Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Les confessions d’une golfeuse peu ordinaire

Rencontre sur un golf : Un bon plan drague ?

Pour démarrer cette nouvelle chronique dédiée aux golfeuses, un livre a retenu mon attention : « Confessions of a Golfer : One Woman's Want on Pursuit of the Game ». Rédigée par Susan Fornoff, une journaliste et écrivain américaine, très bonne joueuse de golf qui aborde dans son livre sur le golf, un angle assez différent de ce que nous pouvons trouver en librairie… 

Le sous-titre du livre est déjà assez évocateur : Tranches de vie, d’amour et de JEU ». 

Aux éditions GottaGoGolf, nous pouvons trouver ce livre sur Amazon ou d’autres librairies en ligne. Récemment paru aux USA, il faudra attendre un petit peu pour le trouver traduit en français. 

Justement, pour vous permettre de comprendre le ton assez décalé de ce livre, qui est tout sauf un énième bouquin sur les conseils pour mieux jouer au golf, mais bien une vie de golfeuse, pas forcément romancée…sur le golf, les joueurs et la vie, je vous propose la traduction d’un des chapitres qui aborde le thème des rencontres amoureuses sur un golf, ou plutôt les expériences de dragues…parfois malheureuses.  

Et comment dire… le titre du chapitre que je vous propose, est déjà très prometteur : Introduction à la règle de la balle injouable  appliquée à l’amour par Susan Fornoff. 

…Après quelques rendez-vous sympa sur Match.com, mais qui m’ont mené nulle part, j’ai eu quelques échanges avec un homme qui prétendait aimer le vin et le golf. 

Nous nous sommes parlé au téléphone, et j’ai été plutôt agréablement surprise. Mon contact virtuel s’est présenté comme étant ingénieur, membre de l’Olympic Club à San Francisco (un parcours très célèbre aux USA, et récemment terre d’accueil de l’US Open 2012) et assez assidu au golf pour y jouer tous les jours. Au téléphone, il m’a paru intelligent, tout à fait normal, en un mot : plaisant. 

Deux conversations plus tard, nous décidions de sortir ensemble pour un rendez-vous golf. 

OlympicMan réserva donc une heure de départ pour samedi matin 9h, et nous avons convenu de nous retrouver sur le parcours. 

Mon flirt golfique m’indiqua qu’il préférait me rencontrer sur le chemin pour aller sur le golf, car il préférait que je lui indique la route, et surtout pour avoir le temps de discuter ensemble avant.

En réalité, OlympicMan vivait dans une autre ville. Je l’ai invité à venir me chercher mais pas chez mois, ce qui d’un point de vue de l’étiquette de la drague est quelque peu une violation de garantie,  pouvant causer une pénalité de deux coups :)

Nous avons donc convenu d’un point de rencontre neutre : un coffee house sur le chemin !

Tranquillement installée, j’attendais mon rendez-vous galant en buvant mon café avec un petit muffin.

Et c’est là que j’ai vu venir sur moi, un homme assez...imposant, portant des lunettes, mal attifé,  et me souriant.

Confessions of a golf sutAha. 

J’ai presque failli demander “Avez-vous vu OlympicMan, le garçon si charmant que j’ai vu en photo ?

Ma langue a fourché, et j’ai rapidement compris pourquoi il avait voulu venir me chercher. Il avait sans doute déjà dû être planté par d’anciennes rencontres virtuelles.

J’ai finalement chargé mes clubs de golf dans son SUV, et il m’a conduit au golf.

En arrivant au club-house,  le starter nous a demandé « Pour le paiement…ensemble ou séparé ? »

Séparé ! répondit promptement OlympicMan, tendant sa carte de crédit à l’hôtesse d’accueil.

Au fur et à mesure de la partie, je finis par apprendre qu’il était bien membre d’un parcours de golf, mais pas de l’Olympic golf Club. Il avait utilisé une photo de lui qui datait d’au moins vingt ans, à un moment où d’ailleurs, il devait peser 50 kilos de moins.

Il était bel et bien ingénieur, mais il n’avait pas de boulot. Il jouait bien au golf, mais tellement mal…mon dieu !

OlympicMan a en fait rédigé un véritable scénario de fiction pour obtenir un rendez-vous avec moi, même si, il s’était lui-même persuadé que ce qu’il m’avait raconté, étais vrai ou l’avait été ou peut-être le serais un jour.

Je me suis d’ailleurs demandé si il se rendait compte à quel point il avait été démasqué ?

J’ai d’abord pensé que ce moment était arrivé au départ du trou 9 quand j’ai regardé tout autour de moi sans le voir. Puis, soudain, j’ai senti une vive douleur dans mon sein droit, et en regardant à mes pieds, je pu voir la balle de golf qui m’avait en fait frappé.

A nouveau, j’ai regardé autour de moi, et j’ai finis par voir mon OlympicMan assez loin sur le fairway voisin, me regardant consterné, ayant bien vu que son coup de golf, pourtant en direction du green avait été dans une direction bien improbable. 

A ce moment, la moumoutte qui lui restait sous la casquette a fait un tour sur sa tête, et nous avons convenu de faire une pause pour aller aux vestiaires du club-house. 

Pendant que je l’attendais dans la voiturette, le temps qu’il retrouve ses esprits ou ses cheveux, j’ai pris plusieurs profondes respirations, et frotté ma poitrine douloureuse.

Ensuite, j’ai pris sur moi pour rester une partenaire de golf agréable. Après tout, je jouais au golf !

Et au final, j’ai joué son jeu…A savoir “Nous avons qu’à rejouer ensemble de temps en temps” lui ai-je dis.

Il sembla surpris en me répondant « Vraiment ? », et je répondis « Bien sûr » en feignant la sincérité.

Dès que je suis arrivé à ma voiture devant le coffee shop, je lui ai donné un baisé bien appuyé avant de sauter dans ma voiture, et verrouiller les portes.

A ce moment, je me suis dit que je ne faisais que lui rendre la monnaie de sa pièce.

Bien sûr, avec en plus, le sentiment de colère que j’avais ressenti après m’être autant faite trompée pour organiser ce rendez-vous.

Si je peux comprendre que l’on mente à ce point pour avoir un rendez-vous, ce que je comprends moins, c’est ce que son auteur peut en espérer, en partant sur des bases aussi malhonnêtes.

« J’ai menti sur mon jeu de golf, sur qui je suis, sur mon âge, sur ce que je fais dans la vie, et sur ce que j’aime faire…Moi, OlympicMan promet de t’aimer pour toujours, ou alors pour une relation intime, ou sinon juste pour le sexe ? ».

Sur le moment, j’ai regretté qu’une partie de golf dure 18 trous. 9 auraient été largement suffisants.

Mais bien sûr, peu importe le temps que prend une partie de golf ou le temps que cela nous semble durer, peut-être qu’une « golf sut » devrait être déjà contente de passer quelques minutes à ne pas travailler, ou à ne pas jouer à la femme au foyer, pour être tout simplement sur un parcours de golf. Et même si, c’était pour une très mauvaise expérience de flirt au golf !

J’espère que cette petite anecdote ou tranche de vie au golf de Susan Fornoff vous aura plu, et à bientôt pour d’autres histoires de filles au golf…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1952
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeuse, je joue au golf en tant que loisir. J'apporte ma contribution en faveur des lectrices du site jeudegolf.org sur des sujets autour de la mode, des relations sociales, et de tout ce qui peut concerner les filles au golf !!!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.