Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Masters Augusta 2018: Qui sont les favoris des bookmakers ?

Masters Augusta 2018: Qui sont les favoris des bookmakers ? - crédit photo : Mark Newcombe

Le Masters d’Augusta, véritable coup d’envoi de la saison golfique pour beaucoup de golfeurs aura lieu du 5 au 8 avril 2018 pour une dotation affichée à 11 millions de dollars. Sergio Garcia est actuellement en possession de la veste verte, et bien avant de connaître le menu du champion, les bookmakers s’intéressent déjà à qui pourrait être le possible vainqueur de la prochaine édition. L’occasion de faire le point sur les favoris à quelques semaines seulement du premier coup de départ sur Tea Olive, le premier trou du célèbre parcours dessiné par Bobby Jones.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le Masters d'Augusta 2018 promet d'être spectaculaire. Sergio Garcia aura fort à faire pour défendre son titre

En 2018, Billy Payne ne sera plus le « Chairman » du tournoi. Parti à la retraite, il a cédé son fauteuil à Fred Ridley, 65 ans, résidant à Tampa, et membre à Augusta depuis 2000.

Septième « Chairman » du Augusta National Golf Club en 85 ans d’histoire, Ridley a la particularité d’être le premier à avoir joué le Masters en qualité d’amateur qualifié en 1976, 1977 et membre de l’équipe de Walker Cup en 1978.

Ce sera donc à lui d’ouvrir le Masters 2018 en lieu et place de Billy Payne.

Pour succéder Sergio Garcia au palmarès du premier majeur de la saison, ils seront nombreux à afficher de grandes ambitions, à commencer par le tenant du titre lui-même.

Depuis sa victoire, l’espagnol a pris une toute nouvelle dimension.  Ce premier succès en majeur semble l’avoir « posé ». Au passage, il s’est marié avec Angela Akins à l’été 2017.

A moins de deux mois du premier tee shot, il est loin d’être le favori des bookmakers alors que les cotes évoluent toutes les semaines outre-Atlantique à la faveur des différents résultats sur le tour professionnel.

Il faut dire que Garcia n’a pas forcément réaliser une saison tonitruante sur le PGA Tour depuis sa mémorable victoire contre Justin Rose.

Plus concerné par son statut de golfeur international, il a continué à jouer sur tous les continents, et notamment remporté un titre sur le circuit européen à l’occasion du tournoi de Valderrama organisé chez lui, par sa fondation fin 2017, et un titre sur le circuit asiatique avec l’Open de Singapour début 2018 avec son nouveau sponsor clubs, Callaway.

Trop gourmand pour TaylorMade ou en fin de cycle, Sergio Garcia n’en reste pas moins l’une des grandes stars de notre sport, et un chouchou du public.

garcia-masters-2017-1tm.jpg

Loin des yeux, loin du cœur, il n’est pour l’instant donné vainqueur qu’à 50 contre 1 par les américains, qui n’ont d’yeux que pour des golfeurs américains… A moins qu'ils considèrent que les chances d'un tenant du titre sont faibles de conserver une veste verte deux années d'affilées.

Les favoris dans l'ordre des cotes provisoires

Le grand favori des bookmakers est l’actuel numéro un mondial, Dustin Johnson donné à 7 contre 1, soit la meilleure cote possible.

Déjà vainqueur d’un tournoi sur le PGA Tour en 2018, DJ semble incontestable aux yeux des « experts » de Las Vegas.

Pourtant DJ n’a pas encore démontré qu’il pouvait réellement briller à Augusta.

Certes, avant son forfait en 2017, il restait sur une belle série avec une quatrième place en 2016, et une sixième place en 2015, mais il n’a jamais vraiment été dans la course pour la gagne sur ce majeur.

Jusque-là depuis sa première apparition en 2009, il n’avait pas défrayé la chronique. Il a encore tout à prouver. Son forfait de dernière minute l’an passé, n’a malheureusement pas permis de voir ce qu’il est capable de faire, auréolé de son nouveau statut de meilleur golfeur de la planète.

Il occupe le fauteuil de numéro un depuis 54 semaines.

dustin-johnson-masters-2017.jpg

Il a bien entendu déjà débloqué son compteur en majeur à l’occasion de l’US Open 2016. Une victoire à Augusta est néanmoins impérative pour asseoir son statut de grands parmi les grands.

Deuxième meilleure cote à 9 contre 1, Jordan Spieth nous doit une revanche avec Augusta.

En 2016, il avait tournoi gagné jusqu’à ce qu’il craque de manière inexpliquée sur le dernier tour, laissant la victoire à l’improbable Danny Willett.

Auteur d’un début de saison discret sans être négatif en 2018, Jordan Spieth est l’homme d’Augusta.

Il est logique qu’il soit l’un des principaux favoris, tant il est fait pour ce parcours, et en particulier, les greens qu’il connait par cœur.

En 2015, il avait écrasé la concurrence dès le premier tour. L’épisode de 2016 est certainement digéré.

