Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

José Miraflor (Cobra Golf) : « Créer des clubs de golf différemment »

José Miraflor (Cobra Golf) : « Créer des clubs de golf différemment »

Quand en février 2017, j’ai pu pénétrer le siège de Cobra Golf à Carlsbad, cela faisait trois ans qu’aucun journaliste, ni américain, ni européen, n’avait pu pénétrer au sein du département Recherche et Développement tenu par José Miraflor (Vice-Président du Marketing) et Tom Olsavsky (Vice-Président Recherche et Développement). Pour avoir eu ce privilège, je peux confirmer que Cobra est bien le fabricant le plus « cool » du marché. Derrière une apparente décontraction, en revanche, se trouvent sans doute quelques-uns des esprits les plus créatifs du business…

Découvrez nos formules d'abonnements

A la différence des précédents entretiens, José Miraflor puis Tom Olsavsky que j’avais déjà rencontré l’an passé à Orlando dans le cadre du PGA Merchandise Show, m’avaient préparé une présentation exhaustive du travail mené sur 2017 pour toutes les gammes.

L’entretien a donc suivi cette logique que j’ai parsemé des questions préalablement préparées, notamment sur le virage technologique pris par Cobra, et me semble-t-il assez inédit.

Ce premier entretien avec José Miraflor a été axé sur les drivers Cobra, alors que Tom Olsavsky a pris la suite pour les fers, ce qui fera l'objet d'un prochain article.

Au total, l’entretien a duré plus de deux heures dont je vous propose ci-dessous la majeure partie.

Vous pourrez ainsi parfaitement comprendre la philosophie des ingénieurs Cobra au moment de concevoir un nouveau club.

Cobra… une marque qui gagne à être connue

Après un accueil très chaleureux, et très décontracté, une visite des bureaux, des discussions avec les membres de l’équipe, José Miraflor m’a présenté les grandes lignes de la stratégie technique de Cobra Golf pour cette année 2017.

Et le premier thème abordé fut le principe de Cobra Connect…

A l’image de la société Babolat très connue en France pour les raquettes de tennis, vous êtes pour l’instant la seule entreprise du marché à innover sur le principe des clubs connectés, et pourtant cela semble être clairement l’avenir, comment l’expliquez-vous ?

Nous avons commencé à déposer des brevets sur ce principe de grip avec des composants électroniques depuis plus de six ans, et même bien avant mon arrivée.

Donc, premièrement, nous avons des brevets qui nous protègent par rapport au fait d’avoir un concurrent qui voudrait utiliser cette idée.

A l’évidence, vous ne pouvez pas mettre des composants électroniques à l’intérieur de la tête. Les seules places disponibles sont sous le grip ou à l’intérieur du shaft, ce qui est assez difficile à faire.

Sur ce sujet, nous aimons à penser que nous sommes en avance, et même pionniers.

Définition du système Cobra Connect

Pouvez-vous détailler le concept ?

Depuis deux ans, nous avons commencé travailler avec la société Arccos pour mettre au point le meilleur produit possible.

Notre postulat de départ était que le sport est de manière générale plus fun quand on peut élaborer des statistiques : A quelle vitesse est-ce que je swingue ? Jusqu’à quel point suis-je assez précis ? Etc.

Beaucoup de sports sont intéressants pour tracker des mesures : le tennis, le cricket, le football, le basket… et tout autant le golf avec le vol de la balle.

Avec des systèmes comme Pro Tracer, vous pouvez désormais suivre le vol de votre balle tout du long. C’est « fun » de regarder un joueur comme Bubba Watson qui est un adepte de gros draws avec ses drives.

Quand nous avons été voir des golfeurs au sujet de cette technologie, nous leur avons demandé quelles seraient leurs attentes.

Ils nous ont répondu « Le prix » ! Je ne veux pas payer 100 dollars de plus pour cela ! » Ils nous ont aussi demandé à quel point cela pouvait être précis. Est-ce que cela va affecter le club ?

