Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Le retour de Tiger Woods au World Challenge a-t-il été une réussite?

woodscomo2.jpg

Dernier de son tournoi, le Hero World Challenge, Tiger Woods n’a pas brillé par les résultats comparativement à l’époustouflante performance du jeune Jordan Spieth. Pourtant, la plupart des observateurs ont salué le retour du tigre, fort d’un nouveau « ancien » swing, et d’un physique retrouvé.

Découvrez nos formules d'abonnements

Quatre mois ont passé depuis son dernier tournoi joué, le PGA Championship en août et ce tournoi du World Challenge qu’il organise chaque année au bénéfice de sa fondation, et qui réunit 18 des meilleurs golfeurs du PGA Tour.

Le temps de la reconstruction

Cette période de temps a été consacrée à complètement récupérer son intégrité physique, et aussi à travailler avec un nouveau swing coach, Chris Como.

Pour Woods, il s’agissait de tourner le dos au travail effectué précédemment avec Sean Foley, qui consistait à changer le swing du champion pour l’adapter aux velléités d’entrainements quasi militaires que le tigre souhaitait s’imposer, en bon fan des Marines.

Avec Chris Como, Woods intègre plus de biomécanique et d’outils technologiques comme des radars de mesure pour trouver la bonne formule.

Quelle équation cherche-t-il à régler ?

woods-como.jpg

Après sa collaboration couronnée de succès avec Hank Haney (6 majeurs remportés sur 14), Woods qui avait 35 ans se sentait menacé par la nouvelle vague de jeunes golfeurs super puissants et décomplexés qui arrivait sur le tour.

Alors que dans ses premières années, Woods dominait dans tous les compartiments du jeu, du petit au grand, et notamment au driving.

Il s’est rapidement fait dépasser dans le jeu  long par des cogneurs comme Bubba Watson ou Rory McIlroy.

Préoccupé par cette course à l’armement, lui qui avait fait la différence, justement par une préparation athlétique supérieure à la moyenne, a voulu en remettre un couche.

Comme le faisait remarquer Hank Haney depuis deux ans, Woods a une forme d’admiration maladive pour la musculation à outrance.

 Or, son swing en a été impacté.

Le travail de Sean Foley a donc consisté à adapter le swing du joueur à la préoccupation de Woods de gagner en puissance.

Bilan de l’opération, cela a été un échec patent. Non seulement, Woods n’a pas gagné en distance, et dominé ses principaux adversaires, mais en plus, il s’est ruiné le dos.

Pire que cela, son swing si fluide, si parfait dans ses jeunes années, est devenu une machine erratique.

Il était donc grand temps pour lui de changer d’approche.

Retour aux sources et à plus de simplicité

Ce premier tournoi de reprise pour le tigre marque un premier pas dans le bon sens, malgré un résultat forcément décevant.

Toutefois, en matière de golf, parfois, le comment est plus important que le combien.

Et c’est bien dans le contenu du jeu démontré par Woods pendant quatre jours que nous pouvons trouver des motifs d’espoirs.

Certes, lors du premier tour et un score de 77 peu flatteur, le tigre a manqué des chips et des petites approches du niveau d’un golfeur d’index 20, ce qui n’a pas manqué de surprendre, toutefois, tout le monde a été frappé de constater le changement de swing du champion.

Et quel changement, car ce nouveau swing n’est autre que l’ancien !

Woods est tout simplement en train de revenir en arrière.

Son nouveau swing coach et lui-même ont passé des heures à étudier le swing du jeune Woods, à savoir quand il était amateur, et qu’il générait presque sans effort de la puissance

Como et Woods ont donc décidé d’abandonner certains ajustements réalisés au fil des années pour revenir à ce swing d’origine !

woodscomo1.jpg

De l’aveu d’un ami de longue date, le golfeur Steve Stricker qui a joué avec lui lors de la dernière partie du dimanche à Isleworth « Je pense que son swing est meilleur ! Il semble bien plus à l’aise au moment du contact avec la balle.  Il a vraiment très bien drivé aujourd’hui”.

Idem pour Hank Haney, son coach pendant six ans et avant Sean Foley, renvoyé quand Woods a mis un terme à sa saison en août, l’entraîneur a aussi constaté l’amélioration.

« Ai-je une vision ou le swing de Tiger est juste dix fois meilleur que celui de ces dernières années ? Peu importe, les coups tapés par Tiger ce dimanche, certains de ces swings ont juste été les meilleurs qu’il ait tapé tout au long de ces cinq dernières années. Il ne lui reste plus qu’à régler son chipping défaillant. »

Et effectivement, Woods ne pourra pas ambitionner de remporter d’autres tournois, et certainement pas des majeurs en laissant échapper des coups comme il l’a fait lors du dernier week-end.

Un chipping à remettre en ordre

Il a manqué d’innombrables chips avec une régularité alarmante, et parfois en déplaçant la balle de seulement quelques centimètres ou pire, en l’envoyant très loin du trou.

Sans se réjouir pour autant, si même le grand Tiger Woods rate ce genre de coups, cela peut rassurer certains d’entre nous, sur le fait que même les golfeurs les plus talentueux peuvent se trouer.

Du point de vue de Woods, cette inconsistance au chipping est en fait le résultat du processus engagé de changement de son swing, et se voulant résolument rassurant, il devrait rapidement trouver la solution.

« Que ce soit le swing du putting ou celui du drive, c’est toujours le même swing, et donc la même séquence à organiser. Le tout, c’est de travailler au practice. J’ai juste besoin de travailler. »

D’humeur positive, son comparse, Steve Stricker s’est lui-aussi déclaré très confiant dans la capacité du tigre à régler le problème.

« Evidemment que son petit jeu, son chipping et son putting n’ont pas été à la hauteur de ses ambitions. Tiger a toujours été un joueur qui a d’abord essayé de mettre en place son jeu long pour ensuite adapter son petit jeu, et tout mettre dans le même tempo. Il va encore y arriver. » 

Une condition physique retrouvée

En dehors du swing de Woods, l’élément qui finalement restera comme le plus important de ce premier week-end de retour à la compétition, est bien la condition physique du joueur.

« Le fait de venir sur ce parcours, et jouer sans la moindre douleur est déjà en soi un gros progrès. »

C’est d’ailleurs un élément clé du retour de Woods au plus haut niveau qui durant sa période de domination était connu pour être un des plus gros bosseurs sur le tour.

« Je n’ai pas pu être en capacité de m’entraîner au practice comme j’aurai aimé pouvoir le faire, et autant que j’en avais l’habitude, car mon corps ne me le permettait tout simplement pas. »

Avant d’ajouter « Il y a eu tellement de fois où je devais compter le nombre de balles que je pouvais taper au practice, car au-delà d’un certain nombre de frappes, j’avais trop mal au dos. »

Débarrassé de ce souci, Woods semble donc prêt à revenir au meilleur niveau.

En conclusion, il semble bel et bien que le tigre soit sur la bonne voie pour retrouver son meilleur niveau.

Sa place de 18ème sur ce tournoi caritatif ne sera donc pas le principal élément à retenir, mais au contraire, pour la première fois depuis plusieurs mois, et même quelques années, il semble qu’un Woods en bonne condition physique, et avec un swing simplifié puisse remonter la pente…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1835
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.