Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Kevin Stadler : French connection au National pour L’Alstom Open 2014

stadler-1tour-open-france-2014.JPG

Kevin Stadler, guest-star de l’Alstom Open de France 2014 a pris les commandes du tournoi francilien après un premier tour joué en 64. Sous une chaleur intense, l’américain a parfaitement déjoué les pièges du Golf National, pour créer la première surprise d’une journée qui n’a pas forcément souri à tous les français.

Débonnaire, l’américain de 34 ans et 110 kilos a réussi ses débuts à Paris sur le parcours de la Ryder Cup 2018, où l’équipe Américaine viendra se mesurer aux Européens de Dubuisson, Kaymer et McDowell.

Chaque année, la fédération française de golf arrive à convaincre un américain de venir jouer à Paris, en prévision de cet événement.

Stadler a remporté cette année le WMPO à Phoenix, ce qui lui a ouvert les portes du Masters d’Augusta, et l’opportunité de se faire un prénom, lui qui est un « fils de »* sur le tour.

*Stadler étant en effet le fils de Craig Stadler, un ancien vainqueur de majeur sur le PGA Tour.

Atypique comme son père, Kevin Stadler avait tout pour séduire Jean Van De Velde, en charge des relations avec les joueurs sur le tour, et grand artisan de cette venue.

Si on n’attendait pas Stadler à un tel niveau alors qu’il découvrait ce jeudi le parcours de Saint-Quentin-En-Yvelines, on aurait espéré mieux pour bon nombres de français, qui eux connaissent le parcours par cœur.

Les français dans le dur sous un soleil de plomb

A commencer par Victor Dubuisson qui a connu une journée difficile ou plutôt un début difficile.

En plus quatre après deux trous, Victor va finalement terminer sa journée à plus cinq au fin fond du classement général.

Comme quoi, les coups perdus au début de sa partie ont lourdement pesé sur sa journée. (Voir notre article complet sur ses débuts dans la peau d’un favori).

Vendredi, Dubuisson devra sortir du grand jeu pour espérer passer le cut.

Précisons que c’est plutôt son petit jeu spectaculaire démontré lors du dernier championnat du monde de match-play qui est attendu par les spectateurs.

Sur les 28 tricolores engagés, soit l’un des plus gros contingents sur ce tournoi de l’European Tour, les autres français que l’on attendait comme Raphael Jacquelin ou Gregory Bourdy n’ont pas forcément pu faire beaucoup mieux.

Très frustrant ce triple au 17 pour le lyonnais qui loupe trois putts après avoir eu une opportunité de birdie

Conséquence de son quatre-putts, il sort du trou avec tout à refaire.

A la faveur d’un birdie au 18 qui rattrape quelque peu, Jacquelin boucle son premier tour en 75 à la 108ème place.

Sans cet accident sur l’avant-dernier trou, le français était en bataille pour jouer sous la 70ème place, et se positionner tranquillement pour le cut.

Dire que sous nos yeux, les trois putts manqués étaient à moins d’un mètre cinquante !

Cruel golf qui peut partir en vrille sur l’espace de quelques instants, et compliquer la carte de toute une journée.

Et que dire du placide Gregory Bourdy dans le PAR au départ du 15, et qui termine sa partie sur les rotules avec trois bogeys sur les quatre derniers trous.

A l’heure où nous l’avons croisé sur le parcours, il est vrai que la chaleur est montée à plus de 28 degrés, alors que la configuration du terrain est plus comparable à un links, sans aucun point d’ombre, mis à part sur la butte du green du 16.

Dans le PAR, Bourdy aurait été idéalement placé dans le top30.

En plus deux, il ne devra pas perdre de coup sur le deuxième tour pour espérer passer le cut.

Les meilleures prestations de la journée sont à mettre au compte d’Alexander Levy et Victor Riu qui terminent respectivement 9ème et 6ème en moins deux et moins trois.

Autre français à avoir animé le haut du leaderboard, Raphael Marguery, joueur de la Boulie a pointé un temps dans le top-10 pour terminer à une très belle 15ème place.

Au sortir de son parcours, le joueur de l’Alps Tour déclarait sur sa page Facebook « Très bonne première journée T-15: -1 .mon jeu est vraiment en place et j'en ai sous le pied pour les prochains jours »

Mise à part, ces solides prestations, on retrouve donc 12 français au-delà de la centième place de cet open national.

Encore un tour à jouer pour passer le cut

Vendredi, il faudra faire mieux pour assurer une présence sur le week-end sur un parcours, qui est toujours conforme à sa réputation de difficulté.

Si la météo annonce un temps lourd mais couvert, la pluie pourrait ajouter à la difficulté concernant les longueurs à parcourir pour se poser sur les greens.

En revanche, les greens pourraient être plus souples, et donc moins impitoyables, comme au 17, où la moindre balle trop courte est rejetée en bas du green, mésaventure qu’a connu Padraig Harrington, lui aussi dans le dure sur cette première journée.

Après son approche de green manqué, l’irlandais a loupé son chip pour un mauvais rebond qui le prive de roule.

Cet exemple, pour dire que le National ne pardonne rien, et met en valeur, la très belle performance de Kevin Stadler qui lui aussi a souffert de la chaleur, mais a construit sa performance avec régularité.

Moins suivi que Dubuisson, Stadler a tout de même impressionné le public pour sa force de frappe qui rappelle un certain John Daly, dans le même genre de gabarit

Un rare moment de solitude sur le parcours pour Dubuisson

De cette première journée, on retiendra aussi le coup de sang de José Maria Olazabal au départ du quinze après un coup de bois 3 mal  contacté, la partie dans le PAR de Nicolas Colsaerts après des semaines difficiles, l’omniprésence du public autour de Dubuisson, et aussi la très belle carte de Marcel Siem qui a longtemps occupé la tête du tournoi avant d’être détrôné par Stadler.

L’Allemand, deuxième en moins six, ancien vainqueur du tournoi n’a visiblement pas envie de manquer le cut, histoire d’être plus tôt devant la télé pour regarder France-Allemagne.

Sort qui pourrait en revanche concerner pas mal de nos bleus sans un sursaut…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2012
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.