Cet hiver, il a travaillé son putting pour revenir aux fondamentaux de son extraordinaire saison 2015 qui l’avait vu remporté deux majeurs dont l’US Open.

En 2017, il a étoffé son palmarès avec une victoire au British Open, titre qu’il avait d’ailleurs failli remporter en 2015.

jordan-spieth-win-the-open17.jpg

A Augusta, il devra toujours être considéré comme un potentiel vainqueur, quel que soit l’état de son jeu les semaines précédents le premier majeur de l’année…

Troisième favori aux yeux des bookmakers, encore un américain, Justin Thomas vient même de remonter d’une cote de 15 contre 1, à 12 contre 1, à la faveur de sa récente victoire à Palm Beach Gardens.

Le jeune homme de 24 ans est probablement l’un des meilleurs du monde pour les approches de 45 à 120 mètres du green.

Ce sera un de ses atouts à Augusta. Il lui manque encore une solide prestation au Masters. Gageons que sa première victoire en majeur, le débloque de ce stress…

Thomas – Spieth ou Spieth -Thomas, c’est sans doute l’un des duels les plus spectaculaires qui nous attend pour les dix prochaines années au Masters. 

Les deux copains présentent des styles assez différents. Thomas est un long frappeur très bon dans les approches à 100 mètres, Spieth se distingue sur le putting, et autour des greens.

justin-thomas-wanamaker-trophy-17.jpg

En soi, une véritable opposition de styles entre deux golfeurs de la même génération, et promis à un brillant avenir.

Sans originalité, ils sont en fait plusieurs à être coté à 12 contre 1 : Justin Thomas, mais aussi Rory McIlroy, Jon Rahm et Jason Day.

A ce stade de la saison, les bookmakers ne prennent pas vraiment de risques.

Rory n’affiche pourtant pas encore des prestations suffisamment solides pour être aussi haut classé dans les favoris.

Certes, il est l’homme des grands rendez-vous, et nous doit toujours une grande victoire à Augusta depuis le rendez-vous manqué de 2011.

A l’époque, il était le jeune prodige à qui tout réussissait. Aujourd’hui, la compétition semble plus relevée.

Rory est souvent dans le coup, mais il lui manque un dernier grand tour sur une partie de dimanche.

Son driving est son principal atout, alors que son putting est parfois en mode alternatif. C’est surtout son wedging qui peut être un ton en-dessous de ses meilleurs rivaux comme Dustin Johnson, et Justin Thomas.

mcilroy-theopen17.jpg

Cependant, McIlroy a déjà démontré par le passé qu’il était capable d’élever son niveau de jeu.

A 28 ans, il a encore largement le loisir de s’améliorer dans tous les compartiments.

Jason Day vient de remporter le Farmer’s Insurance Open, et a démontré un solide retour au premier plan. Quelque part, il a donné plus de garanties que McIlroy au cours des dernières semaines.

C’est un favori légitime aux vues de ses performances passées à Augusta. Aujourd’hui, il paraît même plus complet qu’un Rory, parfois très dépendant de son driving.

jason-day--players-2016.jpg

Attention à l’australien, car sa saison 2017 a faussement laissé croire qu’il était moins performant. Il a surtout été un peu moins chanceux, et moins décisif dans les moments cruciaux.

A Torrey Pines, il a justement démontré qu’avec un driving un peu plus précis, il pouvait largement dominer tous les autres golfeurs.

Pour Jon Rahm, déjà très en vue dès sa première participation l’an passé, difficile de faire des prédictions.

Le natif de Barraka est un peu imprévisible.

Personne n’aurait imaginé qu’il occupe la deuxième place mondiale en si peu de temps. Il ne lui manque que de l’expérience, et encore…il ne semble pas en souffrir.

rahm-dp17.jpg

Son début de saison 2018 est certes moins spectaculaire que l’an passé, mais tout de même très solide, au point de se rapprocher du numéro un mondial, Dustin Johnson.

Si justement, il avait conservé son titre à Torrey Pines, ce qui a longtemps paru possible, il aurait même détrôné le numéro un américain.

En 2017, il avait terminé 27eme pour son premier Masters chez les pros avec une carte de 70 lors du second tour, à seulement 6 coups du vainqueur.

A 16 contre 1, et c’était totalement ubuesque, il y a encore quelques semaines, on retrouve un Tiger Woods crédible dans ce rôle de favori, surtout après sa prestation très aboutie sur le PGA National.

En août dernier, sa cote pour l’ouverture des paris a démarré à 100 contre 1.

tiger-woods-oakmont2007.jpg

Il y a encore deux semaines, il n’était donné vainqueur qu’à 25 contre 1, mais suite à sa 12eme place au Honda Classic, son meilleur résultat en tournoi depuis 30 mois, le voilà de nouveau dans les favoris sérieux, au même titre que Rickie Fowler, souvent annoncé comme un potentiel vainqueur de majeurs, mais pas toujours au rendez-vous au Masters.

