Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Le Tiger Woods « DropGate » continue de faire parler...

Tiger-Woods-dropgate.png

Alors que le Masters d’Augusta est déjà terminé depuis deux bonnes semaines, la polémique continue d’enfler autour du fameux drop de Tiger Woods, sur le trou numéro 15 du second tour, de la compétition de golf la plus regardé au monde.

Coupable d’une erreur qu’un golfeur débutant n’aurait pas commise selon ses détracteurs, Woods a ensuite signé sa carte malgré cette faute, ce qui lui a valu d’être sanctionné à posteriori de deux coups de pénalités par le comité d’organisation du tournoi d’Augusta.

La polémique a été terrible pendant tout le week-end de la compétition, et il est certain qu’elle a eu une influence sur le résultat final, et le fait que Woods n’a justement pas pu gagner ce premier majeur de la saison, terminant tout de même quatrième à quatre coups du vainqueur Adam Scott.

Le sujet a tellement enflé outre-Atlantique, que le dropgate a largement dépassé l’écho qui aurait pu être fait par la première victoire d’un australien à Augusta, avec justement le succès d’Adam Scott.

C’est triste de constater que les américains vont garder en mémoire au sujet du Masters 2013, une affaire de drop, plutôt que la victoire ou plutôt l’éclosion tant attendue de Scott en Majeur !

Cette controverse illustre le fait que Woods est certes adulé par bon nombre de golfeurs dans le monde, et il le mérite pour tout ce qu’il a apporté à ce sport, notamment en le modernisant et en démocratisant aux yeux de tous, mais il est aussi la 3ème personnalité sportive la plus haï des Etats-Unis,  depuis la révélation de ses infidélités.

Une grande partie du public américain ne lui a en réalité jamais pardonné le moindre écart, et à chaque occasion où il met le pied de travers, se charge de lui rappeler.

Et au premier rang des accusateurs impitoyables, on retrouve les collègues et adversaires de Woods (David Duval, Hunter Mahan…), ses ennemis de toujours comme Greg Norman, ses anciens amis et nouveaux ennemis comme son caddy Steve Williams, et une cohorte de commentateurs sportifs, tout heureux de moudre du grain pour alimenter leurs gazettes.

Tiger-Woods-driving.png

Le golf n’assume pas son paradoxe : Sans Woods, le monde n’a pas le même intérêt pour le golf professionnel, et avec lui, les contrats de sponsoring et les audiences TV flambent au bénéfice de tous.

Le secteur du golf veut bien de Woods pour les dollars qu’il génère, mais n’est pas prêt à lui concéder le moindre écart malgré cette lourde charge pour un seul homme !

Une seule voix pour défendre pour Woods

Heureusement que dans ce concert d’indignation et de véhémence anti-Woods, une voix s’est élevée pour balayer d’un revers de la main, ce débat qui ne présente pas un grand intérêt, et cette voix n’est autre que celle du dieu des golfeurs : Jack Nicklaus.

Si on peut douter de la sincérité des propos de Greg Norman à l’encontre de Tiger Woods, tant il a du mal à cacher sa jalousie et son mépris pour l’américain, Jack Nicklaus n’est pas non plus un grand fan de Woods.

D’ailleurs, il a admis avoir très peu discuté en direct avec son jeune rival pour le nombre de victoires en majeurs.

Depuis 15 ans, ils n’ont peut-être pas échangé plus que quelques phrases de vive voix, et encore la plupart quand Nicklaus a été capitaine de l’équipe américaine de Ryder Cup.

Dans cette dernière remarque, on sent même une pointe de déception de la part de l’ours blond qui aurait sans doute espéré, être plus sollicité par son successeur à la tête du golf mondial.

Mais cela n’empêche pas Nicklaus de se positionner comme la voix de la sagesse, et prendre la défense de Woods.

« Auraient-ils dû le disqualifier ? » Probablement selon Jack Nicklaus « Mais vous avez beau avoir toutes les règles du monde, mais si vous jugez qu’il n’y avait pas intention de faire quelque chose d’irrégulier, tout en admettant que deux coups de pénalité, c’est assez fort, alors il faut savoir passer à autre chose ! ».

Après que cette décision ait été prise, et bien que justement les esprits ont continué à s’échauffer, et certains a demandé l’abandon de Woods, là-aussi, Nicklaus apporte son soutien au tigre et réfute cette idée d’un retrait volontaire.

Au contraire, pour Nicklaus, Woods a pris la bonne décision en restant sur le terrain. « Si Tiger avait abandonné, il se serait lui-même mis en position de dire : Je suis au-dessus des règles ! La meilleure chose qu’il pouvait faire, était d’accepter la décision sans mot dire, et continuer à jouer comme n’importe quel autre golfeur. »

Tiger Woods déjà tourné vers l'US Open 2013 !

Ceci dit, dans cette affaire, Woods n’est pas le seul à être pointé du doigt !

En effet, une grande partie du public américain ne comprend pas que les organisateurs du Masters n’aient tout simplement pas disqualifié Woods !

Sur la plupart des autres tournois, c’est cette peine qui aurait été appliquée !

Mais voilà, le Masters n’est pas un tournoi comme les autres, et la décision qui a été prise ne peut pas être assimilée à du favoritisme parce que c’était Woods.

Cette affaire révèle aussi le fait que même si Tiger n’a plus gagné de majeur depuis 2008, il reste craint par tous !

De nouveau numéro un mondial,  Woods a de nouveau démontré qu’il était très fort mentalement, mais aussi humain, et capable de commettre de simples erreurs.

Les réactions qui ont provoqué ce « dropgate » sont certainement proportionnelles à l’attente, voir l’angoisse qui règne autour des greens quand Woods joue un majeur.

Pour Woods, il n’était plus question de remporter ce Masters après seulement 36 trous, car son drop aurait à jamais entaché un quelconque bon résultat à Augusta, et à mon avis, il le savait mieux que quiconque.

Pas sûr qu’un autre golfeur professionnel dans la même situation aurait vécu une telle déferlante de mauvaises intentions.

Pratiquement accusé de tricher, bons nombres de ses concurrents lui ont plus que souffler l’idée de de déclarer forfait !

Pourtant, tout au long de cette affaire, il est resté discret et malgré la déception de ne pas avoir pu remporter ce tournoi, il est sans doute déjà tourné vers le prochain US Open.

Et il est certain qu’il ne commettra pas de nouveau une telle erreur. Au contraire, on peut même déjà imaginer qu’il va clore le débat avec sa 15ème victoire en majeur, sans contestation possible !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2252
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.