Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Masters Augusta 2014: Nos favoris pour dimanche

Nos 4 favoris pour la victoire au Masters d'Augusta en 2014

Dans quelques heures, ils seront 97 au départ du premier tour du plus grand et prestigieux tournoi de golf de la planète : le Masters d’Augusta. Pourtant nous nous sommes livrés au jeu des pronostics pour vous livrer notre top-4 des plus sérieux prétendants pour la victoire dimanche, offrant le droit de porter la célèbre veste verte.

Adam Scott : Une sérieuse chance de se succéder à lui-même

Le champion en titre est dans une bonne position avant d’entamer son premier tour, et de tenter de devenir le quatrième joueur de l’histoire à réaliser consécutivement un doublé à Augusta. 

Déjà premier australien à avoir remporté le Masters, en battant l’an passé l’argentin Angel Cabrera en play-off, rien n’effraie réellement Scott. 

« Depuis quelques années, je pense que je peux dire que je suis de plus en plus confiant, au moment d’aborder les majeurs. » 

Pour le jeune homme de 33 ans, le fait de retourner à Augusta avec la veste du champion est un rêve qui devient réalité, mais il insiste aussi sur le fait que les obligations du champion, comme le dîner traditionnel du mardi, ne le distraira pas. 

« Je veux essayer d’apprécier tout ce contexte, mais je veux aussi rester concentrer sur le jeu, car je me sens en très bonne forme. » 

En mesure de prendre la place de numéro un mondial en cas de troisième place ou mieux, Scott se contente de répondre que sa motivation est juste de bien jouer.

« Si je joue bien, j’ai une chance de gagner. C’est mon objectif cette semaine. Le fait d’être numéro un mondial sera alors juste dans la suite logique des choses. »

Adam Scott en répétition avant le grand début du Masters

Phil Mickelson : La véritable grande star en l’absence de Woods

Le célèbre gaucher américain a tenu à préciser qu’il se sentait nerveux avant cette semaine de compétition à Augusta.

Curieux pour un golfeur qui a déj remporté la veste verte à trois reprises, et qui détient un record de onze top-10 dans le premier majeur de la saison !

Sans doute une façon de nous démontrer que sa motivation est intacte 43 ans, et comme il a déjà démontré l’an passé que malgré son âge, il pouvait encore gagner un majeur avec panache (se référer à sa victoire sur The Open en juillet 2013).

Cependant, une petite forme ajoutée à quelques petites blessures, font qu’il apparaît beaucoup moins fringant qu’en 2013 à quelques heures de démarrer ce majeur.

Bien sûr, il rêve sans doute de remporter une quatrième veste verte pour égaler le score d’Arnold Palmer, et de Tiger Woods pour s’inscrire encore un peu plus dans la légende du golf.

« Je me sens toujours nerveux quand arrive cette semaine, car je me sens toujours capable de gagner. Je dois bien admettre que je n’arrive pas ici à 100%  à cause de ma récente blessure, mais j’ai été agréablement surpris par mon niveau de jeu à Houston.»

Avant d’ajouter « Physiquement, je me suis senti très bien.Si tous les compartiments de mon jeu se mettent en place en même temps, je pense que je pourrais faire un gros truc. Maintenant, je n’y suis encore jamais parvenu depuis le début de l’année. Je n’ai donc pas de résultat sur lequel m’appuyer. »

Avant de conclure « Je n’ai pas encore expérimenté cette saison la pression qui permet de se sentir à l’aise dans l’environnement d’une victoire, et c’est pourquoi, je suis un peu nerveux. Cette semaine est celle qui compte le plus pour moi. Je vais construire ma confiance sur mes performances passées pour être performant sur ce tournoi. »

De ce point de vue, Mickelson est assurément le mieux armé, surtout tenant compte de son extrême habileté dans le petit jeu.

« Ce que j’aime sur ce parcours, c’est qu’il n’y a pas de roughs qui ne permettent pas des coups de récupérations. Un mauvais coup ne veut pas nécessairement dire que vous allez perdre un coup. Vous avez toujours de la place pour manquer, même sur le 11, le 13 et le 15. »

Jason Day : Le champion du monde de match play !

Pratiquement du jour au lendemain propulsé icone mondial du golf, vainqueur de la World Cup en décembre, chez lui en Australie, il enchaîne par une nouvelle victoire retentissante au Championnat du monde de Match-Play dans le désert d’Arizona, et le voilà numéro quatre mondial dans la hiérarchie des meilleurs joueurs de la planète.

Très à l’aise sur les fairways d’Augusta par le passé, il n’en fallait pas plus pour faire de lui, l’un des grands favoris de ce Masters privé de Tiger Woods.

Jason Day est-il 100% opérationnel ?

