Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Matt Kuchar remporte le Memorial: “Mon objectif N°1… les majeurs”

Matt-Kuchar.png

Probablement le plus souriant des joueurs du PGA Tour, l’américain Matt Kuchar est aussi sans doute le moins connu des potentiels vainqueurs de tournois majeurs de golf. En remportant le Memorial, un tournoi de grande envergure sur le PGA Tour, il se rappelle à notre bon souvenir, et se replace dans le camp des leaders du circuit nord-américain.

Avec trente-cinq top-10 depuis le début de la saison 2010, et quatre victoires dans des tournois d’importances disputés devant des champs de joueurs de premier ordre, Matt Kuchar doit être pris au sérieux dans deux semaines, au moment de fouler les fairways du Merion Golf Club, dans le cadre de l’US Open.

En remportant dimanche, le Memorial Tournament – tournoi dont l’hôte n’est autre que Jack Nicklaus – Matt Kuchar dit la « Kooch » outre-atlantique, est devenu le deuxième américain après Tiger Woods à remporter déjà deux victoires en 2013.

Quand on cherche un rival au tigre, on pense McIlroy, Mickelson, ou dans une moindre mesure Adam Scott (récent vainqueur du Masters), Brandt Snedeker…mais pas nécessairement à Kuchar, or ce dernier commence à s’installer de plus en plus régulièrement aux avants-postes.

Au basket, quand un joueur rentre un bon nombre de paniers à trois points, on dit de lui qu’il a la main chaude. Ce commentaire peut désormais très bien s’adapter à Matt kuchar qui va donc préparer très sereinement le prochain US Open, et faire non plus figure d’outsider improbable, mais bien partie du top-5 des joueurs à suivre.

Trophée en mains, et assis à côté du maître (Jack Nicklaus), Kuchar a émis le commentaire suivant : « Bien jouer au golf entraine que l’on joue de mieux en mieux. Remporter des tournois inspire confiance pour en remporter d’autres. »

A 34 ans, lui qui ne compte pas encore de victoires en Majeurs devra commencer à s’en soucier rapidement, s’il veut un jour pouvoir rattraper les 18 victoires de son illustre voisin.

En attendant une telle éventualité, la Kooch n’a pas manqué le moindre cut en 15 départs sur des tournois professionnels cette saison, et a même réussi à se hisser à six reprises dans le top-10, dont une huitième place au Masters.

On avait d’ailleurs retenu sa brillante victoire en février dernier lors du WGC-Accenture Match Play où il avait battu en final du tournoi, son compatriote et tenant du titre, Hunter Mahan.

En plus d’être un « top-player », Kuchar a nettement progressé dans la hiérarchie des meilleurs joueurs du monde dans l’exercice particulier du Match-Play.

Lauréat du Players Championship 2012, Kuchar remporte donc au moins un « gros » tournoi par saison depuis trois ans (Barclays en 2010).

Désormais, remporter un majeur est tout en haut de sa liste de choses à accomplir en plus de gagner plus d’une fois sur une saison de PGA Tour.

Cette semaine, le golfeur du team Bridgestone a pu constater que son swing était solide dans des conditions de vent parfois délicates à maîtriser, et peut donc légitimement imaginer une issue favorable quand il devra poser la balle sur les fairways de Merion dans 15 jours.

« L’issu d’un tournoi de golf est difficile à contrôler. Vous ne pouvez que maîtriser ce que vous faites sur le parcours, mais vous ne pouvez pas avoir d’influence sur les autres joueurs. Je me sens très certainement prêt à jouer du très bon golf, et j’adorerai l’idée de pouvoir le faire une semaine de Majeur. C’est quelque chose qui est tout en haut de ma liste de souhaits. Je veux le faire, et je me sens prêt à le faire. Mais je ne maîtrise pas tous les éléments de l’équation. »

Pourtant, sur le Memorial disputé à Dublin dans l’Ohio, Kuchar qui avait pris les commandes dès le samedi a bien semblé avoir le contrôle sur le déroulement des évènements du dernier tour.

En terminant à -12 avec une dernière carte de 68, Matt Kuchar a parfaitement contrôlé le dernier rival capable de lui contester la victoire : Kevin Chappell.

Avec deux birdies sur les deux par-5 du parcours, il avait pris quatre coups d’avances à trois trous de la fin sur Kyle Stanley et Chappell.

Ce dernier a bien tenté de lui mettre la pression en rentrant deux birdies au 17 et au 18, mais en vain, car à chaque fois, la « Kooch » a su répondre présent grâce à de très bons putts.

D’ailleurs, le putt du 17 pour lui permettre de rester avec deux coups d’avances sur Chappell restera finalement comme le seul moment où Matt se sera senti dans une position de devoir ne pas louper pour ne pas laisser la moindre chance à ses rivaux.

Plus tard sur le 18, Chappell admettra que lorsqu’il a vu le leader se poser près du drapeau, avoir perdu le tournoi, dans la mesure où il ne se souvient plus quand Kuchar a joué plus que deux putts sur le green.

« Avec son putter actuel, il est tout simplement un joueur de classe mondial. » dixit Chappell.

Sans doute, le fruit du travail récent fait par Kuchar avec la marque de putters Bettinardi !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2162
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.