Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Du 20 au 23 juillet 2017, le Royal Birkdale va accueillir le British Open 2017

Crédit photo : Mark Newcombe-visionsingolf.com

Le Royal Birkdale Golf Club, du 20 au 23 juillet, sera l'hôte du British Open 2017. Le prestigieux parcours de Royal Birkdale a déjà été le théâtre de quelques-unes des plus grandes histoires du golf, particulièrement en raison des conditions météorologiques aléatoires sur la région, et naturellement par les difficultés posées par ses links. Les fairways étroits nécessitent une extrême précision, et quand le vent implacable souffle depuis la mer d'Irlande, c’est l'un des Majeurs de golf le plus exigeant.

Découvrez nos formules d'abonnements

Royal Birkdale, situé à Southport, a déjà accueilli le British Open neuf fois, depuis 1954. Parmi les nombreux grands parcours le long de la côte nord-ouest, Royal Birkdale se distingue comme un parfait exemple de links de golf. C'est l'un des trois parcours du nord de l'Angleterre faisant partie de la Rotation pour recevoir l’Open britannique.

Niché au milieu des spectaculaires dunes de sable de Southport, le Royal Birkdale Golf Club, avec son club house art déco, est l'un des plus célèbres parcours de golf de Grande-Bretagne, il a été élu no 1 en Grande-Bretagne, et est classé parmi les meilleurs au monde. Il a déjà accueilli deux Ryder Cup, la Walker Cup et la Curtis Cup, ainsi que l'Open britannique féminin.

Le premier parcours, ouvert en 1889, était un parcours de golf de neuf trous situé à Shaw Hills. En 1894, le comité a décidé d'étendre le parcours à 18 trous et de le déplacer à Birkdale Hills. Il a été redessiné en 1922 par Fred Hawtree et JH Taylor, pour créer le tracé actuel, qui serpente à travers les dunes de sable qui dominent chacun des fairways.

Photo Royal Birkdale

Le club de golf portait le nom de Birkdale jusqu'en 1951, lorsque le roi George VI a accordé la charte royale au club, il est alors devenu Royal Birkdale.

Quand Birkdale a été ouvert en 1889, il est devenu un pionnier du golf féminin, lorsque les membres du club ont voté pour permettre aux femmes de jouer sur le parcours trois jours par semaine. D’ailleurs, l'un des premiers tournois de golf hébergés à Birkdale était un championnat féminin.

Depuis 1995, aucun britannique n'a jamais gagné le British Open. L’écossais Paul Lawrie souleva la coupe en 1999, et Padraig Harrington est le seul gagnant irlandais, et c’était à Birkdale en 2007, puis à nouveau en 2008, la dernière fois ou l’Open c’est joué au Royal Birkdale.

Le parcours a produit de nombreux moments inoubliables, dont le magnifique tir d'Arnold Palmer depuis un mûrier sur le 16 en 1961. Maintenant une plaque y est visible,  pour commémorer l'exploit qui a contribué à sa première victoire à l’Open.

Crédit photo : Mark Newcombe-visionsingolf.com

Si le vent s’en mêle cette année, ce sera un British Open qui sera remporté avec un faible score. La dernière fois, en 2008, le vent a comme souvent joué son rôle, et Padraig Harrington, a remporté la Claret Jug avec un score très inhabituel de +3, pourtant aidé par un remarquable Eagle sur le 17eme trou.

Royal Birkdale, un parcours difficile, mais juste…

Bien que le parcours de Birkdale présente certaines des formations de dunes les plus impressionnantes d'Angleterre, la philosophie de la conception de Hawtree et Taylor était de faire passer les trous à travers les valons naturels et profonds, et d’éviter les trous en aveugle, des fairways bosselés, ou de rebonds de balles aléatoires.

Photo Royal Birkdale

Le parcours de links est réputé pour être difficile à maîtriser, mais juste. Si vous touchez les fairways, la balle sera rarement éliminée par un faux rebond ou une pente conduisant vers le rough ou un bunker. Les coups de golf qui sont correctement exécutés se concluent normalement par un résultat approprié.

Les fairways sont disposés dans des valons assez plats entre les hautes dunes. Comme des amphithéâtres, ces dunes permettent aux spectateurs de surmonter les greens.

Photo Royal Birkdale

Les greens ont été remodelés avant l'Open de 1998 et, malgré leur jeunesse, sont extrêmement roulants et difficiles à lire. Birkdale, c’est une succession de grands trous de golf, qui se termine en apothéose par le 18, un par 4, long de 435 mètres, et où les profonds bunkers sont difficiles à éviter. C’est sans doute le trou qui a vu vivre les plus grands drames du golf ces dernières années.

Pour les joueurs de golf amateurs, le Royal Birkdale n’est sans doute pas aussi spectaculaire que Turnberry, il n'a pas l'atmosphère et l'histoire de St. Andrews, il n'est pas aussi difficile que Carnoustie, n’atteint pas la perfection de Muirfield, mais le Royal Birkdale est une expérience de golf extraordinaire, à vivre pour un amateur de golf, au moins une fois en « live », loin de sa télévision.

Photo Royal Birkdale

Souvent vanté pour la franchise de son parcours, l'attraction majeure de Birkdale, cependant, est son cadre merveilleux, ses excellents greens, et le plaisir de jouer sur un tel parcours de championnat.

La bourse de la Claret Jug au Royal Birkdale 

En plus de lever la Claret Jug au Royal Birkdale, le vainqueur du 146e British Open recevra cette année 1,845 million de dollars. Le R & A a publié la répartition des gains pour le troisième majeur de golf de la saison, prévu du 20 au 23 juillet à Southport, en Angleterre, et la bourse totale sera de 10,25 millions de dollars.

Martin Slumbers, chef de la direction du R & A, a déclaré à la BBC Sport que la valeur diminuée de la livre après le commencement du Brexit aurait un « impact sérieux » lors de l'examen de la devise constituant la bourse de l'Open.

« Nous opérons dans un marché de plus en plus mondial et avons décidé de décerner le prix en dollars américains en reconnaissance du fait que c'est la monnaie la plus largement adoptée pour les gains en argent dans le golf », a déclaré Martin Slumbers dans un communiqué.

Photo Royal Birkdale

Le gagnant de l'Open britannique de cette année recevra ainsi 1,845 million de dollars et le second gagnera 1,067 million de dollars. Le champion du British Open l'année dernière, Henrik Stenson, avait lui reçu environ 1,53 million de dollars.

À titre de comparaison, Brooks Koepka a reçu 2,16 millions de dollars pour avoir remporté l'U.S. Open le mois dernier, Sergio Garcia a remporté 1,98 million de dollars au Masters, et Tommy Fleetwood, 1,04 million d’euros, soit environ 1,18 million de dollars, pour avoir remporté le dernier Open de France.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 732
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.