Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Memorial Tournament 2015: Tiger Woods seul dans la difficulté

woods-alone2.jpg

Un jour seulement après le pire score de sa carrière sur le PGA Tour, Tiger Woods a joué seul son dernier tour au Memorial Tournament 2015 sur le parcours de Jack Nicklaus à Muirfield Village. Seul face au parcours, seul face à son jeu, à chaque sortie le tigre soulève plus de questions sur son avenir qu’il n’apporte de réponses rassurantes, notamment à l'approche de l'US Open. 

Sommaire de cet article consacré au Memorial Tournament 2015 et à Tiger Woods

  1. Un long dimanche à marcher seul sur le parcours
  2. Un dernier tour qui laisse une meilleure impression sur le jeu de Woods
  3. Un changement de swing qui ne se fait pas facilement
  4. La gestion de l'avant US Open
  5. L'avis de Jack 

Un long dimanche à marcher seul sur le parcours

Ce dimanche, il avait beau porter sa plus belle chemise rouge, sa tradition quand il joue le dimanche, et jouer à la même vitesse qu’il en a l’habitude. Il était seul dans sa partie au moment de jeter quelques brindilles d’herbes dans l’air pour juger de la vélocité et de la direction du vent. 

Seul aussi au moment de se baisser sur les greens pour tenter de lire les pentes. 

Peut-être la seule différence entre une partie où Woods joue accompagné, et cette partie de dimanche, il a dû enlever un drapeau sur un green pendant que son caddie était occupé à ratisser le bunker. 

« Le fait que je joue seul ne change pas ma façon de jouer au golf » commenta-t-il au sortir de cette partie inhabituelle pour lui.

« Peu importe que ce soit le premier ou le dernier jour, cela n’est pas important. » 

Pourtant, après avoir joué 85 samedi, sa pire carte de score en carrière, Woods a eu du mal à finir son dernier tour. 

Avec deux double-bogeys sur les quatre derniers trous, Woods a encore un peu plus égratigné son résultat final, en manquant l’opportunité de jouer sous le par, pour finir dernier du tournoi avec un score total de 302, son plus haut score sur quatre tours pour un par 72. 

Le tigre a admit qu’il était assez humiliant de jouer 85 devant des milliers de fans avec nulle part pour se cacher, mais n’a pas semblé plus inquiet que cela pour l’avenir. 

« C’est un sport de solitaire. Vous devez juste faire avec. Et c’est bien l’une des choses les plus difficiles à propos du jeu de golf, quand vous êtes bon, personne ne peut vous ralentir. Mais quand vous ne l'êtes pas, c’est aussi vrai. Personne ne peut vous aider. C’est la difficulté de ce jeu. Il faut faire avec.» 

Jouant en seulement trois heures dimanche, Woods a expérimenté ce que beaucoup d’amateurs connaissent, à savoir une longue marche solitaire confrontée à leurs possibilités ou limites du moment. 

Et pour l’instant, ses possibilités ne lui permettent pas de faire mieux.

Memorial Tournament 2015: Tiger Woods seul dans la difficulté

Un dernier tour qui laisse une meilleure impression sur le jeu de Woods

Sur sa dernière partie, il a passé l’aller en 34 avec trois birdies, dont deux sur des par-5, ce qui laissait penser qu’il avait plutôt bien digéré le score de la veille. 

Il a même réussi à toucher cinq fairways d’affilés, dont quatre avec son driver !

(voir l’article sur son driver Nike) 

Mais une nouvelle fois, le finish du parcours allait le mettre en fâcheuse posture. 

Sur le 15, un par 5, Woods tape un mauvais chip juste devant le green, et envoie sa balle à neuf mètres derrière le drapeau pour finalement commettre un trois putt, et terminer le trou avec un double-bogey. 

Sur le 18, son bois 3 a trop tourné, le forçant à jouer un très gros hook derrière un arbre. 

A la tombée de sa balle, il n’a pas pu accrocher le green, et quand Woods a vu le lie qu’il avait dans le rough, il n’a pu contenir un rire nerveux. 

Encore en difficulté, son approche ne lui a pas donné mieux que deux putts pour à nouveau un double-bogey. 

woods-alone3.jpg

« Je voulais m’accrocher. Pour moi, c’est la partie sympa de l’histoire. Je suis revenue ici avec l’intention de me battre sur tout ce que je pouvais. Après ce qui s’était passé hier...Revenir ici, et être capable de jouer trois sous le par, et de continuer à me battre, c’est ça que j’ai envie de retenir. » 

Un changement de swing qui ne se fait pas facilement

Après la partie, Woods est revenu longuement sur ce qu’il est en train d’essayer de faire avec son swing coach, Chris Como, pour faire le lien entre son ancien et son nouveau swing.

