Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

La Ryder Cup fait son tour de France

Le Ryder Cup Tour fait son Tour de France

Pendant deux jours à Lyon, place des Terreaux (1 et 2 juin), la Ryder Cup poursuit son tour de France des centres-villes, et ce, dans l’objectif d’aller à la rencontre des français, et faire parler du plus grand événement de golf. La Ryder Cup aura lieu en septembre prochain au Golf de Saint-Quentin-En-Yvelines près de Paris. A quatre mois de l’événement, il faut faire monter la mayonnaise. Si l’initiative est intéressante, elle manque encore de relais médiatique. C’est pourtant la bonne formule.

Découvrez nos formules d'abonnements

Si les Français ne vont pas au golf, il faut que le golf aille au Français !

Avec moins d’1% de la population totale qui joue au golf, la France a un très gros retard à combler sur les autres grands pays développés.

Quelque part, le golf est un bon baromètre du développement économique d’un pays.  Nous ne sommes pas en avance. Il est temps de se bouger. Il y a toute une économie à développer, et des milliers d’emplois à créer.

Sans imaginer rattraper les 10% d’américains qui jouent régulièrement au golf, l’organisation de la Ryder Cup en France a d’abord été imaginée pour doubler le contingent de licenciés dans l’hexagone.

A l’origine, on tablait sur 700 000 licenciés à horizon 2022 du côté de la rue Anatole France à Levallois-Perret, siège de la Fédération Française de golf.

Cet objectif semble aujourd’hui compromis. La Ryder Cup ne résout pas tout.

Le golf est un sport terriblement météo-dépendant.

Après un hiver catastrophique, un ensoleillement faible, une véritable grogne sur la hausse de la CSG, et depuis le Printemps, la tentation de faire revivre Mai 68 avec des grèves de transports à répétitions, les conséquences se font clairement sentir sur la pratique du golf en France…. Par les habituels pratiquants et pratiquantes, sans même déjà chercher à en augmenter le nombre.

Sur les quatre premiers mois de l’année, c’est même le scénario catastrophe, le pire des cauchemars en année Ryder Cup pour tous les acteurs de la filière.

Si 2018 devait être la grande année du golf en France, et pour une fois, les planètes ne veulent pour l’instant pas s’aligner dans le bon sens.

Les ventes d’équipements, reflet de la pratique, reculent de 15 à 20% sur 4 mois. C’est presque du jamais vu, et rappelle les heures les plus sombres de la crise de 2013.

Le volume de balles achetées, signe encore plus précis de la pratique recule même de 10%.

Pas de balles, pas de parcours, pas de green-fee, pas d’abonnements, avec seulement 400 000 golfeurs licenciés, et après plusieurs années de stagnations au lieu de progresser, ça sent la bérézina.

Plus que jamais, il y a urgence à aller chercher des nouveaux golfeurs.

L’objectif initial est très loin. Il faut sauver les meubles. Partout de Saint-Omer à Chantaco, en passant par Lyon jusqu’à Nice, les golfs sont dans la cote d’alerte.

Les golfs habituellement prisés par les touristes français et étrangers subissent la grève d’Air France (coût estimé à 170 millions d’euros), la crise du ferroviaire (coût de la grève SNCF estimé à 400 millions d’euros), qui n’en finit plus avec cette guerre d’usure entre le gouvernement, et les syndicats.

Une guerre qui use surtout le moral et la patience des français, alors que tout le monde peut imaginer la fin de l’histoire, et ce depuis le départ du conflit

L'hôtellerie et le tourisme sont touchés de plein fouet par les mouvements à la SNCF et à Air France.

Laurent Duc, président de la branche hôtellerie de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) observe « un ralentissement de l'activité alors que le secteur recommençait à croître ». Il estime que « la perte d'activité atteint 10 % à 20 % selon les régions ».

Comme les golfs, le tourisme espère un phénomène de rattrapage qui pourrait finalement profiter à la filière golf.

Si les choses sont mal engagées, un miracle Ryder Cup est encore possible pour sauver la saison. Il serait même salutaire.

 « Il peut y avoir des effets marqués dans certains secteurs économiques et certaines zones géographiques. Mais l'impact d'une grève est habituellement limité dans le temps et souvent, un rattrapage s'opère dans les mois qui suivent l'arrêt du mouvement », indique Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l'Insee.

En 1995, la croissance au quatrième trimestre avait été amputée de 0,2 point pour atteindre 0,1 %. Mais l'activité avait rebondi de 0,7 % sur les trois premiers mois de 1996.

