Si vous êtes fort dans ces trois compartiments, vous occuperez régulièrement les places en haut du leaderboard. 

Vous avez dépassé votre moyenne de fairway en régulation par rapport aux autres tournois de la saison, 68 contre 58%, y a-t-il un facteur explicatif qui tient à la connaissance spécifique de ce terrain ? 

Mike à l'aise sur le Golf National

Non, c'est juste que je la centre de mieux en mieux, ce qui explique cette bonne stat. 

Après c'est sûr que le parcours, je le connais bien, mais ça n'empêche qu'il faut les tirer ces shots !! 

Pour vous avoir suivi et photographié, trois jours sur quatre, je vous ai plutôt trouvé concentré et patient, notamment au 17, le 2ème jour où vous lâchez votre coup d’attaque de green à droite, pour finalement sauver le par sur un trou qui ne pardonne pas. A votre niveau, tous les joueurs sont très bons. Comment vous avez réussi à faire la différence sur le mental ? 

Le deuxième coup de Mike au 17

Pour la petite histoire, je suis surtout ravi de ce deuxième coup, car ma balle est pleine de terre, donc pas évident de la contrôler dans ces conditions. 

L'aspect psychologique… je le travaille depuis un an maintenant. Et clairement, je me sens mieux sur le parcours. 

Une bonne alimentation me permet aussi de mieux gérer mes émotions. 

C'est vraiment un tout !!! 

Est-ce que cette performance parisienne va changer vos objectifs et votre planning d’ici à la fin de la saison ? 

Pour le planning, c'est certain… puisque je me suis qualifié pour le British.  J'ai donc décidé de scratcher l'Irish Open. 

Mike au putting

Je vais aussi pourvoir breaker davantage au mois d'août, pour revenir frais et disponible pour le nouvel gros enchaînement qui nous attend en fin de saison.

Posté par le dans Interviews
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 359
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité 18/10/2017

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

US Golf présente la nouvelle collection Jack Nicklaus