Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Masters 2015 : Jordan Spieth écrase la concurrence

Masters 2015 : Jordan Spieth écrase la concurrence

Alors qu’une brise chaude parcourait le parcours d’Augusta ce vendredi après-midi, un jeune homme de 21 ans, Jordan Spieth a cassé pratiquement quatre décennies de record au Masters, et indubitablement rappelé l’esprit du maître des lieux, Bobby Jones. 

Sommaire de l'article consacré au deuxième tour du Masters d'Augusta 2015 

  1. Fin de suspense pour la victoire dimanche à Augusta ?
  2. Derrière Jordan Spieth, la concurrence s’organise...  

Il y a près de 50 ans, le co-fondateur de l’Augusta National assistait à l’émergence de la plus grande légende du golf, un jeune joueur du nom de Jack Nicklaus qui remportait sa deuxième veste verte de manière tellement convaincante que cela fit dire à son glorieux ainé « Ce garçon joue un jeu de golf que je ne connais pas » 

Que dirais aujourd’hui Bobby Jones si il pouvait voir à quel point Jordan Spieth est détendu et avec un jeu aussi aérien ? 

Après avoir joué un premier tour en frôlant le record de score pour un tournoi majeur, Jordan Spieth, favori des bookmakers a enchaîné avec un 66 pour se situer en 130 coups après deux tours, un nouveau record après 36 tours, effaçant des tablettes celui de Raymond Floyd, datant de 1976 (131) qui avait à cette occasion remporté son seul Masters. 

Au soir du deuxième tour, le jeune américain compte déjà cinq coups d’avances sur le second, Charley Hoffman. 

Fin de suspense pour la victoire dimanche à Augusta ? 

Sûr que Bobby Jones aurait aimé voir à quel point Spieth a drivé juste et droit. Qu’il aurait aimé voir la précision des coups de fers du jeune golfeur ! 

Et certain qu’il aurait apprécié la maturité et la gestion de la pression démontré tout au long de la journée par la nouvelle star du golf.

Jeudi, sur le trou numéro 15, un par 5, Spieth a peut-être raté son seul coup du tournoi. Il avait opté pour un hybride après avoir hésité avec un fer 4, et avait finalement dépassé le green.

Derrière son chip avait été moyen, et finalement, cette mésaventure lui avait coûté un trois putts, et fait manqué la perspective d’un eagle. 

En arrivant sur ce même trou ce vendredi, il n’a pas commis la même erreur, et finalement choisi la prudence alors qu’il était déjà à -13 sous le par, et bien installé en tête du tournoi.

Constatant que le vent avait soudainement changé de direction, il joua le trou de façon à se laisser une approche au wedge pour se poser à moins de deux mètres cinquante du trou, et derrière rentrer le putt pour birdie.

Un autre exemple de sa parfaite gestion de la journée arriva au 18 quand son approche manqua le birdie pour le laisser à deux mètres du trou, il considéra sa balle, pensa finir le trou, puis se ravisa pour laisser ses partenaires jouer leurs coups.

Il marqua sa balle, et attendit qu’Henrik Stenson, et Billy Horschel puttent avant de finir son par. 

« Je ne voulais plus rien forcer à ce stade de la partie. J’aurai eu un stance inconfortable en puttant la balle au-dessus de la ligne d’Henrik, et je n’avais rien à y gagner. » déclara un Spieth dominateur de son sujet. 

masters2-spieth1.jpg

C’est exactement le genre d’attitude qu’a démontré Spieth depuis le début de la semaine du Masters. Il a joué parfaitement pour se placer en tête, et après s’est comporté en maître du tournoi. 

Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Déjà considéré comme un prodige et le chouchou, il a reçu un très grand support de la foule. 

Pour les fans de golf américains, ce Masters est à la croisée des chemins entre d’un côté Ben Crenshaw qui disputait son dernier tour à Augusta, Tiger Woods qui tente encore de ré-apprivoiser son jeu, et ce Jordan Spieth qui émerge comme le nouveau leader. 

Avec cinq coups d’avances sur Hoffman mais surtout sept sur Dustin Johnson et Paul Casey, huit sur Phil Mickelson, onze sur Adam Scott, et douze sur Rory McIlroy, Bubba Watson, et Tiger Woods, Jordan Spieth s’est fabriqué un confortable matelas de points d’avances pour sérieusement envisager la victoire dimanche, sans l’ombre d’un bout de suspense. 

