Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Comment Jordan Spieth se prépare pour gagner un majeur

spieth-swing.jpg

L’américain Jordan Spieth, 25 ans, déjà vainqueur de trois tournois majeurs de golf est connu pour la précision de son jeu de fers et son putting particulièrement diabolique. On connait moins le golfeur sous les traits d’un athlète de haut niveau qui recherche le maximum de performance à travers une préparation physique où rien n’est laissé au hasard. Découvrez comment il a préparé le PGA Championship 2018, et les exercices physiques qui servent à sa préparation spécifique en majeur.

Découvrez nos formules d'abonnements

Jordan Spieth mesure 1m85 pour 84 kilos. Comparativement à Dustin Johnson ou même Rory McIlroy, il peut paraître moins athlétique. Son jeu est bien moins basé sur la puissance au drive que ses principaux rivaux pour le titre de numéro un mondial.

Le texan avait impressionné son monde à Augusta en 2015.

Les pentes des greens ne semblaient pas avoir de secrets pour lui. Son putting était tout simplement diabolique.

Il ne se différencie pas des autres prétendants au titre de numéro un mondial que par son jeu ou son physique, dans son attitude, Spieth défend vraiment l’image du gentil garçon ou du gendre idéal, poli, souriant, et disponible.

Pour ses proches, il n’est pas simplement un garçon courtois, c’est un féroce compétiteur.

Il cherche en permanence comment s’améliorer, et développer un avantage.

C’est ce trait de caractère qui l’a aidé à gagner trois majeurs avant d’avoir 25 ans.

Avant de disputer le PGA Championship 2018 à Bellerive, on pourrait penser qu’il a focalisé sur le putting ou le driving, en fait, c’est en salle de gym qu’il a réalisé l’essentiel de sa préparation.

spieth-training2.jpg

Pour le champion des 24 heures du Mans, Jean-Karl Vernay, les golfeurs ne lui paraissant pas s’imposer un travail physique vraiment important, ni même suffisant en comparaison de ce qu’il faut accomplir pour conduire un bolide sur des circuits.

Les golfeurs professionnels semblent avoir un train de retard en matière de préparation physique, et même si depuis 20 ans, un certain Tiger Woods a concouru à changer un peu cette image.

Au vue du travail que réalise Jordan Spieth, c’est peut-être encore un cliché qui colle à la peau des golfeurs de haut niveau.

Si on en juge la préparation du natif de Dallas, la dominante physique de sa préparation est très conséquente.

spieth-training.jpg

Il vise un quatrième succès en majeur, et surtout le fait de pouvoir compléter la série des quatre majeurs pour ce qu’on appelle un grand chelem en carrière.

Avec son entraîneur Troy Van Biezen, le golfeur a cherché à anticiper un pic de forme pour la semaine du dernier majeur à Bellerive.

Son entraînement est à base de séances fractionnées intenses pour développer sa puissance et sa rapidité. L’accent est mis sur le bas du corps et le tronc.

spieth-training4.jpg

Jordan a toujours été un sportif explosif, ce qui est plutôt un avantage pour un golfeur, surtout quand il s’agit de développer de l’énergie à partir des hanches.

Plus le bas du corps est puissant, et plus il est facile d’utiliser le haut du corps pour contrôler la vitesse des segments, et notamment les mains.

C’est ce qui rend Jordan Spieth particulièrement adroit dans le contrôle de ses fers. « Je suis un fanatique d’entraînement. Je ne ressemble pas à Dwayne Johnson, le Rock, mais je suis très addict à l’entraînement physique spécifique pour le golf. J’aime m’entraîner. »

spieth-training3.jpg

Pour le golfeur, les résultats commencent à se faire sentir cette saison avec des bons derniers tours à Carnoustie et à Augusta.

Quelques jours après The Open en Ecosse, Spieth était de retour à l’entraînement en salle en se concentrant principalement sur la stabilisation du noyau, des squats bulgares, des sauts et tout ce qu’il faut faire pour être à son pic de forme pendant quatre tours. « Je ne me suis pas senti aussi en forme à ce stade de la saison depuis des années. »

Avec son coach, Jordan s’est focalisé sur un programme de travail basé sur la mobilité et la flexibilité pour gérer au mieux les situations les plus stressantes sur le parcours, et notamment quand tous les yeux sont rivés sur lui. Il espère alors limiter les distractions et notamment la fatigue physique. Fatigue qui peut avoir un impact considérable sur la mécanique du swing et les résultats.

C’est pourquoi le golfeur travaille autant en salle pour être au point pendant toute la partie, et pendant quatre tours d’affilés. « L’entraînement spécifique au golf diffère des autres sports.

Nous ne cherchons pas à augmenter le volume musculaire, par contre, nous avons besoin de plus de mobilité et de flexibilité. Je peux aller faire un simple échauffement en salle, et me sentir bien dans mon corps si tous mes muscles sont activés. »

Si Jordan Spieth réalise un bon PGA Championship, ce sera en grande partie en raison de sa préparation physique minutieuse et intense, une facette moins connue de ce joueur pourtant un athlète au même titre que ses principaux rivaux, au plus haut niveau.

Comparativement à d’autres sportifs, et comme le soulignait Jean-Karl Vernay, le golfeur n’a pas besoin de travailler des gros muscles pour ressembler à The Rock mais plutôt les jambes pour la stabilité, le noyau interne pour gérer les phases de transitions, et la souplesse pour générer un maximum de vitesse et de contrôle avec le haut du corps. La performance au golf est aussi une question de physique.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 329
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.