Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Marc Leishman remporte le Arnold Palmer Invitational à Bay Hill

Marc Leishman. Photo Mark Newcombe / visionsingolf.com

L’australien Marc Leishman remporte le Arnold Palmer Invitational. Un magnifique eagle au 16e me trou et une carte de 69 l'ont propulsé en tête, devant Kevin Kisner et Charley Hoffamn à 1 coup, et Rory MacIlroy à 2 coups. Au delà de cette victoire, nous retenons l’émotion et les hommages rendus au « Roi » Arnold Palmer, par l’ensemble du plateau des joueurs réunis à Bay Hill cette semaine.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le PGA Tour continuait sa tournée en Floride cette semaine à Bay Hil. Un certain nombre de scénarios pouvaient se dessiner à l'Arnold Palmer Invitational, mais aucun n’était plus important que d'honorer la mémoire de Monsieur Arnold Palmer pour ce premier Invitational après son décès.

Beaucoup de joueurs pouvaient regretter qu'il ne soit pas là pour éventuellement les féliciter en cas de victoire. Une page s'est définitivement tournée à Bay Hill, ce qui a rendu cette édition si spéciale.

Le champ des joueurs était un autre sujet important cette semaine, à la fois pour ceux qui jouaient et ceux qui ne jouaient pas.

Les vedettes étant le champion en titre Jason Day, Rory McIlroy, Hideki Matsuyama et Henrik Stenson. Parmi les absents les plus remarquables, figurent Jordan Spieth, Justin Thomas et Dustin Johnson, le n° 1 mondial.

Le par 72 de Bay Hill Club et Lodge se joue sur un peu plus de 6784 mètres. Il a été surnommé « le meilleur parcours en Floride » par Arnold Palmer lui même, et a été un camp de base sur le Tour depuis le Floride Citrus Open en 1979.

Au départ du 4e tour, les deux co-leaders à 11 sous le par après 54 trous, Kevin Kisner et Charley Hoffamn tentent de retenir les étoiles Rory McIlroy et Rickie Fowler.

Originaire de Caroline du Sud, Kevin Kisner, n'a pas goûté à la victoire depuis novembre 2015 dans le RSM Classic.

« Je ne serai pas la première personne à vous dire qu'il est difficile de gagner sur le PGA Tour », a déclaré Hoffman. « De semaine en semaine, vous essayez de gagner, mais être en position de gagner l'événement d'Arnie, c’est spécial. Il n'y a aucune question. M. Palmer était le Roi, et il y a bien une raison pour laquelle il portait ce nom ».

« Je veux dire, que sans lui, nous n'aurions pas le PGA Tour, nous n'aurions pas beaucoup de choses », a poursuivi Hoffman. « Garder son héritage et gagner son événement serait quelque chose de spécial ».

Pour Charley Hoffamn, gagner le dimanche serait la plus grande victoire de sa carrière. Une exemption de trois ans sur le PGA Tour et le titre de « premier à gagner depuis le décès de Palmer », cela est un grand poids dans le monde du PGA Tour, sans parler de la dotation de 8,7 millions de dollars.

Kevin Kisner a quant à lui déclaré que la chose la plus importante serait de gagner pour Palmer. « Eh bien, si je gagnais, j'aurai bien aimé qu'il vienne boire un verre avec moi, c'est sûr…».

« Il était une telle icône pour notre jeu, et les gars ne réalisent pas combien il a fait pour le golf, et combien de fans il a apporté au jeu, donc nous devrions tous être reconnaissants pour ce qu'il a fait ».

La présence d’Arnold Palmer était bien réelle sur le tournoi

Les joueurs et les participants ont pu voir la nouvelle statue en bronze de Monsieur Palmer surplombant le premier et le dixième tee.

Arnold Palmer. Photo Mark Newcombe / visionsingolf.com

Jason Day vainqueur du tournoi l’année dernière n’a pas manqué de rendre hommage à Arnold Palmer, et au verre qu’ils avaient pris ensemble à l’occasion de sa victoire.

