Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

La profession d'enseignant de golf de plus en plus précaire dans un secteur en difficulté !

golf-en-crise.jpg

La crise n'épargne pas le monde du golf ! Vous ne trouverez pourtant personne pour vous dire que les ventes reculent ! Que ce soit du côté des fabricants, des distributeurs, des pros ou bien des parcours de golf... 

Découvrez nos formules d'abonnements

L'hiver rigoureux qu'on connait actuellement sur la France ne gèle pas que les golfeurs, il gèle aussi le porte-monnaie ! Il ne fait pas un temps à mettre un golfeur dehors, et encore moins à acheter du matériel de golf, réserver un parcours ou prendre un cours de golf.

Pour les plus fanatiques, il reste la Wii et l'énième version de Tiger Woods « The Masters 2012 » ou bien alors se rendre dans un club équipé d'un simulateur indoor.

L'activité golf est plus que ralenti en France.

On n'en parle d'ailleurs pas assez souvent dans les médias, mais les activités saisonnières sont souvent très menacées par les conditions climatiques hors normes.

Avec la neige, certains golfs voient leurs chiffres d'affaires diminués de 50 à 70% sur le mois de février 2012, et cela, après des mois de décembre 2011 et janvier 2012 qui avaient déjà été plutôt mauvais.

L’activité économique d’un golf est parfois très fragile : les coûts d’entretiens sont très importants, et beaucoup de parcours ont déjà en temps normal des difficultés à équilibrer les comptes entre dépenses et recettes !

Tous les golfs en France ne sont pas logés à la même enseigne, et il en va de même pour les enseignants !

Jusqu’en 2003, 30 élèves moniteurs était diplômés sans que le marché ne souffre réellement d’une pénurie de professionnels enseignants !

Aujourd’hui, 100 élèves sortent tous les ans de formation, et de nouvelles filières devraient porter le nombre de diplômés à 130 dans les prochaines années !

Cette augmentation de jeunes pros pénalise sérieusement l’emploi dans le domaine du Golf qui n’arrive pas à suivre la cadence.

On peut aisément comprendre qu’il y ait beaucoup de vocations pour devenir PRO, c’est un métier particulièrement attirant pour les jeunes et bons joueurs de golf. Cependant, on est proche de la surchauffe !

Bien gagner sa vie pour un enseignant de golf est loin d’être évident, si aujourd’hui 3% des pros gagnent 50 000 euros ou plus par an, les autres 97% en sont très loin.

L’arrivée massive de nouveaux diplômés, la stagnation des licenciés provoquent une situation déséquilibrée pour la profession.

La France du golf qui va accueillir la Ryder Cup en 2018 a du mal à joindre les 2 bouts !

Un tel événement et surtout à une date encore lointaine ne suffira pas à remettre l’économie du golf en bon état de marche.

Pour les PROS, à la crise économique qui touche sévèrement le golf, s’ajoute une mutation structurelle profonde.

Traditionnellement exercée de manière libérale, l’arrivée massive de nouveaux diplômés fait évoluer le métier d’enseignants vers un statut salarié. 

Cette tendance est confirmée par la politique des chaînes de golf :
- Baisse importante du salaire des enseignants (en moyenne 1800€ brut/mois),
- Possibilité de rendre l’enseignant polyvalent,
- Disparition de nombreux postes indépendants (Perte de 40 postes libéraux sur 3 ans en IDF).

Pour l’enseignant la seule possibilité outre la reconversion, est d’être acceptée par un club ayant déjà plusieurs enseignants libéraux, risquant ainsi de diluer la clientèle de chacun.

 «Il était donc nécessaire d’envisager d’autres systèmes», assure Renaud Poupard, fondateur du réseau Icigolf.

Celui-ci propose le maintien du statut libéral pour la  profession d’enseignant.

Le statut d’indépendant est :
- Pour les élèves, la garantie de confier leur progression a un enseignant stable et  responsable à 100% de la gestion de sa vie professionnelle,
- Pour le club, avoir un enseignant plus présent et performant,
- Pour le pro, une plus forte motivation puisque l’amélioration de sa situation dépend directement de sa performance d’éducateur.

