Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Les 10 inventions les plus marquantes de l’histoire du golf

Les 10 inventions les plus marquantes de l’histoire du golf

Le golf a trouvé l’origine de ses règles en Ecosse au 18ème siècle, ce qui en fait un sport assez ancien, et aussi très conservateur. Pour autant, les golfeurs de tout temps ont toujours été férus de nouvelles technologies. Qu’elles-ont été les 10 plus impactantes ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Au fil des années, et même des siècles, le golf a profondément changé. Il suffit de regarder le matériel de golf, des origines du Niblick jusqu’au driver ajustable shaft graphite de maintenant, pour résumer cette évolution.

Entre le golf que nous jouons aujourd’hui, et celui qui prévalait en Ecosse, trois siècles plus tôt, il n’y a plus beaucoup de points communs.

Et la plupart des changements sont assez récents, et le résultat d’innovations gigantesques.

D’ailleurs, comment ne pas imaginer que le golf dans 25 ans aura encore énormément changé du fait des découvertes scientifiques réalisées tous les jours ?

Dans cent ans, peut-être que certains golfeurs joueront sur une autre planète ?

Plus proche de nous, nos clubs seront sans doute connectés à nos smartphones pour nous donner en temps réel des statistiques sur les coups joués...et tant d'autres innovations à venir.

C’est pourquoi dans ce nouvel article, nous avons voulu faire la liste des 10 changements les plus marquants de l’histoire du jeu de golf.

  1. La balle de golf
  2. La tondeuse à gazon du greenkeeper
  3. L’irrigation des parcours
  4. Les voiturettes de golf
  5. La règle des 14 clubs
  6. Le shaft acier puis graphite
  7. La fabrication des clubs moulés
  8. Les bois en métal et oversized
  9. Le déplacement du poids sur la face des clubs
  10. Le lob wedge

La balle de golf 

Au sein de la rédaction, nous plaçons volontairement la balle de golf au premier rang des innovations les plus marquantes de l’histoire du golf. 

balles-golf_20141123-110923_1.jpg

Au fil des sujets sur le matériel, les tests, et les comparatifs, nous n’avons eu de cesse de constater à quel point, la balle d’aujourd’hui était à l’origine de l’amélioration des performances, et en particulier des gains de distance. 

A tel point que Jack Nicklaus himself, regrette une telle progression qui met en péril le jeu. La longueur des parcours n’étant pas extensible à l’infini. 

Au départ, la balle de golf était une boule en bois dur, puis nos ancêtres ont commencé à utiliser une balle appelée la « Plumeuse », ou plus connu sous son nom anglais  « featherie », une balle avec une enveloppe de peau de vache cousue à la main, et remplie de plumes d’oie. 

Un type de balle qui a donné des caractéristiques de vol nettement supérieur à la balle en bois et fût utilisé pendant près de deux siècles, avant de laisser sa place à la Haskel. 

Au milieu du 19ème siècle, le docteur Robert Adams inventa la gutta-percha, une substance dérivée du latex. Moins coûteuse, et pouvant être texturée sur la surface (les alvéoles), ce type de balle appelée aussi Balata a révolutionné le jeu. 

De nos jours, nous utilisons des balles multi-couches en uréthane à noyau dure.

2, 3, 4 et parfois 5 couches,  notre balle de golf n’a plus rien à voir avec son ancêtre en bois ! 

Au-delà de l’impact sur le jeu, le plus grand impact de ces révolutions techniques successives a été la baisse du coût pour le golfeur. 

La production de masse de la balle moulée a rendu le jeu de golf accessible au plus grand nombre, alors qu’une plumeuse pouvait coûter plus de 20 euros la balle en comparaison avec notre monnaie actuelle. 

La tondeuse à gazon du greenkeeper 

Ce choix doit surement vous surprendre, pourtant l’apparition des premières tondeuses à gazon sur les parcours de golf a bel et bien été une révolution pour le jeu, et notamment l’amélioration de la qualité des lies, et des fairways. 

Le golf, c’est un joueur, une balle, des clubs, mais aussi un terrain ! 

tondeuse-golf.jpg

Les premières machines sont apparues au début des années 80, ce qui a permis de tondre plus rapidement, et plus efficacement de très grandes parties du parcours, sans parler de l’entretien spécial des greens avec des machines à carotter. 

Imaginez que le golf a été joué pendant des centaines d’années sans aucune armée de greenkeepers, de machines, et de produits phyto… 

Voir notre précédent sujet sur l’entretien d’un parcours. 

L’irrigation des parcours 

L’eau de pluie a été pendant des centaines d’années, la principale source d’irrigation des parcours de golf, ce qui veut dire que si les choses étaient restées en état, plus de la moitié des parcours de golf dans le monde n’existeraient pas aujourd’hui ! 

Le premier système d’irrigation pour fairway a été développé au Texas (Dallas) au milieu des années 20. 

