Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Masters Augusta 2014: Comprendre qui peut l’emporter dimanche

Qui pourra prendre le pont en premier ce soir à Augusta ?

Le troisième tour du Masters d’Augusta, premier majeur de golf de la saison a bouleversé nos prévisions, notamment concernant Adam Scott. Ce soir, bien malin qui pourra prédire le nom du futur vainqueur entre un ancien ou un nouveau, entre un jeune ou un vieux… 

Même privé de Tiger Woods et Phil Mickelson, les deux principaux animateurs de ce tournoi depuis plus de quinze ans, et chouchous des médias ou du public, ce Masters conserve un caractère passionnant, car ce dimanche, tout est encore plus ou moins ouvert pour la victoire, et ceux qui sont encore en course sur les 97 partants ont tous une histoire incroyable à raconter. 

Enfin, de notre point de vue, et au niveau comptable, ils ne sont plus tout à fait 97 à pouvoir l’emporter. 

Le cut de vendredi soir a déjà renvoyé à la maison près de la moitié des compétiteurs dont le français, Victor Dubuisson. 

Sur la cinquantaine de golfeurs restant, à en juger par les scores des trois premiers tours, ils ne sont probablement plus que 23 à pouvoir encore prétendre à quelque chose.

Et dans les 23, ceux qui sont le plus loin devront réaliser un exploit en 66 ou 67 sur le dernier tour, tout en espérant que les leaders connaissent un sérieux coup d’arrêt. 

Exemple ! Pour s’imposer dimanche, Jimmy Walker devra réaliser un des scores les plus bas du jour (probablement autour de 66) tandis que Jordan Spieth ou Bubba Watson joueront pas moins de 74, et que tous les autres golfeurs ne réussissent pas un coup. 

C’est donc assez improbable mais possible en théorie. 

En vérité, le nom du futur vainqueur se trouve dans une short-liste de 15 joueurs. 

Pour comprendre ce qui peut se passer dans quelques heures à Augusta, revenons sur l’édition 2013 en chiffres. 

Adam Scott a remporté le Masters, et sa première veste verte après deux trous de play-off contre Angel Cabrera. 

Mais pour arriver jusque-là, il a joué 69 pendant le dernier tour et atteint un score total de 279.

De tous les golfeurs qui ont terminé dans le top 20, il est le seul à avoir joué trois tours sous la barre des 70, ce qui témoigne de la grande difficulté du parcours, probablement même le plus difficile au monde, notamment quand les greens sont aussi fermes qu’ils peuvent l’être ce week-end.

En fait, pour gagner le Masters, il ne faut pas forcément jouer très bas pendant un tour, mais au contraire être très proche du par tous les jours à deux/trois coups en dessous. 

Jouer très bas au Masters, cela veut dire être capable de jouer 66/67

Lors du premier tour, Bill Haas a joué un très beau 68. Lors du second tour, 68 fut à nouveau un des scores les plus bas.

Et c’est vrai que lors du troisième tour, Miguel Angel Jimenez a réalisé un 66 exceptionnel, sachant qu’il a lui-même passé la barre des 50 ans, ce qui ne minore pas du tout la portée de son exploit ! 

Pour s’imposer dimanche, le meilleur score possible est donc sans doute 66, soit six coups sous le par. 

Toujours sur la base de statistiques récentes, en 2013, sur 61 golfeurs qui avaient pu passer le cut, seulement onze (18%) ont pu jouer sous la barre des 70 durant le dernier tour, sans doute le plus délicat des quatre à maîtriser, étant donné la pression. 

Parmi les 23 meilleurs au leaderboard, nous pouvons en déduire qu’ils ne seront donc pas plus de cinq à pouvoir réaliser une telle performance ce soir, sachant qu’il y aura sans doute des golfeurs du fond du classement qui réussiront eux-aussi un baroud d’honneur, mais désespéré pour une victoire finale. 

Remonter plus de six coups de retards ne parait plus permettre la victoire au vue des résultats du troisième tour. 

