Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Le Tiger Woods 2013 à Muirfield est-il le Tiger Woods 2006 de Hoylake?

Tiger Woods en route pour la victoire à Muirfield ?

Pour les commentateurs de golf, c’est la grosse question de la semaine, tant il y a de similitudes entre les performances du tigre sur ce British Open, et sa dernière victoire.

De la façon dont il tape la balle, à la stratégie qu’il a mis en place, on retrouve beaucoup de points communs qui laissent penser que Woods pourrait bien remporter dimanche son 15ème majeur en carrière.

Bien sûr, en 2006, après deux tours, Woods était déjà -12 en tête du tournoi alors que ce samedi, il partira en deuxième position à seulement -2, pour autant quand on analyse ses cartes de scores, on constate qu’en 2006, il avait touché 23 fairways sur 28, pris 28 greens sur 36 en régulation, et n’avait eu besoin que de 55 putts.

Ce vendredi à Muirfield, il en était déjà 21 fairways sur 28, 24 greens en régulation sur 36, et seulement 57 putts.

En fait, la plus grosse différence entre le Woods 2006 et le Woods 2013 est qu’à Hoylake, il avait tapé…un coup de driver.

Interrogé sur le sujet, Woods a répondu goguenard « J’ai dû en taper 8 ou 10…au practice ».

Nada, zéro, rien, effectivement en a-t-il vraiment besoin quand il tape si bien ses fers ?

Son partenaire de jeu pendant deux jours, Graeme McDowell a même dû vérifier auprès de Joe Lacava, le caddy de Woods, si sous le capuchon du driver se trouvait réellement un club de golf…

En fait, Woods frappe ses balles avec tant de précision, et il est si efficace au putting pour sauver des pars, que changer de stratégie et prendre plus de risques au driver ne lui apporterait sans doute pas grand-chose.

Au contraire de McIlroy qui s’est perdu pendant ses deux jours de compétitions, le tigre a encore prouvé qu’il était sans doute l’un des golfeurs qui analyse le mieux la façon dont il faut jouer sur le parcours de golf.

Très élogieux, et visiblement impressionné, McDowell a ajouté « Je ne suis pas sûr qu’il y ait actuellement dans le monde un joueur qui joue mieux ses fers que lui. »

Alors comme il est à la recherche de son 15ème majeur, qu’il a déjà gagné à quatre reprises cette année, terminé six fois dans le top-5 sur ses 16 derniers départs en majeurs, la question qui brûle toutes les lèvres est « Est-ce pour ce week-end ? ».

L’intéressé répond alors « Je ne vais pas gagner chaque majeur que je joue, mais je vais continuer à essayer. »

A mi-chemin, Woods est sans doute plus avisé, et prudent que la plupart des journalistes.

Il sait mieux que personne que sur les majeurs, la deuxième partie du tournoi est souvent la plus difficile.

Réponse dimanche...

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1838
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.