Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Le golf de Bourg-En-Bresse : La prime à l’accessibilité !

Le golf de Bourg-En-Bresse : La prime à l’accessibilité !

A l’échelle nationale, le nombre de licenciés golf ramené à la part de la population française est de seulement 0.7%. Le Golf de Bourg-En-Bresse a la particularité d’être un parcours de golf en pleine campagne, et paradoxalement collé à la ville. Prenant en compte ce paramètre, pour une ville de 40 000 habitants, le nombre de licenciés au golf de Bourg-En-Bresse est de 2.3%, soit trois fois au-dessus de la moyenne nationale ! Nous sommes allés enquêter sur place, et interviewer Carole Descombes, directrice du Golf de Bourg-En-Bresse, et ce, afin de connaître les raisons d’un tel engouement.

Découvrez nos formules d'abonnements

Les atouts du Golf de Bourg-En-Bresse

D’emblée, le golf de Bourg-En-Bresse mise sur la proximité, la simplicité et la convivialité pour dynamiser son parcours de 9 trous, situé Parc de Loisirs de Bouvent, à quelques minutes seulement du centre-ville.

Sans aucun doute, un cadre et une position exceptionnelle qui démontre une nouvelle fois que lorsqu’un golf est aussi proche d’une grande ville, l’attractivité de l’activité augmente mathématiquement.

Une bonne manière de tordre le cou à bons nombres de clichés sur le golf trop cher, trop long, trop loin, inaccessible pour les débutants, et de démontrer un premier argument pour agir en faveur du développement de la filière : Une sorte de proximité à la mode écossaise !

Il faudrait d’ailleurs plus d’initiatives de ce type en périphérie des villes de plus de 30 000 habitants !

Et pas nécessairement des parcours gigantesques puisque le modèle de Bourg-En-Bresse fonctionne très bien en neuf trous.

Bien entendu, la directrice, Carole Descombes, en poste depuis dix ans, ne serait pas opposée à l’agrandissement.

Ne serait-ce que parce que la gestion d’un parcours 9 trous est parfois deux fois plus compliquée qu’un 18 trous, notamment au niveau des départs, et de l’entretien d’un terrain forcément doublement plus fréquenté.

Des projets d’extensions ont même été imaginés dans la mesure où le lieu le permettrait, mais en l’occurrence, il semble bien que cette structure soit déjà suffisante pour « créer » des golfeurs.

Pour l’instant, la priorité est ailleurs.

Le club a souffert d’une tempête à l’été 2015 causant des dégâts irrémédiables au practice couvert.

Lors de notre visite, il avait déjà été totalement écroulé, et les premières tranchées réalisées en prévision de la prochaine structure.

Rien qui ne semble entamer la confiance et l’enthousiasme de la directrice qui n’imagine pas avoir autant de soucis à gérer en 2016 par rapport aux catastrophes naturelles de 2015, et en particulier, une tornade.

Caroles Descombes présente son parcours

Rien qui ne semble perturber l’engouement pour le golf par les pratiquants, et en particulier les nouveaux…

Nouveaux golfeurs qui sont vitaux pour la bonne santé de l’ensemble de la filière.

C’est l’occasion de saluer ici le travail des équipes du golf, qui justement contribuent à initier une petite centaine de joueurs, et joueuses chaque année.

On pourrait schématiser « grossièrement » l’affluence de ce golf en trois catégories : nouveaux joueurs, jeunes des écoles, et membres réguliers.

Comme partout, les golfeuses restent minoritaires, ce qui équivaut à peu près à 20% des effectifs du golf de Bourg-En-Bresse…

Moins nombreuses, mais très souvent sur le terrain car très assidues.

La force du club : Son ouverture sur la ville

Bourg-En-Bresse profite à plein d’être à côté du Parc de Loisirs, ce qui permet à de nombreux jeunes de passer devant le golf, et même par finir de passer le portillon, pour s’essayer à cette activité qu’il n’imaginait pas si accessible.

Ainsi des groupes de jeunes collégiens ou lycéens pratiquent souvent deux activités à Bouvent dont une part pour le golf.

