Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Le jour où Tiger Woods a débuté sa 2ème carrière

Tiger-Woods-n-un-mondial-golf.png

Victorieux du tournoi de Bay Hill (Orlando) pour la huitième fois de sa carrière, Tiger Woods semble être redevenu aussi dominateur que par le passé, en plus d’avoir récupéré pour la 11ème fois son statut de numéro un mondial, mais avec quelque chose en plus !

Recordman ex-aequo du nombre de victoires sur le même tournoi du PGA Tour, Woods a égalé une performance qui n’avait pas été remise en cause depuis près de 50 ans.

C’est à la fois, le fruit de sa première carrière de golfeur professionnel, période 1999-2009 qui l’a vu devenir Tiger, mais aussi le début d’un renouveau (ère 2013 - …) pour un tigre assagi, et plus fort mentalement, après avoir traversé une période de doutes, de blessures et de ruptures, qui aurait pu anéantir ce géant du sport américain.

De nouveau numéro un mondial de l’Official World Golf Ranking (classement des meilleurs golfeurs professionnels dans le monde créé en 1986) après avoir perdu cette place fin octobre 2010, et après avoir chuté jusqu’à la 58ème place, Woods a admis que ce retour a été le fruit de beaucoup de travail, de patience, et de victoires en tournoi.

Et notamment 6 victoires entre mars 2012 et mars 2013, un total qu’aucun autre golfeur n’a été capable d’approcher de près ou de loin, pas même le tout juste déchu, Rory McIlroy, qui peut d’ailleurs reprendre son bien en s’imposant cette semaine à Houston (Shell Open).

En réalité, si déclic il y a eu, ce fut certainement plus tôt dans la saison Torrey Pines, où Woods a livré une démonstration pour s’imposer sans laisser aucune place au suspense.

Alors qu’en 2012, il avait déjà entamé sa remontée en s’imposant déjà à Bay Hill. Dans les semaines suivantes, il allait démontrer qu’il était capable du meilleur et du moins bon.

Comme par exemple, lors de l’US Open 2012, où après deux jours, on était porté à penser qu’il allait enfin gagner un majeur après près de quatre ans sans succès.

Pourtant, il n’en sera rien car il n’est pas parvenu à maintenir son niveau de jeu sur quatre tours d’affilés.

Or, ce qui semble bien avoir changé depuis février 2013, c’est cette nouvelle capacité à mieux gérer les moments délicats, le rendant encore plus régulier, et donc plus fort dans un sport où la régularité est le Saint-Graal du golfeur.

Avec déjà trois victoires en 2013, et deux consécutives (WGC-Cadillac Championship/Arnold Palmer Invitational), le Tiger Woods nouveau est arrivé !

Il ne perd quasiment jamais quand il part en tête le matin du dernier tour, et il vient encore de le prouver à Bay Hill, et malgré l’interruption du jeu entre dimanche et lundi.

Gestionnaire de son avance, il n’a laissé aucun concurrent revenir à moins de deux coups de la tête !

Son dauphin, Justin Rose, leader du premier tour a réalisé un grand tournoi, mais sans paraître en mesure de contester le leadership du tigre.

D’ailleurs, c’est l’anglais qui a émis le commentaire le plus intéressant au sujet de la victoire de Tiger : «Dimanche, Il a joué tous les coups comme il aime le faire. Son intensité dans le jeu est la même du jeudi au dimanche, et cela fait une grande différence au final. Il sait se mettre dans une atmosphère propice à la régularité. Pour la plupart d’entre nous, c’est un but à atteindre, alors que pour lui, c’est un savoir-faire. »

Dans le même temps, le partenaire du jour de Woods, Rickie Fowler n’a jamais été en mesure de refaire son retard.

Solide jusqu’au trou numéro 15, Fowler a finalement lâché prise au 16 avec un triple bogey pour cause de balle mise dans l’eau à deux reprises.

« J’ai bien joué et bien swingué toute la journée, j’ai rentré quelques bons putts pour essayer de lui mettre la pression, histoire de lui rappeler que j’étais là. Dommage que je me sois trompé de club au 16… »

Rickie Fowler termine son tournoi en 73 en 3ème position avec Mark Wilson, Keegan Bradley et l’espagnol Gonzalo Fernandez-Castano.

A l’inverse, Woods a géré avec beaucoup de sécurité pour arriver au 18 avec un avant-dernier putt de 22 mètres pour se laisser à quelques centimètres du trou, et aller serrer la main de Palmer, tout sourire.

La chasse au Masters 2013 est enfin ouverte pour Woods !

A quelques jours du Masters d’Augusta, Tiger Woods démarre une 2ème carrière, car les années noires (2010-2012) semblent derrière lui, et malgré une opposition de plus en plus forte, incarnée par Rory McIlroy, Woods paraît même encore meilleur que par le passé.

Plus expérimenté, plus fort, et plus humain, le nouveau petit ami de la skieuse Lindsey Vonn a déclaré ne pas s’être senti aussi bien depuis très longtemps avant d’aborder les greens d’ Augusta.

C’est la quatrième fois de sa carrière qu’il arrive au Masters avec déjà trois victoires dans sa besace (2000, 2003 et 2008), pourtant il n’a jamais gagné le Masters ces années-là ! Un mauvais présage ?

Car la deuxième carrière de Woods passe inéluctablement par des victoires en Majeurs, et le record de 18 succès détenu par Jack Nicklaus.

Archi favori du premier tournoi majeur de la saison qui débutera le 8 avril prochain, Woods a démontré, avec son doublé WGC-Cadillac Championship/Arnold Palmer Invitational, à quel point son jeu était très consistant, et à un très haut niveau.

De solides arguments pour ambitionner de rester numéro un mondial un long moment, et se rapprocher de tous les records, comme celui détenu par Sam Snead de 82 victoires professionnelles, et définitivement s’inscrire dans la légende comme le plus grand golfeur de tous les temps.

Le « quelque chose en plus », c’est en fait l’homme qu’il est devenu entre 2010 et 2012, et qui ne se cache plus, avec ses failles, mais aussi cette formidable capacité à se relever.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1821
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.