C’est ainsi qu’en 2010, le réseau de professionnels Icigolf* voit le jour. Autour de Renaud Poupard, indépendant depuis 2003, un groupe de professionnels décident de créer le 1er réseau d’enseignants de golf en France. Il s’agit de proposer aux enseignants indépendants de pérenniser leur situation dans leur cadre habituel professionnel PGA France.

Cependant, si cette initiative est intéressante, car elle vient du « terrain » et qu’elle tente d’apporter une réponse aux enseignants. Pas sûr que cela suffise à donner du « boulot » aux Pros comme aux clubs !

Le golf est traversé par 2 crises !

D'une part, une crise de croissance de son activité, et d'autre part la crise économique mondiale qui freine les dépenses des ménages français pour toute l’industrie des loisirs dans son ensemble !

La crise de croissance apparaît après à un fort développement du golf au milieu des années 2000. Le secteur du golf a parfaitement tiré parti des 35 heures, alors qu’aujourd’hui, il souffre du gel des salaires induits par cette même loi pour les cadres mais pas seulement !

situation-financiere-du-golf-precaire.jpg

Cependant, la crise économique larvée que connait la France depuis le début des années 2000 ne suffit pas à expliquer le golf patine alors que des sports plus coûteux comme l’équitation ont le vent en poupe y compris en 2011 !

Le nombre de licences dans l’équitation a explosé (687 000 en 2010) alors que dans le même temps, les licences de golf commencent à stagner.

Et pourtant, le budget moyen d’une saison pour un cavalier est nettement supérieur au budget moyen d’un golfeur !

Le golf n’est pas le sport le plus cher, bien au contraire !

L’exemple de l’équitation est intéressant, car il est révélateur de 2 problèmes que le golf français peine à résoudre depuis 10 ans :

•    Son ouverture vers l’extérieur : La qualité de l’accueil des débutants ou des non-initiés par tous les professionnels du golf ! Par exemple, on ne peut pas dire que les clubs fassent preuve de beaucoup d’enthousiasme au moment de s’investir dans des événements comme « tous au golf » !
•    Le relatif faible intérêt des femmes pour le golf, et ce malgré quelques timides progrès notés par la FFG depuis 10 ans (à peu près 30% des licences sont détenues par des femmes). Mais cela reste très insuffisant pour doper le nombre de licences !

Et oui, les femmes sont l’avenir du golf français et le prix n’est pas le seul levier sur lequel il faut jouer !

Le golf français n'a pas su s'ouvrir suffisamment rapidement pendant les années de vaches grasses, et doit sérieusement rajeunir son image et adopter des méthodes de fonctionnement et commerciales plus dynamiques !

Un exemple significatif qui aurait du choquer le monde du golf : l'arrêt du trophée Lancôme au début des années 2000, au motif que l'image du golf pour la marque était jugée vieillissante !

L’industrie du golf français, clubs, fédérations, pros, fabricants, distributeurs et médias ont sérieusement intérêt à se mettre autour d’une table pour relancer le développement du golf en France, car l’optimisme et le potentiel existe, à conditions de ne pas s’écouter parler, et de s’ouvrir aux autres !

Pour les PROS, il faut effectivement se poser la question du nombre d'enseignants, mais aussi, pour le coup, la question du prix (une leçon de golf coûte en moyenne 50 euros contre 35 euros pour un leçon de tennis), et quelques-uns ont trop tiré sur la corde des stages de golf - vacances au bord de la mer dans des pays exotiques.

Pour être plus positif et juste, saluons une profession composée d'enseignants expérimentés, qui aiment leur métier à la fois pour le golf mais aussi pour la pédagogie !

A titre d'exemple, le parcours d'un enseignant comme Michel Delbos (PRO au golf du Beaujolais) mérite d'être souligné.

En véritable professionnel, il ne s'avoue jamais vaincu pour chercher avec vous des solutions pour améliorer votre jeu et votre swing, même dans les cas les plus désespérés (on pense à nous), quitte à utiliser des méthodes d'enseignements créatives et originales !

Bon nombre de pros ont des opportunités à trouver dans le développement de leur métier, à commencer par le fait qu'il est impossible pour un golfeur débutant de bien jouer au golf sans prendre des cours !

Peut-être que pour relancer le secteur du golf, il faudrait commencer par là ?

* le réseau Icigolf compte déjà 45 adhérents répartis sur 40 sites de Golfs en France (dont 14 en Ile-de-France).

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 6618
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.