Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Levet manque le cut et un 2ème succès à l’Alstom Open de France 2012

Thomas Levet, tête basse, sait qu'il ne défendra pas ses chances de doublé dimanche à l'Alstom Open de France 2012

Pour le compte du 2ème tour de l’Alstom Open de France, disputé le 6 juillet 2012, sur le parcours du Golf National à Saint-Quentin-En-Yvelines, le golfeur français Thomas Levet, tenant du trophée 2011 n’a pas pu passer le cut, et sort éliminé du tournoi francilien. 

En cause, une 2ème carte de score de 76 qui ne lui permet pas de rejoindre les meilleurs pour le week-end.

Pourtant la veille, Thomas Levet qui était dans le PAR au départ du 18 du 1er tour de l’Open de France, on pouvait penser que le parisien d’origine avait réussi à dompter ses récentes blessures, et une petite forme depuis le début de la saison, mais quelque chose dans son jeu laissait transpirer qu’il était en sursis sur les greens de l’Open de France de golf.

Quelque chose que la carte de score ne laissait pas fuiter.

Un bogey sur le 18, lui coutait 20 places au leaderboard, et le mettait déjà sous pression pour le 2ème tour.

Le cut fixé autour de la 65ème place et ex-aequo mais aussi  la victoire semblait ne plus être atteignable dès le début de la 2ème journée pour un Thomas qui a semblé déçu une bonne partie de sa partie du vendredi, sentant qu’il n’arriverait pas à accomplir son rêve, faire le doublé comme Jean-François Remésy en 2004 et 2005.

Thomas doit souvent repenser à cette blessure contractée en sautant dans le bassin du 18 pour fêter sa victoire en 2011.

Derrière, il a enchaîné les contrariétés, absence du British Open, puis une nouvelle blessure aux côtes, début 2012, et ces derniers jours, du mal à revenir à son meilleur niveau.

Car son niveau réel est plus proche des meilleurs sur le Golf National que d’une élimination dès le vendredi soir.

Comment Thomas Levet a manqué le cut au Golf National en 2012 ?

Un 1er tour correct sans plus à +1 lui laissait sa chance de passer le cut mais rendait déjà hypothétique une nouvelle victoire (le suédois Nilsson ayant déjà 7 coups d’avance).

Finalement, le cut sera fixé à +4 et Levet ne va le manquer que de 2 coups. C’est surtout son retour du 2ème tour qui va le sanctionner.

A l’aller, vendredi, Levet passe les 9 premiers trous avec 2 bogeys mais surtout aucun birdie, ce qui le laisse déjà en sursis à +3.

Les 9 derniers trous vont lui être fatals !

Un sursaut au 11 avec son premier et seul birdie du jour nous laissera penser qu’il pouvait se sauver mais c’était sans compter avec un accroc au 13 (double-bogey), son deuxième du tournoi après le 1er trou du 1er jour.

Sans doute touché au moral, le parisien enchainera sur le trou suivant (le 14) par un nouveau bogey qui achèvera ses derniers espoirs de cut.

Finalement, son dernier bogey du jour au 17 sera anecdotique, et Thomas avec une 2ème carte en 76 laissera derrière lui un sentiment mêlée d’espoir et de déception.

Quel secteur de jeu a été défaillant pour le français ?

En distance au drive, Thomas n’a pas à rougir et ses récentes blessures ne semblent pas l’empêcher de driver à 280 mètres de moyenne, notamment sur le 2nd tour de ce tournoi (271 mètres sur le 1er tour).

En revanche, Thomas a particulièrement pêché dans sa capacité prendre des fairways au drive, et donc à être précis. 

4 fairways accroché au 1er tour et à peine mieux au 2nd (6) expliquent, pourquoi il a lutté pendant 2 jours avec le difficile parcours de Saint-Quentin-En-Yvelines.

Derrière sa science du jeu d’approche a été mise à l’épreuve, et lui qui connait parfaitement les pièges du « National » a su rattraper entre 12 et 11 greens en régulations sur les 2 tours, performance tout à fait correcte. Son jeu de fers a au moins été à la hauteur de ses espérances.

En revanche, comme souvent dans le jeu du français, c’est son putting qui l’a trahi : 29 putts pour le 1er tour mais surtout 33 putts au 2nd tour, insuffisant pour espérer mieux à Paris.

Sur les trous qu’il a touché en régulation, il n’a pas suffisamment pris de points, et au contraire sur les autres greens, il en a perdu alors qu’il fallait en sauver.

En somme, ses démarrages et ses conclusions, ne lui ont pas permis de mieux jouer au golf sur ce tournoi.

A titre de comparaison, le français Raphael Jacquelin qui est pour le moment le meilleur français sur l’Alstom Open de France 2012 en 5ème position drive plus court (entre 258 et 276 mètres), prend un peu plus de fairways au drive (8 en moyenne sur 14), se trouve comme Thomas Levet sur les greens en régulation (12 / 18 en moyenne sur les 2  tours) mais joue moins de putts (27 en moyenne sur les 2 tours).

C’est donc essentiellement dans le petit jeu que Thomas a laissé des plumes.

Quelle suite pour Thomas Levet sur la saison 2012 ?

Espoir car Thomas revient petit à petit à son meilleur niveau même si le chemin semble encore long et que la déception doit le dominer à cette heure.

Dans 15 jours, il dispute le 3ème majeur de la saison, le British Open, un évènement qui lui plaît et dont il a déjà  atteint la 2nde place !

Certes, Thomas a dû abandonné depuis longtemps l’idée de faire partie de l’équipe européenne de Ryder Cup en 2012 à Medinah en septembre, mais il lui reste de beaux challenges à relever d’ici à la fin de cette saison.

Les 6 prochains mois doivent lui permettre de construire la suite de sa carrière sportive. 211 à la race to dubai et 244ème mondial, il peut largement se fixer comme objectif de revenir tout près du top 100 mondial d’ici à 18 mois.

Pour cela, il devra analyser ce qui dans son jeu le gêne, et notamment au cours de ses 2èmes tours, car si à l’Open de France, il ne passe pas le cut, c’est surtout à cause de son 2ème tour, il en a été de même sur l’Irish Open, au BMW, et au PGA Championship.

Avec cette nouvelle contre-performance, Thomas vient d’enchaîner un 8ème cut consécutif manqué mais à son âge et avec son expérience, on sait que c’est justement dans ces situations qu’on trouve l’énergie et parfois la clé pour remporter un prochain tournoi de golf.

C’est la magie de ce sport de vous emmener tout en bas à un moment qui paraît interminable et puis tout en haut d’un seul coup.

A Thomas de trouver son déclic…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2105
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.