Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

KNC: Wie et Thompson répondent à Paulina Gretsky et Golf Digest

knc-2014.jpg

En pleine polémique initiée par la couverture du magazine américain Golf Digest consacrée à la plantureuse Paulina Gretsky, qui selon la LPGA et la majorité des golfeuses professionnelles offensent l’image de la femme sportive. Pour la première levée du Grand Chelem 2014, Michelle Wie et Lexi Thompson apportent une brillante réponse de sportives qui refusent d’être cataloguées comme de simples bimbos ! 

Le golf est-il un univers très/trop masculin ? 

A la tête des principaux médias de golf, nous retrouvons des hommes, et souvent des hommes âgés, dont la vision du sport, de la femme, et de la féminité peut se résumer à un bikini, et une grosse paire de seins, réfutant des années d’émancipation des femmes…des golfeuses pour s’élever au niveau des hommes, et parfois de les dépasser. 

En l’occurrence, il n’y a pas encore eu de revue golfique féminine qui ouvre son magazine par la une d’un play-boy dénudé avec pour seul vêtement un club de golf ! 

Pour ceux qui ont eu la chance d’assister à des tournois de golf professionnels en Europe ou aux Etats-Unis, ils ont sans doute été frappés de retrouver la même exigence, la même intense concentration, la même pression mais deux différences majeures : les hommes expriment de la puissance du tee au green…les femmes expriment de la grâce ! 

Et les deux attitudes sont belles à voir, ce qui signifie bien que le golf féminin apporte énormément au golf tout court.

La grâce d’un swing féminin élève la beauté du sport 

Certes, Paulina Gretsky, la « girlfriend » de Dustin Johnson est sans doute l’une des plus belles femmes du monde, bien que la fille du très grand champion de hockey sur glace, Wayne Gretsky, ne soit que très peu familière du golf, et surtout d’un swing de golf, et bien qu’il ne faille pas non plus tomber dans l’excès inverse d’un trop grand puritanisme (elle ne pose pas nue), Michelle Wie et Lexi Thompson ont largement permise au monde du golf de se reconcentrer sur l’essentiel : le sport ! 

A l’aube du quatrième et dernier tour du Kraft Nabisco Championship 2014, premier majeur de la saison de golf féminin professionnel, les deux jeunes femmes sont en tête à -10, après avoir parfaitement déjoué les pièges du parcours de Rancho Mirage, première pierre du combat d’une célèbre féministe, Dina Shore. 

La preuve qu’il n’est pas toujours nécessaire pour des golfeuses de se mettre à nue pour attirer l’attention sur leur sport. 

Les deux américaines aux profils si différents, mais qui ont en commun d’être deux grands espoirs du golf féminin de leur pays, vont former une dernière paire de rêve ce dimanche, pour faire monter l’intensité d’un final de majeur au Missions Hills Country Club.

Plus fort que la couverture du Golf Digest de Mai, Michelle Wie et Lexi Thompson ont déjà délivré une leçon de golf, en attendant le final. 

Paulina Gretsky en pleine forme dans le numéro spécial fitness du Golf Digest de Mai

Un duel de filles sur le Poppy’s pond

Depuis quelques saisons, le golf féminin a pris une certaine dimension, notamment en proposant des histoires de rivalités qui concourent à construire le prestige d’un sport. 

Souvenez-vous du bien fait de la rivalité Chris Evert-Martina Navratilova pour le développement du tennis. 

Le match qui s’annonce entre Wie et Thompson s’inscrit dans cette logique. 

  • A 24 ans, Michelle Wie, trop souvent comparée à Tiger Woods comme une jeune prodige a enfin une chance d’atteindre son rêve, alors que l’on finissait par douter de son potentiel réel. 
  • A 19 ans, Lexi Thompson est quant à elle toujours considérée comme un phénomène qui pourrait devenir la future star du tour, statut que n’a toujours pas atteinte sa rivale plus âgée. 

Et au-delà des phrases faciles, les deux jeunes femmes ont surtout démontré leurs talents sur le parcours avec un très haut niveau de jeu, ce que parfois, nous pouvions encore reprocher aux filles par rapport aux garçons, notamment lors du dernier Evian Championship, où le niveau global affichée nous avait un peu laissé sur notre faim. 

Déjà à moins dix, sur un parcours qui n’a pas la réputation de se laisser faire, Michelle Wie et Lexi Thompson n’ont pas pour autant tuer toute forme de concurrence, puisque la jeune et talentueuse Charley Hull (66), et Se Ri Pak qui sont seulement à deux coups derrières.