« Pendant la célébration avec lui, j'ai eu l'impression de boire une bouteille entière de Ketel One, parce que c'est évidemment sa boisson préférée », a déclaré Jason Day.

«  J'étais sur Golf Channel et je me sentais absolument déconnecté. J'étais assis et je me sentais déshydraté, j'ai pris un verre avec lui, je ne sais pas ce que j’ai dis sur Golf Channel, mais j’espère que cela s'est avéré quelque chose de décent… ».

Le grand amour d’Arnold Palmer pour la Ketel One Vodka était presque aussi légendaire que lui même, pour ses amis et sa famille. Une de ses boissons préférées était un Ketel One sur des glaçons avec un zeste de citron.

Photo Ketel One

Pour commémorer la relation entre Ketel One et la famille de Palmer, qui remonte aux années 1990, Ketel One va produire une bouteille en édition limitée qui présente le visage de Palmer avec ces mots : « Dear Mr. Palmer, This is for you ».

Rory McIlroy a honoré Le Roi à sa façon mardi sur Twitter. McIlroy a partagé la photo d'une lettre encadrée qu'il a reçue de Palmer peu de temps après sa première victoire importante à l'US Open 2011.

Twit  McIlroy

Dans sa lettre, Arnold Palmer félicite la jeune star pour sa victoire, avant de lui faire partager quelques conseils.

« Vous êtes maintenant dans une position où vous avez la possibilité de redonner à votre tour à ce jeu qui vous rend célèbre, j'espère, et je suis certain, que vous allez être à la hauteur de cette obligation dans les mois et les années à venir », a écrit Arnold Palmer, avant de terminer sa pensée : « Continuez à être vous-même. Ne changez pas ».

Rickie Fowler a assisté aux funérailles d’Arnold Palmer, et a été étroitement associé à Palmer tout au long de sa jeune carrière.

En hommage au « Roi », Rickie Fowler a porté à Bay Hill des chaussures créées par Puma Golf pour cette occasion.

« Je me sens privilégié d'avoir connu Arnie et de pouvoir l'appeler un ami », a déclaré Fowler dans un communiqué.

« Je voulais faire quelque chose pour célébrer ce qu'il a fait sur le parcours, et plus important encore, comment il a utilisé sa plate-forme pour faire profiter les autres grâce à sa Fondation. Il est le roi après tout ! ».

Photo Puma Golf

Puma Golf n’a produit que deux paires.

L'une est la paire portée par Rickie Fowler toute la semaine à Bay Hill.

La deuxième sera signée par Fowler et mise aux enchères dans une vente de charité après le tournoi, le produit bénéficiant à la fondation Arnie's,  l’Army Charitable Foundation.

Arnold Palmer, c’était le Roi…

Décédé à l'âge de 87 ans le 25 septembre 2016, à Pittsburgh, Arnold Palmer était une véritable légende du jeu de golf, et a révolutionné ce sport, c’était « le Roi ».

Avec le retour du tournoi  qui porte son nom, l’Arnold Palmer Invitational, à Bay Hill cette semaine, l’occasion nous est donnée de se rappeler de tout ce qu'il a apporté au golf.

Arnold Palmer, c’est l’homme qui a tiré le golf en avant dans la deuxième moitié du 20ème siècle.

Souvent opposé à Jack Nicklaus de 10 ans son cadet, on dit que la plus grande fierté d’Arnold Palmer, c’est justement la première fois qu’il a rencontré et joué avec Jack Nicklaus.

Lors d'un match exhibition en 1958, alors que Nicklaus, amateur, de dix ans son cadet, l'a battu dans un concours de long-drive, Arnold Palmer a continué à jouer pour terminer le parcours avec un 62, battant Nicklaus de six coups.

Quatre semaines après son célèbre affrontement avec Jack Nicklaus à l’US Open en 1962 à Oakmont, Arnold Palmer a traversé l'Atlantique pour remporter le British Open au Royal Troon, avec six coups d’avance sur Kel Nagle, soit la plus grande marge de victoire en 33 ans.

