Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Match-Play: Comment battre son adversaire sur le parcours ?

Devenez un roi du match-play !

Bien que la plupart du temps, les professionnels jouent des tournois en strokeplay, la formule du match-play est la plus spectaculaire, et aussi la plus pratiquée par les amateurs en loisirs ou en compétitions de clubs. Mes conseils pour gagner votre match-play à coup sûr ! 

Comme vous le savez sans doute, le principe du match-play au golf consiste à gagner le plus grand nombre de trous possibles par rapport à son rival sur une partie de 18 trous que l’on joue tout seul ou en équipe de deux. 

Alors que le jeu de golf est usuellement un match entre le golfeur et le parcours, dans le cas du match-play, nous nous trouvons dans un configuration plus comparable à un match de boxe, ou un match de tennis, ce qui implique que la stratégie puisse jouer un rôle plus important. 

En plus de gérer son jeu et le parcours, le golfeur doit en permanence se soucier de l’autre, sur chaque trou, et jouer en conséquence. 

Pour chaque adversaire, et sur chaque trou, une nouvelle situation peut apparaître. 

Un conseil trop général ne peut donc pas être pertinent. En revanche, au fil des années, de grandes tendances tactiques ont fait leurs preuves… 

Jouez le parcours, pas votre adversaire ! 

Le premier grand joueur de match-play connu fut l’anglais John Ball qui a remporté huit British Amateur au siècle dernier. 

Connu pour toujours garder son calme, et son swing qui ne variait jamais quel que soit la situation, cet anglais admis que son secret pour gagner en match-play, fut de jouer contre le par ! 

Sa tactique consistait à toujours jouer le milieu du fairway, et laisser son adversaire partir à la faute. 

Bien sûr, cette tactique a sa limite ! Contre un golfeur qui rentre un birdie à la mode Dubuisson, c’est-à-dire en sortant des coups d’exceptions, le risque est élevé de perdre. 

Mais à bien y regarder, lors du dernier championnat du monde de match-play, Dubuisson a aussi gagné dans des mauvais jours…démontrant là-aussi les vertues de la stratégie du par. 

Soyez bien conscient de votre jeu, et jouez-le !

A moins que vous soyez un golfeur d’index 5 ou mieux, ne prenez pas le premier conseil au sens littéral du terme.

A savoir, jouez votre par personnel, une carte de score que vous avez réellement des chances de battre !

La plupart du temps, les golfeurs pensent que lors d’un match-play, ils vont casser le parcours, pourtant, très souvent, ils ne voient pas le 18 !

Attention à l’euphorie du match-play, préparez un plan de jeu qui prend en compte votre niveau de jeu, et laissez au vestiaire les coups les plus complexes que vous ne maîtrisez pas forcément sur une partie amicale.

En match-play, le fait de connaitre ses forces et faiblesses est clairement un avantage.

Plutôt que de jouer un fer 4 sur un fairway étroit, si vous avez l’habitude de mieux jouer un bois 3, ne tentez pas le diable quoi que votre adversaire choisisse de jouer !

Enfin, le secret en match-play est de ne pas se faire dicter son rythme par son adversaire. Ne vous laissez pas entrainer par un rythme de jeu trop lent ou trop rapide, en-dehors de votre propre rythme.

En match-play, vous devez être un joueur de poker, et savoir bluffer

Pendant une partie, vous aurez de bons mais aussi de mauvais trous, et ce sera pareil pour votre adversaire, c’est le principe de ce format de jeu.

La clé pour rester dans la partie est de rester relativement impassible dans les deux situations, à savoir quand vous menez ou quand vous êtes menés.

Selon W.G.Simpson, auteur du livre « The Art of Golf » écrivait « Les idiots parfaits jouent de manière stables ! Un jeu de montagnes russes ne les perturbent pas, ni dans la victoire, ni dans la défaite. »

Pour gagner en match-play, il faut se méfier de l’excès de confiance comme du découragement, il faut savoir être juste dans sa confiance dans le jeu.