Interrogé après le troisième tour, Lexi Thompson a admise à propos de Wie «  Nous avons toutes les deux le même jeu. Nous avons tendance à frapper fort sur le tee. Je ne sais pas encore si nous allons beaucoup discuter, mais ce sera certainement une grande journée de golf. »

A l’inverse, Michelle Wie ne joue pas nécessairement sur son point fort, elle qui est un peu la Bubba Watson du drive sur le LPGA Tour,  mais au contraire, elle démontre une très grande précision dans son jeu depuis le tee, reprenant à son compte, la tactique d’un illustre modèle au sommet de sa forme, Tiger Woods qui avait remporté son dernier British Open avec une série de coups de Bois 3, et de coups de fers chirurgicaux.

Michelle Wie à son meilleur niveau

Pas le moindre bogey sur sa carte de samedi, et elle a prise 16 greens en régulation sur 18 possibles, ce qui lui a permis de se trouver en tête du tournoi après 54 trous, ce qui ne lui était plus arrivé depuis l’US Women’s Open de 2006 au Newport Country Club.

Michelle Wie joue la précision à Rancho Mirage

En revanche, ces déclarations de fin de journée, laissent entrevoir un relatif point faible « Je me sens nerveuse. Je ne vais probablement bien dormir cette nuit. Quand vous voulez quelque chose de manière aussi intense, quelque chose que vous avez rêvé toute votre vie, vous devez justement essayer de ne pas y penser, et d’être le plus normal possible. »

Plus jeune mais aussi plus sûre d’elle, Lexi Thompson affiche plutôt de la confiance « J’ai travaillé pour cela toute ma vie. »

Lexi Thompson cogne comme jamais

Et effectivement, malgré ses 19 ans, cela fait déjà sept ans que l’américaine joue des majeurs, puisqu’elle fut la plus jeune joueuse de l’histoire à se qualifier à l’US Women Open à Pine Needles, et la plus jeune joueuse à remporter un tournoi du LPGA Tour, le Navistar Classic à l’âge de 16 ans.

Bien qu’elle ait très bien joué sur le troisième tour, Lexi Thompson aurait pu faire encore mieux, en manquant trois putts de moins d’un mètre cinquante, ce qui en dit long sur son potentiel.

« J’ai manqué quelques putts pour birdie, et j’aurai voulu faire mieux. Mais, globalement, j’ai joué de manière plutôt solide. »

Avec son jeu très spectaculaire, et sa puissance au drive très comparable à celle d’un homme, elle est parvenue à toucher 15 greens en régulation.

Lexi Thompson, le bombardier du LPGA Tour

Opposition de styles pour un très beau final sans bikini

Concernant Michelle Wie, il s’agit plutôt d’une renaissance pour la protégée de David Leadbetter.

Une victoire ce dimanche lui permettrait de boucler la boucle, elle qui a disputé son premier majeur à l’âge de 13 ans au…Kraft Nabisco Championship , à 14 ans, elle terminait quatrième, et à 16 ans, elle manquait de très peu l’occasion de l’emporter avant de finir troisième.

La carrière de Wie n’a pas tourné comme elle l’aurait espéré, ne remportant à ce jour que deux victoires sur le LPGA Tour, alors qu’on lui promettait un palmarès à la Woods.

Après plusieurs blessures, cela ne fait réellement que six mois que la championne revient à son meilleur niveau.

Avec un coup de retard sur la tête du tournoi samedi, Wie n’a pas mis longtemps à faire preuve de détermination, un trou lui a suffi pour faire birdie, et se porter en tête.

Bien qu’elle ait fait le choix de ne pas trop taper le driver cette semaine Mission Hills, elle touche un grand nombre de fairways et de greens. Sa frappe de balle n’a jamais été aussi bonne depuis des mois.

Ce dimanche, c’est donc bien deux tactiques différentes qui vont s’affronter pour remporter un premier majeur.

Thompson qui est l’une des plus longues cogneuses du LPGA Tour bénéficie du fait que les roughs ont été descendus pour prendre plus de risques, alors qu’à l’inverse, Michelle Wie assure.

Tous les ingrédients pour un très beau finish au Kraft Nabisco Championship, et le tout sans avoir besoin de mettre les joueuses en bikini… 

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2957
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeuse, je joue au golf en tant que loisir. J'apporte ma contribution en faveur des lectrices du site jeudegolf.org sur des sujets autour de la mode, des relations sociales, et de tout ce qui peut concerner les filles au golf !!!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.