Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

McIlroy, prêt à en découdre en match-play et à Augusta, explique ses changements de matériel

McIlroy, prêt à en découdre en match-play et à Augusta, explique ses changements de matériel

Cette semaine, le nord-irlandais Rory McIlroy, tout juste vainqueur du Arnold Palmer Invitational à Bay Hill en Floride s’apprête à disputer au Texas, le championnat du monde de Match-Play DELL. De retour à son meilleur niveau, de retour dans le top-10 mondial (numéro 7 à l’OWGR), McIlroy pourra-t-il maintenir son niveau de performance élevé pendant deux semaines, et surtout ne pas brûler trop de carburant à quelques jours du Masters, dont il est redevenu l’un des favoris ? Il a livré quelques indications à son équipementier, depuis Austin, théâtre du WGC, et au cours d’un entretien qui nous a été transmis.

Découvrez nos formules d'abonnements

McIlroy, plus prêt que jamais avant le championnat du monde de match-play

Le championnat du monde de Match-Play est un événement à part dans le calendrier du PGA et de l’European Tour.

La réunion des 64 meilleurs joueurs de la planète est déjà un événement en soi, mais surtout, le format de jeu est de loin celui qui devrait être le plus souvent plébiscité pour des tournois de golf.

Ce serait un excellent moyen d’attirer un plus large public pour suivre du golf au bord du terrain, et à la télévision.

Pour les non-golfeurs, la bataille avec la carte de score et le parcours rend la compréhension du jeu, un peu complexe, et surtout manque de dynamisme.

Finalement, la tension d’une partie de golf ne se ressent souvent que sur les trois derniers trous.

En match-play, les choses sont simples.

Deux adversaires se livrent un duel permanent pour tenter, non pas de seulement prendre le dessus sur le parcours, mais aussi sur le rival.

Ce double affrontement rend le match-play unique.

A la différence d’un match de tennis qui se dispute toujours dans la même arène, et peut donner lieu à de la monotonie avec une répétition de coups, une partie de golf, qui se déroule sur 18 trous différents, a de quoi favoriser la variété des situations, et même des retournements de situations.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est bien délicat de faire le moindre pronostic par rapport à l’issue du tournoi de cette semaine.

McIlroy, qui a joué 68 dimanche dernier pourrait très bien se faire sortir dès le premier tour, en perdant contre un adversaire, auteur d’une carte de 67 !

Pourrait-on dire qu’il a mal joué ?

Le premier tour oppose quatre golfeurs réunis dans un même groupe (soit 16 groupes au total). Il lui faudra au moins deux victoires pour espérer avancer jusqu'au tableau suivant, qui cette fois, se disputera sur un seul match à élimination directe.

McIlroy arrive à Austin avec le plein de confiance, et surtout, sur un format de jeu pour lequel il a déjà démontré par le passé une certaine appétance.

Toutefois, en match-play, le parcours a son importance.

Il ne sera plus à Dove Mountain, longtemps théâtre de ce championnat du monde, ni à Harding Park (San Francisco) où il avait remporté en 2015 son premier titre dans ce format WGC.

Pour la troisième année consécutive, le championnat du monde DELL Match-Play aura lieu à Austin. En 2016, McIlroy s’était incliné en demi-finale contre Jason Day dans un match mémorable.

L’an passé, nous avions assisté en finale à un duel 100% TaylorMade entre Dustin Johnson en pleine confiance, et la révélation Jon Rahm.

Pour sa dixième apparition dans l’épreuve, ce qui signifie aussi une sacrée régularité à haut niveau depuis dix ans, McIlroy espère poursuivre son retour au premier plan.

Pour les matchs du premier tour, il se trouve dans un groupe très accessible avec Brian Harman, Jonathan Vegas, et Peter Ulhein, soit le groupe 6.

En partant du principe qu’il parviendrait à sortir du groupe, il pourrait retrouver sur sa route, Bubba Watson, Phil Mickelson, et pourquoi pas Jon Rahm en quart de finale.

« C’est bien de pouvoir être de retour sur ce tournoi. J’ai toujours apprécié ce format. J’ai toujours aimé ce tournoi qu’il soit en Arizona, à San Francisco ou ici à Austin. J’ai plutôt de bons résultats sur ce format de jeu. J’en ai gagné un. J’ai fait une finale. J’ai fait une demi-finale. Je suis souvent allé assez loin, et je peux encore le refaire cette semaine. »

Il poursuit « J’ai toujours aimé ce tournoi car la pression est importante. Tout le monde peut battre tout le monde sur 18 trous. Le champ est composé des meilleurs joueurs du monde. Il n’y a pas de match facile. »

McIlroy arrive avec le plein de confiance « Je suis vraiment très content de mon jeu juste avant le premier majeur de l’année. Même si je n’avais pas gagné la semaine passée, juste le fait de voir des signes positifs dans mon jeu me suffit pour savoir que je serai prêt à bien jouer pour Augusta. »

Au sujet du Masters, McIlroy estime qu’il a besoin d’un peu plus de chance pour enfin parvenir à décrocher sa première veste verte.

« Je n’ai qu’une chance par an à Augusta. Les trois dernières années ont été juste ok. J’ai bien joué, mais pas assez. Si j’ai de la chance, je vais mettre toutes les pièces du puzzle en même temps cette année, et j’aurai ma première victoire. »

Dans la foulée de ses commentaires recueillis par l’European Tour, McIlroy a accepté de répondre à des questions de son équipementier TaylorMade, tout heureux de valoriser sa dernière victoire, notamment avec un putter revu et corrigé.

