Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Team EDHEC Golf organise la fête du golf étudiant: la Smuggler Golf Cup

Le team EDHEC Golf à l’origine de la fête du golf étudiant: la Smuggler Golf Cup

Comment changer l’image du golf en France, la rajeunir, l’ouvrir aux filles, en faire une activité fun, décontractée, et en fait, une expérience que tout le monde voudrait connaître ? Il me semble que les étudiants de la grande école de commerce du nord de la France, l’EDHEC, soient parvenus à résoudre cette équation en conjuguant sport, fête, et étiquette.

Découvrez nos formules d'abonnements

A comme j’aurais aimé avoir 20 ans en 2016, et être toujours étudiant dans une école de commerce pour pouvoir participer à la Smuggler Golf Cup qui aura lieu du 1er au 3 avril prochain sur le golf du Touquet !

Il s'agit de réunir des centaines de jeunes gens, des garçons mais aussi des filles pour un week-end festif, dans le cadre d’un bel événement sportif et d’un bel endroit pour cerise sur le gâteau, un tournoi de golf sur deux jours.

En 1997, bientôt 20 ans en arrière, mon école (ISC) organisait la dernière manche d’une initiative pourtant similaire, le trophée des battants.

Un autre trophée de golf pour et par les étudiants qui aura vécu une petite dizaine d’année.

Que ce soit la Smuggler Golf Cup aujourd’hui ou le Trophée des Battants hier, l’intérêt de ce type de manifestation est toujours double :

  • organiser un tournoi de golf pour et par des passionnés de golf,
  • et en tirer une expérience qui pourra être utile sur un CV, surtout quand on est jeune, et que les expériences ne sont pas encore légions dans un environnement, qui ne vous juge que par rapport à vos expériences ou la nature de vos diplômes.

Le golf est toujours un excellent vecteur de rapprochement entre, d’une part les jeunes en désir d’un avenir professionnel dans les métiers du management et du commerce, et d’autre part, les entreprises qui a un moment ou un autre auront besoin de ces mêmes jeunes.

Il faut donc trouver de nombreux partenaires pour pouvoir viabiliser le tournoi.

C’est à la fois logique quand on ambitionne d’organiser un tournoi avec plus de 200 personnes, mais c’est aussi un cas d’école pour les membres de l’association, confronté à un projet de management d’envergure.

Smuggler, costumier depuis 1978, et Volkswagen ont répondu à l’appel, contribuent à la réussite de l’épreuve, et en profitent pour faire participer chaque année une cinquantaine de cadres.

Pas encore de quoi ouvrir les yeux du grand public sur le golf...

Sauf qu’entre les deux événements, il y a des différences qui méritent d’être commentées, et qui interpellent sur ce qu’il faudrait faire à une plus grande échelle, à l’échelle de tout un sport.

Les points forts de la Smuggler Golf Cup

Pour commencer, le team Edhec Golf a déjà réussi à sortir le golf du carcan de sport élitiste pour en faire le prétexte à un week-end festif.

Bien sûr qu’on se doute que pour les 200 participants (pas mal le nombre ! pour une jeune compétition de golf estudiantine), la veille du premier tour, à l’occasion de la première fête, la bière a coulé à flot, et que la nuit derrière a été courte !

Mais justement, c’est ça qui est bien ! Sortir le golf d’un cliché collé-serré, et d’en faire un prétexte à la fête.

D’ailleurs, pas mal l’idée d’organiser un concours d’approche sur la plage du Touquet la nuit tombée avec des balles lumineuses ! Exactement le type d’initiative qui consiste à faire du golf une activité fun, ludique, et drôle pour tout le monde.

jeunes-golfeurs.jpg

Deuxième élément notable et qui diffère avec mon époque, le nombre de filles qui participent !

En 1996, je peux vous dire que ce n’était pas le dernier plan drague à la mode. En 2016, c’est même des filles qui contribuent à organiser le tournoi ! Quel chemin parcouru en 20 ans !

Elles organisent et elles participent. Elles ne le font pas pour faire semblant de penser qu’éventuellement ce serait une forme de promotion ou une forme d’élitisme, mais simplement parce qu’elles aiment jouer.

Vous n’imaginez pas le nombre de golfeurs qui joueraient beaucoup plus si leurs propres épouses ou conjointes jouaient davantage. Je parle là-aussi en connaissance de cause…

C’est donc un autre bon point pour la nouvelle génération.

Enfin, troisième fait notable, la Smuggler Golf Cup a sa propre fan page avec 2070 fans (toujours pour 200 participants) quand à mon époque, le top, c’était d’avoir une belle affiche à placarder essentiellement au bureau des sports (BDS), ou au bureau des élèves (BDE).

D’un point de vue retombée médiatique pour un éventuel sponsor titre, l’écho n’est donc pas comparable.

Pour toutes ces raisons, cet événement contribue positivement au golf !

Surtout que je n’ai pas encore parlé de l’essentiel ! J’ai bien regardé le swing de ces jeunes gens, et ils jouent tous très biens, et dans le respect de l’étiquette.

Si le soir est le temps de la fête, le jour, place au jeu, et au parcours. Le golf reste un sport exigeant qui demande de l’abnégation et de l’engagement.Les jeunes n’en manquent pas.

Avant d’être des étudiants, avant d’être des jeunes, on voit bien que dans l’immense majorité, il s’agit de golfeurs et de golfeuses. Ils n’ont pas appris à jouer et à connaître les règles dans une école de commerce trois jours avant d’arriver sur place.

On distingue dans leurs sacs des clubs TaylorMade, Callaway, Ping, Cleveland….comme dans les sacs de n’importe quelles écoles… de golf.

Dans leurs comportements, rien ne laisse penser qu’ils ne respectent pas l’étiquette.

Simplement, ils ont la banane, et sont contents de participer à un tel tournoi entre copains.

Vous en avez bien un qui joue avec un maillot de foot (réveillé par son copain de chambre à 7h du matin avec de l’eau sur la tête) qui dans la mêlée avoue avoir perdu son polo de golf.

A la limite, sa seule faute de goût, c’est que ce soit un maillot du Bayern, et pas un maillot de l’OL:)

Si ISC Golf n’a jamais réussi à rentabiliser son tournoi, car l’époque n’était pas la même (désolé mais c’était déjà plus ou moins la crise), Team Edhec Golf qui n’en est encore qu’à sa septième édition doit pouvoir, et on lui souhaite, faire mieux !

Ils détiennent une partie de l’avenir du développement du golf avec une formule qui correspond en tout point à ce qu’il faut faire pour non seulement organiser et réussir une compet’ de golf, mais aussi élargir les frontières de notre sport, en envoyant un autre message que celui que l’on veut bien entendre : sport de riche, sport élitiste, sport fermé, sport coincé.

Les jeunes de 20 à 30 ans ont la clé du développement du golf, les filles en particulier, car dans nos statistiques, ce sont ces catégories de joueurs et donc de joueuses qui passent sous le radar de la pyramide des âges des pratiquants, le plus souvent faute de temps, faute de moyens, faute d’un premier boulot, et faute de tout un tas de bonnes ou mauvaises raisons…

Si la moyenne d’âge des golfeurs est aujourd’hui de 50 ans en France, ce n’est pas de la faute des seniors, mais bien parce qu’il n’y a pas assez de Team Edhec Golf et de Golf Cup qui organisent des Glow Golf* avec cocktail au By’s !

De tout cœur, bonne chance à tous les participants de la prochaine Smuggler Golf Cup 2016,

*Golf lumineux la nuit sur une plage

Crédit photo : Team EDHEC Golf

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2246
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.