Nous avons choisi de travailler avec Arccos pour apporter la meilleure réponse sur toutes ces questions, étant donné qu’avec leur système GPS, ils avaient déjà une certaine expérience de ces questions.

Nous avons réduit la taille du GPS. Le poids du système n’altère en rien le swingweight du club. La batterie a été améliorée pour durer 10 ans, et  même 3 ans en utilisation continue.

La seule chose que vous aurez à faire consiste à télécharger l’application. Vous rendre sur votre parcours de golf habituel. Il vous suffira d’allumer le GPS. Il vous proposera automatiquement le trou le plus proche de vous.

Ainsi, la seule chose que vous aurez à faire sera de confirmer le trou sur lequel vous êtes en train de jouer.

A partir de là, vous pourrez ranger votre mon smartphone, taper un coup. Le GPS va faire le reste.

Quand le driver est dans le sac, le système est coupé car le capteur est sensible à l’obscurité. En fait, il détecte la lumière pour se mettre en route, et ce, même quand il pleut.

Les avantages de Cobra Connect

Toujours au niveau de l’utilisation, premièrement, il faut bien placer le téléphone dans la poche, car ce dernier contient des accéléromètres qui sont reliés au club.

Deuxièmement, à l’impact, le capteur enregistre les vibrations.

Troisièmement, le micro du smartphone entend l’impact.

A partir de ces trois éléments, le coup peut être détecté.

Il suffit de marcher à sa balle pendant que le GPS tracke votre position, ce que Arccos réalise déjà depuis des années.

Sur le coup suivant, si vous prenez un fer ou un wedge, le micro du smartphone et les accéléromètres détectent bien qu’il y a quelque chose qui se passe.

Au son de l’impact, c’est terminé ! Le système sait où vous vous trouvez, et peut comptabiliser la distance de votre drive entre son point de départ, et le point où vous avez joué le coup suivant.

Il est aussi très amusant de pouvoir comparer son drive avec celui des autres golfeurs ayant joué le même parcours, et les mêmes trous.

Le système vous propose un leaderboard des meilleurs drives, ce qui engendre une compétition assez ludique.

Vous pouvez partager vos résultats sur les réseaux sociaux. Vous pouvez obtenir des statistiques sur vos drives, les fairways pris en régulation, votre distance moyenne, votre coup le plus long, vos tendances à droite, à gauche…

En définitive, vous devez comprendre que le driver est notre passion, tout du moins, l’une de nos plus grosses passions !

Justement, quelles sont les autres améliorations que vous avez apporté en 2017 ?

S’agissant des drivers, au niveau des têtes, nous avons voulu pousser les logiques de conceptions aux limites autorisées par l’USGA.

Notre driver F7 est ainsi légèrement plus volumineux que le précédent F6 pour augmenter le MOI.

Nous avons seulement laissé un petit espace inférieur à 5 mm avec les dimensions limites autorisées, surtout en cas d’erreurs de mesures.

Se faisant, nous avons plus élargir la face de près de 5% par rapport au précédent driver.

Vous devez comprendre que vous ne pouvez pas simplement augmenter la taille d’un objet, et espérer que tout va bien se passer.

Quand vous augmentez la taille d’une tête de driver, vous devez aussi gagner du poids. Nous ne l’avons donc pas seulement élargi.

Avec le précédent driver King Cobra Ltd, nous avions déjà utilisé un carbone Textrem qui nous avait permis de le rendre plus léger que ce qu’il aurait pu être, s’il avait été totalement construit en titane.

La couronne découpée du King F7

Maintenant que nous n’utilisons que des fibres de carbones, notre couronne ne pèse seulement plus que onze grammes. C’est vraiment super… super léger !

A la différence des simples fibres de carbones, le Textrem est encore plus fin et plus résistant. Quand vous le prenez en main, vous pouvez voir à l’intérieur de la couronne, qu’elle n’est pas plate, mais parait comme tressée.