Le sud-africain, Bobby Locke qui était connu pour être un grand joueur de match-play a été le premier à parler de « poker face » pour se décrire en tant que joueur de match impassible qui ne laisse filtrer aucune émotion vers son adversaire, ce qui a pour effet de déstabiliser.

D’une certaine manière, les meilleurs joueurs de match-play sont souvent ceux qui ne prennent jamais rien pour acquis, et qui se gardent de trop d’optimisme.

Mettez la pression !

Ne vous découragez jamais après seulement quelques trous

Très souvent, la plupart des joueurs se découragent très vite après seulement quelques trous en cas de mauvais départ.

Pire, certains craignent la perte du premier trou comme le signe de ce qui va se passer pendant toute la partie.

Sauf que le premier trou n’est pas plus important que le dernier !

Un bon départ ne fait qu’accentuer la pression immédiate sur son rival, cependant, il existe différentes façons de chasser la pression pour au contraire attendre son moment.

Comme dit plus haut, chaque jouer a son moment en match-play…Tant mieux pour votre rival, si ce moment démarre sur les premiers trous, mais le vôtre va venir…

Pendant le moment fort de votre adversaire, évacuez la pression en parlant d’autre chose : le temps, l’actualité, des potins…

N’abandonnez jamais !

L’histoire du golf est abondante d’anecdotes de joueurs qui sont revenus de situations compromises.

Dans l’histoire récente, Graeme McDowell en a même fait sa spécialité. Lors du dernier championnat du monde 2014 à Marana, il a pratiquement toujours été mené pour finalement, revenir et gagner au 18, ou pire en play-off.

Plus spectaculaire, dans sa seule défaite, Dubuisson a poussé son adversaire à jouer 23 trous, alors qu’il était mené 2 up au départ du 17 !

Plus loin, Tiger Woods a remporté son troisième US amateur en 1996 en remontant cinq trous de retards !

En match-play, il ne faut jamais dire jamais. Très souvent, en match, un bogey peut permettre de remporter le trou.

Alors quand vous êtes dans une situation compliquée sur le fairway, dites-vous bien que tant que les balles ne sont pas au fond du trou, tout est encore possible.

Dans cette formule, il n’y a jamais rien de plus déstabilisant pour un leader de constater que son rival ne craque pas ! Demandez à Jason Day ce qu’il en pense après son match contre Victor Dubuisson en finale du match-play à Marana ?

Ne relevez pas la tête quand vous êtes en avance

C’est humain de se relâcher quand les choses semblent aller dans le bon sens, et surtout quand on a une certaine avance.

Là-aussi, l’histoire du golf est marquée par d’incroyables retournements de situations.

Tant que le match n’est pas terminé, il n’est pas gagné.

Même quand vous êtes largement en tête, jouez tous vos coups comme si ils étaient décisifs pour la victoire. C’est cela avoir l’instinct du tueur en match-play. Ce n’est pas une partie amicale où il y a de la place pour de la pitié envers son rival.

Ce n’est pas très chrétien à dire ou écrire, mais c’est comme ça qu’on gagne en match-play.

Etudiez le parcours

Avant votre adversaire, le parcours est votre premier obstacle. Vous devez donc parfaitement le connaître.

Appréhendez toujours la vitesse des greens avant de partir jouer pour tester l’état du terrain du jour.

Si vous avez l’occasion de repérer le parcours avant de jouer, notez la position des drapeaux sur les greens.

Et très important, observez le comportement des balles, quand elles atterrissent sur les fairways et sur les greens pour en déduire la fermeté du terrain, ce qui peut jouer sur le choix des clubs.

