Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Mettez-vous sous pression pour travailler votre petit jeu !

petit-jeu-golf.jpg

Une philosophie tend à s’imposer dans l’esprit des amateurs de golf concernant l’apprentissage du golf : Pour progresser rapidement, mieux vaut travailler son petit jeu, plutôt que de chercher à gagner quelques mètres de distance au driver ! Mais pour autant cela ne suffit pas ! Il faut aussi changer de stratégie d’entrainement, et savoir se mettre sous pression.

De plus en plus de golfeurs amateurs sont intéressés par le fait de prendre des leçons de petit jeu, car ils constatent une fois sur le parcours qu’au contraire de gagner des coups dans ce secteur de jeu, ils en perdent !

Pourtant, ce n’est pas faute de passer parfois beaucoup de temps sur le putting-green ou dans les zones d’entraînements pour le petit jeu.

Certains passent des heures à répéter leurs swings, travaillent leurs techniques, et finissent par avoir de bons résultats à l’entrainement.

Mais une fois sur le parcours, ils ne retrouvent pas les sensations de l’entrainement, et leurs scores ne bénéficient finalement pas de tout cet entrainement.

Pourquoi n’arrivent-ils pas à reproduire ce qu’ils font à l’entrainement sur le parcours ?

Le fait de travailler beaucoup en répétition sur la technique a certes un intérêt, mais ne prépare pas assez aux conditions réelles de jeu sur le parcours.

Un golfeur démontre actuellement avec brio une autre approche de l’entrainement : Victor Dubuisson.

Le meilleur joueur français en activité s’est toujours distingué des autres professionnels par le fait de privilégier le parcours au practice, pouvant même jouer deux à trois 18 trous par jour plutôt que de passer des heures au practice, pour s’entrainer en situation réelle.

Parfois critiqué pour son approche, aujourd’hui qu’il est trentième mondial, tout le monde applaudit sa vista et sa créativité sur le parcours.

Retenez que l’entrainement au practice n’est en aucune façon une préparation adaptée à la pression que l’on peut ressentir sur le parcours.

  • Au practice, vous pouvez enchaîner des coups.
  • Sur le terrain, vous n’avez qu’un coup, et aucun échappatoire. Il faut réussir le coup au bon moment.

Et justement, les amateurs passent trop peu de temps à se mettre en situation de pression à l’entrainement, ce qui ne les prépare pas de manière optimum à "performer" sur le parcours.

Au risque de surprendre, en tant que moniteur de golf, le but du jeu pour un amateur n’est pas de façonner un swing de golf parfait pendant des heures au practice, mais bien de progresser pour mieux jouer sur le parcours.

Un bon swing permet certes de bien scorer.

Mais l’histoire du golf est aussi émaillé de bons joueurs qui n’avaient pas forcément le plus beau et le plus régulier des swings, mais qui au contraire avaient une très bonne capacité à jouer juste sous pression.

Alors si vous voulez réellement progresser, et avancer rapidement : Adoptez une autre stratégie d’entrainement !

Celle que les américains appellent « Transfer practice » !

Changez d'approche concernant le practice

Soit le fait d’essayer de se mettre en situation de pression à l’entrainement au practice, comme si vous étiez sur le parcours.

Ainsi, vous développerez des compétences qui seront réellement utiles sur le parcours, et tournerez le dos à ce jeu qui fait peut-être de vous un bon joueur au practice, mais un joueur moyen sur le parcours.

Ci-dessous, je vous propose quelques petits exercices qui pourraient vous aider concernant le petit jeu :

Au putting, l’exercice de mise sous  pression le plus connu est l’exercice du par !

Sur le putting-green, prenez une seule balle de golf, et jouez 18 trous comme si vous visiez à chaque fois le par, soit deux putts pour rentrer. Si vous rentrez en un seul putt, vous faites birdie. Si vous prenez trois putts, vous faites bogeys, et comptabilisez votre score final.

  • L’idéal étant de viser entre 30 et 32 putts pour justement considéré que vous pouvez gagner des points au putting.
  • A 36 putts, vous êtes dans la moyenne.
  • Au-delà de ce score, vous perdez des points au putting, il faudra continuer à travailler.

Sur chaque trou, variez les longueurs, les pentes et toutes les configurations que vous pouvez, pour justement ne pas être dans une situation de répétition !

Il est convenu que si vous tapez dix putts vers une même cible, et toujours dans les mêmes conditions, vous allez faussement croire que vous progressez.