Quand TaylorMade parle de six couches de carbones pour son driver, nous n’en avons besoin que de cinq, car notre carbone est suffisamment résistant.

A partir du moment où nous économisons du poids, nous pouvons nous en servir pour le déplacer là où cela nous semble intéressant. Dans le cas du nouveau F7, nous l’avons placé dans les poids ajustables.

Les poids ajustables du King Cobra F7

Autre élément que j’aimerai vous illustrer : Nous travaillons plus intensément sur la face que tous nos concurrents.

Nous économisons aussi du poids avec notre système d’ajustement au niveau du hosel, qui est probablement celui qui « sauve » le plus de poids de tous les produits du marché.

Nos concurrents utilisent encore une grosse pièce de titane à l’intérieur du hosel pour assurer la fixation du shaft avec la tête. Ce n’est plus notre cas depuis cette année !

Voir le hosel qui est coupé à l'intérieur de la tête - Une innovation Cobra

Nous pouvons réellement affirmer que nous déplaçons du poids vers l’arrière et plus bas.

Depuis combien d’année travaillez-vous sur ces concepts ?

Cela fait au moins trois ans que nous avons pris l’ascendant sur la concurrence ! Trois ans plus tôt, nous avions déjà diminué la taille du hosel de moitié, puis de trois quarts, et maintenant, nous n’avons plus besoin de cette pièce qui devait garantir qu’un shaft ne casse pas.

Nous avons réglé le problème autrement, et cela a eu un impact sur le travail que nous avons effectué sur la face.

Pour en revenir aux poids ajustables, nous avons deux poids, un de 12 grammes, et un 2 grammes qui peuvent vraiment vous permettre de changer vos trajectoires de balles, et performances.

Quand nous utilisons un robot programmé sur une vitesse de swing de 105 mph, et quand nous déplaçons le poids vers l’avant, nous gagnons 6 yards de distance totale au drive.

En fait, cela réduit le loft dynamique, et le spin de près de 410 tours par minute.

Un club 3 en 1

Si vous déplacez ce poids vers le talon, vous allez créer 13 yards de trajectoire droite-gauche (draw) du fait que vous modifiez l’axe de spin de 370 tpm.

Avec les trois positions de réglages que nous proposons, vous avez réellement trois drivers très différents en un seul !

A l’arrière, le club lance haut. A l’avant, le club lance plus bas. Sur le talon, vous obtenez du draw.

C’est vraiment important pour les golfeurs.

Diriez-vous que le troisième réglage au talon a été créé pour les sliceurs ?

Oui, mais vous savez, même Rickie apprécie cette position, car c’est un joueur de draw. Il utilise cette position sur son driver F7+.

Ceci étant, 13 yards n’est pas toujours suffisant pour corriger un slice. Vous avez parfois des slices très importants.

Pour cela, nous avons encore une autre position au niveau du réglage du loft qui permet d’augmenter l’effet de draw jusqu’à 20 yards.

Pour vous expliquer comment nous travaillons… nous cherchons vraiment à rapprocher le centre de gravité de nos têtes de drivers de l’axe neutre ou 0.

Quand vous êtes à 0, votre driver va vraiment être plus rapide. Couplé à cela, nous essayons de proposer le driver le plus tolérant possible, et à la limite autorisée par l’USGA.

le stock des drivers testés par Cobra au siège à Carlsbad

Pour nous assurer que nous proposons les meilleurs drivers du marché, nous achetons tous les drivers qui sortent, y compris les nôtres en points de ventes. Nous les mesurons à l’aide de plusieurs machines au sein de notre centre de recherche.

Nous pouvons tester jusqu’à 25 paramètres différents.

