Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Long fer (driving iron) plutôt que fer 2: Astuce ou véritable solution?

Long fer (driving iron) plutôt que fer 2: Astuce ou véritable solution?

De moins en moins de golfeurs jouent un fer 2, pourtant le besoin existe de pouvoir maîtriser un coup à 180-200 mètres, de préférence avec un fer pour arrêter la balle avec précision sur le green. Les marques semblent avoir privilégié les hybrides, mais peu à peu, les longs fers pourraient bien revenir à la mode. Explications… 

Découvrez nos formules d'abonnements

Est-ce que le mot « fer-2 » ne serait pas devenu tabou dans la bouche des golfeurs ? 

Très franchement, il est très rare de croiser un golfeur amateur avec ce type de fer sur un practice de golf. 

Soit, les golfeurs arrêtent leurs séries au fer 4 ou 5, soit ils complètent avec un ou deux hybrides.

Pour dédiaboliser le fer 2, les marques commencent à lancer une nouvelle mode, celle des longs fers. 

Contournement du problème ou véritable solution ? 

Ping propose déjà le Rapture, Titleist…le 712u, Callaway…le X-Forged Utility, Mizuno…le MP-H4,  et TaylorMade, va prochainement sortir un nouveau long fer UDI pour Ultimate Driving Iron. 

Et c’est bien de cela qu’il s’agit ! 

A savoir d’un fer qui soit un club de départ. Le terme Ultimate étant un brin exagéré. 

Ping propose déjà le Rapture

Club de départ signifiant bien un club que l’on joue depuis le tee de départ, et certainement pas depuis le fairway. 

Cette floraison de nouveaux clubs de départs depuis 12 mois est bien une tendance de fond plus qu’un retour de flamme. 

Chaque marque se sent désormais obligée de proposer un tel club dans sa gamme, tout en faisant attention à le dissocier des autres fers de la série. 

Pour les golfeurs amateurs, ce phénomène peut apporter de nouvelles solutions. 

Allez-vous utiliser plutôt des hybrides ou des « driving irons » ? Allez-vous utiliser des hybrides ou des bois de parcours ? 

D’autant que de l’autre côté du sac, les vendeurs de sandwedges vous proposent de plus en plus un wedge system allant du 48 au 60 degrés. 

Si on comprend bien l’intérêt des marques de vous proposer plus de solutions que réellement nécessaires, sachant que nous ne pouvons pas emporter plus de 14 clubs, il existe tout de même un bénéfice pour les amateurs de pouvoir régler finement leurs choix de clubs. 

Une chose est sûre, nos bons vieux fers 2 ou 3 de séries ont du souci à se faire pour se maintenir dans nos sacs. 

Car en effet, ces nouveaux longs fers n’ont rien à voir avec nos traditionnels fers les plus fermés. 

Prenons en exemple le fer Titleist 712u qui apporte plus de stabilité et de maniabilité qu’un long fer traditionnel, des trajectoires plus pures et une maîtrise des effets plus affirmés par rapport à un bois hybride.  

Il est un peu plus puissant qu’un fer 2, il envoie la balle plus loin, il est aussi plus facile à jouer. Il m’offre d’excellentes sensations et se comporte comme il le faut, il est devenu indispensable dans mon sac.

Pour Geoff Ogilvy, vainqueur de l’US Open de golf en 2006 « Il est un peu plus puissant qu’un fer 2, il envoie la balle plus loin, il est aussi plus facile à jouer. Il m’offre d’excellentes sensations et se comporte comme il le faut, il est devenu indispensable dans mon sac. » 

Pour comprendre pourquoi, Steve Pelisek, ingénieur chez Titleist explique « Le centre de gravité plus profond autorise un MOI plus élevé qui augmente la stabilité à l’impact, ce qui aide les joueurs à obtenir des distances plus constantes et une excellente maîtrise des trajectoires, que ce soit sur des balles hautes ou basses. » 

Les pros à l’origine du phénomène 

Comme souvent quand il s’agit de matériel de golf, le premier golfeur à inspirer la marque est le professionnel.

Le PGA Tour est un extraordinaire laboratoire de situations diverses et variées qui impliquent la création de nouvelles solutions. 

Quel que soit le circuit professionnel, depuis plusieurs saisons, la tendance est à l’allongement des parcours. 

Dix ans auparavant, un par 3 de bonne facture pouvait mesurer entre 170 et 180 mètres, alors qu’aujourd’hui, vous pouvez trouver des par 3 de 190 à 210 mètres, et parfois plus. 