Oui, votre cerveau progresse dans sa capacité à adopter la bonne réponse sur une cible qu’il apprend à connaître.

Mais une fois sur le parcours, vous n’avez jamais dix putts pour rentrer un birdie. Vous repartez toujours à zéro.

Au football, les éducateurs de la FFF considèrent souvent que le meilleur entrainement est en fait le match lui-même. C’est pareil au golf. Si vous voulez vous entrainez, faites un parcours.

Pour cet exercice, l’idéal est même de jouer contre un adversaire sous la forme d’un match-play.

Le fait d’être en compétition avec un autre golfeur ajoute de la pression, et permet de se rapprocher des conditions que l’on peut trouver sur le parcours.

Concours de putt en face à face !

Autre exercice de mise sous pression au putting qui ne peut se faire seul mais au moins à deux : le fait de choisir une cible variable, et jouer le putt pour être le plus près du trou.

Le joueur qui termine le plus près du trou gagne le point.

Terminer le plus près du trou !

Le premier joueur détermine le trou et donc la direction et la distance. Le deuxième joueur devra donc s’adapter à la cible et au coup joué par son adversaire.

Le joueur qui gagne le trou, marque un point et le droit de choisir le trou suivant. Ce sera donc au perdant de s’adapter au choix de l’autre joueur.

Le premier à dix gagne la partie !

Vous verrez que rapidement vous ne penserez plus à votre technique, mais bien à l’enjeu, et vous serez donc dans la vérité du jeu de golf, du parcours, et moins dans la répétition stérile.

L’exercice des putts à enchaînés

Prenez cinq balles de golf, disposez-les en ligne en direction d’un trou de cinquante en cinquante centimètres, pour avoir des coups à jouer de cinquante centimètres à deux mètres cinquante du trou.

Tapez les balles en partant de la plus proche à la plus lointaine, en ayant pour objectif de toutes les rentrer.

Si vous manquez un coup, vous devez recommencer depuis le début.

Le fait de s’entrainer sous pression est un excellent moyen d’apprendre calmer vos nerfs sur le parcours en situation réelle, et donc apprendre à scorer plus bas.

Pour un meilleur entrainement autour du green, jouez le jeu !

Prenez une balle, et jouez là en-dehors du green avec un club d’approche, puis une fois la balle arrêté sur le green, jouez-là de sa position pour rentrer dans le trou avec le moins de coups possibles, comme si vous étiez en fait sur le parcours !

Ainsi, vous travaillez votre capacité à faire approche-putt sur le parcours, plutôt que d’enchaîner les approches.

Vous poussez le vice de cet exercice à jouer contre un adversaire pour ajouter de la pression.

Cinq cibles à toucher sur le green

Un autre exercice de mise sous pression autour du green consiste à positionner cinq cibles sur le green, et de se positionner à dix mètres, vingt mètres, trente mètres, quarante mètres, et cinquante mètres.

Cibles sur le putting green

Les cibles peuvent être des cerceaux ou des serviettes ou n’importe quel objet que vous avez sous la main.

A chaque distance, jouez des coups pour toucher chaque cible, et voyez combien de coups vous avez besoin pour compléter l’exercice, et toucher toutes les cibles, puis passez à la distance suivante.

Encore une fois, vous pouvez pousser l’exercice en jouant contre un adversaire.

Pour conclure, retenez un point très important concernant l’entrainement au golf.

SI vous êtes un débutant et que vous apprenez à jouer un nouveau coup, il est possible que vous ayez besoin d’un peu de temps pour maîtriser ce geste.

Une fois que vous y parvenez, la majorité de votre temps d’entrainement ne doit plus être consacré à essayer de le perfectionner, mais au contraire, à vous mettre en situation proche de la réalité du parcours.

Les petits exercices que je vous recommande ne vont pas seulement à simuler la pression que l’on peut rencontrer sur le parcours, cela va aussi vous permettre de mettre en place une routine, une confiance et une régularité qui feront que vous allez progresser dans le petit jeu.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2155
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Master Class PGA en petit jeu et entrainement de haut niveau certifié par la TPI (Titleist Performance Institute), Michel a dirigé la section Sport Études Golf Rhône Alpes de 1995 à 2001, et a formé plusieurs joueurs actuellement sur le tour européen.


Sur le site, il intervient comme consultant technique pour les questions liées à la pratique du golf pour les amateurs.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.