Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

LPGA Tour: un fauteuil de numéro un pour trois golfeuses

Trois golfeuses pour une place de numéro 1

La saison 2013 du LPGA Tour, et plus globalement du golf féminin, qui va bientôt toucher à sa fin, aura été marquée par trois femmes : Inbee Park, Suzann Pettersen et Stacy Lewis. Les trois meilleures golfeuses du monde partagent une ambition en commun : être numéro un mondial.

Avec déjà 333 semaines passées dans le top 10 du Rolex Rankings, classement du golf féminin mondial, la norvégienne Suzann Pettersen a bien failli ce week-end détrôné, la nouvelle reine du golf féminin, la sud-coréeene Inbee Park.

Ce week-end se tenait le KEB Hannabank Championship, justement en Corée du Sud. C’était la première fois qu’Inbee Park, déjà lauréate de trois majeurs cette année foulait les fairways d’un tournoi professionnel organisé sur son sol natal avec la couronne de numéro un.

Pourtant, elle a bien failli la perdre à la maison.

Pettersen n’a jamais été aussi près de lui reprendre la plus haute place sur le podium, ce qui aurait porté à quatre, le nombre de joueuses ayant occupé cette position en 2013.

Retour sur une saison 2013 trépidante

Si la taiwanaise Yani Tseng a occupé le fauteuil de leader en début de saison, plusieurs mois d’infortunes ont fini d’achever son règne sur le golf féminin.

Cette saison, elle n’a même jamais été en mesure de stopper son lent déclin sportif, à tel point qu’elle est sortie du top-10 pour figurer aujourd’hui à la 25ème place mondiale.

Tseng éliminé, le golf féminin a surtout vécu au rythme du duel Stacy Lewis-Inbee Park !

Ce duel a commencé en fin de saison 2012, lors du dernier Evian Masters, soit un an avant que ce tournoi ne devienne finalement le cinquième majeur.

Aux termes d’un très beau duel, c’était finalement la sud-coréenne qui avait eu raison de l’américaine.

Cependant à l’époque, on était loin d’imaginer qu’Inbee Park allait enchaîner avec trois victoires en majeurs, et devenir la joueuse que l’on connait désormais.

Au contraire, tout laissait penser que la régularité d’une Stacy Lewis en ferait rapidement le nouveau numéro un du tour féminin.

Ce qui a fini par arriver en début de saison après une série de bons résultats sur le LPGA Tour et deux victoires consécutives : le HSBC Womens Champions et le RR Donnelley LPGA Founders Cup entre fin février et mars 2013.

Devenu numéro un, Stacy Lewis n’a finalement pas gardé ce statut très longtemps, emporté par l’ouragan Inbee Park qui soufflait sur le LPGA tour, dès le mois suivant.

Stacy Lewis à Evian en 2013

Intraitable en majeur, la sud-coréenne commence par s’imposer au Kraft Nabisco Championship début avril, enchainant par un top 4 au LPGA Lotte Championship, une victoire au North Texas LPGA et une nouvelle victoire en majeur, au Wegmans LPGA Championship, début juin, faisant d’elle la meilleure joueuse du Printemps.

Mois de juin, où d’ailleurs, elle sera invaincue pendant trois semaines avec trois victoires consécutives : Wegmans LPGA Championship, Walmart NWA Arkansas Championship, et donc sa troisième victoire en majeur lors de l’US Women open.

A ce stade, Inbee Park semblait tellement intouchable que l’on pensait que la saison 2013 était joué !

Pourtant, sur les sept tournois qu’elle va ensuite disputer, point d’étincelles !

A mi-saison, l’ouragan Inbee Park faiblit pour laisser la place à une brise régulière, celle de Suzann Pettersen

Hormis une troisième place au Reignwood LPGA Classic en octobre, Inbee Park s’est faite beaucoup plus discrète, laissant au contraire le champ libre d’une part à Stacy Lewis, qui empoche le British Women Open à Saint-Andrews, et met ainsi un terme aux chances de Grand Chelem de la sud-coréenne, et d’autre part, à la norvégienne Suzann Pettersen, très en forme en cette fin de saison.