La semaine passée, vous avez réussi votre meilleure performance en carrière au niveau du putting. Quels changements avez-vous opéré ?

McIlroy : Cela a été la meilleure semaine de putting de ma carrière.

J’ai effectivement changé de putter. Je suis passé du Mullen en 33 inches que j’utilisais précédemment au 34,25 inches SOTO.

Je voulais juste utiliser quelque chose avec lequel je pouvais être plus à l’aise, et par exemple, un putter qui me donnerait un peu plus de release au niveau de la pointe pendant le stroke.

J’ai essayé beaucoup de putters sur le putting green, et c’est avec le SOTO que je me suis senti le plus à l’aise. J’adore l’insert en Surlyn. Je le trouve vraiment doux.

J’ai rentré très vite un premier putt qui m’a permis de prendre beaucoup de confiance pour la suite de mon tournoi.

Qu’est-ce qui vous a paru familier avec ce putter ?

McIlroy : C’est vraiment un putter au look très traditionnel. Il s’agit d’un putter lame comme j’en ai déjà beaucoup utilisé par le passé, et avec succès.

Le coude au niveau du shaft est assez différent de ce que j’utilisais récemment (slant neck).

J’ai déjà eu ce type de manche par le passé. C’est comme retrouvé un ancien copain. 

Vous avez aussi procédé à des changements concernant votre driver. Qu’est-ce qui vous a déterminé et que recherchiez-vous quand vous avez testé de nouveaux drivers? 

McIlroy : J’ai testé un nouveau driver la semaine passée, car je jouais le même manche Kuro Kage depuis sept ans, et j’ai finalement pensé que sur ce laps de temps, il y avait peut-être des choses nouvelles qui pouvaient mieux fonctionner.

La technologie progresse beaucoup, que ce soit au niveau des têtes, des manches ou des balles.

J’ai essayé différentes choses et je suis finalement arrivé sur le Tensei Orange.

Ce qui m’a plu, c’est que je n’ai pas eu à beaucoup changer les poids sur la tête de mon driver M3.

Je l’ai réglé sur un loft standard. Le shaft a été un super ajout avec une trajectoire de balle plus tendue, et moins de dispersion. 

Quel serait le point clé pour vous quand vous testez un driver sur le practice ? 

McIlroy : Avec le driver avec lequel je jouais, je sentais que dans un vent de gauche à droite, je pouvais perdre un peu la trajectoire sur la droite.

La balle ne tenait pas tant que ça la trajectoire que je désirais.

Avec le nouveau M3, j’ai beaucoup mieux tenu la ligne, tout en gagnant en vitesse de balle, ce qui est toujours un bonus. Je sens que je gagne assez de vitesse de balle pour gagner 5 ou 6 yards supplémentaires.

Ce n’est jamais une mauvaise chose. C’est sympa de trouver un tout petit peu de distance en plus dans une séance d’essai.

Maintenant que vous avez réglé un nouveau driver, et un nouveau putter, quel est votre niveau de confiance dans votre jeu et votre équipement avant Augusta ?

McIlroy : Je suis très confiant dans mon matériel, et dans mon jeu en prévision du Masters. A l’évidence, la victoire de la semaine dernière a validé tout cela.

Je pense que mon jeu est dans une bonne dynamique, mais j’ai encore besoin de bons signaux avant d’aller disputer le premier majeur de l’année.

Putter aussi bien, et driver aussi bien que j’ai pu le faire ces derniers jours, sont deux éléments clés qu’il faut avoir à Augusta.

Donc, si ces parties de mon jeu sont prêtes, je peux juste me préparer de la meilleure des manières possibles pour jouer ce parcours. J’ai tout pour bien jouer. 

Quels clubs allez-vous emmener à Augusta ? 

McIlroy : Plus qu’ailleurs, à Augusta, je vais utiliser un driver, un bois 3, et probablement un bois 5, tout en M3.

sac-rory-2018.jpg

 

Ces dernières semaines, en prévision, j’ai enlevé le fer 2 pour faire de la place au bois 5.

Vous savez parfois à Augusta, avec les pars 5, vous avez besoin d’arriver sur les greens avec un petit peu plus de hauteur de trajectoire pour arrêter la balle plus vite.

Donc, je vais probablement garder le bois 5. Il est probable que j’enlève aussi le fer 3 pour prendre un fer 4 jusqu’au fer 9 dans ma série RORS Proto (série TaylorMade 730), tandis que je prendrai 4 wedges.

Je pense qu’à Augusta, si les conditions sont comme d’habitude, plus fermes à mesure que la semaine avance, il sera nécessaire d’avoir plus de wedges dans le sac pour gérer les écarts de distances.

Et bien entendu, je vais prendre le putter SOTO. C’est plutôt important sur ce parcours. Il va rester dans mon sac pour un moment (rires).

J’ai accepté de retranscrire cet interview dans la dernière partie de mon article, car McIlroy donne des informations intéressantes, notamment sur l’usage du matériel adapté pour faire tomber les balles de plus haut, le type de choix qu’il peut faire selon les conditions, tout en enlevant les passages trop superfétatoires en faveur de TaylorMade.

Au passage, je note que TaylorMade accentue fortement l’utilisation des pros pour la communication de ses produits.

Posté par le dans European Golf Tour
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 453
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.