Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Masters 2017 : Un 1er tour marqué par l’abandon de Dustin Johnson et le souvenir d’Arnold Palmer

Cette première journée aura aussi été marquée par l’abandon du favori, Dustin Johnson, la nouvelle défaillance de Jordan Spieth, et peut-être l’émergence d’un nouveau possible vainqueur : Phil Mickelson.

La cérémonie d’ouverture du Masters d’Augusta 2017 aura été marquée par le vibrant hommage rendu au King, Arnold Palmer. Sa chaise vide en disait long sur la place occupée par la légende dans le cœur des américains. Cette première journée aura aussi été marquée par l’abandon du favori, Dustin Johnson, la nouvelle défaillance de Jordan Spieth, et peut-être l’émergence d’un nouveau possible vainqueur : Phil Mickelson.

Découvrez nos formules d'abonnements

Si vous avez manqué le début…

A 6h30 du matin, Gary Player, 81 ans, était déjà au practice pour s’échauffer en vue du traditionnel « starter tee time ».

Pour la première fois, à l’occasion du 81eme Masters, Player n’allait retrouver à côté de lui que le seul Jack Nicklaus.

Arnold Palmer s’en est allé. Billy Payne, et les organisateurs du Masters ne pouvaient pas manquer l’occasion de lui rendre un dernier vibrant hommage.

Ce fut le premier grand moment d’émotion de ce Masters, et certainement pas le dernier à en juger par le déroulement de ce premier tour.

Après avoir déposé la veste verte d’Arnie sur sa chaise vide, Payne a demandé une minute de silence à la foule amassée autour du tee de départ. Nicklaus, recordman des victoires a appuyé l’hommage en déclarant que le Masters avait fait beaucoup pour Palmer, mais ce dernier avait fait encore plus, rendant l’épreuve populaire dans le monde entier.

Sous les yeux de sa veuve venue apporter une des vestes vertes d’Arnie, Nicklaus et Player ont pu ouvrir le bal alors que les spectateurs ont reçu un petit badge à la mémoire du King.

Le premier joueur à s’être mis en lumière fut le belge Thomas Pieters. Auteur d’un aller splendide en 32, son retour fut beaucoup plus compliqué avec deux bogeys et deux doubles (40) pour terminer juste dans le par (72).

Premier leader, néanmoins, cette carte dans le par le tient dans une bonne position pour le reste du tournoi dans la mesure où scorer bas aujourd’hui relève du miracle, tant le vent a soufflé fort sur les fairways, et les greens de l’Augusta National.

Alors que tous les golfeurs ne sont pas encore rentrés au club-house, ils ne sont que dix à avoir pu jouer sous le par.

A propos de club-house, un golfeur a du rentrer prématurément : Dustin Johnson, le favori numéro un pour la victoire finale.

Amputé de sa principale tête d’affiche, le Masters paraît plus ouvert que jamais. Surtout que Jordan Spieth n’a pas écrasé le tournoi d’entrée, comme il avait pourtant su le faire les deux années précédentes.

Johnson à la maison, Spieth encore en difficulté

C’est l’événement de cette première journée à Augusta. Dustin Johnson a fait un petit tour à l’échauffement avant de renoncer définitivement.

Incapable de swinguer, DJ qui devait prendre le dernier départ à 14h03 a préféré renoncer en raison d’une vilaine et bête blessure au bas du dos, causée par un accident domestique.

La veille, il a glissé dans les escaliers de sa maison de location.

DJ a avoué avoir tout tenté pour jouer, mais c’était impossible, non seulement d’être compétitif, mais de swinguer tout simplement.

Après avoir tergiversé à plusieurs reprises, complètement dégoûté de ne pas pouvoir jouer, il a fini par renoncer au tout dernier moment.

Autre favori du tournoi avec en plus une revanche à prendre, Jordan Spieth était très attendu au douze, le Golden Bell, un par 3 de 155 yards qui l’an passé lui a coûté la victoire.

La grande difficulté sur ce trou consiste à anticiper les changements de directions du vent.

Cette année, son fer 7 a trouvé directement le green pour lui laisser deux putts et un par. Après avoir réalisé un début plutôt solide, on pensait que Spieth pourrait à nouveau faire le coup des deux précédentes éditions, à savoir partir très vite, très fort d’entrée.