Très régulière, peut-être même la plus régulière des trois joueuses en tête du classement mondial, Pettersen qui n’a encore jamais été numéro un mondial, a commencé par avancer d’un cran, en évinçant Stacy Lewis de la place de numéro deux, suite à sa première victoire à Evian, théâtre du dernier majeur de la saison.

Victoire lors de l’Evian Championship qui avait suivi une précédente victoire au Safeway Classic, la semaine précédente l’édition savoyarde, qui portait à trois son nombre de succès sur le LPGA Tour en 2013.

Le sourire de Suzann Pettersen

Mais à la différence de ses rivales, Pettersen n’a pas fait que remporter des victoires, elle a collectionné un nombre impressionnant de top-10, et de top-5, tout au long de la saison.

Depuis le mois de juin, elle a collectionné les places d’honneur (mis à part l’US Women Open où elle a manqué le cut) quand Inbee Park commençait justement à légèrement flancher.

D’une situation où la sud-coréenne semblait au-dessus du lot, nous arrivons finalement sur la tournée asiatique du tour féminin avec une Inbee Park fragilisé par plusieurs semaines de jeu en délicatesse, et au contraire, une norvégienne au sommet de son art.

La saison 2013 pourrait même s’achever sur un scénario assez incroyable : Pettersen numéro un mondial, et Inbee Park – joueuse de l’année !

Quel que soit le scénario final de cette belle saison 2013 de golf féminin, on ne peut que se réjouir de ce fauteuil pour trois !

Le niveau de jeu global du golf féminin n’a pas toujours été fantastique, et le fait que ces trois joueuses puissent servir de locomotives est sans conteste une bonne nouvelle pour ce sport.

Trop souvent, le golf féminin mondial a été dominé par une seule joueuse : Annika Sorenstam, Lorena Ochoa ou Yani Tseng, sans que cela laisse la place à du suspense, tant l’écart de niveau était important entre la meilleure joueuse du monde, et le reste du plateau.

On note donc une évolution avec le fait que trois joueuses soient aujourd’hui tout à fait crédibles pour occuper ce rang.

Classement comparatif des 3 meilleures joueuses sur 12 mois

Surtout à un moment, où une jeune joueuse de 16 ans, Lydia Ko, amateur et donc pas encore professionnelle, pointe son nez à la quatrième place mondiale, ce qui est certes une performance de sa part, mais pas très flatteur pour les filles qui se trouvent derrière.

Sur une centaine de joueuses engagées chaque week-end sur le tournois du LPGA Tour, et du LET (version européenne), elles sont en réalité seulement 25 à pouvoir démontrer un niveau de jeu très élevé.

D’ailleurs, on notera dans ce top-25, la présence de la française Karine Icher qui réalise une de ses meilleures saisons, et l’absence de Michelle Wie, qui a 24 ans n’est plus le phénomène annoncé du tour féminin.

A son propos, justement, elle semble sortir de l’oubli car pendant que Pettersen, Lewis et Park se battent pour la première place, position que l’on pourrait pu lui prédire cinq ans en arrière, elle vient tout juste de terminer troisième du tournoi sud-coréeen à la faveur d’une dernière carte en 66, un score qu’elle n’avait plus vraiment touché du doigt depuis un certain temps.

En résumé, le niveau d’opposition et de jeu sur le tour féminin est en train de monter

En 2013, elles sont trois à se battre pour la première place.

En 2014, rien ne nous empêche de penser qu’elles pourraient être cinq, et ce, malgré l’outrageuse dominante d’Inbee Park en majeur.

Les grandes puissances mondiales du golf féminin

Pour cette fin de saison, il reste quatre tournois à disputer sur le LPGA Tour dont deux en Asie, avant de faire un crochet par le Mexique pour y disputer le tournoi sur Invitation organisé par Lorena Ochoa, et avant le final CME Group Titleholders, équivalent du Tour Championship pour les hommes, qui se tiendra à Naples…en Floride, et quoi qu’il arrive ne sacrera qu’une seule joueuse parmi les trois prétendantes.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2207
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.