A 26 ans, il dispose déjà d’une solide expérience en majeur, troisième du Masters en 2011 et en 2013, deuxième de l’US Open à nouveau en 2013, l’australien est un sérieux client dans les  gros tournois. 

A ses débuts en 2008, il ne doutait pas du fait de pouvoir faire tomber le tigre. C’était peut-être un peu irrévérencieux, mais finalement, en 2014, six ans plus tard, une victoire au Masters lui permettrait de prendre la place du numéro un mondial ! 

Avec un passé d’adolescent turbulent, ce jeune homme originaire des Philippines peut remercier sa maman, qui a cru en lui et emprunté de l’argent, pour lui offrir d’étudier dans la même école que d’autres illustres champions sportifs australiens, et notamment Adam Scott. 

Son père étant décédé très jeune, Jason Day n’est pas sûr qu’aujourd’hui, il aurait pu jouer au golf sans certaines rencontres, et notamment celle de Colin Swatton, son swing coach. 

Depuis sa victoire contre Victor Dubuisson en finale des WGC-Accenture Match-Play, Jason Day n’a plus joué en tournoi, en raison d’une blessure au poignet gauche. 

Il a à peine pu jouer quelques parties d’entraînements à Augusta, ce qui rend délicate toute prévision à son endroit. Pourtant, comment ne pas l’inclure dans le top-4 des grands favoris, au vue de ses dernières sorties ? 

Après six semaines de repos, et un traitement à base de cortisone, Day se considère tout de même prêt, et même frustré de ne pas avoir pu continuer à jouer après le WGC, sachant qu’il s’estimait en train de très bien jouer au golf. 

L’an passé, il jouait déjà très bien au Masters, et aurait même pu être le premier australien à enfiler la veste verte à la place de son camarade, Adam Scott.

Deux bogeys au 16, et au 17 lors du dernier tour le priveront finalement du play-off. 

Interrogé sur ses ambitions en 2014, il s’est contenté de « J’essaie de ne pas trop penser au fait de remporter le Masters, et la place de numéro un mondial, même si c’est vrai que j’ai l’occasion de pouvoir faire les deux en même temps. »

Rory McIlroy : L’équation à deux inconnues

Pas certain que McIlroy aurait été aussi haut placé dans les paris, sans une très belle dernière carte de 65 dimanche dernier au Shell Houston open !

Avec un tel échauffement, sa cote a sérieusement pris de la valeur avant d’arriver à Augusta, sachant que le principal chouchou des médias, Tiger Woods n’est pas là, et que ces derniers aiment bien placer le Nord-Irlandais dans la catégorie des vainqueurs potentiels, depuis une impressionnante victoire à l’US Open 2011.

Pourtant, son année 2013 n’inspire pas l’optimisme. A bien y regarder, ses performances ont commencé à se redresser en toute fin d’année, après qu’il ait battu Adam Scott sur l’Australien Open, et depuis, en six départs cette année, il n’a jamais terminé au-delà de la 25ème place. 

Selon Dave Stockton, un de ses entraîneurs « Il est dans de bonnes dispositions mentalement, physiquement, et avec son matériel. » 

On ne sait jamais quel McIlroy on va découvrir sur le parcours ?

Toutefois, il convient de relativiser les chances de l’ex-numéro un mondial, qui n’a jamais fait mieux que quinzième à Augusta. 

En 2011, alors qu’il avait tournoi gagné, il s’était littéralement effondré sur les derniers trous. 

Parti le dimanche matin avec quatre coups d’avances, et une main sur la veste verte, il avait terminé en larmes, conscient d’avoir fait une grosse bêtise.

Depuis le champion admet avoir fait du chemin, retenu la leçon, et ne sent plus d’amertume à propos de cette journée. 

Il pense même que cette déconvenue lui a servi dans ces deux victoires en majeurs acquises à l’US Open de la même année, et au US PGA Championship 2012. 

L’émotion ! 

C’est ce qui sera en jeu durant ce week-end, et McIlroy se sent plus capable de la gérer que trois ans auparavant.

Si on prend en considération le fait que McIlroy a un jeu parfaitement adapté pour Augusta, à savoir sa longueur depuis le tee, et sa capacité à mouvoir la balle de droite à gauche, il pourrait bien être un favori légitime. 

Mais l’équation n’est pas si simple à résoudre, car sur ce parcours, il compte plus de tours joués en plus de 74 que de tours joués sous la barre des 70, et pourtant, c’est ce qu’il faut être capable de faire pour gagner à Augusta. 

Il pourra toujours militer sur le fait qu’à Augusta plus qu’ailleurs, il faut de l’expérience pour pouvoir s’imposer, et six départs ne suffisaient pas pour apprendre toutes les nuances de ce redoutable parcours. 

Avis aux débutants comme Jordan Spieth, Patrick Reed, ou encore Victor Dubuisson.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2024
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.