De même, en 2003, le PIB avait chuté de 0,2 % au deuxième trimestre, les grèves ayant compté pour 0,1 point dans ce recul, l'activité économique avait repris le trimestre suivant, bondissant, là encore de 0,7 %.

Il existe toutefois un impact qui ne peut être chiffré précisément, c'est celui sur l'image de la France à l'étranger. Celle-ci s'est améliorée depuis un an. Reste à savoir si elle résistera aux grèves, et notamment auprès des touristes américains, et anglo-saxons, les principaux intéressés par la Ryder Cup.

Pertes de temps, pertes de valeurs ajoutées, mauvaise humeur, revendications, troisième tour social de l’élection Présidentielle, la France aime toujours plus que tout se prendre elle-même, et toute seule, les pieds dans le tapis, et ajouter de la pauvreté à la pauvreté, alors que nous avons de formidables atouts pour au contraire, nous développer.

A commencer par cette opportunité unique d’organiser une Ryder Cup, et de démontrer pour une fois que nous pouvons être charmant et accueillant, même avec des Américains, dont le Président ne cesse pourtant de nous mener la vie dure.

La sortie de l’accord sur le nucléaire Iranien a eu un impact immédiat sur le prix à la pompe payé par tous les français (+ 64 centimes d’euros sur le sans plomb 95 en avril).

L’initiative de la FFG  pourrait arriver à point nommé pour faire rêver les gens avec du golf.

Malheureusement, le contexte actuel est plutôt défavorable.

Pendant deux jours, les lyonnais vont pouvoir être sensibilisés à la cause du golf, place des Terreaux, au cœur de la ville, dans un des quartiers les plus agréables de la ville.

Structures gonflables, atelier de putting, atelier de swing…

Tout a été réuni pour que les visiteurs s’initient, s’amusent, se piquent au jeu, et marquent le plus de points possibles sur leur carte de scores.

Les clubs locaux participeront à l’événement pour répondre aux questions des initiés.

Chaque structure propose un thème bien particulier.

village.jpg

 « Dans le mille » et « Bandes à part », muni d’une carte de scores, les néophytes pourront s’essayer au putting et tester leur précision dans un secteur clé du jeu de golf.

Un petit peu plus loin avec « Objectif swing » et « Grand swing », clubs en main, les passants viseront des cibles colorées, pour marquer le plus de points possibles.

Les partenaires accompagnent et soutiennent cette initiative à l’image de Decathlon dont les équipes mettent à disposition du matériel adapté, alors que BMW, Essilor et Lacoste complètent le dispositif avec des animations qui leurs sont propres.

Tout est fait pour séduire. C’est la bonne idée. On voit difficilement ce que la FFG et ses partenaires pourraient faire de plus, à part communiquer au plus grand nombre, et rester un peu plus longtemps sur place.

Si en France, on pouvait un petit peu moins regardé dans le rétroviseur, pour faire notamment l’Apologie de Mai 68, on pourrait peut-être profiter un peu plus du présent, et rêver l’avenir avec des événements positifs pour les jeunes, et les moins jeunes.

Pas sûr que sans la Ryder Cup, la FFG puisse renouveler ce type d’opération à l’avenir, alors que c’est exactement le bon format pour interpeller directement les français sur la cause du golf.

La Ryder Cup peut faire beaucoup pour la France du Golf. Elle peut lui sauver sa saison 2018.

Le programme du Tour :

 

Tout a commencé à Marseille les 11 et 12 mai. Le Ryder Cup Golf tour a pris ensuite la direction de Montpellier (18 et 19 mai), avant de rejoindre Bordeaux (25 et 26 mai), puis Lyon (1er et 2 juin).

Elle fera ensuite route vers la Bretagne, destination Lorient les 8 et 9 juin avant de se rendre en Normandie pour l’étape de Rouen les 15 et 16 juin.

Ce sera ensuite au tour de Lille les 22 et 23 juin d’accueillir le Ryder Cup Golf Tour avant que Metz ne clôture la première vague les 29 et 30 juin.

Posté par le dans Golf en France
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 163
  • 1 commentaire
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

Commentaires   

Avec
 
grenimi69@gmail.com
0 #1 c'est normal !grenimi69@gmail.com 04-06-2018 09:43
Je pratique le golf depuis 8 ans et ayant commencé à 50 ans, je comprends le non engouement des français à pratiquer :
jeu difficile au départ avec règles trop draconiennes pour des amateurs, fédé trop molle, clubs trop fermés, moniteurs ou pros trop académiques, etc, etc ...
Il faut démocratiser et dépoussiérer l'ensemble !
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.