Imaginez que vous avez à jouer un coup d’approche à 120 mètres du trou, votre adversaire joue en premier, et utilise un fer 8, mais vous avez observé que le parcours à mesure que vous avanciez dans la partie, s’était considérablement asséché depuis le matin, et vous optez pour un fer 9 qui se pose plus près du trou… 

La félicitation du vainqueur au vaincu !

Surveillez votre adversaire 

Cela devrait être une évidence. Quand vous jouez en match-play, le fait de mesurer en permanence le comportement de votre rival peut vous aider faire de bons choix entre attaque ou prudence.

Comme écrit plus haut, le fait de constater la trajectoire de la balle de votre partenaire peut aussi vous aider dans vos choix, surtout quand il joue en premier.

Bien qu’il soit interdit de demander à son rival, le club qu’il a joué, rien ne vous interdit en revanche de survoler son sac du regard…

Pour que cela soit utile, il faut bien sûr que vous soyez capable de faire la correspondance entre ce qui vaut un fer 5 pour lui ou un fer 6 pour vous…

De la même façon, sur le green, cela peut aussi être très intéressant de voir comment la balle de votre partenaire se comporte, notamment dans les pentes.

Enfin, si vous ne connaissez pas bien votre rival, l’observer attentivement peut vous permettre d’apprendre des choses importantes, surtout en début de match.

Imaginez qu’il soit peu à l’aise sur les sorties de bunkers…et que plus tard dans le match, il se trouve dans cette situation, vous pouvez jouer un coup plus prudent.

Denier conseil, le fait d’observer votre adversaire vous permet aussi de constater d’éventuels changements dans son comportement, et ainsi détecter quand il ressent la pression par rapport à sa routine habituelle. Ce sera alors le bon moment pour faire monter la pression.

Gardez la balle en jeu !

Selon les meilleurs joueurs de match-play, la meilleure façon de faire monter la pression sur un adversaire est encore de conserver la balle en jeu le plus longtemps possible.

Dans la plupart des matchs, la précision est bien plus importante que la distance.

Il est parfois plus important d’être le premier à jouer son coup pour mettre sous pression son adversaire par le biais d’une bonne approche à proximité du drapeau.

De la même façon, les spécialistes du scramble, des recovery et des approches millimétrés comme Ballesteros ou plus récemment Dubuisson pourront très bien décontenancés leurs adversaires.

Driver loin pour faire le show n’a pas d’intérêt en match-play, sauf si faire le show signifie précision !

En difficulté, soyez prudent !

Tout golfeur a eu un jour à faire face à un mauvais coup et la nécessité de sortir un coup de sauvetage spectaculaire pour revenir en jeu. Le jeu spectaculaire ne fonctionne que si le coup permet de mettre l’autre échec et mat.

La plupart du temps, il est plus intelligent de se remettre en jeu de manière sûre, et ensuite se remettre à attaquer.

Pour bons nombres de golfeurs expérimentés, la principale faille du mental au golf est celle qui consiste à enchaîner les mauvais coups, à trop vouloir en récupérer un par un coup encore plus risqué.

Exemple d’une situation où il faut savoir se montrer patient, le coup de départ frappé hors limite, trop souvent le golfeur est tenté d’en remettre un immédiatement sans attendre que le joueur adverse ait joué.

C’est une erreur, car si l’autre sort aussi son coup, les compteurs sont remis à zéro, et en plus, vous avez le temps de vous déstresser, et ensuite, taper un meilleur deuxième coup.

Très souvent en match-play, ce n’est pas le vainqueur qui est magnifique, mais le perdant qui est malheureux.

La patience peut être votre meilleur allié sur le parcours.

Bon match,

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2441
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Master Class PGA en petit jeu et entrainement de haut niveau certifié par la TPI (Titleist Performance Institute), Michel a dirigé la section Sport Études Golf Rhône Alpes de 1995 à 2001, et a formé plusieurs joueurs actuellement sur le tour européen.


Sur le site, il intervient comme consultant technique pour les questions liées à la pratique du golf pour les amateurs.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.