Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Voyages golf

Le tourisme golfique international en croissance entre 2012 et 2015

Le tourisme golfique international en croissance pour la 4ème année consécutive

Les golf-trotteurs ne connaissent pas la crise ! L’association internationale des tours opérateurs de golf confirme que 2015 marquera bien la quatrième année de croissance consécutive du secteur, et à un niveau assez élevé.

Découvrez nos formules d'abonnements

La santé du tourisme golfique au niveau international est plus que vigoureuse

Depuis 2012, et les premières études menées auprès des 700 tour-opérateurs qui partagent des chiffres, la croissance de la demande de voyage golfique n’a jamais fléchi.

Aussi bien au niveau des réservations d’hôtels que du nombre de parties jouées, estimés à +7% sur les six premiers mois de l’année 2015.

Des chiffres qui confirment la croissance de l’activité sur ces quatre dernières années !

La croissance a été très forte en début d’année (+8% entre janvier et mars), et plus raisonnable sur la période suivante (+5% entre avril et juin).

Pour mémoire, la croissance du secteur a été de 9% en 2012, 11% en 2013, et 9% en 2014.

Des chiffres que beaucoup d’industries ou de filières aimeraient pouvoir afficher, et qui incite l’association IAGTO à aller encore plus loin dans la compilation de données pour mieux suivre et analyser les besoins de la clientèle golfique.

Ainsi, dès 2016, les tour-opérateurs vont se donner les moyens de suivre le nombre de parties de golf joués mois par mois par les touristes golfeurs.

L’enjeu pour la filière est d’anticiper les besoins pour aider l’offre à se structurer en conséquence.

Depuis le dernier sommet de l’association en 2014, elle se vante d’avoir aidé concrètement plusieurs pays afin de mettre en place de véritables stratégies de conquêtes, et ainsi attirer cette manne de golfeurs voyageurs.

Comme déjà évoqué dans un précédent sujet, le top-10 des destinations golf dans le monde ne fluctue par énormément, or, cela représente une rentrée de devises considérables.

Les pays émergents ne veulent pas être en reste, et commencent à investir fortement pour gagner des places sur ce marché.

Nous avons pu le voir avec l’ouverture du Dreamland Golf Course à Bakou ou le développement du golf en Slovénie ou en Bulgarie, directement impulsé par les gouvernements.

Récemment, la république Dominicaine par le biais de son ministère du tourisme a admise avoir mise en place une stratégie pour le développement du tourisme golfique.

Dans la foulée du trophée Hassan II, c’est le Maroc qui a organisé un forum sur le développement du tourisme golfique pour affiner son plan de développement.

Même les wallons ont commandé un audit à IAGTO pour mettre sur pied des actions visant à promouvoir la région.

Dans de très nombreux pays, attirer des golfeurs devient un enjeu majeur de développement.

Surtout que certaines places fortes de ce marché comme la Tunisie connaissent d’importantes difficultés liées au terrorisme.

iagto_20151007-223331_1.jpg

Il y a donc des opportunités à saisir pour des destinations qui jusqu’à présent ne s’étaient pas encore illustrées pour leurs offres golfiques, surtout dans un tel contexte de croissance.

De nouveaux services en faveur des golfeurs-trotteurs se développent

La société Clubstohire.com, numéro un pour la location de clubs de golf dans le monde ne cesse de proposer de nouvelles destinations et solutions.

Début octobre, la société a annoncé avoir ouvert deux nouvelles destinations pour louer des clubs à des golfeurs qui trouvent là, le moyen de ne pas faire voyager leurs clubs, ou au contraire, de jouer de manière occasionnelle dans un lieu de vacances.

Il sera donc possible de louer des clubs de golf à Punta Cana, et Madère en plus de 23 autres destinations déjà au catalogue !

En cinq ans, la société assure avoir fait économiser près de 4 millions de dollars de frais de bagages supplémentaires aux golfeurs.

Fini l’angoisse de perdre ou de se faire voler ses clubs au cours d’un transit dans un aéroport !

Au contraire, vous recevez vos clubs Callaway ou TaylorMade dernière génération à votre hôtel, le jour de votre arrivée, contre 80 euros la semaine à Punta Cana ou 50 euros à Madère, et vous les rendez toujours à l’hôtel, le jour de votre départ !

Le prix à la semaine varie en fonction de la destination.

Ainsi, il n’en coûte que 35 euros à Belek en Turquie ou à Faro au Portugal.

Certains points de locations sont directement situés dans les aéroports comme par exemple à Malaga.

La société basée à Dublin en Irlande estime qu’en 2015, elle va offrir ses services à près de 75 000 touristes golfeurs européens.

Et on peut imaginer que ce n’est qu’un début. Le secteur est en plein boom.

En France, c’est Saint-Omer qui se distingue cette année !

Pour étayer notre article, nous avons voulu voir quelle région ou quel parcours, IAGTO plébiscitait pour la France en 2015.

Et à notre grande surprise, point de clubs huppés de la région parisienne ou PACA, mais au contraire, un terrain de championnat qui a su tirer son épingle du jeu : Saint-Omer !

L’association internationale des tours-opérateurs de golf a l’habitude de mettre à l’honneur des destinations qui lui paraissent valoriser le tourisme golfique.

Et cette année, en France, une seule destination a eu le privilège d’être citée : le parcours qui accueille une épreuve du Challenge Tour, le Val !

Sans doute que IAGTO a reçu une communication de la part du club de Saint-Omer pour obtenir une valorisation. Mais si c’est la seule destination française à avoir été distingué, c’est qu’elle a peut-être aussi été la seule à la rechercher…

La France stagne à la huitième place des destinations pour le golf juste devant l’Italie, mais très loin derrière l’Espagne et le Portugal.

Nous pouvons largement penser que notre pays ne tire pas le maximum de son potentiel vis-à-vis des touristes golfeurs.

Et pourtant, les clubs français ont beaucoup d’atouts golfiques et non golfiques.

Pour vanter son club à l’international, Saint-Omer l’a bien compris et a misé sur la gastronomie.

Avant de parler golf, le club français commence son argumentation commerciale à travers son restaurant, et le savoir-vivre à la française.

La clientèle visée est clairement britannique avec une offre qui comprend un 18 trous, un diner dans un restaurant gastronomique, et une nuit en B&B pour un prix assez raisonnable, et même très compétitif : autour de 135 euros en basse saison et 165 euros en haute saison.

Sachant que pour Saint-Omer, la basse saison tombe entre le mois de juillet et le mois d’août ! Des mois qui seraient dans beaucoup d’endroits la haute saison !

Situé à seulement 30 minutes de Calais et de son escale d’Eurotunnel, le parcours a tout pour séduire une clientèle britannique qui cherche l’hospitalité de la campagne française pour le temps d’un week-end.

Surtout que le parcours est entretenu avec une certaine exigence compte tenu qu’il accueille chaque année une épreuve du Challenge Tour.

En dehors de l’exemple de Saint-Omer, visiblement le développement du tourisme golfique ne passe pas majoritairement par la France.

L’Espagne, le Portugal, le Maroc ou des pays d’Asie comme la Thaïlande ou la Malaisie sont beaucoup plus dynamiques. 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2550
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.