Procédure de test des clubs Cobra

Ce faisant, nous pouvons vous assurer que nous proposons la meilleure combinaison de vitesse et de tolérance de tout le marché, devant le PING G, le Mizuno JPX-900 ou le TaylorMade M2 2016 comme 2017, qui sont en fait très similaires en performance.

De notre point de vue, le nouveau système Geocoustic le rend un peu plus tolérant, mais fait monter un peu le niveau de spin.

Sans oublier que nous proposons plusieurs coloris comme par exemple le « black » de Rickie, le « blue » de Bryson, et « silver » pour les golfeurs qui voudraient une autre couleur.

Après le Masters, nous proposerons d’ailleurs une nouvelle surprise…

Enfin, ce qui est unique concernant nos drivers, c’est leur positionnement prix qui est beaucoup plus compétitif que le reste du marché.

Nous proposons le driver ajustable le plus abordable du marché ! Nous voulons proposer la meilleure valeur, la meilleure performance, et la meilleure technologie.

Comment différenciez-vous le King F7 du King F7+ ?

Le F7+ pour les meilleurs joueurs est toujours une tête 460 cc mais un peu moins large que le F7.

Ainsi, ce n’est pas un club « oversized ». Je dirai que c’est un club pour les joueurs qui recherchent la « workability », une façon de travailler les trajectoires de balles. C’est une tête en fait plus compacte.

Bien entendu, les deux clubs utilisent la fibre de carbone textrem, et comme pour le F7, nous utilisons une nouvelle face.

A ce niveau, il y a bien une différence ! Comme la dimension est légèrement plus petite, nous l’avons rendu un peu plus « profonde », ce qui est mieux pour la performance.

Avec le même test au robot à 105 mph, vous ne gagnez pas autant de distance avec le réglage sur l’avant, du fait que vous ne pouvez pas déplacer le poids aussi loin qu’avez le F7.

Le poids est le même, mais la distance de déplacement n’est pas aussi importante.

C’est pourquoi, vous ne réduisez pas d’autant le taux de spin, et vous ne gagnez pas autant de vitesse de balle.

Toutefois, en position avancée du poids, vous pouvez toujours gagner 6,4 yards, et 10 yards d’effet droite-gauche en position « talon ».

A nouveau, quand nous comparons notre driver à ses rivaux, M1 460, M1 440, Great Big Bertha, XR 16, Ping G LS… nous avons toujours un club un peu plus tolérant, et plus performant.

Pour le modèle F7+, nous ne proposons que deux couleurs (Black comme Rickie ou Blue comme Bryson), alors que la plage de réglages des lofts est un peu plus petite, soit de 8 à 11 degrés.

A noter, nous proposons cette année un nouveau shaft Fujikura Pro Accelerate qui est un très bon manche avec un tip plus rigide plébiscité par les bons joueurs, surtout pour abaisser la trajectoire de balle.

Qu’est-ce que vous demandent les joueurs du tour ?

Ils veulent des drivers avec un centre de gravité à 0, mais surtout, ils veulent plus de tolérance.

La principale différence entre notre driver de l’an passé, et celui de cette année tient dans le poids ajustable qui est en fait plus léger. Cette année, notre poids ajustable ne pèse que 12 grammes contre 15 grammes pour celui de l’an passé.

Si nous avions gardé un poids aussi lourd, nous n’aurions pas pu proposer une position d’ajustement au talon.

Vous avez beaucoup de très bons joueurs qui veulent taper des draws le plus facilement possible.

Quelles sont les différences de trajectoires entre vos différents drivers ?

Le F7+ réglé vers l’arrière lance moins haut que le F7 réglé vers l’avant !

D’un point de vue logique, nous n’avons pas d’intérêt à proposer des drivers qui offrent les mêmes trajectoires. Cela ne permettrait pas aux détaillants de préconiser le bon driver pour chaque joueur.

Différences de trajectoires entre les différents clubs Cobra

Encore une fois, nos drivers sont très bien placés en prix, surtout quand vous prenez en considération le carbone ou les poids ajustables.