« Je ne me suis jamais senti nerveux. J’ai parfaitement dormi la nuit dernière, et je vais aller profiter de la fin de journée avec mes amis et ma famille, en faisant comme si de rien n’était, et me tenir prêt pour demain, car je sais que nous ne sommes qu’à mi-chemin. » 

Derrière Jordan Spieth, la concurrence s’organise...

Jordan Spieth a beau avoir mis la barre très haut, ce n’est pas pour autant que la partie est finie. 

Derrière lui, de nombreux grands talents parmi les favoris ont plutôt réussi ces deux premières journées. 

Sans le score record de Jordan Spieth, on pourrait même penser qu’ils sont idéalement placés avant de lancer le sprint final, ce qui promet un très beau spectacle d’ici à dimanche. 

Spieth est parti très fort devant, mais il reste 36 trous à jouer, et l’écart peut encore être comblé, même si dans la même situation, Raymond Floyd avait fini par gagner son seul Masters en 1976. 

Partons du principe néanmoins que les concurrents de Spieth ont encore une petite chance ! 

Sur les 36 premiers trous, le parcours de l’Augusta national a été plutôt doux et lent, si Spieth a parfaitement géré cette donnée et démarré en trombe, les autres golfeurs ont commencé à réaliser qu’il faudrait être plus agressif. 

A commencer par l’autre héros du jour, Dustin Johnson qui a pourtant très mal démarré sa journée, en consommant un double-bogey dès le premier trou en étant pourtant au milieu du fairway sur son deuxième coup ! 

DJ s’est particulièrement bien repris derrière en enquillant trois eagles sur un un seul tour, jouant 15 trous en moins huit sous le par, pour finir en 67, et établir un nouveau record. 

Johnson a joué Eagle sur les trous numéros 2, 8 et 15. 

Une première dans l’histoire du tournoi…et à cela, il faut ajouter un birdie au 13 qui lui a fait jouer les par-5 en moins sept, un nouveau record à Augusta. 

En fin de journée, c’est un autre américain qui a lancé la charge !

Lefty, trois fois vainqueur au Masters qui jouait dans l’avant-dernier groupe de la journée et qui était collé à moins un depuis une bonne partie de la journée a soudainement dévoilé son intention d’aller chercher une quatrième veste verte en rentrant quatre birdies consécutifs sur les neuf trous du retour. 

Il terminera finalement sa partie en 68 gagnant six places au leaderboard pour se placer en moins six total à huit coups du leader. 

« C’était difficile de ne pas se montrer patient et de ne pas tenter de forcer le destin en finissant par faire quelques fautes » déclara Mickelson qui commença sa journée à douze coups de Spieth pour finir par réduire cet écart en fin de partie de quatre coups.

« Je lui souhaite de continuer à jouer aussi bien. Cela va être difficile de le rattraper, mais beaucoup de choses peuvent encore se passer sur le parcours ce week-end. Et si quelque chose venait à arriver, je veux y être… » 

Paul Casey a connu une journée assez tranquille ce jeudi à Augusta

Devant lui, Dustin Johnson, Justin Rose, et Paul Casey sont à la troisième place en moins sept, à deux coups de Charley Hoffman, l’invité surprise du leaderboard. 

Pour Dustin Johnson à propos du leader « Il a fini sa partie quand nous étions encore sur les neuf trous de l’aller, et avec tous les leaderboards géants, cela aurait été difficile de ne pas voir sa position et son score » 

Poursuivant « A l’évidence, il a joué deux tours fantastiques. Il joue un superbe golf » 

Un sentiment à l’opposé de celui de Justin Rose qui était visiblement frustré par son jeu qui lui a coûté trois bogeys sur les quatre premiers trous. 

Sentiment de frustration que Rose a rapidement voulu effacer de sa mémoire pour se concentrer sur le fait de remonter au classement. 

« Jordan était tellement loin devant que finalement la seule bonne chose à faire était de rester concentré sur son jeu. » 

Finalement, l’anglais s’est battu sur la suite de sa partie pour sauver un 70 qui lui laisse encore une petite chance.

Partie qui contraste avec son compatriote, Paul Casey, auteur d’une journée régulière et sans accrocs, marquée par deux birdies à l’aller comme au retour, et surtout aucun bogey pour une carte de 68. 

Samedi sera un autre jour, et chaque joueur ambitionnera de jouer un golf solide pour espérer se placer pour dimanche…si c’est encore possible, et si Jordan Spieth ne réalise pas une troisième journée aussi éclatante que les deux premières pour accroître son avance. 

Si les conditions de jeu se durcissent, il y a fort à parier que les scores ne seront pas aussi bas, et les écarts plus difficiles à faire, ce qui pourrait favoriser le leader.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1687
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.