Par exemple, lors du dernier US Open de Golf sur le parcours de Pinehurst N°2, les pros ont fait face à quatre par-3 compris entre 174 et 201 mètres. 

Pour jouer de telles distances, un bois 3 est trop long, et l’hybride pas forcément le bon choix quand on veut arrêter la balle avec précision, et peut-être même avec du spin. 

Ceci dit, un golfeur comme Jason Day a une moyenne de distance de 219 mètres avec un fer 2 traditionnel. 

En réalité, pour le champion du monde de match-play 2014, pour jouer un par-3 à 200 mètres, il sort le fer-5 de son sac ! 

Vous imaginez ? 

Alors que pour un amateur, disposer d’un fer qui permette de toucher un green à 200 mètres est un peu un concept.

Pour les pros, il semble qu’un long fer soit un club pour jouer à 225-230 mètres avec plus de facilité, et donc finalement pas forcément sur un par-3, mais plus sur un court par-4 avec un départ étroit, qui pourrait faire hésiter à sortir un drive ou un bois. 

De notre point de vue, il ne faut pas non plus raconter n’importe quoi. Cette situation n’est pas légion sur un parcours de golf. 

Et si finalement, ces longs clubs n’étaient pas réellement indispensables aux pros, mais bien plus utile aux amateurs ? 

Or, ce n’est pas le discours des marques, et par exemple, TaylorMade qui a pensé son UDI pour justement Jason Day (c’est d’ailleurs pourquoi nous avons pris ce joueur en exemple). 

L’australien aurait émis le souhait d’avoir un club de ce type pour jouer le prochain British Open à Liverpool. 

Souvenez-vous, Hoylake fut le théâtre d’une des plus belles victoires de Tiger Woods en majeur. 

Ne jouant jamais son driver et privilégiant à chaque départ un long fer, Woods remporta son dernier British Open. 

Cette histoire a-t-elle inspiré Jason Day ? 

TaylorMade a pensé son UDI pour Jason Day

Le parcours du Royal Liverpool est très connu. C’est même le deuxième plus vieux links côtier d’Angleterre. 

Par 72 long de 6637 mètres avec plusieurs coups très longs à jouer en aveugle, effectivement ce parcours favorise les longs coups de fers. 

Déjà en 2013, Jason Day avait fait partie des rares joueurs à embarquer un fer 1 dans son sac pour le British Open de Muirfield. 

Si un pro est capable de taper un fer 5 à 200 mètres, quel besoin pour un club plus fermé ? 

Tout simplement, parce qu’il recherche un meilleur contrôle, et beaucoup beaucoup beaucoup de roule depuis le tee. 

Exactement ce qu’il faut pour jouer un links dans le vent ! 

Des conditions que tous les golfeurs français ne trouveront pas toute l’année. 

Alors justement que font les amateurs ? 

De plus en plus, il est acté qu’ils ont remplacé leurs anciens fers 2 en recomposant leurs sacs à mesure que les marques proposent de nouvelles solutions. 

Par exemple, certains amateurs apprécient assez le discours de TaylorMade qui consiste relever le loft du driver jusqu’à 12/13°, tout en cherchant à avoir un bois de parcours qui soit maniable en-dehors du tee, et un hybride 18 degrés pour remplacer le fer 2, commençant la série de fers à partir du fer 3. 

Les derniers utilisateurs de fers fermés sont tout de même de bons joueurs ou alors des golfeurs qui aiment se penser assez fort pour bien les jouer. 

Sur les forums, d’autres admettent remplacer progressivement le fer 2 puis le fer 3 avec des hybrides jugés plus tolérants, et plus maniables, mais la véritable explication vient du fait que depuis une petite dizaine d’années, de plus en plus de bons golfeurs ajoutent un troisième, voir un quatrième wedge dans le sac, d’où en fait la baisse des ventes de fers fermés. 

En conséquence, s’il est avéré qu’il existe une demande sur le tour pour des longs clubs fermés plus performant que les anciens fers 2 ou fers 3 traditionnels, il n’est pas encore certain que les amateurs suivent le mouvement. 

A plus de dix d’index, il reste toujours plus intéressant d’aller chercher le score sur le parcours avec un bon système wedge, sachant que les points se marquent ou se perdent autour du green. 

Astuce ou solution ?

Sans doute une solution quand on peut posséder plus de quatorze clubs, et composer son sac en fonction de la configuration des trous du parcours à jouer.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2282
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.