Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Lyonness Open 2015: Chris Wood récupère la mise

Lyonness Open 2015: Chris Wood récupère la mise

Gregory Bourdy avait pourtant fait le plus dur en jouant à la perfection pendant trois tours sur cet Open d’Autriche, mais une erreur au trou numéro deux a marqué le début d’un dernier tour compliqué, ce qui a ouvert la porte à l’Espagnol Rafa Cabrera-Bello et à l’anglais Chris Wood. C’est ce dernier qui a été le plus solide pour finalement empocher la victoire avec deux coups d’avances.

Sommaire de ce sujet consacré à l'Open d'Autriche 2015

  1. Wood tire profit de la faillite des leaders
  2. Le parcours de Chris Wood depuis ses débuts prometteurs à cette deuxième victoire
  3. Les golfeurs français en Autriche
  4. Le point sur la Race To Dubai 2015

Wood tire profit de la faillite des leaders

Sans faire de chauvinisme mal placé, difficile de ne pas penser que cette victoire aurait dû revenir au Français Gregory Bourdy qui a joué un golf parfait pendant trois tours.

Mais voilà, malheureusement pour le bordelais, le golf peut être cruel quand on prend de mauvaises décisions sur un coup.

Il s’était justement distingué pendant les deux premiers tours avec des scores de 65 et 67, se portant en tête du tournoi avec un total de douze coups sous le par à mi-parcours, et qu’en comptant le troisième tour, Bourdy n’avait pas commis plus de deux bogeys en trois jours.

Dimanche, il démarra pourtant le dernier tour avec quinze coups sous le par, et les choses se sont compliquées d’entrée de jeu avec une première erreur sur le trou deux qui allait lui coûter un double-bogey.

A ce stade, pas encore de quoi s’alerter, surtout qu’il allait passer l’aller en plus deux.

En revanche, « la machine à birdie » est restée à la maison, et mis à part sur le premier trou, Bourdy n’en a pas réussi un seul autre de la journée, alors que sur les trois premiers jours, il en avait réussi la bagatelle de dix-sept.

Pire, sur les neuf trous du retour, Bourdy va enquiller quatre bogeys.

Difficile de ne pas croire au syndrome de la peur de gagner qui s’enchaîne avec une série de difficultés pour au final, plonger le jouer dans une spirale négative.

De son côté, l’anglais Chris Wood, golfeur du team Mizuno, 27 ans, et déjà titré sur l’European Tour à une reprise, savait qu’il lui faudrait être bon, et en plus, compter sur une défaillance des leaders pour avoir sa chance.

Bourdy lui a servi sa chance sur un plateau…il ne l’a pas manqué.

Au contraire du Bordelais, et alors qu’il avait démarré sa journée avec un retard de cinq coups, Woods n’a pas failli une seule fois.

Pas de bogey sur sa carte, et finalement un score de 67 qui lui a permis de passer devant, et de se défaire de l’autre animateur du tournoi, l’espagnol Rafa Cabrera-Bello.

La victoire s’est dessinée au moment où Bourdy et Cabrera-Bello ont entamé le retour avec plusieurs bogeys consécutifs alors que dans le même temps, Wood a fait preuve de solidité.

Chris Wood @MizunoGolf

Cabrera-Bello a bien tenté de revenir sur Wood en fin de parcours, mais l’anglais s’était déjà mis à l’abri avec deux birdies au 15 et au 16.

Le parcours de Chris Wood depuis ses débuts prometteurs à cette deuxième victoire

Blessé au poignet fin 2014, Wood a mis beaucoup de temps à retrouver ses sensations, et son swing.

Cette victoire met fin à une mauvaise série pour cet espoir du golf anglais qui n’a plus de temps à perdre pour confirmer toutes ses qualités.

Passé pro en 2008, et joueur régulier de l’European Tour depuis 2010, Wood avait réussi des débuts tonitruants dans sa carrière de golfeur.

Des débuts qui laissaient finalement présager d’une suite plus prolifique…

Vainqueur du Qatar Masters en 2013 après avoir rentré un eagle sur le dernier trou pour ravir la victoire à Sergio Garcia, il s’était fait préalablement remarqué en terminant cinquième du British Open 2008 alors qu’il n’était encore qu’amateur !

Un an plus tard, il rééditait l’exploit en prenant la troisième place du majeur anglais Turnberry.

Rookie de l’année 2009, il a immédiatement démontré de grandes qualités de jeu avec une moyenne de score 70,9 coups par tour dès 2010, moyenne sur l’année qu’il fera encore tombé en 2012 et 2014.

Ces derniers mois, et bien qu’une blessure au poignet ne soit pas à minimiser, son niveau de jeu a été beaucoup moins impressionnant.