C’était sans compter avec le 15 ! Encore une fois, une balle dans l’eau allait être l’élément déclencheur d’un nouveau quadruple bogey.

Le 15 va finalement lui coûter très cher puisque sa carte de score finale en +3 (75) est son score le plus élevé en 13 tours disputés à Augusta.

Seule consolation, ce quadruple ne tue pas encore toutes ses chances de pouvoir l’emporter.

Il l’affirme ! Il peut encore jouer très bas pendant les trois prochains tours !

Cruelle difficulté du Masters, Spieth a envoyé un coup de wedge parfait vers le green, mais trop de spin tue le spin !

Une fois sur le green, sa balle a brusquement freiné pour repartir en arrière et trouver l’eau en contrebas.

Après avoir tellement dominé Augusta, le parcours continue de se venger, et le renvoie dans le par total pour ses quatre derniers tours disputés. La magie Spieth au Masters est-elle passée ? L’héritier de Palmer est dans le dur ! Il doit désormais démontrer qu’il peut gagner le Masters sans avoir réussi son entame.

Scott, Mickelson : Pas la même perception du vent !

Pour Adam Scott, vainqueur du Masters en 2013, les conditions de jeux étaient plutôt borderline aujourd’hui !

Pour avoir suivi plus particulièrement sa partie, il faut dire que toute la journée, il n’a pas été en réussite avec ses approches.

Scott a illustré parfaitement la difficulté du parcours d’Augusta : Accrocher les greens !

42eme après le premier tour (75), Scott a souvent touché les greens sans pouvoir y rester.

Pour l’Australien, le jeu aurait dû être interrompu. Sur le 14, une rafale de plus de 40 mph a transformé un putt de 3 pieds en un putt de 12 pieds ! 

Seule consolation pour Scott, comme il a plu la veille, les greens sont moins fermes que prévus. Si cela avait été le cas, cela aurait été tout bonnement injouable !

Pourtant, il y a un golfeur qui ne s’est pas plaint des conditions, et c’est Phil Mickelson qui apparait désormais comme un possible vainqueur.

Avant de remporter le British Open en 2013, Lefty n’avait pas la réputation d’être un monstre dans le vent. Depuis sa victoire à Muirfield, Mickelson apparait de plus en plus à son aise quand les conditions se déchaînent, et sur ce premier tour, lui comme les autres, a été servi.

« J’adore ça ! »

Très content de cette difficulté supplémentaire, Mickelson imagine que les jeunes loups vont souffrir, surtout ceux qui découvrent le parcours. Cela lui laisse une belle chance de victoire, surtout après l’abandon de Johnson, et le premier tour raté de Spieth.

Quatrième en -1 (71), le gaucher triple vainqueur de l’épreuve est clairement mon nouveau favori pour la victoire de dimanche, surtout si les conditions restent aussi peu clémentes pour la suite.

hoffman.jpg

En attendant, l’homme fort du jour est Charley Hoffman, auteur d’une journée fantastique en -7 (65), et que personne n’attendait à un tel niveau.

Pourtant, Hoffman sait très bien jouer par intermittence à Augusta. Ce sera pour lui justement toute la difficulté. Etre capable de tenir quatre tours !

Avec quatre coups d’avances, il devrait pouvoir voire venir, et assurer au moins le cut. De là à l’imaginer en possible vainqueur dimanche, il y a encore du chemin. Au cours de sa carrière, le californien a déjà démontré qu’il pouvait se hisser au niveau des meilleurs sur un ou deux tours, mais rarement sur quatre pendant un majeur.

A lui de me faire mentir, mais pour l’instant, je n’y crois pas beaucoup. Hoffman, c’est l’exemple parfait du joueur de coup ! Il vient de réussir le sien.

Et quel coup ! Quand on pense qu’il a réussi quatre birdies d’affilés du 14 au 17, manquant d’un putt, le cinquième au 18. Touché par la grâce dans une journée aussi difficile, c’est au moins un beau leader qui fait un peu oublier les absences de Johnson, et Tiger Woods.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 728
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.