Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Le retour du Tiger Woods « impact » pour fin 2016

Tiger Woods sera bien de retour sur les fairways en 2016 - Crédit photo : Mark Newcombe

Il a suffi que Tiger Woods annonce sur son site Internet son retour à la compétition pour que l’information fasse le tour du monde, et créé même une petite vague d’euphorie chez les fans de golf, et les médias golf. C’est dire le « Tiger Impact » sur le monde de la petite balle blanche. Pourtant, rien dit que Woods sera de nouveau le tigre ! Pour son ami Notah Begay 3, si Woods revient, ce sera sans doute son dernier come-back, et la dernière ligne droite de sa carrière ! Qu’est-ce qui a changé pendant son absence, et quel record va-t-il chasser ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Ça y est ! C’est sûr ! Tiger Woods va revenir jouer à haut niveau. 

Il l’a annoncé ce mercredi sur son site, et prévoit de jouer dès cette année le Safeway Open le 13 octobre prochain, puis le Turkish Airlines Open en novembre pour boucler son retour par son tournoi, le Hero World Challenge, traditionnellement organisé du 1er au 4 décembre.

Les deux premiers tournois servant certainement de mise en route en prévision de ce dernier rendez-vous.

« Ma réhabilitation physique est à un stade où je peux de nouveau faire des projets, mais j’ai encore beaucoup de travail à accomplir. Le fait de pouvoir jouer a toujours été suspendu à ma récupération, et ma capacité à jouer correctement. Désormais, j’ai bon espoir de ne plus avoir à penser qu’à mon jeu. »

Woods est sur le point de revenir de multiples opérations du dos, et n’a pas joué sur le PGA Tour durant toute la saison 2015-2016. Il a pris part à son dernier tournoi dans le cadre du Wyndham Championship en août 2015 terminé à la dixième place, soit plus d’un an sans trace de Woods sur le moindre tournoi de golf professionnel.

Il y a encore peu de temps, le retour de Woods faisait l’objet de beaucoup de conjectures.

On a même célébré les 20 ans de ses débuts avec le fameux clip « Hello world » avec un moment marquant son interview avec un golfeur connu de l’époque, Curtis Strange, qui surpris par la détermination du jeune Woods, lui avait lâché pour le casser un « you will learn » en forme de « tu apprendras à rester à ta place. »

Deux décennies plus tard, Woods a changé le golf, et plus personne ne se souvient du « visionnaire » Curtis Strange.

Ceci dit, Woods n’avait sans doute jamais envisagé être à l’arrêt aussi longtemps dans sa carrière.

Il assure mourir d’envie de revenir, ce qui est déjà un premier bon signe.

« Je ne sais pas quand je pourrais jouer, mais je veux jouer. Je ne sais pas si je pourrais, mais je le veux, et j’essaie de tout faire pour. Chaque jour, je m’astreins à des exercices deux à trois fois dans la journée. »

Ce discours tranche avec celui que Woods laissait entendre quand il était en difficulté dans le jeu entre 2014 et 2015, moment où il était sans le savoir déjà en souffrance avec son dos.

Entre ces déclarations d’avant opération et après opération, au moment de revenir, il semble que Woods ait déjà changé d’état d’esprit, et sans doute imputé à ses difficultés dans le jeu, le fait qu’il ne s’était pas laissé assez de temps pour récupérer de ses précédentes blessures au dos.

Et justement son ami et golfeur professionnel, Notah Begay avait lâché un indice en forme de prédiction à propos de cet hypothétique retour « Tout comme 1996 a été le début de son histoire, ce retour sera le début d’un nouveau chapitre pour Tiger, et certainement son dernier. »

Poursuivant « Il comprend qu’il est plus proche de la fin que du début de sa carrière. Si une autre blessure intervient, et qu’il doit suivre une nouvelle période de récupération, pas sûr qu’il veuille revenir après. »

Ancien étudiant à Stanford avec Woods, Notah Begay connait mieux que personne le tigre, et est encore son plus proche ami. « Il va très bien. Il tape des balles. »

Fin août quand Notah Begay avait donné des nouvelles de Woods, son retour n’était toujours pas envisagé avec précision.

En revanche, pendant son absence, c’est Nike qui a fini par tourner la page !

Woods va revenir quand Nike est sur le point de partir…

Si d’un point de vue financier, les décideurs de Nike n’ont semble-t-il pas eu de mal à prendre la décision, d’un point de vue émotionnel, cela a été tout autre, et justement à cause de Woods.

Tiger Woods va devoir se trouver de nouveaux clubs pas nécessairement une nouvelle casquette - crédit photo : Mark Newcombe

D’ailleurs, ce dernier a été touché par cette nouvelle, et plus encore que tout autre professionnel de golf sous contrat avec Nike.

Woods a été directement à l’origine de l’éclosion de cette marque dans le golf. Il se sent sans doute un peu responsable de cette décision, notamment pour son absence depuis plus d’un an.

