Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Masters 2013: Lee Westwood le lucky loser?

Lee Westwood tourné vers le prochain Masters d'Augusta

A 39 ans, l’anglais Lee Westwood a pratiquement tout gagné sur le circuit européen, y compris l’ordre du mérite en 2000, et la Race to Dubaï en 2010.  Pourtant, il n’est pas encore parvenu à approcher une victoire en majeur, et notamment à Augusta. Peut-il encore y prétendre et se retrouver dans la dernière partie du Masters ?

1m83 pour 89 kg, Lee Westwood est un golfeur plutôt « costaud » mais qui cherche à se préparer comme un athlète de haut niveau, n’hésitant pas à passer plusieurs heures dans des salles de musculation.

Alors que l’Angleterre compte de très nombreux golfeurs tout en haut de l’affiche comme Luke Donald, Justin Rose, Ian Poulter. Lee Westwood est finalement le plus discret d’entre eux, peut-être même le moins charismatique, et le moins spectaculaire.

Pour autant, si on parle moins de lui, ce bosseur acharné se place souvent comme le meilleur sujet de sa majesté dans les principaux tournois.

L’Angleterre compte assurément l’une des plus belles générations de golfeurs depuis Nick Faldo, mais sans réellement arriver à remporter un majeur.

Luke Donald a été tout comme Westwood, numéro un mondial ! Justin Rose semble enfin se hisser au plus haut niveau comme en atteste sa récente 4ème place mondiale. Et enfin, Ian Poulter sait comme personne d’autres soulever les foules sur les bords des fairways.

Mais c’est bien Westwood qui a été le premier chiper la place de numéro un mondial au Tigre en Octobre 2010, même s’il n’a pas pu la tenir plus de 22 semaines, faute justement de remporter un majeur.

Coïncidence !  Westwood a succédé à Woods au sommet de la hiérarchie mondiale comme dix ans auparavant, il avait mis fin aux sept années de règnes de Colin Montgomerie sur l’European Golf Tour.

Westwood.png

Peut-il encore gagner un majeur, et le Masters en particulier ?

2ème et 3ème du Masters en 2010 et 2012, 3ème de l’US Open en 2008, 3ème et 4ème du British Open en 2009 et 2004, 3ème de l’US PGA en 2009,  Westwood n’a jamais réussi à passer la marche supérieure, se voyant même attribuer le titre de meilleur joueur du monde à n’avoir jamais remporté un majeur.

Titre qui avait été la propriété de Mickelson dans la décennie précédente, avant que ce dernier ne finisse par trouver la clé dans les grands tournois, et en remporter quatre !

En revanche, pour Westwood, l’heure tourne, et il ne semblerait même qu’il ait peut-ête laissé passer sa chance pour de bon.

En 2013, Lee Westwood peut-il alors gagner le Masters ?

Sur et hors du terrain, l'Anglais a fait beaucoup de changements au cours des huit derniers mois, et de telle façon qu’il ne laisse pas encore paraître une forme de résignation par rapport à son objectif de remporter un premier championnat majeur.

Premier changement, Westwood a décidé de quitter son Angleterre natale pour résider en Floride.

Ensuite, Il a remercié conjointement son entraineur dédié au petit jeu, Pete Cowen et son caddy Billy Foster.

Westwood voudrait démontrer que la théorie qui veut qu’il a trop souvent laissé passer sa chance est fausse, et justement il a traversé l’Atlantique dans l’optique de de trouver un climat plus propice à la pratique du golf douze mois sur douze !

Lee-Westwood-au-Masters.png

En effet, il a affirmé que cela faisait plusieurs années qu’il souhaitait faire ce déménagement, en raison de la frustration éprouvée de ne pas pouvoir s’entraîner aussi bien, et aussi longtemps qu’il l’aurait espéré pendant les hivers anglais.

A bientôt 40 ans*, Westwood estime qu’il a amélioré son physique, et se sent prêt à relever le défi du haut niveau encore plusieurs saisons.

*Il fêtera son quarantième anniversaire le 24 avril prochain. Ce Masters est donc sa dernière occasion de l’emporter avant de changer de dizaine.

L’anglais a adopté un régime physique extrêmement intense pour être dans un haut niveau de forme, et selon ses dires, il se sent plutôt trentenaire que réellement dans son âge. « Si vous demandez à mon préparateur physique, il vous dirait sans doute que je suis plus fort et plus en forme que dix ans auparavant. » Avant de poursuivre « Je pense que la clé de la forme physique réside dans le fait de rester positif et enthousiaste, de continuer à sortir, de jouer, et de voyager. »

Pas forcément tracasser par l’horloge qui tourne, Lee Westwood prend aussi en exemple le fidjien Vijay Singh qui a continué à gagner bien après avoir passé la quarantaine.

Alors pourquoi autant de changement à ce stade de sa carrière ?

Le britannique rétorque « Tout simplement, parce que c’était le bon moment ! Ma famille et moi avons déménagé en décembre. J’avais déjà beaucoup joué sur le PGA tour l’an passé, et nous avions bien apprécié cette nouvelle vie. La perspective de vivre dans une région chaude me séduisait autant moi que ma femme, et les enfants. Ces derniers étant en âge de pouvoir vivre cette expérience. Nous sommes tous très heureux. Je peux m’entraîner plus, alors je ne vois pas pourquoi ce déménagement ne pourrait pas m’aider à mieux jouer.»

Nouveau membre du Palm Beach Gardens, Westwood apprécie les structures d’entrainements. Le temps de l’entrainement à Workstop (son ancien domicile britannique) ou il fallait jongler avec la météo, pour alterner jeu de golf et entrainement en salle, lui semble déjà loin.

Pour lui, ce Masters apparaît comme le premier test grandeur nature pour valider son travail hivernal, et ses bonnes performances récentes Augusta pourraient alimenter sa confiance (2ème en 2010, et 3ème en 2012).

Si on s’en tient aux statistiques, Westwood ne cesse pas de se rapprocher de la victoire, alors pourquoi pas cette année ?

Contrairement à d’autres favoris, même si Westwood ne gagne pas encore, il ne se loupe, et passe souvent le cut, à l’inverse d’un Luke Donald ou même d’un Rory McIlroy qui en 2012 avait été relativement transparent jusqu’au US PGA.

Statistiques de Westwood au Masters

Westwood marchera-t-il sur les traces de Mickelson ou restera-t-il dans l’histoire du golf, un de ces joueurs qui avaient tout pour gagner mais qui ont été barrés par ce fameux Tiger Woods ?

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2195
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.