Dans tous les cas, nous proposons le centre de gravité le plus bas de tout le marché pour nos drivers.

Comment se répartit votre clientèle par rapport à ces drivers ? S’agit-il plutôt de golfeurs athlétiques ? Des seniors ? Des plus jeunes ?

Concernant spécifiquement le client « Cobra », nous avons le sentiment que nous avons plutôt différentes catégories de clients.

Nous avons d’un côté une demande homme/femme pour des clubs « super-improvment » qui nous demandent de l’aide pour la vitesse.

Pour eux, nous avons créé la famille MAX.

Nous avons une autre catégorie de clients classés entre 5 et 25 d’index qui demandent des clubs plus « improvment », et pour eux, nous avons la ligne de produits F7.

Et enfin, nous avons les joueurs du tour jusqu’à 15 d’index qui peuvent jouer la gamme F7+ ou LTD.

Nous produisons différents types de clubs pour différents types de joueurs.

Bien entendu, nous avons en plus notre propre « custom department » qui nous permet d’adapter le club, que ce soit au niveau de la longueur des manches, le choix des têtes… tout ce qui pourra permettre au client d’avoir le club le plus adapté à son jeu.

Atelier de custom fitting Cobra

Pour les Etats-Unis, nous avons 25 shafts différents à proposer.

Nous pensons que c’est important de pouvoir proposer autant de diversités. Certains shaft permettent de lever plus la balle, d’autres moins…

Nous proposons par ailleurs le Tensei, qui est un shaft très populaire sur le tour, joué par Rickie, Tiger, ou encore Rory.

Comment s’organise votre catalogue produit entre les familles F et LTD ?

Les drivers du programme F sont remis à jour tous les ans, alors que la catégorie des drivers LTD fonctionnent sur un programme bi-annuel.

Cette année, pour le LTD, nous avons décidé de faire un petit réaménagement, seulement au niveau du coloris avec le Black Mat, tout en ajoutant le système « Connect », et ce, sur un driver qui présente toujours un centre de gravité à 0.

Nous avons vraiment voulu enlever toute la couleur orange pour en faire seulement un driver purement « Dark ».

Nous avons aussi un driver « white » qui représente la couleur de la station spatiale où nous avons réalisé nos essais pour mettre au point ce driver.

Quelle est votre philosophie quand vous concevez un nouveau driver ?

Quand vous voulez vraiment envoyer une balle le plus loin possible, vous devez toujours contrôler trois choses : la vitesse de balle, l’angle de lancement, et le taux de spin.

Si vous contrôlez ces trois paramètres, vous contrôlez votre balle !

les étapes de conception d'une tête de driver Cobra

Pour un golfeur qui swingue à 100 mph, si vous augmentez l’angle de lancement, tout en réduisant le spin, vous allez lui faire gagner de la distance.

Nous savons quels sont les paramètres à optimiser pour augmenter la distance, justement en travaillant sur le fait d’abaisser le centre de gravité d’un driver, et réduire le taux de spin.

Pour la vitesse de balle, le gain peut s’obtenir par la face.

Pour nos trois derniers drivers, il s’agit à chaque fois de franches améliorations par rapport aux produits de l’an passé.

Je vous ai souvent parlé du centre de gravité à 0 degré. Il s’agit de tirer une ligne perpendiculaire par rapport au loft du club partant du centre de la face.

Chaque coup tapé au centre de la face avec un driver qui a un centre de gravité au-dessus de cette ligne perd en efficience, générant plus de spin qu’il ne le devrait.

C’est pour cette raison que notre travail consiste à abaisser en permanence le centre de gravité sous cette ligne !

Autre paramètre, nous savons que les gens de TaylorMade travaillent sur le fait d’avancer le centre de gravité sous cette ligne, ce qui permet aussi de réduire le spin, mais diminue d’autant la tolérance.