Sa moyenne au drive s’est globalement maintenue autour des 290 yards (265 mètres), mais son nombre de greens pris en régulation a baissé de 72% à 66% avec un jeu du tee au green, globalement moins précis.

Seul domaine où le nombre des années lui a servi : le putting avec une moyenne de putts par tours en baisse constante, passant de 30 à 28 en huit saisons passées sur le tour européen.

Cette victoire en Autriche doit être pour lui une marche vers de plus hauts sommets à en juger de son incroyable potentiel.

Potentiel qui l’ait fait être rapidement repéré par Mizuno pour en faire le futur successeur de Luke Donald, qui en son temps était parvenu à devenir numéro un mondial.

Les golfeurs français en Autriche

Après plusieurs semaines décevantes, le Lyonness Open 2015 a marqué le retour des tricolores aux avant-postes.

Sur un parcours, et des conditions de jeu plus habituelles pour les frenchies (loin de l’Afrique du Sud, des links irlandais, ou du vent suédois), Gregory Bourdy et Gary Stal ont redonné des couleurs au clan tricolore.

SI Bourdy était légitimement très déçu de son dernier tour, il devra conserver à l’esprit son excellente prestation d’ensemble, et le fait d’avoir mené le tournoi pendant 48 trous.

Finalement, sixième en Autriche avec un score de 279 coups, il réalise son troisième top-10 de l’année, et continue à faire preuve de régularité avec douze cuts passés sur quatorze possibles.

Depuis le tournoi de Dubai (Omega Masters), il n’avait pas réussi à jouer trois jours sur quatre sous la barre des 70.

Et dimanche, il ne lui a manqué que d’être plus précis dans son jeu de fer pour réaliser un meilleur score.

Alors que sur les trois premiers jours, il avait pris 15 greens en régulations en moyenne, dimanche, son total a chuté à 8.

Toutefois, c’est le seul compartiment de jeu qui a été défaillant par rapport au putting ou au drive.

Avec un tel niveau de jeu, Bourdy peut largement être considéré comme la meilleure chance française lors du prochain Open de France.

bourdy_20150616-112939_1.jpg

Et derrière Bourdy, d’autres tricolores ont réalisé une bonne semaine, à commencer par Gary Stal, seul vainqueur français en 2015 qui de retour au jeu, signe un beau top-10.

Après avoir réalisé deux très belles journées en 68, il a légèrement marqué le pas sur le week-end.

 « J'ai très bien joué au golf, c'est bien pour les prochaines semaines, c'est bien pour ma tête. Même si je suis un peu déçu de mon résultat, cela me fait du bien de bien jouer à nouveau. »

« Finir neuvième, c'est un peu décevant car je tapais très bien dans la balle et je n'étais pas loin du top 3, mais globalement ma semaine est satisfaisante. Mon jeu est là, j'ai hâte de jouer les prochains tournois, l'Open de France n'est pas loin et je suis impatient d'y être. »

Après avoir connu trois mois compliqués, l’Autriche est le meilleur résultat de Stal depuis sa victoire à Abu Dhabi, et sa quatrième place au Qatar.

Derrière Stal et Bourdy, Mike Lorenzo-Vera, Edouard Espana et Julien Quesne ont eux-aussi répondu présents, terminant respectivement onzième, seizième et vingt-deuxième.

Des prestations d’une bien meilleure facture que les semaines précédentes, et qui sont bienvenues à trois semaines de l’Open de France.

Le point sur la Race To Dubai 2015

Cinquième de la Race, l’autrichien Bernd Wieisberger avait beau jouer à domicile cette semaine, il n’a pas passé le cut avec un total de plus deux.

Meilleur joueur au classement de la Race 2015 engagé sur cet open d’Autriche, Wieisberger n’a donc pas troublé le classement en tête, toujours dominé par un joueur qui ne joue plus vraiment à temps plein sur le tour Européen, Rory McIlroy au bénéfice de sa victoire en championnat du monde, et de son parcours réussi au Moyen-Orient (Deuxième à Abu Dhabi et vainqueur à Dubai).

Son principal challenger reste Danny Willett qui lui n’a plus joué depuis l’Irlande et reste donc bloqué à la deuxième place avec trois top-10 dont une victoire au Nedbank Golf Challenge.

Avec sa victoire, Chris Wood grimpe à la 19ème place de la Race, et devance le premier français, Gary Stal, seulement 21ème.

Pour participer aux play-offs de fin de saison, il faut être dans les 60 premiers, et pour l’instant, Stal, Levy (28ème), Bourdy (35ème), Quesne (38ème), Wattel (44ème) en font partie, alors que Havret, Dubuisson et Espana devront batailler pour espérer en faire partie.

A ce stade, rien n’est impossible, mais admettons que nous sommes tous surpris de la position actuelle de Dubuisson, qui moins de 18 mois en arrière se battait pour remporter cette Race.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1752
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.