Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Merci Victor !

victor.JPG

Ca y est l’Open de Turquie est terminé. Victor Dubuisson n’a pas réalisé le doublé. Le Cannois a tout de même terminé le tournoi avec panache en rendant la deuxième meilleure carte du tournoi, un 64 avec huit birdies et pas le moindre bogey, pour finir dans le top 15.

Découvrez nos formules d'abonnements

Malgré cet ultime coup d’éclat, le N°1 du golf français n’était pas au mieux pour défendre son titre.

Problèmes au dos qui l’ont obligé à abandonner lors de l’étape des championnats du monde en Chine la semaine précédente, et même un saignement de nez soudain lors du deuxième tour en Turquie.

On sait également que c’est très difficile de gagner un tournoi de golf de cette envergure.

Le grand public a été habitué à la suprématie sans partage de Tiger Woods pendant plus de dix ans.

Mais on n’a pas encore réellement conscience de cette performance hors du commun. L’Américain a tout simplement révolutionné son sport !

En effet, tous les golfeurs professionnels qui s’alignent lors d’un tournoi ont une réelle chance de gagner !

On aurait du mal à voir des demi-finales de ligue des champions de foot sans le Real Madrid, le FC Barcelone ou le Bayern Munich.

Ou encore, un dernier carré de tournoi du grand chelem de tennis sans Djokovic, Nadal ou Féderer. Cela peut se produire très souvent  en golf.

Le numéro un mondial Rory McIlroy a eu un passage très faste cet été avec trois victoires consécutives, deux Majeurs et une épreuve des championnats du monde,  mais cela relève encore d’un exploit qui fait de lui un autre extra-terrestre du golf au même titre que Woods.

Pour en revenir Victor Dubuisson, il ne faut surtout pas considérer cette dernière performance à l’Open de Turquie comme un échec.

Ce serait trop réducteur par rapport à la formidable année que vient de vivre le Cannois.

Il y a d’abord eu cette victoire lors des « Final Series » du circuit européen fin 2013, puis ce parcours quasi parfait lors du championnat du monde de match-play en février dernier, avec ces deux chips d’anthologie qui lui ont valu le surnom de « Cactus Kid » !

On ne peut pas oublier non plus cette formidable Ryder Cup, où Victor a fait étalage de tout son talent en foursome aux côtés de Graeme McDowell.

dubuisson-ryder.jpg

Le Nord Irlandais est d’ailleurs toujours élogieux lorsqu ‘il parle du frenchie, invaincu lors de cette Ryder Cup écossaise.

Car c’est un fait, Victor Dubuissson est en train de devenir une superstar du golf mondial.

Certes, il n’a remporté qu’un seul tournoi, mais il reste aussi sur deux top 10 consécutifs en Majeurs, performance encore jamais réalisée par un golfeur français jusqu’à maintenant.

Les Américains adorent son look de « D’Artagnan », et les plus gros sponsors de la planète golf lui font les yeux doux.

En revanche, Victor est loin d’être prophète en son pays. Quelques articles parus dans la presse spécialisée parlent même d’un « malaise Dubuisson ».

Laissons-le tranquille !

S’il n’a pas envie de parler après un tour c’est son droit et ce n’est certainement pas en sortant des articles au vitriol la veille d’un dernier tour de Grand Chelem que les choses vont s’arranger !

Il y a une réelle cassure qui est en train de se former entre Victor et certains journalistes de la presse golfique française. 

merci-victor.jpg

Et ça, ce n’est vraiment pas bon pour le développement du golf en France.

Nous avons tellement attendu qu’un golfeur français s’installe durablement dans le Top 50 mondial, qu’il serait dommage de tout gâcher pour soigner les susceptibilités de certains.  

Nous avons le champion que la fédération française de golf attendait depuis des lustres. Mais ce n’est pas Victor Dubuisson qui va révolutionner le golf français à lui tout seul. 

L’éclosion de Victor coïncide avec une baisse constante du nombre de licenciés depuis deux ans, preuve que le problème est ailleurs. Victor Dubuisson ne peut pas multiplier par deux le nombre de licenciés d’un coup de baguette magique !

En revanche, il est un formidable pionnier pour tous les autres golfeurs tricolores. Il gravit des sommets qui étaient encore inaccessibles il y a très peu de temps.

Il ouvre un chemin dans lequel s’engouffrent plusieurs autres golfeurs, aux premiers rangs desquels ses amis Alexander Lévy et Romain Wattel, 11ème ex æquo en Turquie cette semaine.

alex-levy2.jpg

Car la véritable prouesse de Victor se trouve ici. Il a fait prendre conscience aux autres golfeurs français que c’est possible !

C’est en voyant son pote à la télé lors du championnat du monde de match-play aux Etats-Unis, qu’Alexander Lévy a prit réellement conscience de son potentiel.

Quelques mois plus tard, les deux amis se sont retrouvés lors d’un autre tournoi des championnats du monde.

Victor Dubuisson n’est certainement pas étranger non plus à la formidable cuvée 2014 du Challenge Tour avec quatre Français dans le Top 15.

Le verrou psychologique qui empêchait les golfeurs français de voir plus haut a bel et bien sauté.

Victor Dubuisson n’a que 24 ans et le meilleur reste encore certainement à venir.

Gageons que dans un avenir proche, il ne sera plus le seul Français dans le Top 50 mondial et rien que pour ça on a envie de lui dire merci Victor !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2249
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Journaliste de golf depuis une quinzaine d'années, commentateurs des tournois du PGA et de l'European Tour pour Canal + puis Golf +. Jean-Louis a aussi été le directeur de GolfMoov, une chaîne 100% golf. Il intervient sur jeudegolf.org pour livrer son analyse pointue sur les tournois et le haut niveau.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.