Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Lydia Ko : La reconnaissance majeure à 18 ans seulement !

Lydia Ko : La reconnaissance majeure à 18 ans seulement !

En triomphant sur le parcours du Evian Championship, théâtre du dernier majeur de golf de la saison 2015, Lydia Ko n’a pas seulement confirmé qu’elle était une jeune prodige. Elle a aussi démontré la force et la tranquillité propre à une grande championne, et les bienfaits du changement de swing opéré fin 2013 avec son coach, David Leadbetter, qui l’avait fait passer d’une joueuse de fade à une joueuse de draw, non sans être d’ailleurs très critiquée.

Découvrez nos formules d'abonnements

D’un prodige à un autre, la comparaison entre Lydia Ko et Yani Tseng

Pour avoir suivi Lydia Ko une bonne partie de la semaine sur le parcours, j’ai pu constater à quel point la jeune femme de seulement 18 ans et 4 mois, pouvait faire preuve d’un mélange de décontraction, et de concentration.

Avant d’évoquer sa brillante victoire à la manière d’un Tiger Woods, à savoir avec un gros score sur le dernier jour, je voudrais vous narrer la mésaventure de la taiwanaise Yani Tseng sur le troisième trou, lors de son deuxième tour, et du parallèle qui peut être fait entre la nouvelle étoile du golf féminin, et la précédente.

Il n’y a pas si longtemps, Yani Tseng était encore numéro un mondiale de golf.

Les succès récents d’Inbee Park et Lydia Ko l’ont peu à peu éclipsé, toutefois, Yani a elle-aussi été en son temps, un phénomène, faisant vite oublier la numéro un précédente, Lorena Ochoa.

Vainqueur du LPGA Championship en 2008, elle était alors la deuxième joueuse la plus jeune à remporter un majeur de golf féminin, après Morgan Pressel, un record qui vient tout juste d’être effacé par Lydia Ko !

Sur le deuxième tour de cet Evian Championship, la Taiwanaise jouait donc en compagnie de Brooke Henderson, et Karrie Webb. Une partie au combien prestigieuse avec trois stars du LPGA Tour réunit.

tseng-approche.JPG

Sur le trou numéro 3, la taiwanaise avait plutôt bien placé sa mise en jeu au drive, et avait donc une approche relativement abordable pour arriver sur le green.

Son coup d’approche allait dépasser le green, et taper une butte pour se retrouver en bas et en fâcheuse posture derrière le green.

tseng-badshot.JPG

Un bien mauvais coup qui par la suite ne sera pas effacé par une bonne approche.

Au contraire, elle va rester courte et toujours dans le rough à la suite d’un chip accroché…clairement un manque de réussite pour l’ex-numéro un mondiale, alors en délicatesse avec son jeu de golf.

Finalement, une nouvelle tentative, la troisième allait lui permettre d’approcher le drapeau pour se laisser un putt, et sortir d’un trou qui aurait dû lui permettre de faire un « easy birdie »  avec un vilain bogey.

A ce moment précis, je l’ai senti calme, mais un peu abattu.  Sur le trou suivant, elle commettait un double, avant de finalement complètement sortir du cut avec quatre bogeys consécutifs sur les quatre derniers trous !

tseng-attitude.JPG

Pourtant, quatre ans en arrière, Tseng survolait les débats sur le LPGA Tour, et un peu comme l’a fait ce week-end, sa remplaçante, Lydia Ko.

Toute la différence entre Tseng et Ko, est en ce moment, au niveau de l’attitude !

Alors que Tseng traîne son mal-être sur le parcours, que Gulbis envoie son premier drive du premier jour dans le décor, que Paula Creamer fait la gueule, Lydia Ko est en fait tout sourire sur le terrain !

Sur le terrain, mais aussi sur le practice comme j’ai pu l’écrire dans mon sujet précédent !

ko-decontracte.JPG

Techniquement, il n’y a pas un écart réellement visible entre les 100 meilleures golfeuses du monde.

Ko a vraisemblablement fait la différence sur le mental, et l’attitude, en plus de compter sur la réussite nécessaire pour gagner un grand tournoi.

Cette fameuse réussite qui amène un birdie après un autre…

Cette fameuse réussite qui fait qu’une balle tapée légèrement sur le côté du green va finalement tourner dans le bon sens, et finir sa course près du trou quand une autre joueuse voit sa balle taper dans le bas du mât, et finir sa course dix mètres plus bas dans un obstacle d’eau…

Une victoire impressionnante par son ampleur

Sur quatre tours, Ko a joué -16, et n’a commis qu’un bogey sur les 36 derniers trous.

C’est surtout son dernier tour joué en 63 qui restera dans les mémoires !

Elle bat le précédent record de score le plus sur un dernier tour de majeur détenu jusqu’alors par Karen Stupples, qui avait joué en 64 sur le Women’s British Open 2004.

Ce faisant, elle a écarté de six coups sa plus proche rivale, Lexi Thompson qui n’a pourtant pas démérité tout au long du tournoi.

Le dernier jour, sous pression, elle a été la seule joueuse sur sa planète !

ko-avance.JPG

Avec 17 greens pris en régulation sur 18, son jeu a été si parfait tout au long de la journée, qu’elle a créé un écart considérable avec toutes celles qui pouvaient prétendre remporter le tournoi, à commencer par les américaines Thompson et Pressel, cette dernière ayant explosé avec un score de 75, douze coups de plus que la gagnante sur seulement 18 trous.

Lexi Thompson a été la seule à donner le change.

Parti avec un coup d'avance sur sa partenaire du jour, Lexi a réalisé l'aller parfait avec quatre birdies et un bogey pour contenir le retour de la néo-zélandaise.

En revanche, quand Ko a accéléré avec six birdies en dix trous, la jeune américaine n'a pas pu trouver de réponse appropriée, concédant au contraire un double au 14.

Le fait qu’elle soit un prodige précoce n’est pas en soi une surprise !

Victorieuse à l’âge de 14 ans de son premier tournoi de golf professionnel avec le statut d’amateur, puis victorieuse à 15 ans de son premier tournoi LPGA, numéro un mondial à l’âge de 17 ans, Ko n’en finit pas de battre des records de précocité !

Sa victoire à Evian est considérée comme la plus retentissante sur l’un des parcours les plus éprouvants, et alors qu’elle compte déjà 13 victoires depuis son passage chez les pros !

Maintenant qu’elle a gagné son premier majeur à seulement 18 ans, et déjà accompli une grande partie de son histoire dans le monde du golf, toute la question va être de savoir, si de talent précoce, elle peut devenir une championne durable ou alors connaitre un destin comparable à celui de Yani Tseng, elle-aussi une championne précoce, et actuellement en perdition sur les greens…

lydia-ko.JPG

Gagner jeune n’est pas forcément le signe d’une longue domination à venir…

En revanche, l’attitude peut y contribuer grandement…

Et pour l’instant, Lydia Ko a un petite longueur d’avance sur la plupart des top-players que nous avons vu à Evian. 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1354
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.