A l’opposé de la pyramide des âges, et comme l’explique Carole Descombes, le golf jouit à plein de sa réputation d’activité bonne pour la santé.

Marcher en pleine nature de bon matin est même l’activité préférée des golfeurs et golfeuses seniors les plus assidues du club.

Il ne faut pas aller chercher très loin les raisons du dynamisme du golf de Bourg-En-Bresse.

Elles relèvent bien entendu de la proximité qui n’est pas un argument facilement déclinable pour les 700 structures en France. De même que l’espace à disposition, car ce golf pourrait être agrandi sans difficulté. Là-aussi, ce n’est pas déclinable partout.

Si le golf a besoin de clubs prestigieux pour faire rêver, il a surtout besoin de ce type de structure pour se rendre plus accessible.

Faire débuter, former et même faire évoluer des golfeurs qui pourront ensuite partir jouer dans d’autres golfs.

Le practice du golf de Bourg-En-Bresse

La directrice ne le dément pas. Certains membres finissent par aller tester d’autres parcours de la région, et même plus loin. Ce qui est une forme de réussite du processus d’initiation.

Le club-house n’est pas en pierre de taille du 17eme siècle, et ne se revendique pas un statut de club privé. D’ailleurs, par essence, il s’agit d’un club associatif loi 1901 géré en partie avec la ville.

Bourg-En-Bresse, à l’image du Golf de Miribel-Jonage près de lyon, joue un véritable rôle de tête de pont, entre d’une part des citadins qui n’oseraient jamais franchir les grilles d’un golf plus classique, et la pratique de ce sport idéal pour se dépayser et se détendre dans un cadre naturel.

Enfin, ce n’est pas parce que le golf est plutôt typé ouvert et accessible que le parcours se dompte facilement.

Accessibilité depuis l’extérieur, et difficultés du dessin sont deux choses différentes

Franck Madinier, le directeur sportif du club, n’a pas caché qu’il était plutôt difficile de jouer sous le par, en particulier pour les bons joueurs qui partent des boules reculées.

Au Printemps, quand les arbres sont recouverts de toutes leurs feuilles, le champ de vision et les possibilités d’attaques sur certains trous sont plus restreintes.

Pour avoir parcouru les neuf trous, à l’évidence, le terrain est assez vallonné, et les coups en pentes sont légions du fait de la nature bosselée de l’environnement.

Par 35, long de 2903 mètres, le record du parcours n’est jamais plus bas qu’une carte de score de 67 jouée sur deux passages.

Pour un neuf trous, la longueur des trous peut soutenir la comparaison avec des parcours 18 trous à l’image du numéro un, un par 4 de 419 mètres des blanches.

Le trou le plus long est le numéro deux, un par 5 de 493 mètres.

Et pour ce type de terrain, l’architecte du parcours n’a pas abusé des par 3 puisque le terrain n’en compte que deux.

Les deux tiers des trous sont en fait des par 4, parfait pour se challenger en termes de green en régulation.

L'accès au tee de départ du trou n°3

Le cadre est assez magnifique avec d’un côté le lac, et de l’autre la forêt.

Pour un parcours proche de la ville, vous n’êtes nullement troublé par les voitures ou les riverains, au mieux depuis le trou numéro 3, vous croisez des joggeurs, et des joggeuses qui courent autour du lac.

Tout le monde semble bien se marier dans un véritable environnement de détente.

Au moment de notre visite, nous avons croisé différents joueurs, des habitués comme des golfeurs venant de l’autre bout du département qui ne joueraient nulle part ailleurs, justement pour apprécier le côté simple du parcours.

Simple ne voulant pas dire simpliste, mais au moins accessible d’un point de vue technique, et de l’état d’esprit du club.

En résumé, c’est un parcours qui correspond à sa cible de clients : Du golfeur débutant au golfeur loisir.

Au golf, il est toujours très prétentieux de dire d’un golf qu’il est plus facile qu’un autre. Comme 99% des parcours en France, Bourg-En-Bresse propose son expérience du jeu. Le golfeur le plus avisé étant celui qui expérimente le plus de diversité.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1673
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.