Ce qui a rendu possible la création de golf partout, y compris dans des déserts comme en Arizona, où jusqu’à cette année, on a joué les championnats du monde de match-play (Marana). 

C’est réellement depuis cette époque des premiers pas de l’irrigation des parcours que le golf a connu un essor mondial phénoménal. 

irrigation-golf.jpg

On a même parlé de « Greening of American golf », car du fait de l’irrigation, les parcours ont tout simplement pris une couleur verte beaucoup plus prononcée, et à tel point qu’une icône comme Sam Snead s’est demandé ce qu’était l’Old Course de Saint-Andrews quand il l’a foulé pour la première fois ! 

La voiturette de golf 

Les premières voiturettes sont apparues dans les années 30, mais elles ne se sont réellement imposées qu’au début des années 50. 

A partir du moment où tous les golfs en ont été équipés, l’impact sur le jeu a été immédiat. 

Comme la baisse du coût de la balle de golf, la voiturette a considérablement fait pour le développement du jeu auprès du plus grand nombre, notamment ceux qui n’arrivaient pas à marcher longtemps sur un parcours. 

Les années 50 ont été marquées par un très fort développement du nombre de pratiquants, surtout aux USA avec les débuts d’Arnold Palmer, et l’image d’un président américain fan de ce jeu et populaire, Eisenhower qui jouait plus qu’à raison. 

voiturette-golf_20141123-110917_1.jpg

Nous vous conseillons de lire ou relire notre précédent article sur l’histoire de la voiturette de golf pour pousser plus loin ce sujet. 

La règle des 14 clubs 

Au moment de choisir les faits les plus marquants de l’histoire du golf, comment ne pas parler des règles ? 

Le golf n’a pas été inventé en Ecosse mais en réalité aux Pays-Bas au 14ème siècle.  En réalité, c’est en Ecosse et Saint-Andrews que le jeu a été codifié pour la première fois. 

Pendant des siècles, on a joué au golf sans se soucier du nombre de clubs à emmener dans son sac. Il n’y avait pas de limite. 

Certes, la règle du livre de jeu n’est pas en soi une innovation, mais elle en a influencé un grand nombre par la suite. 

C’est donc en 1938 que fut instaurée une limite au nombre de clubs pouvant être emmené sur le parcours, et pour le plus grand bonheur des caddies. 

A l’époque, un célèbre amateur de golf du nom de Lawson Little avait emmené 31 clubs dans son sac sur le parcours. 

De nos jours, le matériel a tellement évolué que ce ne serait tout simplement plus imaginable. 

Les shafts en acier puis en graphite 

Les tous premiers clubs de golf étaient en bois (plus précisément en Hickory), et bien entendu, plus personne n’utilise aujourd’hui de telles antiquités, tant ils sont injouables ! 

shaft-golf.jpg

Le clubmaking est devenue une science, et même un art pour certains. 

Mais c’est justement parce que le fait de fabriquer des clubs de golf était très coûteux, que le golf est devenu élitiste. 

L’invention de la production de masse de clubs avec des shafts en acier a justement permis d’ouvrir le golf au plus grand nombre. 

Toutefois, l’acier a eu un autre effet que simplement abaisser le coût de production des clubs. 

En termes de jouabilité, les clubs en acier ont présenté des caractéristiques de torsions très différentes des clubs en bois, ce qui a eu une incidence directe sur le swing de golf. 

Pour le comprendre, il suffit de revenir sur la retraite sportive d’un mythe de notre sport : Bobby Jones. 

Le fondateur du Masters d’Augusta, star du golf des années 30 a mis un terme à sa glorieuse carrière sportive à l’âge de …28 ans, officiellement pour échapper à la pression liée à son statut de star, mais plus sûrement parce qu’il n’a jamais réussi à adapter son swing aux clubs en acier qui avaient été brevetés en 1910, et commençaient à se répandre sur les parcours. 

Désormais, essayez de trouver un driver avec un shaft en acier ? 

Le graphite s’est imposé sur tous les bois de parcours, et même sur certaine série de fers pour le plus grand bonheur de bons nombres d’amateurs en mal de vitesse de swing. 

La fabrication des clubs moulés 

L’apparition des forges et des moules a été l’une des plus grandes révolutions de l’histoire du jeu. 

La production de masse de clubs de golf, signifiant aussi la fin de la production artisanale, point sur lequel, nous reviendrons par la suite. 

cast.jpg

Plus économique, ce mode de construction représente aujourd’hui près de 90% de la production de fers, et 100% de tous les bois de parcours par opposition aux clubs forgés. 

Le fait de mouler les clubs a ainsi permis l’apparition des clubs à cavités, qui par opposition aux lames ont facilité le jeu, notamment pour les débutants, et une grande majorité des amateurs. (Trajectoires de balles plus hautes malgré des vitesses de balles moins rapides à l’impact, et une plus grande tolérance sur les coups décentrés). 

