Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Le Caddy Factor peut améliorer la performance d'un golfeur de 30%

Le Caddie Factor peut améliorer la performance des golfeurs de 30% !

Choisir le bon caddie pour jouer au golf peut être un facteur clé de succès pour un golfeur professionnel ! Partant de ce constat, une université anglaise vient tout juste de produire une étude qui en démontre les bienfaits. Décryptage des résultats, et ce que l’on peut en déduire pour un golfeur amateur.

Découvrez nos formules d'abonnements

Dans un passé récent, le double vainqueur de The Open, le véritable nom du British Open, Padraig Harrington a largement attribué ses succès à son caddie.

Notez que l’on peut écrire caddy, caddie ou alors en français, cadet.

Selon une étude de l’université de Loughborough, située dans le Leicestershire (Royaume-Uni), une bonne relation golfeur-caddie peut améliorer les performances du joueur de près de 30% sur le parcours.

Cette étude a été commandée par la banque HSBC, un des principaux sponsors de l’Open Britannique, pour mieux comprendre le lien entre le joueur et le caddie dans la performance au golf.

Ce résultat démontre l’importance du « deuxième homme » dans cette équipe. L’homme de l’ombre dont on parle si peux dans le monde du golf peut donc jouer un rôle déterminant pour son boss.

Cette étude aussi appelée « Comprendre la qualité et le fonctionnement de la relation golfeur-caddie » a aussi révélé d’autres points particuliers :

  • Plus le niveau de jeu est élevé, et plus la relation est forte
  • Les partenariats de longue durée ont tendance à être plus souhaités et plus profitables
  • Le fait de gagner resserre les liens entre le joueur et son caddie
  • Une communication réellement bilatérale assure le maintien d’une relation golfeur caddie de qualité
  • La règle des 4C (Closeness, commitment, complementarity et co-orientation) définit les bases d’une bonne relation golfeur-caddie. Comprenez en français : proximité, engagement, complémentarité et partage du même objectif.

Cette étude conduite par le Docteur Sophie Jowett, directeur de recherches à l’Université de Loughborough division école de sport, et sciences de la santé lui a fait dire « Il y a des preuves et des anecdotes qui soulignent l’importance de ce tandem et cette relation particulière que nous avons voulu évaluer d’un point de vue scientifique, pour mesurer réellement la contribution du caddie à la performance du professionnel de golf. Nous l’avons appelé le caddie factor. »

Avant de poursuivre « Sur la base des feedbacks de nos participants, nous avons été capable de déterminer que le bon caddie peut apporter un gain de performance parfois supérieur à 30% par rapport à une relation caddie golfeur quelconque ou non fonctionnelle. Le caddie peut galvaniser, motiver et supporter le joueur. Et plus la relation est intense entre les deux partenaires, et plus le niveau de performance monte. »

« Les deux membres de l’équipe, caddies et golfeurs ont le sentiment qu’une relation longue et de confiance peut les aider à atteindre leurs objectifs. »

Jim Furyk ou Phil Mickelson sont de ce point de vue des exemples de golfeurs qui font confiance à leurs cadets depuis de très longues années, et n’imagineraient même pas en changer.

A l’inverse, de toutes les ruptures qu’a consommé Tiger Woods depuis 2008, celle qui lui a sans doute été la plus préjudiciable fut celle avec Steve Williams, le caddie avec lequel, il a remporté la plupart de ces grandes victoires.

Et depuis la fin de leur collaboration, Tiger Woods n’a toujours pas été en mesure de remporter à nouveau un majeur, alors que Williams a déjà retrouvé le chemin du succès, en remportant le Masters 2013 avec son nouveau boss, Adam Scott.

Sophie Jowett ajoute « Un total de 67% des golfeurs et caddies interrogés ont déclaré que l’atteinte d’objectifs et de succès pouvaient encore resserrés les liens entre joueurs et cadets. »

Espérons que Victor Dubuisson trouve rapidement le chemin de la victoire avec son nouveau cadet, Tom Ayling, et qu’il s’inscrive lui-aussi dans cette même dynamique.

A lire les résultats de cette étude, Dubuisson a certainement eu raison de choisir un nouveau cadet qui parle la même langue que lui, et qui en plus, fait partie des étoiles montantes du métier, reconnu par de très nombreux pros dans le milieu, selon nos sources.

Pour aller plus loin dans les résultats de l’étude, Sophie Jowett explique la règle des 4C, un élément qu’elle considère comme fondamental dans un partenariat réussi.