Au pire moment de son scandale sexuel, Nike l’avait soutenu quand d’autres avaient quitté le navire. Il peut avoir le sentiment de ne pas avoir renvoyé l’ascenseur.

La maison de Woods ressemble aujourd’hui plus à un megastore de golf avec des clubs un peu partout y compris dans le salon.

Chaque fabricant a envoyé des clubs, et Tiger essaie une grande variété de choses.

Seule une marque n’a pas envoyé de clubs à Woods : PXG ! Son patron mégalo a considéré qu’il n’avait aucun intérêt pour avoir Woods dans son giron, prétextant ne pas savoir dans quel état de forme pourrait être Woods à son retour.

Assurément, ce sera un tout nouveau départ pour un Woods qui cherche aussi à donner du sens à ce nouveau départ. Pourquoi faire ?

Il a gagné 14 majeurs, 79 victoires sur le PGA Tour, passé 860 semaines en tête du classement mondial (record absolu), passé 142 cuts consécutifs (encore un autre record absolu) …Quel record va-t-il vouloir chasser ?

Celui de Nicklaus et ses 18 victoires en majeurs, ou les 82 victoires sur le PGA Tour de Sam Snead ? Et veut-il seulement chasser un nouveau record ?

Effectivement, un certain nombre de chroniqueurs doutent de la capacité de Woods à redevenir à 40 ans passé, le joueur qu’il a été à 24 ans quand il entamé son « Tiger Grand Slam ».

Cependant, d’autres estiment qu’il a encore de bons moments de golf à nous proposer.

Sur ce point, bien malin qui pourra prédire l’avenir.

Ceci étant, il y a d’ores et déjà bel et bien un effet Tiger depuis l’annonce de son retour avec une grande excitation de tous les fans de golf sur les réseaux sociaux.

Ce qui a changé dans le monde du golf pendant son absence

La bourse de New York n’a pas encore frémi comme aux plus belles heures de sa carrière, ceci dit, le monde a changé, et il a contribué à le changer, en tout cas pour le golf.

Pour le journaliste Ron Sirak « Il a pris le golf du fin fond de la section sport des quotidiens sportifs pour en faire la UNE de la section actualités ! ».

Ajoutant « Il a sorti le golf de l’ombre et l’a placé sous les spotlights, et personne ne peut sous-estimer son rôle pour le développement du golf. »

Beaucoup de pros d’aujourd’hui lui doivent la taille de leurs comptes en banques.

Avant Tiger, les montants des dotations en tournois ne dépassaient pas les 3 millions de dollars, depuis son passage, la moyenne est passée à 6 millions, et même 10 millions pour les majeurs.

Tiger Woods va-t-il retrouver son meilleur niveau ? C'est la seule question qui demeure...crédit photo : Mark Newcombe

Depuis un an, et son dernier départ en compétition, beaucoup de choses ont changé.

D’abord, le golf est devenu moins « tiger-centré » !

Le golf est revenu aux Jeux, et à cette occasion, alors qu’il a sans doute beaucoup contribué à ce retour, personne ne s’est ému de son absence du champ des joueurs.

Pourtant, un an plutôt, tout le monde se demandait s’il pourrait jouer en majeurs, et quand il pourrait le faire.

En un an d’absence, le monde du golf a appris à vivre sans Woods. Loin des yeux ? Loin du cœur ?

Depuis son absence, un garçon a repris le flambeau : Jordan Spieth !

Il a remporté deux majeurs d’affilés et rappelé les plus belles heures du tigre. Spieth a même eu sa chance pour un grand chelem jusqu’au 72eme trou du British Open 2015 !

Depuis son départ, Woods a été remplacé ! D’abord par McIlroy, puis par Spieth, et aujourd’hui par Jason Day. Ceci dit, ils sont trois pour une seule place, et pour l’instant, aucun n’a réussi à durer au sommet.

En majeurs, les cinq derniers tournois ont donné lieu des primo-vainqueurs différents.

En réalité, Woods a perdu sa place, et si beaucoup se sont portés candidats, aucun n’a réussi à dominer tous les autres.

On ne parle plus de big-3 à propos de Spieth, Day et McIlroy car Dustin Johnson et d’autres ont montré que le niveau de jeu était très nivelé au sommet.

Enfin, deux faits sont intéressants à relever.

Il n’est plus possible d’utiliser un belly-putter avec une technique d’ancrage, ce qui a sans doute un peu faussé la compétition avec ceux dont Woods qui puttaient de manière classique, et Mickelson, le plus grand rival de Woods est toujours là, capable de gagner un majeur comme il l’a prouvé à l’occasion du dernier British !

Woods a beau être au fin fond du classement mondial (672 eme), le golf n’a toujours pas réellement appris à vivre sans lui.

Tant mieux, le boss est de retour, et c’est peut-être la meilleure nouvelle de l’année !

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2124
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.