Comme évoqué plus haut, ce progrès pour le golf de masse a entrainé une autre conséquence : le développement du fitting, et du clubmaking. 

Qui dit production de masse, ne dit pas production sur mesure ! 

D’ailleurs, il est fréquent de constater chez un même fabricant, et sur une même ligne de production, de grands écarts entre des clubs censés être identiques. 

A tel point qu’aujourd’hui, le meilleur moyen de jouer des clubs parfaitement adaptés à son swing est de revenir à une certaine forme d’artisanat : le fitting. 

Les bois métal et les têtes oversized 

Dans un sujet sur les 10 innovations les plus marquantes de l’histoire du golf, comment ne pas parler de la fin du Persimmon, et l’avènement des bois en métal. 

De nos jours, plus personne n’imaginerait jouer un driver en bois. 

Pourtant, pendant près de 500 ans, le golf s’est joué avec ce type de clubs sans que personne ne se pose la question suivante : Quelle énergie peut être absorbée, et restituée par le bois ? 

Quel écart entre la période persimmon/balata et maintenant la période driver en titane/balles multi-couches en uréthane ? 

persimmon.jpg

Des américains ont voulu en avoir le cœur net, et ont procédé au test en 2010. 

Test que l’on peut retrouver sur le site milesgolf.com 

Verdict, ils ont trouvé un écart de près de 26% en termes de distance entre un driver persimmon avec un shaft hickory de marque MacGregor datant de 1923 et un driver TaylorMade R9 de 9.5° avec un shaft graphite de 2009. 

Soit un écart pouvant aller jusqu’à 67 mètres ! 

Selon cette étude, les premiers clubs en métal n’ont pas généré un écart significatif avec les bois persimmon (années 80). 

Ce n’est qu’avec l’avènement du titane que l’écart a commencé à se matérialiser concrètement (13%). 

De ce test, on retient que si les angles de lancement ont été plutôt similaires à travers les évolutions, les progrès se sont surtout manifestés avec le taux de spin qui a baissé de 41% (un élément majeur dans l’augmentation des distances), la vitesse de tête de club qui a été augmentée de 5%, tandis que la vitesse de balle a accrue de 12%. 

Le fait que les clubs ne soient plus en bois, n’est pas le seul élément contributif à l’amélioration des performances. 

L’avènement des têtes dites oversized a aussi joué un grand rôle. 

Ely Callaway, le fondateur de la marque du même nom s’est un jour posé la question de la taille de la tête du driver comme facilitateur du coup de golf, d’où l’arrivée sur le marché du Big Betha, un club aujourd’hui mondialement connu, et d’ailleurs remis au goût du jour depuis quelques mois. 

Aujourd’hui, une tête de 460 centimètres cubes est parfaitement standard chez les amateurs. 

L’oversized est la norme par rapport aux têtes 430 cc qui sont surtout utilisées par les pros. 

Le déplacement du poids sur la face des clubs

Ce concept peut paraître nébuleux, cependant, c’est grâce à ce procédé inventé par Karsten Solheim que beaucoup de golfeurs jouent plus facilement. 

Le fondateur de la marque PING est donc l’une des personnes qui a le plus changé le cours de l’histoire de notre jeu. 

Le fait de déplacer le poids du centre de la face d’un club de golf ou d’un putter a considérablement facilité la pratique du jeu, et depuis, plus aucune marque de matériel ne parle plus de déplacement du poids, et de centre de gravité au moment de lancer un nouveau club. 

oversized.jpg

Le M.O.I. étant le nouveau dogme des fabricants pour justifier l’atteinte de performances de plus en plus importantes des clubs, notamment sur les coups décentrés dans la face. 

Le lob wedge 

Dernière innovation que nous retenons dans notre classement, mais pas la moindre, l’apparition des lobs wedges qui n’est pas très récente (années 30), mais qui a profondément changé le jeu de golf, notamment au niveau des professionnels qui se battent au mètre près sur les greens. 

Avant les années 30, les golfeurs n’utilisaient qu’un seul wedge, appelé le jigger qui ressemblerait aujourd’hui au pitch. 

C’est en fait un ancien physicien de la NASA, Dave Pelz, qui a été le premier à développer l’idée que les golfeurs avaient besoin d’un wedge plus ouvert à 60° pour jouer sur les nouveaux greens modernes, rejoint dans cette idée par Tom Kite qui imposa l’idée chez les pros. 

Rien de tel qu’un coup de lob wedge pour arrêter la balle le plus près du drapeau… 

Le nom de Lob wedge étant à créditer à Karsten Solheim, encore lui… 

D’autres innovations auraient pu être citées comme les belly-putters, les télémètres, les smartphones, le petit livre rouge d’Harvey Penick, et la télévision.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3513
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.