Nous, nous voulons aussi augmenter la tolérance en plus de réduire le spin ! C’est pourquoi, en plus de rester sous la ligne, nous cherchons à repousser le centre de gravité vers l’arrière.

C’est plus difficile à réaliser ! C’est pour cette raison que nous travaillons aussi âprement sur la face et le hosel.

Jusqu’où pourrez-vous repousser le centre de gravité d’une tête de driver ? Jusqu’à l’arrière de la tête ?

Bien entendu, c’est impossible et cela n’arrivera jamais ! Par définition, le centre de gravité d’un objet se situera toujours plus ou moins au centre.

Nous pouvons seulement déplacer le centre de gravité de quelques millimètres. C’est la clé pour réaliser un très bon driver.

Pourtant, le moindre petit mouvement du centre de gravité représente des performances vraiment très importantes.

Précédemment, je vous ai évoqué le fait qu’un mouvement des poids de notre driver F7 vers l’avant entraînait un gain de 6 yards. C’est tout simplement un déplacement du centre de gravité de près de 3,5 millimètres à l’intérieur de la tête du club !

Il est pratiquement impossible de déplacer le centre de gravité sur une distance plus importante.

Et s’agissant du moment d’inertie (MOI) ?

La définition du MOI est très facile à comprendre.

Plus le MOI d’un club est élevé, et plus il peut résister à un phénomène de déviation à l’impact.

Le MOI n’est pas très important quand vous tapez la balle en plein centre de la face.

En revanche, c’est beaucoup plus important quand vous ne tapez pas parfaitement au centre de la face. Et comme vous le savez, il n’y a pas vraiment tant de golfeurs qui tapent exactement au centre de la face !

Il faut comprendre qu’un club qui autorise moins de déviation à l’impact, est aussi un club qui permet un meilleur transfert d’énergie, et pas seulement moins de dispersion parce qu’il est plus stable.

C’est pour cette raison que nous travaillons fortement cette question du MOI.

Si vous prenez en considération le King LTD Black et le TaylorMade M1 de l’an passé, vous verrez que nous proposons un niveau de MOI supérieur.

Bien entendu, si vous tapez les deux drivers au niveau du talon ou de la pointe, dans les deux cas, ce ne sera pas bon.

Par contre, la face de club va moins s’ouvrir sur le club qui a le MOI le plus élevé, et donc, il y aura moins de perte d’énergie.

Quand nous comparons les deux drivers avec des caméras hautes vitesses, nous constatons que le LTD ne s’ouvre que de 11 degrés alors que le M1 s’ouvre de 14 degrés. C’est la différence de MOI qui explique cet écart.

Nous avons le même résultat entre le F7 et le TaylorMade M2.

En d’autres termes, plus le driver va être stable à l’impact, et plus le driver va restituer de l’énergie.

Comment le marché réagit à vos analyses et vos chiffres sur les drivers qui laissent penser que vous produisez les meilleurs produits ?

Les golfeurs qui sont conscients de ce qu’est le MOI ou le spin ont une bonne image de nos drivers.

Malheureusement, tous les golfeurs ne perçoivent pas exactement ce qu’est la tolérance quand il s’agit de parler d’un driver. En revanche, quand ils testent nos produits, ils sentent bien qu’il se passe quelque chose.

le QG Cobra à Carlsbad

D’un point de vue commercial, notre premier challenge consiste donc à faire essayer nos drivers aux golfeurs ! A partir de là, cela ne peut que bien se passer.

Pour l’instant, les gens considèrent TaylorMade et Callaway en premier avant d’essayer d’autres marques, mais à en juger par vos propres tests publiés sur votre site, si nous continuons à obtenir de bons résultats, les golfeurs vont commencer à changer d’idée, et s’intéresser de plus en plus à nos drivers.

Posté par le dans Interviews
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 728
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité 27/05/2017

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

Accédez aux offres US Golf !