Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Justin Thomas: Le premier champion des champions en 2017

Justin Thomas: Le premier champion des champions en 2017 - crédit photo : Mark Newcombe

A l’occasion du SBS Tournament of Champions, disputé sur le parcours de Plantation à Kapalua, le jeune prodige américain, Justin Thomas, 23 ans, a remporté le premier grand tournoi de la saison 2017. Il devance Hideki Matsuyama de trois coups. Les deux golfeurs sont les hommes forts du moment. Thomas qui avait la main sur le tournoi depuis le troisième tour a pourtant connu des sueurs froides sur le dernier tour. Manquant de dérailler à quelques trous de la fin de sa partie, un facteur clé de succès l’a remis en selle. Découvrez lequel...

Découvrez nos formules d'abonnements

Le tournoi des champions, traditionnel rendez-vous de début de saison joué à Hawaii dans un climat qui ferait rêver la plupart des golfeurs européens en plein mois de janvier, permet aux 32 golfeurs qui ont remporté au moins une victoire l’année précédente de s’affronter pour savoir qui est le champion des champions.

Justin Thomas, membre du PGA Tour, est voué à un grand avenir pour la plupart des observateurs. Vainqueur du CIMB Classic en Malaisie fin 2016, Thomas a gagné son droit de jeu pour Plantation Course en battant notamment Hideki Matsuyama, le joueur le plus en forme du moment.

Le tournoi de Kapalua a d’abord permis à Jimmy Walker et Ryan Moore de se mettre en évidence.

Pourtant, dès le troisième tour, le scénario du duel Thomas-Matsuyama s’est remis en place. Au soir du troisième tour, le japonais n’avait que deux coups de retard sur l’américain, et nous pensions que nous aurions à écrire un sujet sur le japonais bondissant ce lundi.

La façon dont vous remportez un tournoi en dit parfois long sur votre personnalité…

Thomas a d’abord parfaitement maîtrisé son aller avant de manquer de complètement dérailler.

Son début de journée aurait dû lui rendre les choses plus faciles. L’un des plus puissants swings du circuit américain avait réussi trois birdies sur l’aller pour tenir à distance le japonais.

Les choses ont commencé à se corser au dix quand Thomas a eu besoin de quatre putts pour terminer le trou.

A partir de là, la fin du tournoi a ressemblé aux dernières minutes d’une prolongation d’un match de football à enjeu.

Matsuyama a d’abord commencé par un eagle au 14 auquel Thomas n’a pu répondre que par un birdie.

Sur le trou suivant, Thomas a tapé un fer 4 en hook mal contrôlé pour prendre un obstacle, et à nouveau sortir du trou avec un double.

Au pied du mur ou plutôt du backtee, Thomas s’est mis en tête de redresser la barre.

En marchant vers le départ du 17, le pro s’est tourné vers son cadet en lui disant que tout ce qui avait été accompli cette semaine n’avait servi qu’à se placer en position de gagner, et que tout restait à faire.

Et effectivement, tout s’est joué sur cet avant-dernier green quand Matsuyama a eu besoin de trois putts à huit mètres du drapeau pour rentrer, alors que Justin Thomas planta le drapeau pour un birdie putt.

Il n’avait plus qu’à filer vers sa troisième victoire sur le circuit et un top-15 mondial.

justin-thomas.jpg

Cette victoire en dit long à la fois sur les capacités techniques d’un des futurs leaders du circuit, et ses capacités mentales pour se remettre dans le bon sens de la marche.

Très talentueux, son jeu à Kapalua n’a pas été aussi consistent que l’on aurait pu l’imaginer. Son swing n’est pas en cause, en revanche, sa capacité à soutenir la pression a été mise à l’épreuve.

Le point qui est important à retenir de ce tournoi, de cette victoire, de cette prestation de Thomas, c’est justement son attitude après son plus mauvais coup de la semaine, sur le 15.

A ce moment précis, et après l’épisode du 10, Thomas aurait pu se laisser aller à la frustration, et cela en aurait été fini de ses chances.

Au contraire, dans une situation embarrassante, il n’a laissé transpirer aucun signe négatif, aucune impatience.

Il n’a rien dit, et a juste continué à jouer. Un an et demi plutôt, selon l’avis de son cadet, il y aurait eu plus d’émotions, et une sorte de mini-tempête dans sa tête. Ce dimanche, sa tête a été tranquille toute la journée, bon ou mauvais coup…

Un élément à contribuer à cette différence d’attitude et cette maturation salutaire : le fait d’avoir déjà gagné.

Ses deux premières victoires sur le tour ont servi à le rendre plus zen dans les situations chaudes.

Ce qui l’a installé dans un costume de joueur confirmé. Souvent comparé à son ami, Jordan Spieth, ce qui n’est pas toujours juste tant Spieth a maturé vitesse grand V, et comme peu de golfeurs avant lui, Thomas, à 23 ans, semble déjà démontrer une certaine forme de maturité.

La frustration de voir ses copains, des joueurs de sa génération, bien jouer, mieux jouer lui a mis une grosse pression au cours des deux dernières saisons. Il se sentait à leur niveau, mais n’arrivait pas à transformer son potentiel en concrétisation.

Sa victoire en Malaisie a agi comme un déclencheur. A partir de là, il s’est senti dans la peau d’un champion. Quel sera le prochain bénéfice de cette nette victoire à Kapalua ?

La course au Masters est déjà lancée…

De l’avis de Spieth, Justin Thomas frappe très bien la balle. Il possède un bon petit jeu. Il gère très bien le parcours. Il sera très difficile à battre lors du prochain Sony Open.

Une victoire en dit donc beaucoup sur un golfeur. Le succès de Thomas à Maui nous révèle un champion des champions à suivre pour sa puissance et sa nouvelle confiance. Attention ! Golfeur à suivre !

Crédit photo : Mark Newcombe

Vidéos du tournoi et résumé de chaque tour à découvrir dans notre rubrique consacrée au SBS Tournament of Champions 2017

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 914
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.