Arnold Palmer. Photo Mark Newcombe / visionsingolf.com

Arnold Palmer était un héros de la Ryder Cup. Il a à lui seul rapporté 23 points dans sa carrière par équipe, un record jusqu'à ce que Nick Faldo le surpasse en 1997.

Il a formé une paire de Ryder Cup pratiquement imbattable, en compagnie de son rival Jack Nicklaus.

Arnold Palmer semblait pouvoir gagner le Masters tous les deux ans, et c’est ce qu’il a réellement fait, en 1958, 1960, 1962, et 1964.

Réputé pour son sens de l'humour, après avoir remporté le Bob Hope en 1973, sa dernière victoire sur le PGA Tour, Arnold Palmer a dansé avec Jack Nicklaus, qui portait une perruque blonde bouclée pour l’occasion.

L’amitié parfois polémique mais toujours cordiale avec Jack Nicklaus a souvent prêtée à controverse.

Cependant c’est Jack Nicklaus qui a mis la veste verte sur Arnold Palmer en 1964, et Arnold Palmer qui a été aidé par Jack Nicklaus a enfiler la veste verte en 1965.

Il était le tigre avant le tigre, attirant à lui toutes les caméras de télévision.

« Athlète de la Décennie» dans les années 60 pour l’Associated Press, il a transcendé le golf, en faisant la couverture du Times en 1960. Il a aussi fait la couverture de GQ comme l'un des « 25 athlètes les plus cool de tous les temps ».

Il a reçu la médaille d'or du Congrès en 2009, devenant ainsi le deuxième golfeur avec Byron Nelson à recevoir cet honneur.

92 victoires professionnelles, dont 62 sur le PGA Tour, ce qui en fait le cinquième derrière Sam Snead (82), Tiger Woods (79), Jack Nicklaus (73) et Ben Hogan (64). Il a gagné au moins une fois chaque année pendant 17 années consécutives, un record qu'il partage avec Jack Nicklaus.

Arnold Palmer a aidé à convaincre les joueurs pros américains que cela valait la peine de traverser l'Atlantique et de jouer le British Open. Lui même remportant ce tournoi en 1961 et en 1962.

Passionné par le matériel, Arnold Palmer était un « geek » d'équipement.

C’était pour lui obsessionnel, il a gagné des tournois pendant lesquels il a utilisé un ensemble différent de fers chaque jour, et dit posséder plus de 10.000 clubs, y compris environ 2.000 putters.

Arnold Palmer adorait le golf si profondément, qu’il a mis des larmes aux yeux de tous les passionnés de golf, quand il a fait ses adieux à l’US Open en 1994 à Oakmont. « Ce que d'autres personnes peuvent trouver dans la poésie », dit-il, « je le trouve dans le vol d'un bon drive ».

Insolite : Cody et l’alligator

Jeudi, le tout jeune pro Cody Gribble n'a pas fait d’exploit sur le premier tour à Bay Hill, comme en témoigne son triple-bogey au 3ème trou, mais cela aurait pu être bien pire pour lui, quand il est tombé sur un alligator sur le parcours.

Alligator sur le parcours

Cody Gribble avançait sur le fairway du 6 qui longe un court d'eau jeudi à l'Arnold Palmer Invitational, quand il a repéré un alligator en train de bronzer au bord du fairway.

L’évidence aurait été de changer de direction et d'éviter toute interaction avec le reptile, mais Gribble a choisi un autre chemin.

Le jeune pro sorti sa main de sa poche et saisit inexplicablement la queue de l’alligator.

Heureusement, l'animal a choisi de filer dans l'eau au lieu de mordre la main de Cody, ce qui aurait certainement été une blessure pouvant mettre fin à sa carrière.

Au dessus des étoiles du golf et des alligators, c’est bien l’image d’Arnold Palmer qui a survolée ce tournoi du PGA Tour à Bay Hill cette semaine.

Le « Roi », un verre de Ketel One à la main devait être fier de toutes ces générations de golfeurs qu’il a tant contribué à faire éclore.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 979
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.