Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Graeme McDowell remporte l'Alstom Open de France 2014

Graeme McDowell remporte l'Alstom Open de France 2014 - Crédit : ASO/Presse Sports/R.Perrocheau

Au terme d'une dernière journée à suspense, c'est finalement l'expérimenté nord-Irlandais, Graeme McDowell qui remporte l'Alstom Open de France 2014 à Saint-Quentin-En-Yvelines. Profitant de la défaillance de l'américain Kevin Stadler qui avait pourtant dominé le tournoi depuis le début de la semaine, G-Mac a porté l'estocade au meilleur moment, en rendant une des meilleures cartes du jour en -4.

McDowell égale le meilleur come-back par un vainqueur de l'Open de France : Jose Rivero en 1987 et Paul Broadhurst en 1995 avaient eux aussi remonté 8 coups lors du dernier tour pour l'emporter.

C'est le cinquième doublé de l'histoire de l'Alstom Open de France depuis 1972, date de création du circuit européen.

Les quatre autres sont ceux de Peter Oosterhuis (1973-74), Seve Ballesteros (1985-86), Nick Faldo (1988-89) et Jean-François Remésy (2004-05). 

Jusqu'au bout, le suspense a été à son comble !

Sur le 18, le putt du tenant du titre reste court dans la ligne, et il concède son seul et unique bogey du jour. Son drive au départ du trou l'avais mis en mauvaise position pour espérer toucher le green.

Néanmoins, il avait tenté sa chance, et commis une faute qui lui coûta donc ce fameux précieux point qui aurait pu lui économiser un dernier stress.

Au lieu de conserver un coup d'avance sur Kevin Stadler, il rentre au club-house sous la menace d'un éventuel retour de l'américain, et d'un play-off, d'autant, qu'en plus de Stadler, Jaidee est l'autre animateur de cette fin de partie.

Le Thailandais ayant en effet rentrer deux birdies sur les cinq derniers trous. Insuffisant pour s'imposer, il prend toutefois la 3ème place du tournoi.

G-Mac signe une carte de 67 (-4) exceptionnelle au vu des conditions de jeu de la journée.

Il se retrouve en tête au club-house à -5, contraint à attendre la fin de partie de Stadler (-5) pour partir éventuellement en play-off.

Personne n'aurait osé rêvé un tel scénario !

A chaque trou, le tournoi semble pouvoir basculer d'un côté ou de l'autre.

Comme par exemple au 17 quand le Nord-Irlandais a sauvé son par d'un putt de près de trois mètres, ce qui lui a laissé deux coups d'avances avant d'attaquer le 18e trou.

Stadler laisse filer la victoire au revenant du jour

Stadler aura vécu une dernière journée particulièrement frustrante.

Tout d'abord, à l'aller, il enchaîne les erreurs comme au 6, où sur un putt d'à peine plus d'un mètre pour sauver le par. La balle passe à droite du trou et Stadler redescend à -7, soit le même total qu'à la fin du premier tour.

Comme la veille, Riu rejoint Stadler en tête à mi-parcours, alors que l'Américain concède un nouveau bogey au 7, et que le Français enchaîne un 7e par d'affilée au 9.

À -4, les deux hommes ont un coup d'avance sur le duo Jamie Donaldson (-3 au 13) et Graeme McDowell (-2 au 11). 

On est encore loin de croire que finalement Graeme McDowell sera en mesure de remonter un retard de 8 coups.

Rien ne va plus pour l'Américain, qui malgré une belle sortie de bunker au 10 prend deux putts pour concéder un nouveau bogey. Il rétrograde en quatrième position à -3, aux côtés de l'Anglais Matthew Baldwin.

Les malheurs de l'américain n'en finissent pas, et il passe au 12 en +6. De tout le tournoi, Stadler n'a jamais été autant en difficulté. Sans doute les conditions !

Mais aussi, et surtout le parcours qui réserve de drôles de surprises aux protagonistes, comme ce superbe putt de l'Américain au 16 pour birdie qui le remet en selle contre toute attente à ce moment de la partie !

Le leader après chaque tour revient à un seul coup de McDowell, dont le 3e coup au 18 a failli rater le green et finir dans l'obstacle d'eau... Rien n'est encore joué à quelques minutes de la fin du tournoi !

Au départ du 18, Stadler ai finalement revenu à la hauteur du nord-irlandais, il ne lui faut plus qu'un par pour accrocher un play-off, et pourtant, il manque un tout petit putt qui offre la victoire à son rival.

Enorme déception pour l'américain qui a mené le tournoi pendant trois tours, et dont le jeu s'est peu à peu délité au fur et à mesure des quatre tours.

De son côté, McDowell, après avoir reçu des mains de Patrick Kron, PDG d'Alstom, la coupe Edward George Stoïber, a déclaré : "Bien sûr ce n'est pas de cette façon que je pensais gagner, je m'étais préparé pour le play-off et je n'imaginais pas que Kevin allait manquer son putt. Mais cette victoire est vraiment spéciale pour moi, elle arrive à un moment parfait et lance idéalement mon été."

Victor Riu se qualifie pour le British Open à Hoylake !

Comme Kevin Stadler, Victor Riu a connu une dernière journée chaotique.

Plus tôt bien placé aux termes des trous de l'aller, le jeune golfeur va commettre quelques petites fautes qui vont l'empêcher de se mêler à la victoire finale, dont un malheureux double au 18, provoqué par un dernier drive dans l'eau.

victor-riu.JPG

En 76 pour la journée, il termine à 5 coups du vainqueur en huitième position, suffisant pour assurer sa place sur l'European Tour l'an prochain, et mieux, lui permettre d'accéder pour la première fois au British Open dans quelques semaines.

Sans ce +5 dimanche, Riu aurait pu se mêler à la victoire !

Autre bonne surprise du tournoi, le jeune Parisien David Bobrowski en termine avec une carte très honnête de 72 malgré un finish bogey 17 - bogey 18.

L'une des surprises françaises de cette édition boucle sa première participation à un tournoi de l'European Tour en 18ème position, tout comme le lyonnais, Gary Stal, auteur d'une semaine plutôt solide.

De même que Gregory Bourdy, l'une des têtes d'affiches du clan français qui réalise une belle dernière journée en 70 pour remonter 27 places, et terminer 12ème.

A l'inverse, moins en réussite, Levy termine 35ème avec un dernier 77, Julien Quesne en 43ème position avec deux doubles sur les trois derniers tours, devant Dubuisson (48ème), Linard (59ème), Brun (62ème), et Kaleka (69ème). 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1826
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.