Toute la question est donc désormais de savoir qui pourra jouer sous la barre des 70 ce soir, sachant qu’en 2013, un seul golfeur était parvenu à le faire trois fois sur quatre tours…le futur vainqueur : Adam Scott. 

Sans faire de mystère, nous imaginons trois scénarios et trois possibles vainqueurs au vue de ce qui s’est passé samedi. 

Bubba Watson, Matt Kuchar et Jordan Spieth sont favoris.

Bubba Watson, déjà vainqueur en 2012 semble avoir un brin d’expérience en plus, et tout le potentiel pour remporter sa deuxième veste verte. Il a connu sa mauvaise journée du Masters ce samedi, mais conserve toutes ses chances puisqu’il reste en tête à -5. 

Le Masters devrait se gagner entre -5 et -10.

Tout va donc  dépendre de lui sur le dernier tour. Cependant, son 74, un score trop au-dessus du par, l’oblige à être l’Adam Scott de 2014, à savoir celui qui va scorer un troisième tour sous la barre des 70 après son 69 et 68 des deux premiers tours.

A l’inverse, Jordan Spieth, le rookie de l’année 2013, à 20 ans, devra continuer son sans faute (il alterne les parties entre 70 et 71 depuis trois tours) pour espérer gagner. 

Ce qui est pratiquement du jamais vu au Masters sur ces dernières années ! 

Statistiquement, il y a plus de chances que le vainqueur du Masters soit un golfeur qui réussisse un 67 dans le dernier tour plutôt qu’un golfeur qui score quatre tours dans les 70. 

Pour le jeune golfeur, la victoire semble possible si ce soir, il sera capable de jouer entre 68 et 70.

Ce serait tout simplement incroyable qu’un golfeur âgé de moins de 21 ans puisse réussir un tel exploit.

Les commentaires seraient alors dithyrambiques, et Spieth serait alors projeter au rang de nouvelle icône…de nouveau Tiger Woods. 

Le dernier golfeur qui s’est vu affublé de ce titre l’a porté comme une malédiction !

Rory McIlroy qui était le favori des bookmakers, mais pas forcément de ceux qui connaissent les choses du golf pointe actuellement au 24ème rang à +3 avec une chance infime de pouvoir accrocher la victoire. 

Troisième golfeur en très bonne position pour remporter le Masters et son premier titre majeur, Matt Kuchar qui se rapproche chaque année un peu plus de cet objectif. 

A la différence de Watson qui a joué très vite très bas, ou de Jordan Spieth qui a été un métronome, Matt Kuchar joue une troisième partition, celui du diesel qui monte progressivement mais fort dans les tours ! 

Après un score de 73, puis de 71, il a joué son troisième tour en 68.

Au regard des tendances, il est sur un trend de progression alors que Watson est sur le recul. A la différence de Jordan Spieth, Matt Kuchar a déjà joué sous la barre des 70. 

Des trois trajectoires, il présente la meilleure dynamique… 

Mais surtout cet article avait pour but de vous démontrer que si au moins trois golfeurs sont en bonne posture pour remporter le Masters, un l’a déjà perdu… 

L’australien, Adam Scott, tenant du titre qui nous paraissait en mesure d’être le premier golfeur à conserver son bien depuis Tiger Woods au début des années 2000 a commis l’irréparable ce samedi en jouant 76, un des scores les plus élevés du troisième tour parmi les 23 meilleurs joueurs du classement. 

Autant, ses deux premiers tours lui donnaient une chance sérieuse, autant là, il lui faudra jouer 66 sur ce dernier tour en espérant une grande série de défaillances devant lui.

Cela paraît plus qu’improbable !

Le scénario d’un duel Bubba Watson / Adam Scott a sérieusement pris du plomb dans l’aile. 

Ci-dessous, nous nous sommes amusés imaginer le scénario de ce soir, en nous basant sur les tendances que nous avons pu observer, et les probabilités. 

Exercice de prévision pour le dernier tour du Masters

Impossible de prédire qui va gagner le Masters, en revanche, il est plus facile de dire qui a le moins de chances d’y parvenir. 

A vous de juger…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1916
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.