C’est d’ailleurs une partie du process qu’il avoue bien connaître. 

Depuis qu’il a débuté sur le tour en 1996, ce n’est jamais que la cinquième fois qu’il tente de changer de swing ! 

Pourtant, que ce soit avec Butch Harmon, Hank Haney ou encore Sean Foley, Woods n’avait encore jamais joué au-dessus de 80 en tournoi. 

Et cette année, il compte autant de parcours joués au-dessus de cette barre symbolique que de parties jouées dans les 60, à savoir deux ! 

Interrogé sur sa perception de son score de 85, Woods a déclaré qu’il avait eu la sensation d’avoir joué bien plus encore ! 

Dimanche, il aura finalement joué comme si cela n’était jamais arrivé…et c’est peut-être le plus important. 

woods-memorial.jpg

« Je dois dépasser ce moment douloureux, comme je l’ai déjà fait après Torrey Pines, et Phoenix, pour finalement plutôt bien jouer à Augusta. » 

A Phoenix, il avait déjà joué 82, et à Torrey Pines, il avait tout simplement abandonné après onze trous, ce qui l’avait conduit à quitter le circuit pendant deux mois, et jusqu’à ce qu’il pense avoir retrouvé son niveau de jeu.

Quand il a repris la compétition à Augusta, il avait été difficile de trouver des signes des difficultés qu’il avait connu au petit jeu, et avait bouclé son week-end à une honorable 17ème place. 

« Hier, il s’est passé exactement la même chose.  C’est juste que malheureusement, cela s’est produit sur un parcours de golf devant du monde. Je me suis botté le cul…mais bon..cela n'a pas suffit. » 

La gestion de l'avant US Open

Au cours du tournoi, Woods a contracté une ampoule sur l’index de sa main gauche, ce qui devrait l’empêcher de jouer dans les jours à venir. Il devrait de son propre aveu, se contenter de putting en prévision du prochain US Open. 

Au moins, son score de dimanche plus convenable pour une star de son rang, pourra légèrement effacer la cicatrice du 85 de samedi puisqu’il ne rejouera pas en compétition, avant le premier tour de l’US Open Chambers Bay. 

woods-alone1.jpg

Finir sur un 85 aurait été très difficile à porter jusque là ! 

Bien sûr, depuis ce week-end, tout le monde se prête au jeu de donner son avis sur le swing de Tiger. 

Mais une voix s’est plus fait entendre que les autres, celle de Jack Nicklaus en personne, qui se trouvait être aussi l’hôte de ce tournoi du Memorial.

Pour Nicklaus, Woods devrait se mettre à la technologie de poche ! 

L'avis de Jack

Au cours d’un long entretien avec les médias dimanche matin, l’ours blond a réitéré son opinion concernant Woods, et le fait qu'il devrait travailler seul sur son swing, pour revenir à son meilleur niveau, et n’écouter que lui. 

Et pour Nicklaus, Woods n’a besoin de rien d’autre que l’usage de la technologie moderne. 

« Il peut revoir son swing en un instant. Il peut swinguer et se voir tout aussi vite. A notre époque, nous ne pouvions pas faire ça. » 

Toutefois, la légende du golf a admis que parfois un regard extérieur pouvait être d’une grande aide, racontant au passage une anecdote le concernant avec sa femme, Barbara, qui ne connaissant rien au golf, mais avait tout de même trouvé le mot juste pour lui indiquer un mauvais geste.

Barbara avait parlé de « crooked backswing ».

Peu importe pour Nicklaus, ce terme signifiait quelque chose de précis qu’il pouvait immédiatement corriger.

« Juste une paire d’yeux », c’est tout ce dont a besoin Woods, selon Nicklaus, et pour la légende, une caméra peut largement faire l’affaire.

Pour finir, Jack Nicklaus s’est voulu optimiste quant aux chances de revoir Woods au plus haut niveau, et à nouveau vainqueur de tournois, bien qu’à 39 ans, il doive commencer à tenir compte de ses limites physiques, et s’en accommoder.

« Il a une jambe gauche qui ne marche plus comme par le passé, parce qu’il a eu tellement d’opérations dessus que ce n’est plus possible, et aucun swing coach au monde ne peut rien y faire. Seul Woods peut trouver la solution. »

Poursuivant « Il y a des choses qu’il ne pourra plus faire physiquement, mais d’autres seront possibles. Il va devoir faire le point là-dessus. »

Personne n’a envie d’être définitif au sujet de l’avenir du tigre, mais les nuages s’obscurcissent au-dessus de sa tête.

Prochain élément de réponse Chambers Bay dans quelques jours…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1733
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.