Tiger Woods a largement revu ses ambitions à la hausse suite à son excellent Honda Classic.

Meilleur joueur du champ présent pour la proximité au trou avec les fers en mains, troisième plus long frappeur, Tiger est plus que dans le coup.

Il semble avoir retrouvé une grande partie de ses moyens.

Il ne serait pas étonnant que sa cote continue à grimper d’ici au Masters.

Pour sûr, Fowler devrait gagner un majeur dans sa carrière. Pourtant, il peine encore à tenir 4 tours.

L’an passé, sur l’US Open, il avait dominé le premier tour  avec justement un jeu de vainqueur en majeur.

fowler2.jpg

Des 15 premiers favoris, il est le seul avec Jon Rahm, à ne pas avoir encore gagné de majeurs, c’est dire le crédit que lui porte les bookmakers.

Il devrait hériter du statut de meilleur joueur du monde à ne pas avoir encore gagné de majeur, sauf à mettre fin à ce peu envié costume, dès cette année. Fowler a tous les éléments dans son jeu pour gagner un grand tournoi. Il ne reste plus qu’à y parvenir.

En 2017, il n’était pas loin de pouvoir y parvenir sans une dernière carte de 76, qui l’a repoussé à 7 coups du vainqueur, soit exactement l’écart entre son score, et celui de Sergio Garcia sur la dernière partie.

A 18 contre 1, toujours largement avant le tenant du titre, Sergio Garcia, on retrouve l’anglais Justin Rose « finaliste » malheureux de l’édition 2017.

Rose fait partie de ceux qui ont tous les atouts pour en gagner un. La seule question, c’est quand ?

rose-tpt.jpg

A la différence de Garcia, sa deuxième partie de saison 2017 a été impressionnante avec plusieurs grosses victoires, dont un championnat du monde.

18 contre 1, c’est une cote raisonnable pour l’anglais…lui aussi déjà vainqueur en majeur.

L’an passé, il fut l’un des rares à pouvoir sortir deux cartes sous la barre des 70, et en plus, pendant le week-end.

Son carnet de parcours à Augusta est sa botte secrète.

Déjà deux fois deuxième en 2015 et 2017, il se rapproche de l’objectif ultime.

Finalement, tous les favoris ne sont pas potentiellement des primo vainqueurs en majeur à l’exception de Rahm et Fowler.

C’est dire l’importance de l’expérience en majeur à Augusta. Pourtant, Danny Willett a contredit cette règle en 2016 alors qu’il n’était pas dans le top-10 des favoris.

A 25 contre 1, le japonais Hideki Matsuyama  ne paraît pas assez coté.

matsuyama-winner-wmpo2017.jpg

Déjà auteur de solides prestations à Augusta, notamment lors des 3 dernières éditions avec des places de cinquième, septième, et onzième, à seulement 25 ans, il ne serait pas étonnant qu’il devienne le premier japonais à remporter le Masters.

Toujours à 25 contre 1, on retrouve les deux gauchers Phil Mickelson et Bubba Watson, qui, du fait de la configuration du parcours, et de leurs retours en formes respectifs en 2018, devraient être aussi mieux cotés.

bubba-watson-volvik.jpg

En 2015, quand Bubba a remporté le Genesis Open, il avait remporté le Masters dans la foulée…

Phil a totalement retrouvé ses sensations au putting pour être l’un des meilleurs du monde sur les greens.

Pour peu qu’ils ne commettent pas un triple bogey pour cause de drive égaré, il a encore une chance de remporter une quatrième veste verte, et battre le record du plus vieux vainqueur, toujours détenu par Jack Nicklaus (46 ans).

mickelson-masters2016.JPG

Ci-dessous, les autres cotes (outsiders) pour la victoire à Augusta :

Charles Schwartzel a tout de même terminé à la troisième place l’an dernier, alors que Matt Kuchar a a lui aussi réussi sa saison en majeur avec un beau British Open, seulement battu par un Jordan Spieth qui tape des coups sur le parcours depuis le practice…

Paul Casey, Adam Scott, et Thomas Pieters ont terminé dans les 10 premiers de l’édition 2017. Ils doivent être pris en considération pour l’édition 2018. Imaginez Thomas Pieters, premier belge à remporter la veste verte… 

30/1: Tommy Fleetwood

40/1: Paul Casey, Marc Leishman

50/1: Sergio Garcia, Brooks Koepka, Patrick Cantlay, Alex Noren, Matt Kuchar, Thomas Pieters, Adam Scott, Henrik Stenson

60/1: Tyrrell Hatton, Tony Finau, Kevin Kisner, Daniel Berger, Louis Oosthuizen, Patrick Reed

80/1: Xander Schauffele, Charley Hoffman, Branden Grace, Matthew Fitzpatrick

100/1: Zach Johnson, Charl Schwartzel, Brandt Snedeker, Gary Woodland, Brian Harman, Haotong Li

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 743
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.