« La proximité implique la confiance, le fait que les deux parties s’apprécient, et le respect. L’engagement est plus quelque chose en relation avec une orientation à long terme. Un véritable choix de carrière pour le joueur comme pour le cadet. La complémentarité est plus en lien avec le fait que chacun accepte quel est son rôle, soit ouvert à l’autre, et à l’écoute. Sans surprise, la communication est très importante, surtout quand il s’agit de penser une stratégie pour jouer au golf, choisir le bon club, ou choisir le bon coup à jouer sur le parcours. »

L'exemple de Padraig Harrington et Ronan Flood

Alors que l’Irlandais Padraig Harrington n’est pas au mieux dans ses performances actuelles sur l’European Tour, il n’a jamais remis en question la valeur de son caddie.

Padraig Harrington au practice de l'Alstom Open de France 2014 sous les yeux de Ronan Flood

Le double vainqueur de l’Open Britannique en 2007 et 2008 a même déclaré « C’est très simple. En 2007, c’est Ronan Flood, mon caddie, qui m’a fait gagner The Open ! ».

Avant d’ajouter « Sur la journée du dimanche, au départ du 18, je tape mon coup de départ dans l’eau. Après ma pénalité, je tape à nouveau mon troisième coup dans l’eau, et là, je me dis vraiment que j’ai perdu l’Open. Je devais marcher une centaine de mètres jusqu’à mon prochain coup, et pendant ce laps de temps, Ronan m’a parlé. Il m’a dit tout un tas de clichés sur ce que je devais faire après. Sur les premiers mètres, je n’avais qu’une envie : l’étrangler. Sur les mètres suivants, j’ai commencé à l’écouter, et au moment d’arriver à la balle, je croyais en ce qu’il me disait. J’étais dans la « zone », ce moment très spécial qui arrive pas si fréquemment, et où on peut jouer au maximum de ses capacités. »

Padraig Harrington vante ici les mérites de son caddie pour l’avoir sorti d’un moment où son esprit était négatif, pour finalement le ramener dans le jeu, peu importe le coup précédent.

Plus que de porter les clubs, le cadet a une fonction de motivateur, et presque de coach, sans pour autant se permettre de donner des conseils techniques.

C’est déjà un aspect du job de caddie que nous avions abordé lors d’un précédent sujet consacré à Tom Ayling, le nouveau cadet de Victor Dubuisson.

Pour Harrington, Ronan Flood l’a réellement remis en selle en lui faisant confiance au moment crucial « A ce moment précis, j’ai tendance à croire que Ronan a fait la différence avec n’importe quel autre caddie. Moi je croyais que j’avais perdu The Open, mais mon caddie, lui, croyait en moi. Tout est question de se créer sa propre réalité sur le parcours. Il s’agit d’être sur la même longueur d’ondes, et d’avoir un cadet qui vous donne un retour ou une opinion qui vous modère dans votre jugement, surtout quand vous-mêmes, êtes négatif. La situation la plus idéale est quand les deux pensent la même chose, et par exemple, sur le choix du même club. Par contre, si ce n’est pas le cas, il faut le dire. Quand vous êtes en harmonie, vous savez ce que l’autre pense, et tout devient plus facile. »

infographic.jpg

En commandant cette étude, HSBC a voulu profiter du British Open de golf pour mettre en valeur la fonction du caddie, et démontrer en quoi le duo était une véritable équipe, alors que golf est considéré comme un sport individuel.

Que faut-il en retenir pour un amateur?

Pour un golfeur amateur, il est beaucoup plus rare de pouvoir faire appel aux services d’un caddy sur le parcours, surtout pour une partie amicale ou même un tournoi.

Pourtant, si vous avez l’occasion et que vous avez envie de vivre cette expérience, essayez un jour de porter le sac d’un de vos amis golfeurs pour regarder le parcours sous un autre angle…à savoir celui d’un autre joueur que vous.

  • Pour le joueur, le fait de ne pas être seul sur sa partie, et même de pouvoir demander un avis extérieur, peut-être une formidable opportunité de se challenger, et de gagner en confiance.
  • Pour le cadet, c’est une occasion de sortir de son jeu pour voir le parcours d’une manière différente,  d’apprendre, et en fait pour les deux, de partager quelque chose de passionnant.

Le cadet apporte bien plus qu’un confort pour porter le sac. Cela dépasse ce cadre pour aller bien au-delà, et notamment sur la confiance, et la réflexion autour des coups à jouer.

L’idéal étant d’alterner. A  savoir, celui qui a caddeyé, devient à son tour le joueur, et les rôles s’inversent.

Cela ne coûte pas cher, et peut être une source de progrès incroyable pour son propre jeu. Je l’écris en connaissance de cause…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2682
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.